Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 mai 2017 4 25 /05 /mai /2017 17:07

Le circuit VTT de fin mars 2016, que nous avions commenté longuement sur ce blog, ne s'est pas terminé comme nous l'espérions. Stoppé par un coup de fil dès le 2ème jour sur le circuit, nous avons dû annuler tous nos hôtels et rentrer en France en urgence.

Nous avons repris cette année la carte de l'Andalousie qui laissait bien apparaître, le tracé indélébile de notre projet en VTT de mars 2016, bien manqué au stabilo boss. Une invitation à reprendre et à terminer cette boucle. Nous aimons cette région, la décision n'a pas été trop difficile avec cette fois-ci  en prime, la randonnée au " Caminato del Rey ", jadis le sentier le plus dangereux du monde. 

Nous aurons bien sur une étape à Ronda en partant de Alora, puis Gaucin avant de rejoindre le bord de mer du côté d'Estepona et terminer à Málaga, probablement en bus, pour cette dernière étape, car les longues routes qui suivent le littoral jusqu'à Málaga  ne semblent pas être aménagées pour les cyclistes. On verra sur place.

Mardi 30 Mai : journée de voyage - Montpellier - Barcelone - Malaga

 Comme il n'est pas possible de prendre un avion direct Montpellier / Málaga, nous partons de la halte routière "Les Sabines" avec les bus Flixbus jusqu'à Barcelone, puis quelques heures à flâner du côté de la Plaza Cataloña avant de rejoindre l'aéroport et notre vol de la compagnie Vueling pour notre destination finale. On n'est pas coucher!!. Notre hôtel  prévenu, nous a envoyé un code d'accès à une boîte à clés. Rassurant. Devant l'entrée de l'hôtel(côté rue) se trouvent ces petites boîtes noires codées.Pratique pour les clients qui arrivent très tard. Rarement vu, mais pratique.

Mercredi 31 Mai : Malaga

Il est 9h, Málaga s'éveille tout comme le soleil. Les grandes rues piétonnes pavées qui mènent à la place de la Constitution sont quasi désertes. Un moment privilégié avant le grand réveil de los Málagueños et des touristes nombreux à cette époque.Quelques photos face à l'Alcazaba toujours aussi majestueuse cité avant d'aller au " Bike Màlaga " confirmer la location des VTT que nous avions réservé par internet, ensuite  la gare centrale "Maria Zambrano", pour acheter nos billets de train pour El Chorro, point de départ demain matin de notre randonnée et après demain de notre circuit en VTT.
Après-midi plus cool avec le musée Carmen Thyssen que nous avons beaucoup apprécié. La collection privée "LA APARIENCIA DE LO RÉAL", ( l'apparence du réel), nous a impressionné. Je ne m'arrêterai pas de dire, incroyable, incroyable... c'est pénible, je sais, mais vraiment incroyable cette approche de la perfection. Un régal!. Pour info, le musée propose un menu déjeuner à un prix très raisonnable dans la petite cours de la boutique de musée. Fin d'après-midi, balade agréable vers le port et les plages avant de récupérer nos vélos qui vont dormir avec nous dans notre chambre, déjà petite mais il n'y avait pas d'autres moyens.
Soirée dans les ruelles autour de la Cathédrale et de la place de la Constitution, point névralgique des noctambules, des touristes et des restaurants à Tapas. C'est devenu avec le temps notre QG.

 

 

Autour de l'AlcazabaAutour de l'AlcazabaAutour de l'Alcazaba
Autour de l'Alcazaba

Autour de l'Alcazaba

La porte du marché central
La porte du marché central

La porte du marché central

Le musée Carmen Thyssen et ses incroyables tableaux "L'apparence du réel"
Le musée Carmen Thyssen et ses incroyables tableaux "L'apparence du réel"
Le musée Carmen Thyssen et ses incroyables tableaux "L'apparence du réel"
Le musée Carmen Thyssen et ses incroyables tableaux "L'apparence du réel"
Le musée Carmen Thyssen et ses incroyables tableaux "L'apparence du réel"

Le musée Carmen Thyssen et ses incroyables tableaux "L'apparence du réel"

Màlaga la nuit, une institution.La casa Del Gato ou nous avons dîné.
Màlaga la nuit, une institution.La casa Del Gato ou nous avons dîné.
Màlaga la nuit, une institution.La casa Del Gato ou nous avons dîné.
Màlaga la nuit, une institution.La casa Del Gato ou nous avons dîné.
Màlaga la nuit, une institution.La casa Del Gato ou nous avons dîné.

Màlaga la nuit, une institution.La casa Del Gato ou nous avons dîné.

Jeudi 1 Juin : EL Caminato Del Rey

Debout 8h. Nous avons laissé à la réception notre valise à roulettes, chargé sur nos épaules les sacs à dos et pris la direction en VTT de la gare ferroviaire de Málaga. Il fait déjà 32°.
Notre hôtel " La Garganta " est tout proche de la gare d'arrivée à El Chorro. À la réception, nous apprenons que l'accès au Camino Del Rey se fait par l'entrée nord. Nous avons juste le temps de déposer nos VTT et bagages dans une salle fermée sous clés et de prendre la navette de 11h30. La navette, dépose les randonneurs à environ 1km700 de l'entrée, puis nous devons suivre un itinéraire fléché à travers une magnifique forêt de pins, de lauriers roses et de jeunes palmiers nains. Sur la rive d'imposants rochers de granit, dirigent une rivière aux couleurs émeraudes. Ces paysages un grand plaisir, d'autant que nous avons fait connaissance sur le chemin d'un jeune renard que rien n'effraye.
À l'entrée du parc déjà beaucoup de monde, attendent leur tour pour s'équiper d'un casque de protection et partir pour l'aventure. 
El Caminato Del Rey ou Desfiladero de los Gaitanes est une faille impressionnante dans la roche, surplombant la rivière et plus au sud un lac artificiel. Équipé de passerelles suspendues au-dessus du vide. Le nouveau chemin recouvrent en partie l'ancien emprunté autrefois par les ouvriers du chantier de la centrale hydroélectrique pour creuser la roche à plus de 100m de haut par endroit. Aujourd'hui, c'est le départ d'un magnifique itinéraire de randonnée avec des précipices impressionnants et une œuvre humaine gigantesque. L'arrivée (au sud) est l'apothéose du grandissime et du vertige pour certain. À faire absolument avec la cerise sur la gâteau, une nuit à l'hôtel La Garganta. La restauration est très locale, elle ne correspond pas à la qualité d l'hôtel.

Départ de la randonnée vers l'entrée d'El Caminato et au passage un renard affamé.Départ de la randonnée vers l'entrée d'El Caminato et au passage un renard affamé.
Départ de la randonnée vers l'entrée d'El Caminato et au passage un renard affamé.Départ de la randonnée vers l'entrée d'El Caminato et au passage un renard affamé.

Départ de la randonnée vers l'entrée d'El Caminato et au passage un renard affamé.

El Caminato Del ReyEl Caminato Del Rey
El Caminato Del Rey
El Caminato Del ReyEl Caminato Del ReyEl Caminato Del Rey

El Caminato Del Rey

Et puis le repos du guerrier.

Et puis le repos du guerrier.

Vendredi 2 Juin : El Chorro à Ronda (63 km)


Agréable petit déjeuner en terrasse face à la sierra et au grand lac artificiel que l’on surplombe à plus de 100m de haut. Un moineau téméraire est venu partager sur notre table nos tartines Catalanes ( jambon de montagne, tomate écrasée sur une grosse tranche de pain et huile d’olive). Dommage pour la photo que je n’ai pas pu prendre.
L’instant est sérieux, nos sacs à dos sont chargés sur nos épaules, lunettes de soleil, badigeonnage de crème solaire et départ. Nous traversons le beau village blanc de Ardales avec un premier arrêt face au marché à la terrasse d’un café. Déjà la première soif !! mais depuis notre départ ça monte et c’est pas fini avec El Burgo difficile à atteindre avec cette grosse chaleur. Il est 13h, lorsque nous y arrivons, nous devons reprendre des forces avant d’attaquer « la sierra de La Nieva »  et plus loin le passage du col  « Puerto del Viento», perché à 1190m avant de redescendre sur Ronda. 
La chaleur ne nous aura pas épargnée, nous avons bu plus de 5l d’eau, mais les paysages sauvages que nous avons traversé, les champs d’amandiers et d’oliviers qui s'étirent à perte de vue sur des terres arides et rocailleuses, les forêts de pins, la vallée et la sierra qui ne nous a pas quittée des yeux, nous ont fait oublier la fatigue. 
Ronda et notre hôtel San Francisco pour déposer bagages et vélos. Une bonne douche et c’est reparti pour une balade en ville. On dit de la ville que le Pont Neuf est, avec les arènes de la Cavalerie royale de Ronda, symbole et l’âme de la ville. Alors c’est de ce côté que nous allons, les deux se touchent. Dans le jardin municipal qui s’aligne avec le luxueux Parador et les arènes, un mémorial destiné à Orson Welles qui comme Hemingway séjourna dans cette ville.Les cendres d'Orson y reposent et Hemingway y trouva l'inspiration pour écrire à Cuba le premier chapitre " Pour qui sonne le gla", s'inspirant de la guerre civile d'Espagne. Et puis, il suffit de passer le Pont et c’est Ronda la vieille avec ses musées, ses vestiges séculaires, palais, édifices religieux, ruelles étroites et placettes de galets. Une petite merveille de l'architecture espagnole. Plus bas Alcazaba, une porte arabe fortifié qui protégeait l’entrée de la ville et à ses pieds aujourd'hui, les tapas de "Locos", une excellente adresse. Des tapas exceptionnelles et raffinées. Un vrai régal. Voilà, il ne nous reste plus qu’à revenir à l’hôtel à travers ces petites ruelles encore plus belles de nuit. La journée a été longue avec de beaux paysages et des parfum enivrants de la campagnes Andalouse.

Un dernier regard sur la sortie sud du Caminato Del Rey
Un dernier regard sur la sortie sud du Caminato Del Rey

Un dernier regard sur la sortie sud du Caminato Del Rey

Les beaux villages blancs de Ardales et El Burgo
Les beaux villages blancs de Ardales et El Burgo

Les beaux villages blancs de Ardales et El Burgo

Cette penible montée et enfin le col du vent. Une bénédiction.
Cette penible montée et enfin le col du vent. Une bénédiction. Cette penible montée et enfin le col du vent. Une bénédiction.

Cette penible montée et enfin le col du vent. Une bénédiction.

RONDA RONDA
RONDA RONDA RONDA
RONDA RONDA RONDA

RONDA

Samedi 3 Juin :  Ronda – Gaucin par le col du Jarastepar(56 km)

Nous quittons Ronda en direction de Séville par la A-374 et très rapidement nous retrouvons la MA-7401 qui nous amène au premier village blanc Benaojan. Bien sur, comme tout les autres villages, il est perché et comme il fait chaud, pause café et achat d’1l ½ d’eau. La route continue de grimper jusqu'au prochain village blanc Corte De La Frontera et nouvel arrêt dans un café pour nous désaltérer. A partir d’ici, une brève descente (4 km),  jusqu'à la station de train de la ville et ensuite d’interminables routes de montagne. La chaleur et le manque d’air, finissent par me décourager, il est 14h et le petit déjeuner n’est plus qu’un sombre souvenir. Et le miracle survint dans un virage raide, un oasis ou plutôt un restaurant ombragé perdu au milieu de nulle part. La question ne se pose pas, les VTT ne feront pas un mètre de plus. Nous ne sommes pas les seuls, cyclistes, motards et quelques autres personnes sont installées confortablement. Nous sommes sur le site d’ un vieux moulin antique de «  HARINA ». Alors que le patron du restaurant me rassure sur les petits dénivelés de la route qu’il nous reste à faire. C'est encore malgré ces paroles rassurantes, plusieurs kilomètres de cote avant d’arriver enfin au croisement de Ronda/Gausin, puis  la récompense avec 9km de descente pour arriver au pieds du village.
Gausin encore un beau village blanc, perché à 626 m avec ses ruines de château (castillan de Aguila), convoité par les troupes Napoleoniennes. Mais  plus impressionnant le rocher de Gibraltar, que l’on peut voir sans problème. Nous avons déposé nos affaires à l’hôtel, puis douche avant de nous rendre au centre ville et arpenter le chemin de pierre qui va jusqu’au château. De La-haut la vue est magnifique, malheureusement le soleil est encore trop haut pour tenter de faire de belles photos.
En redescendant, nous nous arrêtons chez Paco et Pepe pour le dîner. Nous sommes sur une toute petite place ou coule les eaux d’une ancienne fontaine. Les poulpes grillées sont uniques avec un vin blanc des vendanges nocturnes à un prix imbattable. 
Tous ces villages sont beaux et très propres, mais le calme et le manque d’animation sont une faille importante à notre Mode de vie. Nous ne pourrions pas y vivre.
Nous avons vu de belles choses aujourd'hui sur les routes, mais le manque de condition physique à rompu le charme, le plaisir et la curiosité. C'est une region ou les sources d'eau ne manquent pas, facilitant la culture maraîchère. De nombreux bassins d'eau collés aux flans des montagnes de la sierra arrosent d'importantes serres agricole. À l'ombre des figuiers nous avons souvent croisé des ânes et des mulets probablement indispensables au vu de la topographie du terrain, rude et difficile d'accès par endroit. Demain retour hélas vers la civilisation bruyante de la côte méditerranéenne.  

 

 

Les montées sont dures mais au bout des paysages inhabituels.
Les montées sont dures mais au bout des paysages inhabituels.

Les montées sont dures mais au bout des paysages inhabituels.

Un oasis de bonheur sur la route de Gausin.
Un oasis de bonheur sur la route de Gausin.
Un oasis de bonheur sur la route de Gausin.

Un oasis de bonheur sur la route de Gausin.

Au loin Gibraltar, que l'on peut voir du château de Gausin.

Au loin Gibraltar, que l'on peut voir du château de Gausin.

Gausin son château, et cette petite placette très agréable pour notre soiree en terrasse devant un vin blanc des vendanges nocturnes.
Gausin son château, et cette petite placette très agréable pour notre soiree en terrasse devant un vin blanc des vendanges nocturnes.
Gausin son château, et cette petite placette très agréable pour notre soiree en terrasse devant un vin blanc des vendanges nocturnes.
Gausin son château, et cette petite placette très agréable pour notre soiree en terrasse devant un vin blanc des vendanges nocturnes.

Gausin son château, et cette petite placette très agréable pour notre soiree en terrasse devant un vin blanc des vendanges nocturnes.

Dimanche 4 juin. Gausin/Marbella( 85 km).


Hier soir, chez Paco et Pepe, le serveur nous a déconseillé de prendre la A-377 pour descendre vers Estepona à cause des lourds travaux sur l’ensemble du réseau routier. Nous avons eu droit à un plan détaillé sur une feuille, mais voilà, ce matin impossible de trouver la bonne route. Alors c’est bien la A-377 que nous prenons et les premières difficultés ne tardent pas à arriver, gravillon, trous, nid de poule, encombrement divers sur plusieurs kilomètres tout y passe jusqu'au croisement de la MA-8300 qui passe dans l’un des plus beau villages blancs « Casares ». Cette belle route descend sur Estepona. Le village de Casares est magnifique, le cœur du village est nichée sur le rocher d’un ancien château. De belles voitures, de belles demeures et des restaurants chics symbolisent parfaitement ce lieux huppé. La route est longue et toujours des petites côtes qui cassent les jambes avant d’atteindre  enfin la mer à Estepona . La seule route qui suit le littoral jusqu'à Marbella est dangereuse, elle n’est vraiment pas faite pour les vélos. Les accotements ou bordures sont limites et les talus de remblais nombreux. Nous arrivons non sans mal à Marbella. Un arrêt dans un jardin, face à la plage pour rechercher un hôtel dans le centre historique. L’hôtel Enriqueta n’est pas complet et nous pouvons déposer les VTT dans une petite courette à l’arrière de l’établissement.Le reste de l’après midi et de la soirée sont consacrées à la plage et à la vieille ville.

 

Nos vélos ont dormi au chaud. Le jour se lève sur Gausin.
Nos vélos ont dormi au chaud. Le jour se lève sur Gausin.

Nos vélos ont dormi au chaud. Le jour se lève sur Gausin.

Le village blanc de CASARES.
Le village blanc de CASARES.
Le village blanc de CASARES.

Le village blanc de CASARES.

MARBELLA.
MARBELLA.
MARBELLA.
MARBELLA.
MARBELLA.
MARBELLA.

MARBELLA.

Lundi 5 Juin. Retour à Malaga.
Impossible de suivre le littoral de Marbella à Málaga en Vtt, trop risqué et dangereux à cause de la circulation. Rien n’est fait pour les marcheurs et cyclistes.Si les riches de cette côte aimaient faire du vélo nous aurions une splendide voie cyclable qui suivraient  la mer à l’ombre des palmiers.Mais nous vivons dans un monde de profit très particulier pour ne pas en dire plus. La station de bus se trouve à l’extérieur de la ville. Un gros problème nous devons emballer les vtt dans du cellophane. Au guichet on m’indique qu’un magasin chinois se trouve sur le trottoir à l’entrée de la station. Vite nous n’avons que 20 mn avant le départ de notre bus. Panique avec ce cellophane qui ne s’arrête pas de se déchirer. Bon les vélos momifiés sont dans le bus, moi je suis en sueur, mais à part ça, tout va bien.

Málaga nos derniers pas dans la ville et sur la plage. 

 

MÁLAGA
MÁLAGA
MÁLAGA
MÁLAGA

MÁLAGA

Mardi 6 Juin. Fin de cette belle semaine Andalouse.


Voilà, nous sommes à l’aéroport de Málaga ✈️ Barcelone, puis les 🚌 Flixbus  jusqu’à Montpellier et la boucle sera terminée. Nous avons enregistré dans nos têtes de belles images et nous avons eu de bons moments. L’objectif est atteint, l’Andalousie reste pour nous, une destination passionnante. On reviendra c’est sur.

 

Partager cet article

Repost 0
lemondedhelene - dans VELO VTC
commenter cet article

commentaires

ohnet 01/06/2017 23:03

Très beau le camino mais le renard est superbe !
Bonne balade

lemondedhelene 08/06/2017 13:48

Merci