Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
LE PETIT MONDE D' HELENE

LE PETIT MONDE D' HELENE

Partager nos voyages avec ceux qui comme nous ont cette passion.

Articles avec #costa rica fev 2011 catégorie

Publié le par lemondedhelene
Publié dans : #COSTA RICA FEV 2011
Préambule.

Destination le Costa Rica, plus précisément San José  situé au coeur d'une vallée fertile ," la Mesata Central". Nous comptons beaucoup en quittant la capitale San José explorer  les quatre coins de ce continent d' Amérique Centrale et des Caraibes en utilisant comme toujours, tous les types de transports qui nous seront proposés.
Nous devrions commencer par la cote Sud des Caraibes "Cahuita" et plus au Nord "Tortuguero ". Ensuite plus central "le volcan Arenal et Monteverde ", et bien d'autres endroits. Les parcs , les volcans, les cascades y sont en nombre.
L'océan Pacifique sera l'étape la plus longue de ce voyage, en partant de " Liberia "  pour atteindre  la péninsule de " Osa ". Les étapes seront nombreuses, les plages et les parcs seront sans aucun doute inoubliables.
Le circuit prévu.

carte--du-Costa-Rica-1-copie-1.jpg

Jeudi 3 février 2011 : Paris -> San José via Miami

Huy a eu la gentillesse de nous accompagner à l’aéroport CDG à 7 h du matin pour un décollage à 10 heures via Miami. Le soleil n’est pas au zénith, il bruine sur Paris. A Miami notre première escale, la température avoisine les 25 degrés, il est 14 h "heure locale" et nous avons près de 5 h d’attente, pour le Costa Rica. Nouvel enregistrement pour San José mais à noter que les bagages ne s'enregistrent pas au même androit. Enfin nous pouvons repasser la douane sans problème. 

Arrivé à San José, nous échangeons de l'argent et le lendemain nous réalisons que nous nous sommes fait arnaquer ensuite nous prenons un taxi officiel avec une dame chauffeur très sympatique qui nous fait une petite visite éclair de la ville (prix de la course 30 $),   enfin, il est 11 h du soir lorsque nous arrivons à notre hôtel Aranjuez réservé depuis la France (prix 44 $, PD inclus). Formalités d’usage et dodo. Demain il fera jour.

                  PARIS  10H                                                                       MIAMI 14H(heure locale)

Départ de RCD Miami-3.JPG

 

Vendredi 4 février 2011 : San José

Ce matin réveil à 6h, difficile de dormir plus. Nous inspectons les lieux. La chambre n’est pas celle du catalogue évidemment et ne dispose pas de fenêtre, seul un puits de lumière dans la salle d’eau nous donne une idée de l’état du ciel. Nous oublions très vite ce problème, car  le charme de l’hôtel et du patio qui fait face à la salle de restaurant sont d’un charme et d’un goût reposant. Le buffet du petit  déjeuner est  somptueux, probablement le meilleur pris à ce jour.

 

P1020700.JPG P1020668.JPG
P1020702.JPG P1020669.JPG

 

Nous partons visiter à pied San José, première visite le musée de l’or avec sa collection d’or précolombien très bien présentée, également une petite exposition relate l’histoire de la monnaie du pays et une exposition d’aquarelles du peintre Felo Garcia. Promenade jusqu’au marché central où nous déjeunons dans un Soda Local « Le Poseidon », nous y avons mangé un délicieux bol de pot au feu de la mer.

San Jose n’est pas une ville désagréable comme nous l’avons souvent lu dans des blogs, mais nous comprenons bien que les amoureux de la nature ne font que passer très vite. La ville a son charme et nous y avons passé une très bonne journée.    

 

P1020690.JPG P1020692.JPG
P1020697.JPG P1020696.JPG

 

Nous quittons le marché pour le musée de Jade qui se trouve au 1er étage de l’immeuble INS.  Ce musée est dans le style du musée de l’or où l’on retrouve à nouveau l’art précolombien à travers le jade exposé.

 

P1020682.JPG P1020684.JPG
P1020685.JPG P1020687.JPG

.

Retour à l'hôtel à pied, nous passons devant la gare ferroviaire à noter en exposition une superbe locomotive.

Soirée au Centro Comercial El Pueblo et dîner à « La Cocina de Legna » , indiqué sur le guide O/P un peu cher et éloigné du centre. 

Samedi 5 février 2011 : San José -> Cahuita

Départ pour Cahuita à 10h sur la côte des caraïbes. Il ne fait pas beau ce matin, il bruine et nous avons droit à un épais brouillard. Arrivée à 14h comme prévu, et ce n’est pas vraiment le paradis sur terre, les hôtels et bungalows que l’on visite ne sont pas terribles, mais il nous faut faire un choix et nous terminons dans un bungalow très moyen.

Nous sommes à 2 minutes à pieds du parc National et de la plage de sable noir. Nous ne tardons pas à partir faire notre première rencontre avec les  singes sapajou-capucin, les ratons laveurs, les serpents, des iguanes et autres reptiles et oiseaux. Le parc est superbe et nous avons énormément apprécié cette première approche de la forêt tropicale.

P1020720.JPG P1020723.JPG
P1020745.JPG P1020732.JPG

 

C'est vraiment cruel.

P1020714.JPG

Retour à notre bungalow et soirée dans un petit restaurant de l’avenue centrale.

Dimanche 6 février 2011 : Cahuita -> Puerto Viejo de Talamanca

Réveillé très tôt à 6 h par le cri des singes hurleurs, nous nous levons et partons à pied vers 7 h rejoindre la gare routière toute proche pour prendre le bus de 8 h en direction de Puerto Viejo de Talamanca. Arrivé 45 minutes après à destination, nous nous arrêtons dans un café au centre du village pour prendre un petit déjeuner et consulter le guide pour choisir un bungalow.

C’est un village qui n’a rien de commun avec Cahuita. On peut comprendre rapidement que les touristes choisissent ce lieu beaucoup plus agréable. Les plages de palmiers sont superbes, le centre du village beaucoup plus animé et le choix des hôtels, bungalows est beaucoup plus important. Nous sélectionnons le bungalow Calalu un petit paradis dans la nature, agrémenté d’une piscine taillée dans le rocher (Prix : 40 $ sans PD).

P1020761.JPG P1020764.JPG

 

Nous louons 2 vélos pour la journée, et partons pour une promenade de 13 km pour rejoindre Manzanillo en longeant des dizaines de plages toutes aussi belles les unes que les autres, la végétation est dense, cocotiers, palmiers bordent le rivage tandis que la forêt tropicale tapisse l’intérieur des terres.

P1020765.JPG

En route très vite on passe devant la plage où les surfeurs se retrouvent, on s’arrête pour admirer leur talent dans les vagues déferlantes. Arrivé vers 13 h, la plage étant magnifique nous prenons notre premier bain. Aujourd’hui c’est dimanche et le seul restaurant costaricain très animé est un spectacle à lui tout seul, les ticos eux sont venus passer la journée à la plage et pique-niquer en musique bien sûr. Nous quittons la plage vers 16 h car nous devons rendre notre vélo à 17 h 30. 

Soirée dans un restaurant face à la plage, paëlla pour moi et pour Hélène brochette de poisson. Nous avons rencontré un couple de français installés ici, lui banquier en France vend des poulets rôtis sur l’axe principal de la ville et elle est institutrice (rare dans le pays). Le Costa Rica offre ce type de poste aux étrangers que si c'est vraiment nécessaire.

 

 

 

 

 

 

 

 

P1020768 P1020767.JPG

P1020774.JPG

 

Lundi 7 février 2011 : Puerto Viejo de Talamanca

Réveillé tôt par le chant des oiseaux, nous partons déjeuner vers 7 h. Oh surprise ! un petit écureuil est venu nous dire bonjour sur la terrasse. 

Déjeuner dans une boulangerie café et ensuite nous partons chercher les informations pour partir sur Tortuguero et louer les vélos pour nous rendre sur de belles plages, pique nique sur la plage de fruits locaux. 

Au retour un petit passager clendestin (un petit lézard vert) dans le panier du vélo.

P1020778.JPG P1020780.JPG
 P1020782.JPG  P1020783

 

Mardi 8 février : Puerto Viejo de Talamanca ->Limon -> Moin -> Parismina -> Tortuguero 

Aujourd’hui c’est l’anniversaire de jo, nous avons été réveillé plusieurs fois dans la nuit  par les SMS (décalage horaire). Ce matin nous devons quitter très tôt Puerto Viejo de Talamanca car nous avons acheté un package pour Tortuguero qui comprend le transport en taxi jusqu’à Moin et ensuite le bateau jusqu’à Tortuguero pour un prix de 50 $ par personne. Nous avons évité ainsi de passer une nuit à Limon suite à des recommandations faites par des français vivant ici. La route qui longe la mer est jolie par contre nous avons pu constater qu’en traversant Limon cette ville était d’aucun intérêt. La navigation à travers les canaux de Tortuguero a été un moment appréciable la faune est importante, nous avons pu voir des crocodiles des cormorans, des caïmans, des aigrettes, des martinets etc… Au cours de la traversée nous avons été bloqué par un banc de sable où trois courageux sur 15 passagers sont descendus avec le pilote du bateau pour pousser l’embarcation. Jo était du nombre. A 50 mètres plus loin nous avons croisé des crocodiles. Si d’aventure, un autre ensablement est au programme, Jo le courageux se dégonfle ! En cours de route un arrêt à Parismina pour un petit encart .

PHOTOS PRISES SUR LE CANAL.

J6.A.JPG J6.C.JPG J6.F.JPG
J6.E.JPG J6.I.JPG J6.B.JPG
J6.G J6.H J7H.JPG

 

Arrivé à Tortuguero, petit village très sympathique et très reposant. Nous choisissons de dormir chez Miss Myriam (Prix 30 $ avec PD) juste au bord de la pelouse du terrain de foot qui fait face à la mer, nous avons de la chance c’est la dernière chambre, Cathy qui nous accueille très gentille et souriante.

Comme recommandé dans le guide nous avons apprécié le diner chez Myriam (Prix 56 $ pour 2 pax) constitué d’un plat de fruit de mer cuisiné à la mode des Caraïbes en sauce légèrement relevé et très bonne, il nous manquait le vin mais nous nous sommes contenté d’une bière. 

DEVANT CHEZ DON CHICO,(Le voleur de pomme d'eau).


J6.K.JPG

 

Mercredi 9 février 2011 : Tortuguero

Levé très tôt pour un départ à 6 h en  canoë avec Don Chico à travers les petits canaux. Encore un moment très agréable où la faune et la flore sauvage de la forêt tropicale est un spectacle particulièrement intéressant. Notre guide Don Chico est passionnant, il porte un intérêt aussi important à la faune qu’à la botanique. Nous avons découvert plusieurs plantes à très belles fleurs, des espèces de palmiers et autres. Bien sûr encore de nombreux oiseaux de la famille du héron, des cormorans, des reptiles comme le «basilicus verde », iguanes, caïmans, tortues noires, de superbes papillons « morpho bleu », et bien plus encore. Retour à 9 h 30 pour prendre notre petit déjeuner. A savoir il est préférable de choisir un canoe à rame, plutôt que les bateaux à moteur compréhensible pour la faune.

J7E.JPG J7J.JPG
J7L.JPG J7N1 

 

                                                             DON CHICO

 

J7K.JPG

Ensuite nous partons dans le parc national de Tortuguero, en route nous rencontrons un couple suisse avec qui nous avions lié connaissance la veille sur le bateau qui nous font part du  peu d’intérêt que suscite ce parc. Très vite, nous nous apercevons qu’effectivement il ne présente aucun intérêt, pas de faune, et nous rejoignons rapidement la plage pour se tremper car il est dangereux de nager car trop de courants.

Diner au restaurant chez Junie pour y déguster le plat traditionnel qu'il faut réserver, c'est un genre de bouillabaise le poisson est mijoté dans du lait de coco et accompagné de bananes et de pomme de terre, très bon. 

Jeudi 10 février 2011 : Tortuguero -> Pavona -> Cariari -> San Jose -> Alajuela

C'est le retour pour San José via Alajuela. Nous avons 3 heures devant nous avant le départ. Nous allons nous promener dans la forêt le long des lodges très luxueux et surtout bien fleuris en longeant la mer.

De retour vers chez Myriam pour récupérer nos bagages nous rencontrons Don Chico endimanché avec son parapluie qui est heureux d'échanger quelques mots avec nous. Nous faisons nos aurevoirs à Cathy,  nous garderons un bon souvenir de sa gentillesse.

J8A-copie-1.JPG

 

Nous embarquons pour Pavona a travers les canaux toujours autant de reptiles (gros crocodiles) et d'oiseaux, l'eau étant basse c'est pas moins de 3 ensablements que nous subissons avant d'arriver avec 1 heure de retard au bus qui nous attend pour la premère étape Cariari et changement de bus pour San José. Arrivé à San José en fin d'après-midi nous décidons de prendre un taxi jusqu'à Alajuela, une personne soit disant taxi nous accoste nous le suivons Oh! surprise belle voiture et s'est en voiture familale avec la fille et la femme que nous rejoignons Alajuela mais il nous demande le prix d'un taxi officiel (30 $). Arrivé chez Pierre dans une belle demeure coloniale.

Vendredi 11 février 2011 : Alajuela -> Arenal 

Petit déjeuner sympathique chez Pierre avec d'autres francophones québécois, des sétois et des bordelais. Echanges conviviaux sur les points d'intérêt de chaque pays, sans parler du dynamisme de Pierre au milieu de nous tous. Notre loueur de voiture est arrivé, nous remplissons les formalités et devons attendre soit-disant 30 minutes pour la livraison de notre véhicule. Deux heures plus tard, la voiture n'est toujours pas arrivée. Nous commençons à nous inquiéter, Pierre demande à son collègue de nous accompagner à l'agence de location et là surprise ! La voiture qui nous était destinée est complétement désossée, la boîte d'embrayage est au sol. Retour chez Pierre et c'est après une heure de bla à bla au téléphone que l'on est arrivé à avoir notre 4 x 4 Ouf !! On peut maintenant commencer notre circuit en direction de Arenal. La route est magnifique avec des plantations de café, des bananiers, des fincas et des ranchs. A chaque point panoramique des vendeurs proposent des produits locaux comme le fromage de vache. Par  curiosité comme il est l'heure de déjeuner nous nous arrêtons pour   le déguster sur place avec des tortillas chaudes. L'arrivée à Arenal avec vue dur le volcan est unique, pas étonnant le nombre de "lodges"et hôtels luxueux en bordure de route. Les "steak house" se touchent. Heureusement pour nous les "cabinitas El Castillo" que nous avons réservé est loin de tout ce tourisme. L'emplacement avec vue sur le volcan Arenal est de premier choix. Malheureusement ce soir pas de chance, c'est avec la lampe de poche que nous écrivons notre journée car il y a une panne.

 

Volcan ARENAL

J9A-volcan-Arenal.JPG

  Notre Bungalow face au volcan.

 

J9B-Cabanas-del-Castillon.JPG

Samedi 12 février 2011 : Arenal 

Au programme aujourd'hui, le cascades "Catarata la Fortuna" et le lagon du "Cerro Chato". Nous commençons par les cascades où quelques courageux se baignent. Comme toujours c'est un spectacle à voir dans un canyon à roche volcanique sombre décoré de fleurs et de fougères.

J10CC.JPG  J10E.JPG

Ensuite nous partons pour l'escalade  du "Cerro Chato" qui nous amène direct au bord d'un lac, qui baigne dans le cratère d'un volcan. Il nous faut 3  heures de marche pour y parvenir et 2 pour le retour. Certains passages à franchir sont très durs des pentes très raides. De plus, la pluie de la nuit a rendu le terrain boueux et glissant, les racines d'arbres que nous devons contourner sont trempées. C'est après de gros efforts que nous arrivons enfin au sommet pour voir sous l'épaisse brume le lac, qui doit être magnifique sous le soleil. Nous ne nous baignerons pas par manque de soleil pour nous sêcher et de plus, nous risquons la pluie pour redescendre. Nous ne prenons pas. Le soleil n'est pas au rendez-vous et nous risquons d'avoir un retour difficile s'il se met à pleuvoir. Nous repartons. De retour à nos bungalows, une bonne douche et pour nos chaussures un gros dégrassage. Le programme de le journée n'est pas terminé, nous repartons en voiture pour passer trois heures dans un établissement de sources d'eaux chaudes volcaniques le BALDI. Encore un moment particulier, ses eaux volcaniques très chaudes, sont transportées dans différents bassins avec ses cascades, ses spas, des jets d'eau et même une tour Maya aux cascades multiples qui viennent achever le décor, tout celà dans une ambiance Hollywoodienne. Comme il est tard nous dinons sur place. C'est un buffet touristique nul (à déconseiller). Le retour à notre bungalow n'est pas triste, il tombe une forte pluie et on ne voit pas la route à 5 mètres. De plus c'est 10 km de piste en montagne avec des trous et des ornières sans fin avant d'arriver enfin à notre bungalow.

Dimanche 13 Février 2011 : Arenal -> Tour du Lac -> Tilaran -> Santa Elena - Monteverde 

Il a plu toute la nuit sur la tôle qui recouvre la toiture de notre bungalow. Nous quittons ce matin  «Cabinitas  El Castillo » sous une pluie fine, nous prenons la direction de Monteverde  par la route qui longe le lac où se sont installés beaucoup d’européens. Nous nous arrêtons dans une ferme suisse étonnante pour faire quelques photos, le propriétaire avait en 1988 acheté un terrain au flanc de la colline pour y élever des vaches laitières et  il a fait de ce lieu, un vrai hameau suisse avec une chapelle remarquablement décorée, une gare, un chalet, un restaurant helvétique et le plus étonnant une gare    pour 10 dollars on peut prendre le train pour une promenade  de  4 km afin d'admirer la vue sur le lac. Il y a même un tunnel. Vraiment très beau.

J11A.JPG  J11B.JPG
 J11F.JPG  J11C.JPG

 Cette route qui longe le lac offre certainement quand le temps est dégagé de très beaux points de vue.

Nous quittons le lac pour remonter sur Tilaran et prenons plus loin une piste de 30 Km qui doit nous amener à Santa Elena au cœur de Monterverde. La route est sympa malgré les difficultés que nous avons pour rouler sur cette piste. Nous finissons par arriver à notre location les cabinas Paris tenue par un couple belge très convivial. A peine descendu du 4X4, nous sommes invités à partager le gâteau d’anniversaire de la  maman du propriétaire qui fête ses 100 ans.

J11K.JPG

Excellent gâteau servi avec un verre de porto à base de goyave fait maison. Ensuite tour en ville pour rechercher le centre d’information touristique afin d’organiser notre journée du lendemain.

Diner dans un petit restaurant au centre de Santa Elena (salade de coeur de palmier et hamburger).... et ensuite dodo.

 

Lundi 14 Février  2011 : Santa Elena et Monteverde 

Nous avions prévu différentes activités, mais hélas !  il pleut nous renonçons à jouer Tarzan dans la canopée mais équipé des  Kway, casquettes et tennis nous partons quand même découvrir  la réserve biologique de Santa Elena. Nous ne voyons pas grand-chose, quelques oiseaux, les animaux doivent aussi se protéger de la pluie, mais nous profitons pleinement de cette belle forêt  très dense et très bien  balisée. Après deux heures de marche  dans la forêt nous sommes bien mouillés et repartons vers Monteverde où nous pouvons voir des colibris ensuite nous nous arrêtons au Stella Café pour déjeuner,  le propriétaire a installé un perchoir sur lequel il dépose de la nourriture et nous pouvons admirer des  oiseaux de toutes les couleurs et un couple de toucans qui viennent manger.

J12E.JPG   J12F-copie-1.JPG J12G.JPG 
  J12H.JPG   J12B.JPG    P1020997.JPG
  P1020989.JPG   P1020993.JPG   J12J.JPG

Petite promenade dans le village de Santa Elena, ensuite nous allons diner dans  un vrai restaurant Espagnol d'une paella. Les Ticos sont tous sortis pour fêter la Saint Valentin.

Mardi 15 Février : Santa Elena -> Juntas -> Liberia -> Tamarindo 

Après un excellent petit déjeuner très copieux (à noter le vrai chocolat maison) préparé par notre hôte Michelle, nous quittons Monteverde pour rejoindre par une piste complètement défoncée Juntas arrêt à de magnifiques points de vue sur la vallée et la mer pour rejoindre la route transaméricaine jusqu’à Liberia.

 La maison de Michèle

 

J13A.JPG

 

J13B.JPG  J13D.JPG

 

Nous nous arrêtons dans cette ville blanche et de cow boys pour faire une pose. Nous reprenons la route pour rejoindre l’océan pacifique en direction de Filadelfia et les plages de Tamarindo. Recherche de notre hôtel Amarillo qui se trouve au centre du village face à la mer. Notre chambre est très sommaire, mais nous l’acceptons car le jardin qui fait face à la plage est très agréable. Tout de suite nous allons gouter l’eau de la mer et visite du lieu.

Diner dans une pizzeria pas terrible et de plus le prix est très élevé.

Mercredi 16 Février 2011 : Tamarindo 

Journée de repos, grande promenade sur la plage où tôt le matin nous admirons les prouesses des surfeurs sur des grandes déferlantes. Arrêt pour lire et nous baigner et oh ! surprise sur des racines qui bordent la plage un iguane est venu se faire dorer. Ici tout est nature.

Diner dans un restaurant très agréable face à la mer pour un prix de (33 $ pour 2 pax)

 

 P1030040

 

J14A.JPG  J14E.JPG

 

J14B.JPG  J14D.JPG  J14C.JPG

Jeudi 17 février 2011: Playa Tamarindo -> Playa Montezuna 

Nous partons tôt vers 7 h 30 car nous avons une grande distance  à parcourir pour atteindre Playa Montezuna. En cours de route, nous nous arrêtons à Nicoya où nous retrouvons une vie de grande ville avec des boutiques, une église coloniale. Ensuite nous continuons sur la route goudronnée en direction de Carmona avant de plonger sur la playa Ario, par des pistes dures ce qui nous oblige à rouler à petite vitesse et nous avons le temps d’admirer les paysages qui sont magnifiques, palmeraies, arbres en fleurs. Nous traversons une région avec des élevages de vaches et de nombreux ranchs. A un moment nous croisons un cow boy sur son cheval avec un lassot, plus loin une charrette tirée par des bœufs.

 

J15G.JPG 

A plusieurs reprises il nous faut traverser le rio Bongo sans savoir la profondeur de l’eau, Quelle aventure à chaque traversée, Hélène jauge la profondeur de l’eau et jo suit derrière avec la voiture.

J15B.JPG  J15C.JPG
 J15D.JPG  J15E.JPG

 

Et voilà un iguane qui se prélasse au milieu de la route, nous avons juste le temps de prendre une photo. Arrivé à Montezuna, l’hôtel que nous avions choisi « el Beso del mar » sur la sélection du forum ’toutcostarica’ est complet, nous en trouvons un autre « Hôtel aurora » (prix 50 $). C’est un village à l’ambiance décontractée avec ses hippies et ses artistes.

Vendredi 18 Février 2011 : Montezuna
 
Nous partons pour une longue marche afin d’atteindre la réserve naturelle «  Nicolas Wessberg ». Malheureusement il est interdit de pénétrer dans ce sanctuaire animalier et c’est en longeant la plage que l’on peut s’en approcher. Une plaque en bordure de la plage rappelle qu’ici sont enterrés Nicolas et son épouse protecteurs acharnés de ce lieu et plus particulièrement (du cap) Cabo Blanco qui est juste à coté, mais rien ne rappelle son assassinat. Aujourd’hui c’est un parc national totalement protégé contre les investisseurs immobilier. Il est 13h et nous nous sommes laissé endormir par les vagues et nos lectures. Il faut rentrer rapidement car à 15h, nous avons rendez-vous pour 3h de canopy, avec 9 plateformes. 

 Des plages désertes à perte de vu.


 J16B.JPG

  J16D.JPG

SI LES PETITS COCHONS n'envahissent pas le marché!!!.

J16C.JPG

 

Nouvelle  expérience que de glisser dans la forêt d’arbre en arbre sur des câbles tendus, et passage sur un pont suspendu. En prime baignade dans une cascade et retour avant la nuit à Montezuma. Nous rencontrons encore des iguanes et des singes dans la forêt.

 

J16E.JPG  J16F.JPG

Samedi 19 février 2011 : Montezuna -> Paquera -> Puntarenas -> Manuel Antonio

Départ à 7 heures de l'hôtel Aurora de Montezuna pour rejoindre l'embarcadère de Paquera. Très belle route qui longe la mer offre des vues splendides,  nous traversons plage Tambor avec un grand resort, golf privé et piste d'atterissage d'hélicoptère. Après une heure de traversée en ferry nous rejoignons Puntarenas. Sur la route arrêt au pont Tarcoles pour y voir dans le rio Tarcoles d'énormes crocodiles qui se vautrent au soleil.

 J17A  J17B

Et plus loin sur la route.

J17C

Nous poursuivons notre route jusqu'à Jaco où nous devions dormir pour visiter le lendemain le parc Carara mais cette ville est bruyante avec un tourisme à l'américaine et des buildings repoussants. Aussi nous continuons notre route et prenons la décision d'aller  jusqu'à Manuel Antonio et  réservons une chambre pour 2 nuits (Hôtel Plinio - Prix 55 $ avec PD inclus) afin de pouvoir visiter le parc National le lendemain. Nous finissons la journée au bord de la piscine pour préparer le programme du lendemain et nous dinons au restaurant mexicain de l'hôtel qui est très moyen. 

Dimanche 20 Février 2011 : Parc Manuel Antonio 

Ce matin c’est le parc Manuel Antonio que nous allons voir, une erreur que d’y aller  un dimanche. Sur le chemin balisé qui mène à plusieurs endroits du parc, c’est un peu comme si vous vous étiez inscrit au Paris-Versailles, il y a autant de monde devant que derrière, ça jacasse, certain sont équipés comme s’ils allaient affronter l’Himalaya et d’autres comme s’ils allaient à la plage. Nous trouvons un passage qui ne semble pas intéresser ces groupes, ouf !!! un peu de calme et de respect pour la faune. On y voit des iguanes, des capucins et pour la première fois des paresseux (leur déplacement est un spectacle), mais pas de singes-écureuils. Vers midi nous nous arrêtons sur une plage calme sans vagues. A  l’ombre des palmiers beaucoup viennent déjeuner et c’est à ce moment que les singes capucins arrivent en nombre pour tenter de voler de la nourriture. Je suis le premier volé !!, sans que je puisse avoir le temps de réagir ils m’ont piqué ma banane que je tenais à la main.
 J18E.JPG  J18I-copie-2
 J18.JPG  J18C.JPG
Vers 15h nous avons un petit creux, nous quittons le parc pour rejoindre  « El Avion », un bar restaurant inimitable, aménagé en parti avec la  carlingue d’un Fairchild C-123 de 1954. Achetée en 2000 par ce même propriétaire à San José, pour 3000 dollars. Il est démontée pièce par pièce et acheminée jusqu’à ce lieu. L’histoire de ce Fairchild  est cocasse. En attendant le point de vue est imprenable et les plats bons et copieux. 

 
  J18X-copie-1.JPG  J18ZZ.JPG
  J18G.JPG   J18K.JPG
 

 Lundi et Mardi  21/22 Février 2011 : Manuel Antonio -> Puerto Jimenez 

Départ très tôt pour rejoindre Dominical "l'Hacienda Buru" en pleine nature dans une réserve privée mais à notre arrivée pas de place tout est complet, nous essayons de trouver un logement à proximité mais l'endroit est un peu désert, et nous continuons la route à travers des zones de grandes palmeraies à perte de vue utilisées pour la fabrication d'huile de palme.  La région est un peu désertique nous longeons le parc National Marino Balena, il s'agit d'une zone protégée. Nous continuons jusqu'à Puerto Jimenez, où nous décidons de nous arrêter afin de prendre des informations pour visiter le Parc Corcovado. L'hôtel choisi Cabinas Jimenez est complet nous nous retrouvons à l'hôtel en face à l'hôtel "Cabinas Palm" qui est pas terrible  pour un prix de 30 $, par contre l'acceuil est très sympathique. 

Agréablement surpris par Puerto Jimenez, en fait il y a un petit port mais pas de ferry et c'est une petite ville sympathique. Nous rejoignons une plage pour nous baigner mais toujours des grosses  vagues mais l'endroit est très sauvage nous pouvons voir toutes sortes de singes.

Diner au restaurant Marisco en face le port très bien.

Mardi 22 février 2011 : Puerto Jimenez 

Petit déjeuner face à la mer et en prime plusieurs magnifiques couples de aras rouges dans les palmiers, ils passent, repassent, se cherchent etc. un vrai spectacle avec leurs couleurs magnifigues. Nous rencontrons une jeune fille de Nice qui nous amène voir un jardin avec une mare à crocodiles et des singes. Ici c'est vraiment la nature sauvage.

J20A (2) J20A (3) 
 J20A (1)  J20A (7)

Nous partons voir le "cap Matapalo"  à 17 km, par une piste très caillouteuse, un rio à traverser et un pont branlant. Nous arrêtons la voiture et descendons à pied un sentier, sur les côtés quelques lodges complétement perdus dans la nature et nous arrivons sur une magnifique plage des cocotiers et de plus l'eau est calme nous pouvons nager. Toujours des aras qui se posent sur les arbres bordant la plage. En rentrant vers 16 h, dans les sentiers de la forêt les animaux commencent à sortir pour se nourrir et nous voyons des familles de singes capucins, nous entendons les singes hurleurs, une espèce de sanglier "Chancho de Monte" et toujours beaucoup d'oiseaux.

J20A (6)

 

Mercredi 23 Février 2011 : Puerto Jimenez -> Drake

Il est 7H du matin et nous quittons Puerto Jimenez pour rejoindre Drake, puis la commune de Los Planes et  l’auberge Tesoro Verde où nous allons y passer 2 nuits (Prix 45 $ par personne en pension complète). Une association qui s’applique à rappeler l’importance du site aux gens de la région et de lutter pour la préservation  et conservation en l'état.
P1030254 
Une partie de la route jusqu’à Rincon est moyenne mais la deuxième partie pour atteindre  Drake est très pénible et nous  jonglons  avec les crevasses, les ornières, les traversées de rios et parfois des ponts limite sécurisés. La récompense est au bout, la baie de Drake est magnifique seulement quelques Cabinas, un soda, plus loin Los Planes  l’endroit est calme, paisible et l’auberge est à l’instar de ces 12 hectares de forêt protégées et  balisées. Une charmante  Suisse qui vit dans la région nous indique un petit coin sympa pour se baigner avec des cascades en écran. Nous décidons d’y aller et nous voici partis pour 2 heures de marche le site étant mal indiqué  nous  avons quelques petites problèmes pour le trouver car il faut traverser une propriété privée. Enfin nous y arrivons quel plaisir la cascade sur deux niveaux est superbe, quel bonheur de se baigner avec cette chaleur et l’eau est chaude, la pression de l’eau qui coule le long des roches noires, stimule parfaitement les réactions que donne un jacuzzi.
P1030260
Vers 16 heures nous rentrons car ici la nuit tombe très tôt et nous devons traverser une forêt dense par sa végétation tropicale. Achat de boisson à l’épicerie « Pulperia » en face de notre auberge que nous buvons sur la terrasse. Des chevaux en libertés passent dans le chemin, plus loin un paresseux très haut sur un arbre se déplace avec une lenteur incroyable  et sur le pommier géant des toucans viennent manger les pommes d’eau dans une puissante cacophonie.
Bon diner familial à la pension. 
 
Jeudi 24 Février 2011 : Drake le Parc Corcovado 
 
Levé  4h30, nous avons rendez-vous avec Manolo à  Los Planes pour une excursion dans le parc du Corcovado. Petit déjeuner rapide à l’auberge (les serveuses se sont levées pour nous préparer le Petit déjeuner) et en route dans la nuit avec un rio à traverser. La vision est difficile, mais bon çà passe. Chez Manolo 4 autres personnes nous attendent, nous avons 1h de bateau pour atteindre l’entrée du parc à Sirena, puis distribution à chacun d’un panier repas et nous nous engageons pour 6h de marche dans la jungle. C’est encore des crocodiles, singes écureuils à dos roux, des paresseux des oiseaux multicolores  et un tapir que nous voyons. Manole n’hésite pas à nous faire un peu de botanique lorsque l’occasion se présente.
P1030282.JPG  P1030267.JPG
 P1030296.JPG  P1030295.JPG
Catastrophe mon Panasonic Lumix TZ7 se bloque avec « erreur système  MP ». J’ai bien peur d’être privé de mon appareil jusqu’à la fin du voyage. De retour à l’auberge ma serveuse Ticos, à qui je raconte  mes malheurs me dit qu’en déposant l’appareil photo dans un plat de riz cru, l’humidité s’en va. Bon pourquoi pas, alors pendant que je tape ces quelques lignes il est là, dans son riz. Demain nous aurons recours à Iphon d’Hélène car nous avons oublié de prendre un deuxième appareil.
Nos cuisinières - Odili et Francesca - nous ont préparé un bon diner (pâtes aux crevettes et légumes) et fruits.
 
Vendredi 25 Février 2011 : Los Planes - Drake à Dominical 
 
Nous quittons Tesoro Verde après avoir pris un excellent petit déjeuner Costaricain (Gallo Pinto), mélange de riz, de haricots et d’épices, ajouté à cela des œufs frits, du café, du jus de fruits et des fruits frais. Sur la route avant d’arriver à Rincon panne de voiture, un premier Ticos s’arrête, nous essayons ensemble de faire un diagnostic et arrivons à la conclusion que l’essence que j’ai dans mon réservoir doit contenir de l’eau. Au bout d’une demi-heure d’arrêt je fais une tentative d’allumage et le moteur repart, le Ticos me dit qu’à une distance de  4 km il y a une épicerie qui vend de l’essence et que je dois garder le moteur emballé jusqu'au poste pour ne pas caller. Ouf!! on y arrive avec pas mal de problème et là nous avons de la chance notre épicier vendeur d’essence a des connaissances mécaniques et son diagnostic est différent. Il n’y a plus d’eau, la pompe est à sec, le moteur a chauffé et par sécurité un système de valve se déclenche et empêche l’arrivée de l’essence ou d’air. Pendant que nous laissons refroidir le moteur pour remettre de l’eau, nous parlons avec d'autres Ticos qui sont venus voir, politique, tourisme, promoteurs et je ne sais quoi encore. Deux heures à se marrer, j'offre mes tournées de bière et puis nouvel essai et miracle cette fois la voiture démarre. Cette panne nous a permis de rencontrer des gens supers sympathiques et dans l’ensemble nous ne regrettons pas trop l’incident. Nous roulons jusqu’à Dominical une petite station balnéaire très connu des surfeurs. Demain c’est le WE alors arrêt pour 2 jours à rien faire avant de remonter progressivement sur le volcan Poas. Notre choix la Finca Baru est compléte, nous décidons de descendre au plus grand hôtel du centre Diwuk (Prix 90  $) mais nous profitons pleinement de la piscine.
Dîner dans un restaurant mexicain
 
Samedi 26 Février 2011 : Dominical 

C’est une journée cool, balade dans le village Dominical, authentique avec ses cabanons en bordure de plage et quelques endroits ou vont les surfeurs pour  boire une bière et parler de glisse. Nous passons un  long moment à regarder de très bons surfeurs puis longue balade sur la plage et un peu de piscine pour finir la journée.

 Notre lieu de résidence et un résidentiel adopté.

P1030304.JPG  P1030313.JPG

 

 Dimanche 27 Février 2011 : Dominical à San Isidro Del General 

Notre dernier jour de plage, alors nous prenons tout notre temps à apprécier et c’est vers 11h que nous faisons nos adieux à l’Océan Pacifique. La route qui monte vers les volcans sont dés la sortie des plages de Dominical, une route très longue en pentes douces jusqu’à San Isidro de el Général ou nous rejoignions l’Interaméricaine, cette grande route qui franchit le fameux Cerro de la Muerta (3491 m). Plongée dans le brouillard elle est considérée comme l’une des plus dangereuses du Costa Rica. D’énorme camions prennent cette route chaque dépassement est un calcul de rapport de force. Notre voiture ne sera pas en mesure de franche ce sommet, nous avons encore des problèmes, le moteur chauffe et nous devons revenir sur San Isidro de el Général et tenter de trouver un garage. Comme c’est Dimanche on n’y croit pas beaucoup. Au grand poste à essence qui se trouve à l’entrée de la ville un pompiste nous indique un garage ,nous essayons de tenter le coup et oh miracle un type sort de chez lui (la maison du garagiste), je lui signale notre problème et nous passerons une heure ensemble. Le fusible du ventilateur qui refroidit le radiateur est fendu. Réparation provisoire et nous repartons vers le col alors que la nuit commence à tomber. Quelques kilomètres plus loin, le moteur chauffe, il pleut et le brouillard devient de plus en plus épais, on n’y voit rien et les klaxons des gros camions ne sont pas rassurant d’autant qu’ils vont très vite. Si la voiture s’arrête en plein milieu de la voie, c’est l’accident assuré, nous devons trouver un moyen de faire demi-tour et passer la nuit à San Isidro. Nous y sommes et après avoir trouvé un hôtel "Diamante Real" le plus beau de la ville pour un prix de 49 $, nous appelons l’assistance avec la carte première « tout Costa Rica ». Très efficace une nouvelle voiture arrivera dans 3h de San José, nous attendons pour la réceptionner. Bon maintenant, nous allons déjeuner dans un restauant branché et agréable de la ville, demain il fera jour.

 Lundi 28 Février 2011 : San Isidro Del General - Carthago et Alajuela 

Petite visite de la ville et nous reprenons l’ascension du col avec enfin une voiture qui nous semble en meilleur état. Malheureusement le brouillard nous empêche d’admirer le paysage et le peu que l'on voit est superbe. Cette route "transaméricaine" est interminable, des cols, des virages, et des camions fous. Il nous faut plus de 3 h pour atteindre la vallée et la ville de Cartago avec un arrêt prévu dans cette ville qui possède le lieu de culte le plus important du Costa Rica avec sa Basilique «  Nuestra Ségnora de los Angeles » et les ruines d’une paroisse de 1575, détruite  deux fois par un tremblement de terre, selon une légende,  les jours de brume à Cartago on peut apercevoir l'ombre d'un fantôme, un moine sans tête qui erre dans les ruines péniblement pour avoir profané ce Saint lieu.  Plus loin nous visitons la Basilique  d'une très belle architecture faite d'un mélange de pierre et de bois. Dans ce lieu une vierge noire intacte qui a résisté miraculeusement aux deux tremblements de terre malgré la  destruction quasi totale de l'édifice. Aujourd'hui c'est pour les Ticos un lieu de pélérinage.

P1030324.JPG  P1030323.JPG
 P1030325.JPG  P1030327.JPG

Cette journée nous l’avions planifié pour descende une partie du Rio Pascuaro en canoë, mais il trop tard nous avons perdu trop de temps avec les problèmes de voiture, c’est dons le volcan Irazu l’objectif, à une trentaine de kilomètres d’ici. Plus nous nous approchons du volcan et plus le temps change avec un mélange de pluie et de brouillard. Nous sommes à l’entrée du parc et les gardiens ne sont pas optimistes, on ne va rien voir. Demi tour et à moins de 3km c’est à nouveau le soleil, retour au parc et malgré le brouillard encore lourd, nous tentons la visite. Nous prenons notre temps pour nous équiper et parler avec des Lyonnais qui en reviennent un peu déçus, ils ont eu juste 1mn pour apercevoir et prendre 2 photos du lagon au fond du volcan. Nous sommes maintenant à 50 m et miracle le soleil fait son apparition et là c’est vraiment beau.

P1030341.JPG  P1030342.JPG
Ensuite direction Alajuela pour nous rapprocher du volcan Poas que nous espérons faire demain, si le temps le permet. Dur la nuit pour trouver un hôtel correct, visite d'hotels minables avec des chambres aveugles, nous continuons notre route et c’est à environ 25 km du volcan qu’on est obligé de s’arrêter à l’hôtel « Buena Vista », très beau avec une vue imprenable de notre terrasse sur San José, l’hôtel possède un jardin botanique admirable (prix 130 $ la nuit avec PD) .
San JOSE au balcon.

               P1030351.JPG
Mardi 1 Mars 2011 : Vers le volcan POAS

Levé un peu plus tard pour profiter de l'hôtel, après un petit déjeuner continental, promenade dans les magnifiques jardins fleurs, caféiers, oiseaux. Départ vers 10 h pour le volcan Poas, pluie, brouillard donc aujoud'hui sans visibilité nous ne prenons pas le risque de rentrer dans le parc, tous prèt de l'entrée du parc à environ 3 km nous trouvons des cabinas'rustiques mais pratique, la vue est imprenable sur la vallée. La pluie persiste et le vent commence à souffler nous nous installons dans le restaurant et nous  y passons l'aprés midi. Le soir  nous partons diner dans un petit restaurant en contre bas. C'est humide avec la pluie et le vent pénétrant le restaurateur propose à tout le monde des couvertures. Retour ensuite à notre cabanos et nous avons l'idée géniale d' allumer le feu dans la cheminer d'autant qu'on nous a laissé du bois et des allumettes. Oh!!!! l'erreur nous sommes rapidement envahie par la fumée et c'est les yeux rouges qu'il faut maintenant faire le pompier pour l'éteindre. Retour à la normale et avec trois couvertures nous arrivons à nous réchaufer et dodo.
Mercredi 2 Mars. Volcan POAS

Cette nuit le vent a chassé les nuages, il est 7h du matin ,on s'habille, le parc ouvre à 8h et nous voulons ètre les premiers à voir le volcan. Et il est là majestieux, la fumée qu'il progète ne nous permet pas de voir la totalité du lagon. Aprés plus d'une demi heure à le regarder nous grimpons 30 mn pour voir le second volcan qui nous offre sous le soleil une vue sans retenue sur le lagon et une superbe végétation 
P1030405.JPG P1030408.JPG
P1030409.JPG
P1030419.JPG
Encore des photos et nous repartons pour pour aller voir les jardins de la catarata (cascade) la Paz, Un complexe aménagé autour d'une serie de cascades, formées par le Rio La Paz. C'est un jardin qui représente un condensé de toute la faune et la flore du Costa Rica dans un endroit superbe. Il accueille le plus vaste jardin de papillon du Costa Rica, de colibris, d'orchidées rares, des grenouilles, des oiseaux du pays, de la faunes sauvage avec son animal légendaire le jaguar. Mais aussi une ferme représentant la vie d'une famille avec son bétail , sa forge et les différent outils utilisés pour le café ou encore la fabrication du fromage. Mais c'est aussi un endroit qui abrite un hotel romantique ou les amoureux y viennent passer leur nuit de noce, avec son jacousi en pleine nature, sa piscine aux X cascades, sa flore et plus encore. Nous y avons passé une aprés midi sympa, mais la grande question qui se pose le prix de l'entrée à 30 dollars est il justifié?. Les avis sont trés partagés.
P1030453.JPG P1030433.JPG
P1030444.JPG P1030489.JPG
La nuit ne va pas tarder a tomber nous devons rentrer sur Alajuela, car demain c'est la fin de ce voyage.
Difficile de trouver notre hôtel Colonial chez Pierre. Arrivée vers 17 heures acceuil par Bernard. Petite discussion avec les nouveaux vacanciers, partage des informations. Ambiance conviviale et nous allons au dodo sans diner. 
Jeudi 3 mars 2011 : ALAJUELA - AEROPORT SAN JOSE - MIAMI et PARIS
Petit déjeuner copieux chez Pierre. Partage d'informations avec les nouveaux vacanciers. Nous faisons nos adieux et un taxi nous attend pour nous amener à l'aéroport vers 10 heures. Enregistrement des bagages jusqu'à Miami, réglement de la taxe de sortie de 26 $ par pax.
Le changement d'avion à Miami avec un délai de 1h30, n'est pas suffisant vu la grandeur de l'aéroport et les attentes aux formalités, aussi nous ne pouvons pas prendre notre correspondance. Stress, il faut trouver un nouveau vol, c'est assez facile mais notre voyage est rallongé de 3 heures avec un passage par Berlin. 
Ernst vient nous attendre à l'aéroport, nous apprécions beaucoup car le voyage a été long. 
Nous garderons un grand souvenir de tous ces Ticos que nous avons croisé, qui nous ont toujours aidé lorsque nous avions besoin d'eux. Mais tous ça c'est une autre histoire.
Avant de nous quitter Nicole une ami de Paris m'a demandé ou étaient donc les fleurs de ce beau pays.
Alors pour elle, nous les avons rassemblé, pour en faire un bouquet.

 

 
                     plantefleur.jpg

 

Au revoir et à bientot.
La charrette est prète pour de nouvelles aventures.

 


IMG_0138.jpg_
Données générales :

Voir les commentaires