Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
LE PETIT MONDE D' HELENE

LE PETIT MONDE D' HELENE

Partager nos voyages avec ceux qui comme nous ont cette passion.

Publié le par lemondedhelene
Publié dans : #VELO VTC

ANDALOUSIE Mai 2015.

Après les Villages Blancs de l'Andalousie en Mai 2013, qui nous ont permis d’apprécier l'envoûtante ville de RONDA, les villages blancs immaculés de chaux vive collés aux falaises abruptes et Cadix chargé d'histoire, l'envie de retrouver une Espagne authentique comme nous l'aimons, nous amène de ANTEQUERA à SEVILLE sans oublier au passage, LUCENE, ECIJA, CARMONA et CORDOUE. Nous n'aurons pas le temps de nous arrêter à CABRA et BAENA, qui méritaient une halte.

Au programme (360 KM) de VTC pour voir et revoir l'architecture arabo-andalouse et romaine qui les ont devancé, la beauté de la Sierra avec ses villages perchés et ses champs d'oliviers accrochés aux flans des montagnes et sur des centaines de collines qui s'étendent a perte de vue aux terres arides et rocailleuses.

Depuis mi-octobre 2014, nous n'avions plus touché aux vélos, quelques petites sorties en VELIB dans Paris en mars/avril, mais vraiment trop ridicule. Alors de retour dans le sud ( fin avril), nous nous y sommes remis très sérieusement avec quelques cols et des distances qui se rapprochent du programme qui nous attend. Hélas, nous n'avons pu faire que 25O km, un intervention chirurgicale dentaire éprouvante et l’interdiction de toucher aux vélos pendant quelques jours, on cruellement freiné notre remise en condition physique. Heureusement les randonnées ont été possibles, avec le Caroux un des plus beau parcours du haut-Languedoc dans les gorges de Colombière (6h), le lac du Salagou par le village de Lacoste qui donne une vue imprenable dans la vallée qui abrite le lac (3h), pour finir « la Ramasse » perché sur les collines de Clermont l'Hérault (2h). Voilà, espérons que cela suffira.

1.Le CAROUX avec notre amie Cathy, notre prof de Yoga d'un jour.  2. Le mont Saint-Baudile 849 m belle et dure montée, mais que c'est beau!!! d'ici.
1.Le CAROUX avec notre amie Cathy, notre prof de Yoga d'un jour.  2. Le mont Saint-Baudile 849 m belle et dure montée, mais que c'est beau!!! d'ici.
1.Le CAROUX avec notre amie Cathy, notre prof de Yoga d'un jour.  2. Le mont Saint-Baudile 849 m belle et dure montée, mais que c'est beau!!! d'ici.
1.Le CAROUX avec notre amie Cathy, notre prof de Yoga d'un jour.  2. Le mont Saint-Baudile 849 m belle et dure montée, mais que c'est beau!!! d'ici.

1.Le CAROUX avec notre amie Cathy, notre prof de Yoga d'un jour. 2. Le mont Saint-Baudile 849 m belle et dure montée, mais que c'est beau!!! d'ici.

J1. Samedi 16 MAI 2015 : CLERMONT-L'HERAULT – PENISCOLA

Distance de Clermont- l’Hérault à Antequera 1286 km.

Première pause pour la nuit à PENISCOLA au bord de la mer, dominée par son château fort Arabe (XIII siècle), inexpugnable dans le passé. Nous y sommes vers 14h, l'hôtel est au pied du château et nous pouvons de la fenêtre de notre chambre nous donner l'impression de pouvoir toucher le sable, puis balade vers les fortifications, le bord de mer très venté aujourd'hui, et dîner copieux en ville.

PENISCOLA son chateau et sa plage avec les magnifiques sculptures de sable
PENISCOLA son chateau et sa plage avec les magnifiques sculptures de sable PENISCOLA son chateau et sa plage avec les magnifiques sculptures de sable
PENISCOLA son chateau et sa plage avec les magnifiques sculptures de sable PENISCOLA son chateau et sa plage avec les magnifiques sculptures de sable
PENISCOLA son chateau et sa plage avec les magnifiques sculptures de sable PENISCOLA son chateau et sa plage avec les magnifiques sculptures de sable

PENISCOLA son chateau et sa plage avec les magnifiques sculptures de sable

Repas en ville de poissons , plutôt copieux
Repas en ville de poissons , plutôt copieux

Repas en ville de poissons , plutôt copieux

 

J2. Dimanche 17 Mai 2015. PENISCOLA - ANTEQUERA 

Journée plutôt longue, nous avons plus de 750 km d'autoroute pour arriver à ANTEQUERA. Nous avons de la chance l'hôtel San SEBASTIAN est au centre de la vieille ville sur une petite place ou trône une fontaine et l'église San Sébastian. De plus nous sommes bien accueillis, nous pouvons laisser nos vélos dans l'établissement pour la nuit. Nous devons maintenant trouver un parking pour y laisser la voiture 8 jours. L'hôtel nous subgère de la mettre dans l'un des 2 parkings publics et gratuits. Oui, mais trop risqué, le parking central est proche de l'hôtel, pour 35 € la semaine, nous n'hésitons pas. Fin de soirée reposante, la ville est calme et la balade à pied jusqu'au chateau qui domine la ville est une bênédiction. Diner  dans l'un des restaurant indiqué par notre hôtesse avant de regagner la chambre. Demain c'est le grand départ avec beaucoup de questions sur la topographie du terrain et sur certaines routes à prendre car malgré notre carte IGN de l'Andalousie au 1:220 000, nous ne pouvons pas dire que nous sommes parfaitement bien équipés.  

 

ANTEQUERA et son église San Sébastian, la ville s'endort ANTEQUERA et son église San Sébastian, la ville s'endort
ANTEQUERA et son église San Sébastian, la ville s'endort
ANTEQUERA et son église San Sébastian, la ville s'endort ANTEQUERA et son église San Sébastian, la ville s'endort

ANTEQUERA et son église San Sébastian, la ville s'endort

J3. Lundi 18 MAI 2015 :   ANTEQUERA - LUCENA (Environ 70 km)

Départ de l'hôtel vers 8h et il ne fait pas chaud, il nous faut traverser la ville pour rejoindre l'autoroute de  Séville car derrière l'échangeur le chemin de service mène à Morella, ensuite c'est plus facile, longue  route nous longeons des grandes fincas avec de grands champs d'oliviers. C'est une région importante de production de l'huile d'olive, nous passons devant une immenses usine de traitement. Nous retrouvons vers 10h la chaleur sans vraiment nous en plaindre, un petit vent légé et un voile de nuages blancs nous aident à la supporter. D'en haut des collines et des collines d'oliviers à perte de vue que l'on peut comparer à de grosses vagues au milieu de l'océan. C'est vraiment grandiose.  

Arrivée à Lucena vers 14h30, recherche de l'hôtel dans le centre de la ville, douche et déjeuner sur la place dans un bar restaurant salade et bocadillo au jambon Ibérique.

Le temps est devenu orageux, visite du musée de la ville situe dans la château, très belle présentation archéologique et ethnologique. Au sommet de la tour, nous avons une vue imprenable, mais sans soleil les photos ne sont pas géniales. Nous continuons par la visite des deux principales églises avant de revenir à l'hôtel pour se reposer.

Dîner vers 22 heures dans une Cervezeria qui sert de très bonnes tapas.

LUCENA une après midi sans soleil, son musée et son église.
LUCENA une après midi sans soleil, son musée et son église.
LUCENA une après midi sans soleil, son musée et son église.
LUCENA une après midi sans soleil, son musée et son église.
LUCENA une après midi sans soleil, son musée et son église.
LUCENA une après midi sans soleil, son musée et son église.
LUCENA une après midi sans soleil, son musée et son église.
LUCENA une après midi sans soleil, son musée et son église.
LUCENA une après midi sans soleil, son musée et son église.
LUCENA une après midi sans soleil, son musée et son église.

LUCENA une après midi sans soleil, son musée et son église.

J4. Mardi 19 Mai 2015 : LUCENA - CORDOUE ( Env 96km).

La journée va être longue, nous avons finalisé notre parcourt avec le gardien de l'hôtel. A Lucena passe "la Via verde" (la voie verte, ancien chemin de fer qui servait au transport de l'huile d'olive dans la région) , aux abords, CABRA et BAENA, ce morceau de chemin est de 28 km et rejoint la N432 qui va jusqu'à CORDOUE. Cette première partie est trés agréable, nous croisons beaucoup de sportifs et les paysages sont beaux, puis la trés empruntée N432. Nous regrettons de ne pas pouvoir faire une halte à Cabra et Baena, nous voulons profiter un maximum de CORDOUE. Avant l'entrée de Castro del Rio j'éclate le pneu de la roue arrière, nous nous mettons à l'ombre des oliviers pour tenter une réparation, le trou du pneu est important à l'aide de la chambre à air qui vient elle aussi d'exploser, je découpe 2 bandes de caoutchouc que je colle à l'intérieur du pneu troué avant de remettre une chambre à air neuve. Il commence à faire trés chaud, nous sommes dans une partie de  route sans intérêt, il est 14h et j'ai les mains dans un triste état. Arrêt dans un petit restaurant au bord de la route, menu "del dias" excellent à 9€. Impossible de trouver un magasin de vélo dans les villages que nous traversons, tous nous proposent, des garages autos, mais au miracle!! le pneu a tenu 45 km, jusqu'à Cordoue. A l'entrée de la ville un chauffeur de taxi stationné à l'ombre d'un parc, nous indique un magasin de réparation. Il est déjà 16h45 la fin de journée va être courte. La ville est trés belle avec ses rues pavés, notre hôtel est vraiment central nous ne pouvions rêver mieux à 2 pas de la Cathédrale et du pont romain. Douche et malgré la fatigue nous ressortons, mais trop tard pour la visite de la Mosquée-Cathédrale, alors nous marchons jusqu'à la tour Calahorra et l'Alcazar avant de s'enfoncer dans les rues étroites au mille découvertes . Sur la plaza Del Potro, la posada del Potro centre de Flamenco, nous commandons une boisson en terrasse, sur la table du fond un groupe d'Andaloue chante admirablement bien le Flamenco, c'est un grand moment, puis le pont romain avant de finir la soirée dans un restaurant recommandé vivement par notre hotel. Maintenant dodo la journée a été longue. Nous reviendrons.

   

 

 

 

 

 

Notre arrivée à CORDOUE. Nos vélos majestueux dans notre appartement avec sa  terrasse.
Notre arrivée à CORDOUE. Nos vélos majestueux dans notre appartement avec sa  terrasse.
Notre arrivée à CORDOUE. Nos vélos majestueux dans notre appartement avec sa  terrasse.

Notre arrivée à CORDOUE. Nos vélos majestueux dans notre appartement avec sa terrasse.

CORDOUE à travers rues.
CORDOUE à travers rues.
CORDOUE à travers rues.
CORDOUE à travers rues.
CORDOUE à travers rues.
CORDOUE à travers rues.
CORDOUE à travers rues.
CORDOUE à travers rues.
CORDOUE à travers rues.
CORDOUE à travers rues.
CORDOUE à travers rues.
CORDOUE à travers rues.

CORDOUE à travers rues.

J5. Mercredi 20 Mai 2015 :  CORDOUE - ECIJA

Ce matin, un grand ciel bleu recouvre Cordoue, une légère brise et se sont tous les parfums des jardins Andalous, des orangés, des citronniers et des murailles fortifiées de la citée qui embaument. C'est le temps idéal pour quitter la ville et profiter encore de ce cadre exceptionnel, d'autant que nous devons traverser le pont romain en vélos et rejoindre l'autre rive du Guadalquivir et le suivre sur de longs kilomètres avant d'attaquer des collines de tournesols et de blé. La route est longue et pas vraiment agréable, ça grimpe trés fort et ça redescend aussitôt, nous avons ce manège qui se répète 10 fois, et lorsque enfin nous retrouvons un peu de plat se sont des chemins défoncés qui n'arrangent pas nos délicates fesses. Une halte dans un des rares villages que nous traversons pour commander un café et deux sandwichs en terrasse. L'erreur c'est d'en avoir commandé 2, ils sont énormes!!!, impossible de manger les 2. Nous avons repris notre route et l'arrivée à ECIJA fut une bénédiction, la ville est belle, notre hôtel est bien placé dans la partie historique de la ville, l'accueil est parfait et notre chambre est la meilleure prestation qu'on ai eu depuis notre entrée en Espagne, sans oublier nos vélos qui occupaient encore une fois, une place royale dans l'un des deux salons. Douche et balade en ville, nous avons vu en arrivant dans la ville de magnifiques robes de dance Andalouses et nous voulons en acheter une pour notre petite Charlotte avec quelques petits compléments. Voilà, c'est fait et juste à côté une bonne pâtisserie qui fait du bon café. 

Notre première visite est consacré au musée municipal, installé dans le palais de BENAMEJI. De magnifiques mosaiques romaines et sculptures comme l'amazone blessée. Une belle collection d'ustensiles métalliques préhistoriques et stèle de guerre. Nous avons adoré. Une grande partie de la richesse du musée provient de fouilles effectuées sur la grande place d'Espagne, transformée hélas en parking( on achève bien les taureaux), stupide décision municipale, qui a laissé un ridicule morceau de cette citée romaine. Quelques photos à travers les rues avant d'aller nous installer à la terrasse d'un café pour profiter de la fin de cette journée.

La campagne et ce beau lavoir, installé au début du siècle dernier par la municipalité à une époque ou la région manquée cruellement d'eau. La révolte paysanne commencée à se faire sentir. La campagne et ce beau lavoir, installé au début du siècle dernier par la municipalité à une époque ou la région manquée cruellement d'eau. La révolte paysanne commencée à se faire sentir.
La campagne et ce beau lavoir, installé au début du siècle dernier par la municipalité à une époque ou la région manquée cruellement d'eau. La révolte paysanne commencée à se faire sentir. La campagne et ce beau lavoir, installé au début du siècle dernier par la municipalité à une époque ou la région manquée cruellement d'eau. La révolte paysanne commencée à se faire sentir.

La campagne et ce beau lavoir, installé au début du siècle dernier par la municipalité à une époque ou la région manquée cruellement d'eau. La révolte paysanne commencée à se faire sentir.

La chambre des vélos et quelques images de la ville.
La chambre des vélos et quelques images de la ville.
La chambre des vélos et quelques images de la ville.
La chambre des vélos et quelques images de la ville.
La chambre des vélos et quelques images de la ville.
La chambre des vélos et quelques images de la ville.
La chambre des vélos et quelques images de la ville.
La chambre des vélos et quelques images de la ville.
La chambre des vélos et quelques images de la ville.
La chambre des vélos et quelques images de la ville.

La chambre des vélos et quelques images de la ville.

Le musée municipal de BENAMEJI et ses magnifiques mosaïques. Exceptionnel un cercueil romain fait de plomb.
Le musée municipal de BENAMEJI et ses magnifiques mosaïques. Exceptionnel un cercueil romain fait de plomb.
Le musée municipal de BENAMEJI et ses magnifiques mosaïques. Exceptionnel un cercueil romain fait de plomb.
Le musée municipal de BENAMEJI et ses magnifiques mosaïques. Exceptionnel un cercueil romain fait de plomb.
Le musée municipal de BENAMEJI et ses magnifiques mosaïques. Exceptionnel un cercueil romain fait de plomb.
Le musée municipal de BENAMEJI et ses magnifiques mosaïques. Exceptionnel un cercueil romain fait de plomb.
Le musée municipal de BENAMEJI et ses magnifiques mosaïques. Exceptionnel un cercueil romain fait de plomb.
Le musée municipal de BENAMEJI et ses magnifiques mosaïques. Exceptionnel un cercueil romain fait de plomb.
Le musée municipal de BENAMEJI et ses magnifiques mosaïques. Exceptionnel un cercueil romain fait de plomb.

Le musée municipal de BENAMEJI et ses magnifiques mosaïques. Exceptionnel un cercueil romain fait de plomb.

J6. Jeudi 21 MAI 2015 : ECIJA - CARMONA

 

Ce matin, malgré les indications fournies par notre hôtelier sur la direction à prendre pour récupérer la petite route qui mène jusqu'à Fuentes de Andalucia à partir de Villanueva de Rey, il est impossible de la trouver, nous devons emprunter l'autovia (voie  de circulation similaire à l'autoroute en Espagne, mais gratuite), jusqu'à La sortie la Luisiana ( 8 km ). Nous voilà, en concurrence déloyale avec les voitures et camions, nous avons le droit d'y être en suivant la ligne blanche extérieure mais çà déménage!!. Puis aprés la sortie, un bout de chemin rude et caillouteux qui passe à travers champs cultivés. Nous atteignons enfin un village et sa petite départementale reposante qui passe à travers une campagne quasi deserte jusqu'à Carmona. Nous n'oublierons pas ces derniers kilomètres et la côte raide pour atteindre haut perché notre objectif,  la ville blanche de Carmona est visible à plus de 10 km. Sur son piton rocheux domine l'Alcazar une impressionnante forteresse qui abrite aujourd'hui un magnifique Parador 4 étoiles. La récompense notre Posada sur une petite place au coeur des restes des hautes murailles protectrices de la citée. La chambre est petite, mais nous avons un petit balcon  avec vu sur la place. Déjeuner à l'ombre des petits arbustes qui ornent la place. Balade jusqu'à l'Alcazar et visite du luxueux Parador ave son immense piscine, puis visite de la partie histotique et retour à notre Posada pour un repos bien mérité.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                       

A travers la campagne qui nous amène à CARBONA et la trahissante affiche qui indique l'entrée de la citée alors qu'il reste à faire 7 km de côte sous le soleil pour y arriver.
A travers la campagne qui nous amène à CARBONA et la trahissante affiche qui indique l'entrée de la citée alors qu'il reste à faire 7 km de côte sous le soleil pour y arriver.
A travers la campagne qui nous amène à CARBONA et la trahissante affiche qui indique l'entrée de la citée alors qu'il reste à faire 7 km de côte sous le soleil pour y arriver.
A travers la campagne qui nous amène à CARBONA et la trahissante affiche qui indique l'entrée de la citée alors qu'il reste à faire 7 km de côte sous le soleil pour y arriver.

A travers la campagne qui nous amène à CARBONA et la trahissante affiche qui indique l'entrée de la citée alors qu'il reste à faire 7 km de côte sous le soleil pour y arriver.

L'une des portes de la ville et Hélène qui a besoin de boire - La Posada avec vu sur la place - Et cette délicieuse soupe Andalouse froide " SALMOREJO" , un vrai régal !!!.
L'une des portes de la ville et Hélène qui a besoin de boire - La Posada avec vu sur la place - Et cette délicieuse soupe Andalouse froide " SALMOREJO" , un vrai régal !!!.
L'une des portes de la ville et Hélène qui a besoin de boire - La Posada avec vu sur la place - Et cette délicieuse soupe Andalouse froide " SALMOREJO" , un vrai régal !!!.
L'une des portes de la ville et Hélène qui a besoin de boire - La Posada avec vu sur la place - Et cette délicieuse soupe Andalouse froide " SALMOREJO" , un vrai régal !!!.
L'une des portes de la ville et Hélène qui a besoin de boire - La Posada avec vu sur la place - Et cette délicieuse soupe Andalouse froide " SALMOREJO" , un vrai régal !!!.

L'une des portes de la ville et Hélène qui a besoin de boire - La Posada avec vu sur la place - Et cette délicieuse soupe Andalouse froide " SALMOREJO" , un vrai régal !!!.

Le Parador de l'Alcazar et Carbona
Le Parador de l'Alcazar et Carbona
Le Parador de l'Alcazar et Carbona
Le Parador de l'Alcazar et Carbona
Le Parador de l'Alcazar et Carbona
Le Parador de l'Alcazar et Carbona
Le Parador de l'Alcazar et Carbona
Le Parador de l'Alcazar et Carbona

Le Parador de l'Alcazar et Carbona

J7. Vendredi 22 Mai 2015 : CARMONA - SEVILLE

Départ à 8h30 nous trouvons facilement notre route, nous pédalons une petite heure avant de nous arrêter pour prendre notre petit déjeuner. Aujourd'hui nous n'avons que 50 km à faire, nous prenons tout notre temps à la terrasse d'un café. Un peu de galère à Mairena del Alcor pour trouver une bonne route avant de rencontrer une personne censé, qui nous indique ou prendre la la voie verte qui va jusqu'à l'entrée de SEVILLE. Pas vraiment facile à trouver, mais une fois dessus c'est du bonheur, nous faisons environs 20 km en suivant un long canal pour arriver au pied de l'Autovia qui rentre sur Séville. De là, il faut rentrer dans les jardins de l'université de Séville Pablo de Olavide et prendre la voie cyclable ( environ 10 km) , qui va jusqu'au coeur de la cité. Notre Posada San Pedro est dans le quartier historique. Après une bonne douche, paella dans une Bodega et visite de la ville. Tout semble tourner autour de la Cathédrale, non loin là, latour de l'Or sur les bords du Guadalquivir et des parcs de l'exposition Universelle de 1929 et celle de 1992. Nous achetons pour 48 h des billets de bus " sighseen" pour la visite guidée.

J8. Samedi 23 Mai 2015 : SEVILLE

Aujourd'hui nous ne toucherons pas au vélo, la journée est consacré à la visite de la ville.Départ pour la cathédrale qui est immense et très dépouillée. Nous continuons à pied vers la place d'Espagne en traversant un grand parc avec plusieurs pavillons construits en l'honneur de l'exposition universelle de 1929. Arrivée à la place d'Espagne un véritable joyau architectural, Bâtiments construits en hémicycle, nous y restons un long moment. Plus au sud la place des Amériques avec le musée archéologique et le musée des traditions populaires.

Nous prenons le bus seegshing qui traverse plusieurs quartiers Le parc de l'exposition de 1992 (exposition essentiellement technologique... ) A signaler le superbe pont …..

Retour au centre pour visiter au sommet de la cathédrale et la Giralda, malheureusement elle ferme à 16H00 nous ne pourrons pas y monter.

Nous allons visiter l'Alcazar et ses magnifiques jardins.

Diner dans une cerveceria tapas y jamon iberico.

Clin d'yeux sur SEVILLE
Clin d'yeux sur SEVILLE
Clin d'yeux sur SEVILLE
Clin d'yeux sur SEVILLE
Clin d'yeux sur SEVILLE
Clin d'yeux sur SEVILLE
Clin d'yeux sur SEVILLE
Clin d'yeux sur SEVILLE
Clin d'yeux sur SEVILLE
Clin d'yeux sur SEVILLE
Clin d'yeux sur SEVILLE

Clin d'yeux sur SEVILLE

Insolite Cathédrale de SévilleInsolite Cathédrale de Séville
Insolite Cathédrale de Séville

Insolite Cathédrale de Séville

La place d'Espagne habillée de faïence.
La place d'Espagne habillée de faïence.
La place d'Espagne habillée de faïence.
La place d'Espagne habillée de faïence.
La place d'Espagne habillée de faïence.
La place d'Espagne habillée de faïence.

La place d'Espagne habillée de faïence.

 l'Alcazar et ses magnifiques jardins.
 l'Alcazar et ses magnifiques jardins.
 l'Alcazar et ses magnifiques jardins.
 l'Alcazar et ses magnifiques jardins.
 l'Alcazar et ses magnifiques jardins.
 l'Alcazar et ses magnifiques jardins.

l'Alcazar et ses magnifiques jardins.

J9 - Dimanche 24 Mai 2015 : SEVILLE - ANTEQUERA

Après le petit déjeuner pris dans une bonne boulangerie, promenade en ville. Vers 10 H 30 nous enfourchons nos vélos en direction la gare ferroviaire centrale. Embarquement à bord d'un train pour ANTEQUERA.

Après 1h45 de voyage nous arrivons à la gare de ANTEQUERA Santa Anna qui se trouve à 20 Km de la ville de ANTEQUERA.

Dernière balade sur nos vélos pour rejoindre la ville où nous avons réservé le même hôtel qu'à l'arrivée. Arrêt au parking centrel pour ranger les vélos et quelques affaires dans la voiture.

Ensuite nous allons à l'hôtel récupérer notre sac de voyage et nous installer dans notre chambre.

Déjeuner rapide salade charcuterie et fromage. Nous montons jusqu'à l'Alcazar qui domine la ville, nous faisons le tour des remparts puis descente dans la ville pour aller prendre un café et churros car le temps s'est rafraichi.

Diner dans la taverne DON MANUEL Sympathique.

Antequera s'endort.
Antequera s'endort.
Antequera s'endort.

Antequera s'endort.

J10 - Lundi 25 Mai 2015 : ANTEQUERA - PENISCOLA

Journée de route pour rejoindre PENISCOLA. Arrivée vers 18 H, nous rejoignons l'hôtel Papa Luna que nous avons réservé avec une demi pension nous sommes face à la mer, mais nous n'en profiterons pas car il y a du vent. Promenade dans la petite ville pour nous décontracter après une journée de route.

Ensuite retour à l'hôtel pour diner, beaucoup de foule essentiellement du 3e âge qui profite des prix hors saison, buffets gigantesques et brouhahas énorme nous n'y étions plus habitués.

J11 - Mardi 26 Mai 2015 : PENISCOLA - CLERMONT L'HERAULT

Après un petit déjeuner buffet gargantuesque, nous prenons l'autoroute direction la France.

Arrêt à la frontière La Jonquiera pour faire quelques achats. Et nous arrivons à Clermont l'Hérault vers 17 Heures.

Voilà, c'est bouclé. Nous avons encore une fois de plus apprécié la grande disponibilités des Espagnols, toujours prêt à vous rendre service, les villes et villages d'une grande propreté ou nous nous sommes arrêtés, sans oublier les petits restaurants et hôtels très bien tenus, qui nous ont aidés chaque jour à retrouver la forme pour reprendre la route.

Voir les commentaires

Publié le par lemondedhelene
Publié dans : #ASIE

THAILANDE-CAMBODGE

C'est le retour vers des pays que nous aimons, fascinants, agréables et accueillants. Il y a tellement de choses à y découvrir et à y faire que nous n'avons eu aucun mal à organiser un nouveau circuit pour d'autres découvertes, d'autres lieux. Notre ami Ernst amateur de l'Asie nous accompagne, Jean son compagnon des chemins de Compostelle, nous rejoindra lui aussi dans quelques jours.

Nos objectifs : A l’Ouest de Bangkok rejoindre la rivière KWAI et remonter jusqu'aux grands lacs aux portes de la frontière Birmane au passage le mémorial du pont de la rivière Kwai, mais surtout la nature avec de magnifiques cascades et lacs que nous espérons faire en motos. Puis direction l’Est de Bangkok jusqu’à Phi Mai pour le temple de Phimai Khmer et les ruines de Prasat Phanom et plus loin Khong Chiam à découvrir aux portes du Laos. Puis retour à Bangkok, nous devons accueillir avec Ernst, son ami Jean et nous envoler tous les 4, pour Siém Reap au Cambodge et revoir encore et encore les temples d’Angkor Thom et d’Angkor Wat sans oublier Koh Ker et Prasat Preah Vihéar convoité par la Thaïlande et que Ernst rêve de voir depuis très longtemps Nous devrions finir sur une île, les pieds dans l’eau.

Départ le mercredi 4 février par AIR JORDANIA de Paris avec une escale à (Amman).

Retour le mercredi 11 mars de Bangkok avec une escale à (Amman).

- Soit 33 jours + 2 nuits d'avion.

A noter le blog de Ernst : "http://ernestovoyageur.blogspot.fr/

*********************************************************************************************************************

* Nous donnons des détails, sur les Hôtels, transports et autres à la fin de ce séjour. *

*********************************************************************************************************************

J0 – Mercredi 4 février 2015 : Voyage PARIS =>AMMAN =>BANGKOK

7h du matin, l’horrible bruit de mon IPhone, nous signale qu’il ne nous reste plus que 1 heure 30 pour nous préparer et rejoindre Ernesto au terminal 2A de ROISSY CDG. Métro avec un changement à Strasbourg St Denis pour la gare du Nord et le RER semi direct pour l’aéroport. Il fait exceptionnellement très beau sur la Capitale, trop tard nous avons nos billets pour quitter le clair-obscur devenu pesant à Paris. Notre vol avec la AIR JORDANIA jusqu’à AMMAN est parfait avec un atterrissage de rêve, hélas !!!!!! Nous avons une escale de 7h, pour notre prochain vol sur Bangkok. Nous somme accueillis par une hôtesse qui nous invite à remplir quelques formalités et direction sans plus attendre la sortie de l’aéroport avec le passage de douane, puis un bus nous amène directement vers un grand hôtel proche de l’aéroport, distribution de chambre et invitation à prendre un repas, tout ça gratuit pour nous éviter cette attente très longue dans les longs couloirs de l’aéroport. Merci, deux fois AIR JORDANIA, car nous avions eu dans le passé une escale de plus de 9h et nous avions eu les mêmes égards avec cette compagnie.

J1. jeudi 5 février 2015 : Bangkok

Bangkok, 3h de l’après-midi, nous sommes dans un taxi direction kaosan road et l’hôtel D&D pour une nuit. Après-midi cool, dans le quartier, bruyant et bondé de touristes devant une Tiger et quelques rondelles d’oignons frits comme on les aime, puis piscine sur les toits de l’hôtel avant de finir la soirée dans un resto le long de la petit ruelle qui longe le temple bouddhiste un peu à l’écart du bruit.

kaosan road et l’hôtel D&D
kaosan road et l’hôtel D&D
kaosan road et l’hôtel D&D
kaosan road et l’hôtel D&D
kaosan road et l’hôtel D&D
kaosan road et l’hôtel D&D

kaosan road et l’hôtel D&D

J2. Vendredi 6 février 2015 : Bangkok - Amphawa

Ce matin, nous avons presque récupéré la fatigue du voyage, petit déjeuner et taxi pour rejoindre la gare routière, nous partons pour Amphawa à environ 100 km de Bangkok, principale curiosité le marché flottant. L’hôtel Khetwarin Resort que nous avions réservé sur internet est superbe, un peu loin du marché flottant, mais au bord de l’eau dans un magnifique parc calme et reposant. Nos chambres font face à un grand canal alimenté par le Mea Nam Mae Klong et la terrasse, ombragée par des manguiers et fleurs exotiques vient complèter agréablement notre Resort d'un jour.

L’hôtel Khetwarin Resort
L’hôtel Khetwarin Resort
L’hôtel Khetwarin Resort
L’hôtel Khetwarin Resort
L’hôtel Khetwarin Resort
L’hôtel Khetwarin Resort

L’hôtel Khetwarin Resort

Le marché flottant de Amphawa

  • Après midi et soirée agréable sur les quais étroits qui longent le marché flottant. Superbe balade sur les canaux à bord d'un long thai boat et fin de soirée sur le grand marché avec dégustation de crustacés et calamars grillés accompagnés d'une LAO (bière locale). Nous avons été agréablement surpris par ce marché essentiellement fréquenté par le tourisme local.
 le marché flottant de Amphawa
 le marché flottant de Amphawa
 le marché flottant de Amphawa
 le marché flottant de Amphawa
 le marché flottant de Amphawa
 le marché flottant de Amphawa
 le marché flottant de Amphawa
 le marché flottant de Amphawa

le marché flottant de Amphawa

Quelques prises de photos particulières
Quelques prises de photos particulières

Quelques prises de photos particulières

J3. Samedi 7 février 2015 : Amphawa - Kachanaburi à l’ouest de la Thailande.

Réveil en douceur par la musique Thaï, projetée le long du canal par des hauts parleurs, difficile de savoir d’où elle vient, mais qu’importe elle est la bienvenue. Petit déjeuner agréablement sur la terrasse au bord de l’eau bercée par cette musique. Mais le temps presse, nous devons repartir notre taxi(Tuk tuk) nous attend pour rejoindre la gare centrale, nous avons un bus à prendre pour Kachanaburi ( Environ 4h de route), dépôt de nos affaires à l’hôtel Phon Phen, restauration rapide et direction le centre-ville, nous devons trouver un dentiste pour Hélène qui a encore des problèmes avec une dent. Après une intervention rapide, nous ne sommes pas loin de la gare centrale, nous en profitons pour aller voir les horaires des trains. Au passage un petit arrêt au Mémorial et cimetière allié de la seconde guerre mondiale très bien entretenu, puis devant le jardin de la gare un train de ravitaillement à vapeur Japonais qui circulait dans la vallée. Après la gare, nous ne sommes qu’à 1 km à pieds du célèbre pont de la rivière KWAI, construit par des prisonniers de guerre sous le commandement de troupes japonaises. Beaucoup de monde sur le pont, nous le traversons jusqu’à l’autre rive, quelques photos et retour à l’hôtel pour une douche méritée. Soirée entre hommes, Hélène décidemment n’a pas de chance problème d’estomac, elle préfère se reposer dans sa chambre. De nuit la ville n’est plus la même, beaucoup de bars à filles et très peu de restaurants.

Le célèbre pont de la rivière KWAI,
Le célèbre pont de la rivière KWAI,
Le célèbre pont de la rivière KWAI,
Le célèbre pont de la rivière KWAI,
Le célèbre pont de la rivière KWAI,
Le célèbre pont de la rivière KWAI,
Le célèbre pont de la rivière KWAI,

Le célèbre pont de la rivière KWAI,

J4. Dimanche 8 février 2015. Kachanaburi – Les 7 cascades d’Erawan & le Train Combo.

Pour rejoindre avec le train Combo le parc national à 65 Km de la gare ferroviaire de Kanchanaburi il faut soit se lever à 5h du matin, pour un premier train à 6h ou prendre le suivant qui est à 10H30, plus raisonnable pour nous. Oui mais voilà, les trains ne sont jamais à l’heure, 1h de retard et 30 mn de plus à l’arrivée. A la gare de Namtok, le train de 17h30 est supprimé, nous devons être là à 15h. Pour les chutes c’est mission impossible, nous avons 1 h pour nous restaurer dans l’un des restaurants en face la gare et repartir. Drôle de journée, mais la balade en train avec la traversée du pont légendaire le River Kwai, valait le détour. Nous aurions pu louer une moto et tout faire sans problème, mais oui bon.......... Plus d’une heure de retard au retour pour ne rien changer, nous arrivons avec la nuit.

Dommage les chutes se font de Namtok, là où nous étions, elle commence par une petite grimpette le long d’un sentier en suivant le cours d’eau de la rivière on accède à 7 niveaux, offrant à chaque passage une belle cascade. Retour à notre guest house, douche et prêt à ressortir ce soir c’est mon anniversaire. On sonne à la porte Ernesto est passé dans un 7 Eleven pour acheter une bouteille de vin blanc Thaïlandais que nous trouvons plutôt infect, mais c’est mieux que rien et un superbe petit gâteau avec quelques bougies. C’est trop sympa !!!. Nous finissons la soirée dans un restaurant de plein air spécialisé dans la fondue chinoise, c’est rempli de locaux, il y a de tout à manger. J’ai reçu quelques Emails touchants, d’autres m’ont oublié, alors j’ai pensé à Rutebeuf- que sont mes amis devenus. Paul Verlaine

Que sont mes amis devenus Que j’avais de si près tenus Et tant aimés Ils ont été trop clairsemés Je crois le vent les a ôtés L’amour est morte………Amen

Voyage vers le parc national
Voyage vers le parc national
Voyage vers le parc national
Voyage vers le parc national
Voyage vers le parc national
Voyage vers le parc national

Voyage vers le parc national

Happy Birthday!!!!!
Happy Birthday!!!!!
Happy Birthday!!!!!

Happy Birthday!!!!!

J5. Lundi 9 février 2015 : Kachanaburi – Sangklaburi

Nous quittons ce matin Kachanaburi pour Sangklburi beaucoup plus haut au Nord aux portes de la Birmanie. Direction en Tuk Tuk à la gare centrale routière ou nous prenons un bus direct. La route est longue (trajet de 5h30), nous avons le temps de terminer notre nuit bien callés au siège. Le P Guesthouse est superbe et nos chambres terrasses donnent directement sur le lac avec vue imprenable. Location de 2 motos est nous filons voir le pont en bois le plus long de la Thaïlande (850m), qui traverse la rivière Songkaria. Nous tentons ensuite de rejoindre sur l’autre rive en faisant un grand détour le fameux village noyé et un temple immergé d' 1/3 dans le lac à certains moments de l'année, après la construction d’un barrage dans les années 1987. Impossible de s’en approcher, il n’est visible qu’en bateau. Nous irons demain. Nous n’avons pas perdu notre temps un monumental Temple le GOLDEN PAGADA s’agrippe aux flans de la colline qui domine les eaux du lac, malheureusement en travaux. Retour à notre hôtel et diner sur place. Si la terrasse du restaurant est belle et reposante dominant les collines et eaux du lac, le repas fut lui plutôt médiocre. Fin de soirée dans la chambre devant une bière pour préparer la journée de demain qui s’annonce longue en moto.

MORN BRIDGE
MORN BRIDGE
MORN BRIDGE
MORN BRIDGE

MORN BRIDGE

THE GOLDEN PAGODA
THE GOLDEN PAGODA
THE GOLDEN PAGODA

THE GOLDEN PAGODA

J6. Mardi 10 février 2015 : Sangklaburi et ses environs

Petit déjeuner en terrasse et nous voilà partis en motos sur la route en direction du col des trois pagodes, la route est très belle et agréable malgré une timide fraîcheur que nos légers pulls supportent parfaitement bien. Au col des 3 toutes petites pagodes centrées au milieu d’un petit parc, nous sommes à quelques mètres de la frontière Birmane. Rien d’extraordinaire c’est un passage de frontière. Un bon café et nous revenons, par la même route, plus bas il y a des chutes à voir, nous quittons le route principale pour prendre un chemin très sinueux en pleine nature, des forêts d’hévéas avant d’arriver devant le poste de l’entrée du parc. Nos billets pour un droit d’entrée et balade à pied pour rejoindre les cascades à travers hévéas, bambous et bananiers sauvages, le passage de petits ruisseaux sur des ponts de bambous est très agréable et donne à l’ensemble beaucoup de charme. Et puis nous voilà face à de ridicules cascades, quelques photos car l’endroit si prête avant de revenir vers le centre-ville pour y déjeuner. Maintenant lorsque j’évoquerais des cascades ridicules, je dirais THAI WATTERFULL. Nous avons encore 2h avant de rendre nos motos, une route plus au sud monte vers un groupement de petits villages, nous y allons par curiosité. Vers 16h nous réservons un bateau, pour aller voir de plus près le temple immergé.

La colline des 3 pagodes- La frontière Birmane et nos motos.

La colline des 3 pagodes à la frontière Birmane.
La colline des 3 pagodes à la frontière Birmane.
La colline des 3 pagodes à la frontière Birmane.

La colline des 3 pagodes à la frontière Birmane.

The Watterfull Thaï
The Watterfull Thaï
The Watterfull Thaï
The Watterfull Thaï
The Watterfull Thaï

The Watterfull Thaï

Le temple aux eaux basses du barrage
Le temple aux eaux basses du barrage
Le temple aux eaux basses du barrage

Le temple aux eaux basses du barrage

La photo du jour

La photo du jour

J7. Mercredi 11 février 2015 : Sangklaburi le retour sur Kachanaburi

Grosse matinée pour revenir en minibus à Kachanaburi (3h30), puis 10 mn en Tuk tuk pour rejoindre notre Guesthouse TARA RAFT, que nous conseillons vivement. On dépose nos sacs, déjeuner au restaurant de l’hôtel, hamburger french frite pour moi et breakfast pour Hélène et Ernesto. Retour à pieds vers le centre-ville, le centre commercial et le marché sont très grands. Petite balade de curieux avant d’aller visiter le musée de la guerre (JEATH War), reconstituant les anciens camps de prisonniers qui œuvraient pour la voie du chemin de fer, reliant la Thaïlande à la Birmanie, dont le célèbre pont de la rivière Wkai. Retour à l’hôtel et repos jusqu’à la tombée de la nuit bien calés sur des transats au bord de la piscine un livre à la main.

J8. Jeudi 12 février 2015 : Kachanaburi route vers l’Est à Pack Chong

Journée totalement réservé aux transports, nous avons quitté en bus Kachanaburi vers 9h du matin pour la gare routière au sud de Bangkok, puis un taxi pour la gare routière au nord de la capitale et un dernier bus pour Pack Chong. Il est 17h30 lorsque nous arrivons, une petite marche encore pour arriver à l’hôtel Rim Tarn Inn que nous avions vu sur internet. Ernst a réservé par téléphone à la réception de l’hôtel un circuit pour la journée de demain dans le parc de KHAO YAI. Soirée très cool sur la terrasse du restaurant de l’hôtel avec en contre-bas une petite rivière.

Notre soirée au grand calme
Notre soirée au grand calme

Notre soirée au grand calme

J9. Vendredi 13 février 2015 : Pack Chong – Le parc national de Khao Yai

L’un des plus grands parcs nationaux du pays se trouve à environ 1h30 de la ville de Pack Chong. Comprenant que nous ne pouvions faire ce parc tous seul avec ses 2168 km², nous avons fait appel à l’agence « Jungle Tour », et c’est avec un groupe fort sympathique, installés à l’arrière de pickup que nous sommes partis pour cette longue journée. Nous avons sillonnés les routes du parc et marché environ 2h30. La faune n’était pas exceptionnelle, quelques singes macaques rhésus et gibbons, un Calao et quelques cervidés, en revanche nous avons vu des arbres de plus de 500 ans extraordinaires et gigantesques, nous en avions vu en Amazonie, Brésil et Venezuela, mais pas aussi impressionnants. Après-midi consacrée aux cascades et c’est avec la nuit que nous rentrons à l’hôtel. Sur le retour d’immenses complexes hôteliers des folies aux formes hétéroclites et démesurées à l’instar des folies Hollywoodiennes, châteaux, moulins, forteresses pour les plus saillants. L’éclairage puissant et coloré qui vient s’écraser sur les façades donne plutôt à l’ensemble l’aspect d’une grande fête foraine.

Un clin d 'yeux sur les Macaques pour regarder un énorme scorpion noir Un clin d 'yeux sur les Macaques pour regarder un énorme scorpion noir Un clin d 'yeux sur les Macaques pour regarder un énorme scorpion noir
Un clin d 'yeux sur les Macaques pour regarder un énorme scorpion noir

Un clin d 'yeux sur les Macaques pour regarder un énorme scorpion noir

1,2 et 3  OUFF!!! pas évident de passer les obstacles.Merci Ernesto. Ces jambières bleu clair, pour nous protéger des sangsues.1,2 et 3  OUFF!!! pas évident de passer les obstacles.Merci Ernesto. Ces jambières bleu clair, pour nous protéger des sangsues.1,2 et 3  OUFF!!! pas évident de passer les obstacles.Merci Ernesto. Ces jambières bleu clair, pour nous protéger des sangsues.

1,2 et 3 OUFF!!! pas évident de passer les obstacles.Merci Ernesto. Ces jambières bleu clair, pour nous protéger des sangsues.

Forêt et cascadesForêt et cascades
Forêt et cascadesForêt et cascades
Forêt et cascadesForêt et cascadesForêt et cascades

Forêt et cascades

J10. Samedi 14 février 2015 : Pack Chong – Nakom Ratchasima (Korat)

Pour aller à Khorat (Nakom Ratchasima), toujours plus à l’est du pays, nous avons pris le bus, rapidement arrivée nous déposons nos affaires à l’hôtel Chao prahya inn et direction sans plus tarder à l’autre gare routière pour un bus en direction de Phi Mai (60 km) et son parc historique avec l’un des plus important temple khmer du Bouddhisme de la branche « Mahayana » datant d’environ 1000 ans. C’est un beau temple, on y retrouve toute l’architecture khmère dès l’entrée du temple par le parvis aux Nâgas des deux côtés d’un pont représentant la liaison entre le monde des dieux et celui des hommes dans les croyances hindouisme, bouddhiste et mahâyâniste. Vers 16h nous reprenons un bus pour rentrer à Khorat, balade en ville et soirée prêt de l’hôtel dans le quartier chinois pour manger dans un restaurant japonais. Quoi de plus original.

parc historique de Phi Mai
parc historique de Phi Mai
parc historique de Phi Mai
parc historique de Phi Mai

parc historique de Phi Mai

Soirée Japonaise dans le quartier chinois
Soirée Japonaise dans le quartier chinois

Soirée Japonaise dans le quartier chinois

J11. Dimanche 15 février 2015 : Nakom Ratchasima – Nang Hong

2h30 de bus pour arriver à Nang Hong, notre ville étape pour deux jours. Après avoir vu le temple de Phi Maî, nous sommes ici pour voir le temple de Prasat Phanom Rung et celui de Muang Tham, ces trois temples sont avec le Preah Viham au Cambodge les joyaux de l’art Khmers. Nous sommes ici dans la province de Buriram, tout prêt du Cambodge. Un taxi (pickup) nous dépose à l’hôtel, acquisition des chambres, location de motos et nous filons vers le temple de Muang Tham. La route est très belle et la température idéale pour rouler, un vrai plaisir sauf qu’avec des nus pieds pour passer les vitesses et freiner ce n’est pas évident. Voilà, nous y sommes et c’est beau !!, nous sommes des chanceux, il n’y a presque personne, le temple est à nous. Les quatre grands bassins entourés de Nâgas avec ses façades et murailles ciselées dans ce décor forment un merveilleux ensemble. Nous remettons les casques et direction le temple de Prasat Phanom Rung qui n’est qu’à quelques kilomètres. Un autre style, plus imposant avec plus d’ornement dans les détails des sculptures, l’architecture s’incruste parfaitement à la topographie du terrain, édifié sur un ancien volcan il s’élève dominant les grandes plaines. Il nous faut maintenant rentrer, la journée a été longue et riche de merveilleuses découvertes. Soirée plutôt calme, apéro dans la chambre et dîner simple dans une gargote avec une soupe de pâtes Thaî (excellente). Nous sommes dans une région très peu touristique, les restaurants sont fréquentés essentiellement par une clientèle locale et nous avons du mal à exprimer nos choix, l’anglais n’est pas vraiment parlé, heureusement les photos menu, çà aide.

 le temple de Muang Tham
 le temple de Muang Tham
 le temple de Muang Tham
 le temple de Muang Tham
 le temple de Muang Tham
 le temple de Muang Tham

le temple de Muang Tham

le temple de Prasat Phanom Rung
le temple de Prasat Phanom Rung
le temple de Prasat Phanom Rung
le temple de Prasat Phanom Rung
le temple de Prasat Phanom Rung

le temple de Prasat Phanom Rung

J12. Lundi 16 février 2015 : Nang Hong – Prasat Tamuan

Le temple de Prasat Tamuan est à 90 km en moto de Nang Hong, ce temple en ruine situé à la limite du Cambodge n’a rien d’extraordinaire, mais sa situation géographique dans un cadre sauvage et dangereux à cause des mines antipersonnel encore présentes laissées par les khmers rouge dans le maquis. De plus, la faible fréquentation du tourisme dans ce coin reculé, nous donne un parfum de découverte. Nous partons avec un plan peu détaillé donnant l’emplacement des nombreux temples que compte la région. Tous les panneaux indicateurs sur les routes et chemins que nous empruntons sont en Thaïlandais (du braille pour nous). Nous devons nous arrêter souvent pour nous rassurer au près des gens que nous croisons. Nous traversons des paysages extraordinaires. Dans la champs des buffles, de longues allées de bananiers bordent des ruisseaux gorgés d’eau, nous croisons des villages, stupas, pagodes et temples, la balade est superbe. Nous repassons devant le temple de Prasat Phanom Rung et de Muang Tham en franchissant une fois de plus la colline de l’ancien volcan. Nous nous approchons du Cambodge, les barrages de police et de l’armée sont de plus en plus oppressants. Nous n’échappons pas à un contrôle de police, papiers et fouille des sacs. Nos permis de conduire ne sont pas internationaux on nous invite à descendre des motos et à nous rapprocher du bureau de campagne installé provisoirement en bordure de la route. Nous sommes verbalisés et devons payer sur le champ une amende de 100 Bahts (soit moins de 3 euros) chacun. Pendant que l’un des policiers rempli le procès-verbal, un autre nous amène sur un coin du bureau, et nous offre des bananes séchées et caramélisées, des morceaux de pastèque fraîche et de l’eau. Nous échangeons quelques phrases sympathiques. La scène est rocambolesque et surprenante, nous ne regrettons pas ce petit moment digne de la caméra cachée. A quelques kilomètres du site, un premier contrôle militaire, Ernst doit donner son passeport en échange d’une carte qu’il devra restituer à la sortie pour récupérer ses papiers, puis à l’entrée du site c’est Hélène qui remet son passeport à un autre contrôle militaire. Voilà, nous y sommes, une longue allée et sur notre gauche les ruines. Elles sont à l’image que nous nous en faisions, simples ou quelques fragments de sculptures nous laissent deviner ses beaux jours. Le côté étonnant c’est qu’il y a des militaires Cambodgiens d’un côté et des militaires Thaïlandais de l’autre qui gardent le temple à moins de 3m les uns des autres. En face, côté Cambodge le temple Preah Vihar tant convoité par la Thaïlande et longtemps interdit. Nous espérons le voir dans quelques jours en passant par le Cambodge. Voilà, nous pouvons rentrer et refaire avec plaisir la route dans l’autre sens. Arrivée à Nang Hong, un petit tour au marché pour clôturer cette belle fin de journée.

Le temple de Prasat Tamuan
Le temple de Prasat Tamuan
Le temple de Prasat Tamuan
Le temple de Prasat Tamuan
Le temple de Prasat Tamuan
Le temple de Prasat Tamuan

Le temple de Prasat Tamuan

Notre  PV à 3 euros

Notre PV à 3 euros

Le marché de Nang Hong,
Le marché de Nang Hong,
Le marché de Nang Hong,
Le marché de Nang Hong,
Le marché de Nang Hong,

Le marché de Nang Hong,

J13. Mardi 17 février 2015 : Nang Hong – Khong Chiang

Khong Chiang est à environ 400 km à l’est du pays, il nous aura fallu plus de 6h30 pour arriver à Ubon Ratchathani et une heure de plus en taxi pour arriver au bord du Mékong à Khong Chiang. Nous n’avons rien pris depuis le petit déjeuner, nous ne tardons pas pour nous faire propre et rejoindre à pied le fleuve ou quelques barges sont aménagées en restaurants flottant.

Barges aménagées en restaurant flottant sur le Mékong . En face le LAOS;

Barges aménagées en restaurant flottant sur le Mékong . En face le LAOS;

Photo du jour

Photo du jour

J14. Mercredi 18 février 2015 : Khong Chiang le parc National de Pha Taem

Location de moto pour la visite du parc National qui n’est qu’à une vingtaine de kilomètre de notre hôtel. Dans le parc le site de Sao Chaliang avec ses cheminées de fées (blocs de grès sculptés en forme de champignon) et plus loin un grand parking ou nous laissons nos motos pour une longue marche sur un sentier qui mène tout droit aux falaises de Pha Taem qui possèdent une série de peintures rupestres en excellent état sur des parois de grès rose. Collées à ces parois rocheuses sans air et sous une chaleur de plomb, nous limitons nos arrêts pour retrouver un peu plus loin sur le plateau plus de fraicheur. Le parc compte plusieurs cascades, nous ne les trouverons pas, il fait vraiment chaud, nous décidons de retourner à l’hôtel nous reposer et attendre16h pour repartir toujours en moto voir le temple moderne de Wat Tham Khuu Ha qui surplombe le village. Très agréable perché au déçu du Mékong il offre une vue imprenable. Soirée très cool, nous prenons un dernier verre et parlons de la journée de demain.

Le parc National de Pha Taem
Le parc National de Pha Taem
Le parc National de Pha Taem
Le parc National de Pha Taem
Le parc National de Pha Taem
Le parc National de Pha Taem

Le parc National de Pha Taem

le temple moderne de Wat Tham Khuu Ha
le temple moderne de Wat Tham Khuu Ha
le temple moderne de Wat Tham Khuu Ha
le temple moderne de Wat Tham Khuu Ha
le temple moderne de Wat Tham Khuu Ha
le temple moderne de Wat Tham Khuu Ha

le temple moderne de Wat Tham Khuu Ha

Photo du jour

Photo du jour

J15. Jeudi 19 février 2015 : Khong Chiang

C’est aujourd’hui le nouvel an Chinois, jour de fête et pour nous jour de repos. Nous devons rendre nos chambres l’hôtel est full, mais nous allons dans un autre finalement plus grand et plus spacieux. Petite balade à pied jusqu’au marché, puis le long du Mékong avec un arrêt capuccino et cyber café pour réserver un hôtel à Siem Reap (Cambodge). Nous sommes ici dans la ville la plus à l’est de la Thaïlande, alors photo devant la borne !!. Retour à l’hôtel nous partons en moto jusqu’à la frontière du Laos. Rien de particulier à voir, beaucoup de chopes et  boutiques, un grand bazar de mauvaise qualité. De retour Hélène va faire son footing et moi et Ernst une petite sieste bien mérité

THAÏLANDE-CAMBODGE pour d'autres horizons.Février 2015

J16. Vendredi 20 février 2015 : Khong Chiang – Ubon Ratchathani

Ce matin, bus collectif pour Ubon Ratchathani, qui est à environ 80 kilomètres, ensuite nous prenons un Tuk-tuk pour rejoindre le Sri Isan Hôtel avant de nous rendre au musée National. Un petit tour dans la ville avec le grand parc central, mais la lourde chaleur et le manque d’air commencent à peser, nous rentrons nous reposer à l’hôtel avant de ressortir un peu plus tard, pour nous rendre au temple de Wat Supatanaram au bord de la rivière Mun, rien d’exceptionnel, mais offrir du pain aux milliers de carpes dans la rivière sont l’attraction du coin. Retour vers le parc central, énormément de monde, beaucoup y fond du sport, d’autres sont installés devant les petites échoppes pour déguster des petites brochettes, crêpes, jus de fruits et cent autres plats, d’autres se promènent, c’est vraiment l’endroit où l’on vient se retrouver, jusqu’à la nuit. Nous finissons la soirée au SMILE le restaurant branché de la ville. Un bon moment très sympathique et tranquille avant de rentrer à l’hôtel en traversant à nouveau le parc central.

Nous savons planter les choux à la mode de chez nous, mais vous saviez planter les salades et la saucisse, à la mode THAÏ?

THAÏLANDE-CAMBODGE pour d'autres horizons.Février 2015
THAÏLANDE-CAMBODGE pour d'autres horizons.Février 2015
Le musée National et le temple au loin
Le musée National et le temple au loin
Le musée National et le temple au loin

Le musée National et le temple au loin

Le parc central et Ernst qui goutte le thé rouge de tamarin sans trop se faire prier. Frais c'est excellent
Le parc central et Ernst qui goutte le thé rouge de tamarin sans trop se faire prier. Frais c'est excellent
Le parc central et Ernst qui goutte le thé rouge de tamarin sans trop se faire prier. Frais c'est excellent
Le parc central et Ernst qui goutte le thé rouge de tamarin sans trop se faire prier. Frais c'est excellent
Le parc central et Ernst qui goutte le thé rouge de tamarin sans trop se faire prier. Frais c'est excellent
Le parc central et Ernst qui goutte le thé rouge de tamarin sans trop se faire prier. Frais c'est excellent
Le parc central et Ernst qui goutte le thé rouge de tamarin sans trop se faire prier. Frais c'est excellent
Le parc central et Ernst qui goutte le thé rouge de tamarin sans trop se faire prier. Frais c'est excellent

Le parc central et Ernst qui goutte le thé rouge de tamarin sans trop se faire prier. Frais c'est excellent

J17. Samedi 21 février 2015 : Ubon Ratchathani – Khun Han

Aujourd’hui, nous partons faire une balade à la campagne à 2h30 de bus de Ubon Ratchathani et une petite demi-heure de taxi, pour arriver au temple de verre de Khun Han. En 1984 les moines bouddhistes de Khun Han ont récupéré des milliers de bouteilles de verre pour ériger un temple, l’idée s’est poursuivie avec la construction des habitations des moines, le crématorium, les toilettes, le château d’eau et autres bâtisses. Surréalistes certes, mais loin de nous avoir émerveillé comme le temple de Wat Rong Khun, construit par Chalermchai Kositipipatun à Chiang Rai, un œuvre contemporaine extraordinaire à mes yeux. Retour en ville et soirée au bord de la rivière, très proche de notre hôtel, au menu fondue chinoise.

Le temple de verre de Khun Han
Le temple de verre de Khun Han
Le temple de verre de Khun Han
Le temple de verre de Khun Han
Le temple de verre de Khun Han

Le temple de verre de Khun Han

Soirée au bord de l'eau
Soirée au bord de l'eau

Soirée au bord de l'eau

J18. Dimanche 22 février 2015 : Ubon Ratchathani - Bangkok

Retour sur Bangkok en avion, à l’arrivée Ernst nous quitte à l’aéroport national pour récupérer Jean vers 14h à l’aéroport International à l’autre bout de Bangkok. Nous prenons de notre côté un taxi pour koasan road l’hôtel D&D. Fin d’après -midi nous sommes tous les quatre sur les toits de l’hôtel au bord de la piscine et 1h plus tard apéro et dîner dans le quartier. Nous ne ferons pas de vieux os, demain levé 6h nous reprenons l’avion pour le Cambodge.

J19. Lundi 23 février 2015 : Bangkok - Siem Reap

Siem Reap, une petite heure d’avion, les formalités de douane, le King Boutique Hôtel un 3 étoile avec piscine pour seulement 22 euros avec petit déjeuner compris (bien sûr). Il fait vraiment très très chaud, nous avons du mal à rejoindre à pied le cœur central touristique de la ville avec ces boutiques et restaurants. Mais avec beaucoup d’abnégation et de courage nous y parvenons. Première rue étroite et Ernst rencontre déjà des amis de longue date Français, attablés à la terrasse d’un restaurant. Après nous être restauré aussi, retour à l’hôtel jusqu’à 16h. Lorsque nous ressortons pour la visite du musée National il fait beaucoup moins chaud et c’est vraiment plus agréable. Le musée nous l’avions fait il y a de nombreuses années en arrière, mais c’est toujours un grand plaisir d’y retourner. De retour vers l’hôtel, il fait nuit noire, notre quartier et notre hôtel sont dans l’obscurité totale (problème électrique). Il y a un « 7 ELEVEN », nous achetons de quoi faire un petit apéro en terrasse avec bougies, moment agréable et pour finir le restaurent d’en face. Demain et après-demain les journées vont être longues et pleines d’images.

LE MUSEE ET NOTRE TERRASSE
LE MUSEE ET NOTRE TERRASSE
LE MUSEE ET NOTRE TERRASSE

LE MUSEE ET NOTRE TERRASSE

J20/J21/J22.: Les Temples d’ANGKOR

Mardi

Nous avons réservé un taxi pour ces deux prochains jours pour environ 190 dollars à 4 et acheté le passe d’entrée au parc d'Angkor pour 3 jours.Nous partons en début de matinée, en direction du site archéologisme de Kbal Spean, connu pour ses spectaculaires sculptures dans le lit de la rivière au nord-est d’Angkor. Ce n’est pas vraiment proche en taxi, ensuite, nous avons 2 km à pied à travers la forêt pour atteindre la rivière. Sur place nous sommes un peu déçus si nous apprécions les sculptures sur la roche, nous regrettons le manque de clarté de l’eau pour voir les sculptures immergées.

archéologisme de Kbal Spean
archéologisme de Kbal Spean
archéologisme de Kbal Spean
archéologisme de Kbal Spean
archéologisme de Kbal Spean
archéologisme de Kbal Spean

archéologisme de Kbal Spean

De retour au taxi, nous avons programmé plusieurs STOPS pour visiter quelques temples, comme Banteay Srei Temple.

THAÏLANDE-CAMBODGE pour d'autres horizons.Février 2015
THAÏLANDE-CAMBODGE pour d'autres horizons.Février 2015
THAÏLANDE-CAMBODGE pour d'autres horizons.Février 2015
THAÏLANDE-CAMBODGE pour d'autres horizons.Février 2015
THAÏLANDE-CAMBODGE pour d'autres horizons.Février 2015
THAÏLANDE-CAMBODGE pour d'autres horizons.Février 2015
THAÏLANDE-CAMBODGE pour d'autres horizons.Février 2015
THAÏLANDE-CAMBODGE pour d'autres horizons.Février 2015
De beaux visages sur les sites.
De beaux visages sur les sites.

De beaux visages sur les sites.

Début de soirée à la terrasse d’un restaurant devant une Margarita et des rondelles d’oignons frits, les amis d’Ernst que nous avions rencontré la veille nous ont rejoint.

Mercredi

7 heures, petit déjeuner notre taxi nous attend, nous avons plus de 3h de route pour arriver au temple de Preah Vihear. Ce temple Cambodgien patrimoine de l’UNESCO depuis 2008 reste la source d’un contentieux entre la Thaïlande et le Cambodge. Impossible d’y rentrer aujourd’hui par la Thaïlande. Faisant parti des joyaux de l’art Khmers, il mérite bien qu’on fasse un effort pour aller le voir. Arrivée sur les lieux par une longue piste, nous devons nous présenter devant les autorités militaires et présenter nos passeports, après nous être acquitté d’un droit d’entrée de 25 dollars pour 4 personnes, nous devons grimper sur un pickup et terminer le reste de la piste jusqu’au temple avec un chauffeur du poste de contrôle. Nous montons tous derrière, sur la plateforme il y a des cartouches de cigarettes, on nous fait comprendre que nous devons acheter une cartouche (5 dollars la cartouche) pour offrir des paquets de cigarettes aux militaires que nous allons croiser sur le chemin. Le site s’étend sur un long plateau de 800 m avec en contrebas un environnement grandiose. De grandes allées pour atteindre le temple avec de magnifiques gopuras et plus haut le sanctuaire et un très beau corridor dont la galerie muraille est parfaitement intacte. Nous devons partir le programme de la journée est encore long. Direction maintenant le temple de Beng Mealea, authentique, c’est notre préféré. Nous tenons à le faire connaître à Jean. Encore un bon moment de plaisir à marcher sur des murailles écroulées, franchir tête baissée une fenêtre qui tombe dans les restes d’un corridor sans lumière ou encore grimper et suivre les passerelles de bois, qui nous permettent d’admirer les bâtisses au-dessus d’elles-mêmes et puis descendre dans les douves ou arbres et lianes ont pris possession des lieux et des murailles. Voilà, il nous faut rentrer à Siem Reap , demain les temples d’Angkor en Tuck-Tuck c’est plus marrant.

Le premier barrage, c'est un gamin habillé en militaire qui nous ouvre le passage, une grande tristesse dans ses yeux. Le pick-up et sa surprenante réserve de cigarettes
Le premier barrage, c'est un gamin habillé en militaire qui nous ouvre le passage, une grande tristesse dans ses yeux. Le pick-up et sa surprenante réserve de cigarettes
Le premier barrage, c'est un gamin habillé en militaire qui nous ouvre le passage, une grande tristesse dans ses yeux. Le pick-up et sa surprenante réserve de cigarettes

Le premier barrage, c'est un gamin habillé en militaire qui nous ouvre le passage, une grande tristesse dans ses yeux. Le pick-up et sa surprenante réserve de cigarettes

 le temple de Preah Vihear.
 le temple de Preah Vihear.
 le temple de Preah Vihear.
 le temple de Preah Vihear.
 le temple de Preah Vihear.
 le temple de Preah Vihear.

le temple de Preah Vihear.

le temple de Beng Mealea
le temple de Beng Mealea
le temple de Beng Mealea
le temple de Beng Mealea
le temple de Beng Mealea
le temple de Beng Mealea
le temple de Beng Mealea

le temple de Beng Mealea

Jeudi

Installés confortablement à l’arrière du Tuk-Tuk nous voilà tous les 4 partis pour cette dernière journée sur le site archéologique d’Angkor Vat, Bayon, et Ta Prohm pour l’essentiel. Il fait une chaleur lourde et épuisante, je craque, j’ai besoin d’eau et d’ombre. La halte de midi me fait beaucoup de bien, vers 15h la chaleur est moins lourde, nous pouvons apprécier d’avantage la beauté des sites et paysages qui se fondent dans les immenses parcs boisés entourés de douves. De retour à l’hôtel, la douche est une bénédiction. Nous avons passé une journée riche et exceptionnelle sur l’architecture Khmer. Soirée Margarita et oignons frits suivi d’un diner bien apprécié de tous. Retour vers l’hôtel en passant par le marché de nuit très animé.

Fresque d' Angkor Vat,
Fresque d' Angkor Vat,
Fresque d' Angkor Vat,
Fresque d' Angkor Vat,
Fresque d' Angkor Vat,
Fresque d' Angkor Vat,
Fresque d' Angkor Vat,

Fresque d' Angkor Vat,

A travers les autres temples
A travers les autres temples
A travers les autres temples
A travers les autres temples
A travers les autres temples
A travers les autres temples
A travers les autres temples

A travers les autres temples

J24. Vendredi 27 février 2015 : Phnom Penh

Longue journée de mini bus pour arriver à Phnom Penh, 6h30 de routes cabossées et poussiéreuses avec un chauffeur plutôt pressé. Un Tuck Tuck pour ne rien changer qui nous amène à l’hôtel réservé la veille sur internet, douche et balade le long du quai Sisowath, des échoppes et des multiples cafés restaurants qui grouillent le long des trotteurs. Comme le veut la tradition nous ne manquons pas le happy hour au FCP (Foreign Correspondents Club), lieu devenu mythique de la ville, c’est ici que venaient se détendre les correspondants de guerre pendant les périodes troubles du Cambodge. Nous finirons la soirée dans le quartier.

J25. Samedi 28 février 2015 : Phnom Penh

Au programme Phnom Penh et ses bâtiments coloniaux, héritage de la France dans les années 1920. Nous commençons par le marché central avant de nous rapprocher de l’ancienne gare ferroviaire malheureusement fermée aux visiteurs, en redescendant nous nous arrêtons à la colline du temple What Phnom Daun Penh, nous nous y attardons un peu avant d’arriver sur les grands boulevards avec l’ancienne poste coloniale (toujours en service) et d’autres bâtiments malheureusement délabrés. Un arrêt dans une cafétéria pâtisserie moderne climatisée (en face du bureau de poste), avant de revenir sur notre hôtel pour une petite pause.

Quelques formalités au comptoir de l'hôtel avant de démarrer la journée

Quelques formalités au comptoir de l'hôtel avant de démarrer la journée

Les bâtiments Français de la belle époque avec sa gare, et son bureau de poste pour les mieux conservés
Les bâtiments Français de la belle époque avec sa gare, et son bureau de poste pour les mieux conservés
Les bâtiments Français de la belle époque avec sa gare, et son bureau de poste pour les mieux conservés
Les bâtiments Français de la belle époque avec sa gare, et son bureau de poste pour les mieux conservés
Les bâtiments Français de la belle époque avec sa gare, et son bureau de poste pour les mieux conservés

Les bâtiments Français de la belle époque avec sa gare, et son bureau de poste pour les mieux conservés

La colline du temple What Phnom Daun Penh ( nom de la fondatrice de la ville).
La colline du temple What Phnom Daun Penh ( nom de la fondatrice de la ville).
La colline du temple What Phnom Daun Penh ( nom de la fondatrice de la ville).
La colline du temple What Phnom Daun Penh ( nom de la fondatrice de la ville).
La colline du temple What Phnom Daun Penh ( nom de la fondatrice de la ville).
La colline du temple What Phnom Daun Penh ( nom de la fondatrice de la ville).
La colline du temple What Phnom Daun Penh ( nom de la fondatrice de la ville).

La colline du temple What Phnom Daun Penh ( nom de la fondatrice de la ville).

Après-midi consacrée à la visite du musée national et du palais royal.

Le jardin du musée national et le Palais Royal
Le jardin du musée national et le Palais Royal
Le jardin du musée national et le Palais Royal
Le jardin du musée national et le Palais Royal
Le jardin du musée national et le Palais Royal
Le jardin du musée national et le Palais Royal
Le jardin du musée national et le Palais Royal

Le jardin du musée national et le Palais Royal

J26 à J29. Dimanche 1 mars 2015 : Sihanoukville sur le golfe de Thaïlande

Petit déjeuner sur la terrasse de l’hôtel à 7h, Jean et Ernst partent se matin pour Kampot avec 2 objectifs pour Ernst, ramener du poivre de Kampot l’un des meilleurs au monde et amener Jean visiter à une vingtaine de kilomètre de la ville niché sur un plateau au-dessus du parc national le casino fantôme BOCOR construit par les français au 20ème siècle, abandonné dans les années 60 les ruines impressionnantes aux façades inquiétantes, autrefois blanches, aujourd’hui noircies par le temps avec ses grandes marches, sa salle de bal, ses chambres donnent le frisson. A ses pieds une église qui a perdu son âme. On y raconte beaucoup de choses sur la belle époque où jadis les français de Phnom Penh venaient y faire la fête. Nous l'avions vu en 2010,nous espérons que Jean aie les mêmes sensations. De notre côté, nous prenons la direction de Sihanoukville sur le golfe de Thaïlande, pour y passer les 4 derniers jours au Cambodge les pieds dans l’eau. Ernst et Jean devraient nous rejoindre demain, ils ne sont qu'à 2h de bus des plages.

Plage à l'ombre des feuillages.

La vie courante des Cambodgiens sur les plages
La vie courante des Cambodgiens sur les plages
La vie courante des Cambodgiens sur les plages

La vie courante des Cambodgiens sur les plages

Jean et Ernst sont de retour de Kampot, repas les pieds dans l'eau, seulement 6 dollars/p boisson comprise.:
Jean et Ernst sont de retour de Kampot, repas les pieds dans l'eau, seulement 6 dollars/p boisson comprise.:

Jean et Ernst sont de retour de Kampot, repas les pieds dans l'eau, seulement 6 dollars/p boisson comprise.:

Ce matin, balade le long des plages, l' après-midi gros repos sous les tamarins avant d'attaquer la soirée.
Ce matin, balade le long des plages, l' après-midi gros repos sous les tamarins avant d'attaquer la soirée.
Ce matin, balade le long des plages, l' après-midi gros repos sous les tamarins avant d'attaquer la soirée.
Ce matin, balade le long des plages, l' après-midi gros repos sous les tamarins avant d'attaquer la soirée.

Ce matin, balade le long des plages, l' après-midi gros repos sous les tamarins avant d'attaquer la soirée.

Journée bateau avec un premier plongeon du bateau sur les fonds clairs de la mer du golfe de Thaïlande avant de repartir et d’arriver sur une île aux plages superbes, le sable fin et les eaux claires non rien à envier aux plages de Tahiti. Repos sous d’énormes tamarins et baignade sans qu’il soit nécessaire de se faire prier. D’ailleurs Ernst n’est pas le dernier à se mouiller et c’est une référence. Pour notre dernière soirée dans un restaurant qui borde la plage toujours les pieds dans l’eau, nous avons acheté une montgolfière en laissant à Jean le soin de la lâcher. Un moment sympa entre amis.

A bientôt, peut-être
A bientôt, peut-être
A bientôt, peut-être

A bientôt, peut-être

Voilà, ces quatre jours à Sihanoukville touchent à leurs fins, nous avons pris un billet de bus tout compris, transport jusqu’en Thaïlande et à l’île de Ko Chang avec le ferry. Il ne nous reste plus qu’à se laisser conduire.

Nous quittons le Cambodge, nous emportons avec nous de bons moments, de belles images, de beaux sourires et énormément de gentillesse.

Des sourires d'enfants, des sourires d'anges.

Des sourires d'enfants, des sourires d'anges.

J30. Jeudi 5 mars 2015 : Sihanoukville retour en Thaïlande.

Ce matin, gros coup de klaxon devant notre hôtel, notre bus, pour la Thaïlande prévu pour 8h est là, et puis longue, longue route avant d’atteindre la frontière. Jean nous quitte au passage de la douane, il doit rejoindre Bangkok pour sa dernière nuit et nous, nous filons dans un autre van pour l’île de Koh Chang en Thaïlande y finir au soleil les quatre derniers jours qu’il nous reste.

Notre magnifique Ferry,pour 1h de traversée. Sur le pont des enfants s'amusent.
Notre magnifique Ferry,pour 1h de traversée. Sur le pont des enfants s'amusent.
Notre magnifique Ferry,pour 1h de traversée. Sur le pont des enfants s'amusent.

Notre magnifique Ferry,pour 1h de traversée. Sur le pont des enfants s'amusent.

J31à J33 : Koh Chang

Koh Chang (l’île de l’éléphant) est la troisième plus grande île après Phuket et … en Thaïlande. Location de motos et nous partons à la découverte de ce bout de terre en suivant le littoral. Nous avons fait les ¾ de l’île en longeant la mer avec au bout un village de vrai pêcheur et l’impossibilité d’aller plus loin. Inutile de se préparer à faire de la vocalisation par de petits cris perçants, de clapir et encore de couiner pour crier aaah !! oooooh !! que c’est beau !!. Non rien de tous çà, nous ne sommes pas sur l’une de ces îles paradisiaques que compte la Thaïlande à l’instar de ses cousines, Koh Samui, Koh Lanta, koh Phiphi ou encore les îles de Krabi. Non, l’île est entourée d’une végétation dense sur un terrain montagneux ou se mêle cocotiers, palmeraies et hévéas pour ne citer que ceux-là, qui donne un petit côté sauvage que certains peuvent apprécier. Il y a quelques belles plages comme celle de White Sand Beach ou encore Kai Bae-Beach, oui mais !!, les infrastructures liés à l’urbanisme et à l’aménagement des principaux coins de curiosités ne sont pas à la hauteur attendu pour attirer le tourisme de masse. Il fait beau, c’est calme et nous y sommes bien, c’est l’essentiel. Un moment de repos, très agréable sur la terrasse d’un ressort très chic qui s’aligne le long d’une plage pour y prendre un cappuccino frappé enrobé de crème chantilly. Après-midi calme et soirée sur la plage de White Sand Beach dans un de ces nombreux restaurants installés sur le sable.

Le vieux port de pêche et le séchage au soleil du poisson, comme ces dorades coryphènes.
Le vieux port de pêche et le séchage au soleil du poisson, comme ces dorades coryphènes.
Le vieux port de pêche et le séchage au soleil du poisson, comme ces dorades coryphènes.
Le vieux port de pêche et le séchage au soleil du poisson, comme ces dorades coryphènes.

Le vieux port de pêche et le séchage au soleil du poisson, comme ces dorades coryphènes.

Le plaisirs des guerriers- Le soir sur la plage et notre crêpier explosif, rapide comme l'éclair et c'est très bon.
Le plaisirs des guerriers- Le soir sur la plage et notre crêpier explosif, rapide comme l'éclair et c'est très bon.
Le plaisirs des guerriers- Le soir sur la plage et notre crêpier explosif, rapide comme l'éclair et c'est très bon.
Le plaisirs des guerriers- Le soir sur la plage et notre crêpier explosif, rapide comme l'éclair et c'est très bon.

Le plaisirs des guerriers- Le soir sur la plage et notre crêpier explosif, rapide comme l'éclair et c'est très bon.

Ce matin un pick-up vient nous récupérer à notre hôtel le « PENNY’S RESORT », oui désolé, c’est son nom. Nous partons pour la journée en bateau faire du snorkeling sur les îles proche de Koh Chang, Nous ne sommes pas les seuls, des armées de chinois, coréens et thaï, pour une poignée d’occidentaux. Journée cool dans l’ensemble, beaucoup de poissons viennent nager à la surface de l’eau grâce aux bouts de pains amenés astucieusement par quelques touristes avertis. L’eau est chaude on patauge au milieu de tous çà. 16h, nous reprenons le chemin du retour au passage notre bateau s’approche des récifs d’une petite île où vivent un nombre impressionnant de singe. Les épluchures des pastèques rouges que nous avons mangées à midi sont jetées du pont sur les récifs et c’est une véritable ruée sauvage qui s’engage pour attraper les morceaux. Spectacle plutôt rare, d’autant que le bateau doit faire x manœuvre pour éviter l’accident. De retour, douche et nous repartons en motos avant la nuit explorer une partie du sud de Koh Chang et trouver un endroit pour dîner.

LE PENNY'S RESORT
LE PENNY'S RESORT
LE PENNY'S RESORT

LE PENNY'S RESORT

Les ploufs,ploufs dans l'eau et nos surprenantes nageuses.
Les ploufs,ploufs dans l'eau et nos surprenantes nageuses.
Les ploufs,ploufs dans l'eau et nos surprenantes nageuses.
Les ploufs,ploufs dans l'eau et nos surprenantes nageuses.

Les ploufs,ploufs dans l'eau et nos surprenantes nageuses.

Marché de nuit ambulant.
Marché de nuit ambulant.
Marché de nuit ambulant.
Marché de nuit ambulant.
Marché de nuit ambulant.

Marché de nuit ambulant.

LES SINGES DES ILES DE KOH CHANG

Notre dessert, une crêpe à la banane et au lait concentré. Trop drôle. C'est notre distraction après le repas.

Dernier jour, nous partons à la découverte de la pointe sud de l’île en moto. Il n’y a qu’une route dessinée en montagnes russes montées, descentes raides, courbes et nids- de-poule. Pas vraiment le temps d’admirer le paysage, car les pick-up taxi sont dans leur jardin rapides et dangereux. Nous passons devant de magnifiques ressorts ou viennent se coller boutiques et restaurants de fortune. Cette île est parfaite pour des touristes qui souhaitent se retrouver un peu au calme sur une petite plage de sable fin ou devant la piscine de leur hôtel, les fêtards n’y resteront pas. Bien que le sud est plus animé que le nord, mais difficile d’accrocher.

J35. Lundi 9 mars 2015 : BANGKOK (fin du voyage).

Et voilà, le voyage se termine, nous quittons Koh Chang ce matin à bord du ferry, puis un mini bus, jusqu’à Bangkok. Arrivée en fin d’après-midi, check-in pour les chambres et Plouf dans la piscine de D&D avant de terminer la soirée tranquillement dans les rues de Koasan Road. Demain nous avons toute la journée pour traîner dans la ville, notre avion pour Paris décolle à minuit trente.

VOYAGE THAILANDE – CAMBODGE

DEPART

ARRIVEE

TRANSPORT

KM

DUREE

PRIX

Aaéroport Bangkok

Kaosan Road

Taxi par Autoroute

 

 

500 Baths

Bangkok Kaosan Road

gare routière Sud

Taxi

 

 

200 Baths

Bangkok gare

routière Sud

Amphawa

Bus

100km

 

70 Baths / pax

Amphawa

Kanchanaburi

Bus

 

 

100 Baths/pax

Kanchanaburi

Nan Tok

Train A/R

 

7 H

200 Baths/pax

Kanchanaburi

Sankglanaburi

Bus

240km

5 H 30

70 Baths / pax

Sankglanaburi

Col 3 pagodes

Scooter

 

 

200 Baths/jour

Sankglanaburi

Kanchanaburi

Van

240km

4 H

175 Baths/pax

Kanchanaburi

Bangkok gare Sud

Bus

 

 

110 Baths/pax

Bangkok Gare Sud

Gare Nord

Mochi

Taxi

 

 

300 Baths

Bangkok

Pak Chong

Bus

 

 

120 Baths/pax

Pak Chong

Korat

Bus

 

3 H

80 Baths/pax

Korat

Nang Rung

Bus

 

 

70 Baths/pax

Nang Rung

Ubon Ratchatani

Bus

300km

6h30

250 Baths/pax

Ubon Ratchatani

Khon Chiang

Taxi

70 km

1H

800 Baths

UBON

Khun An

Bus A/R

80 km

 

50 Baths/pax

Khun An

Temple verre

Taxi

 

 

800 Baths

UBON

Bangkok

Avion Air Asia

 

 

50 Euros

Bangkok

Siem Raep

Avion Air Asia

 

 

100 Euros

Siem Raep

Taxi à la journée

Temple les + éloignés

Preah villar

Tuk tuk

 

 

 

 

45 $

150 $

20 $

Siem Raep

Phom Penh

BUS

 

6h30

15 $/pax

Phom Penh

Sihanoukville

BUS

 

5h30

15 $/pax

Sihanoukville

Ko chang

VAN

 

9h

25 $/pax

Ko Chang

Bangkok

VAN

 

6h30

600 baths/pax

 

 

THAILANDE

HOTELS

VILLE

HOTEL

PRIX

BANGKOK 

HOTEL DD – KAOSAN ROAD

1080 Baths avec PD

AMPHAWA

KHETWARIN RESORT

40 Euros avec PD

KANCHANABURI :

HOTEL PHON PENG

1300 Baths avec PD

KANCHANABURI :

HOTEL TARA

700 Baths

SANGKLANABURI

HOTEL TARA

900 Baths

PAK CHONG (KHAO YAI)

HOTEL RIM TAN IN

1000 Baths avec PD

KORAT

HOTEL CHAO PRAYA IN

550 Baths

NANG RONG

HOTEL HONEY IN

350 Baths

KHONG CHIANG

GUEST HOUSE BAN KIANGNAM

700 Baths

UBON RATCHATANI

HOTEL SRI ISAN

420 Baths avec PD

CAMBODGE

SIEM RAEP

HOTEL KING BOUTIQUE

25 dollars avec PD

PHOM PENH

ANGKOR Internationnal

35 dollars avec PD

SIHANOUKVILLE

REEF RESORT

30 dollars

 

THAILANDE

KOH CHIANG

PENY S GUEST HOUSE

Prix 1400 Baths avec PD

PRIX TOTAL DU VOYAGE (35 jours) TOUT COMPRIS :

4400 Euros pour 2 pax dont avion 1300 Euros 

Voir les commentaires

Publié le par lemondedhelene
Publié dans : #AMERIQUE CENTRALE

J24 - Vendredi 21 Novembre 2014 : LA BOLIVIE => COPACABANA

Copacabana, n’est pas un jolie village, malgré sa Cathédrale qui trône au dessus d’une grande place, mais le passage obligatoire pour tous ceux qui veulent aller passer 1 ou 2 jours sur l’île du soleil et y faire le trek de 4h, qui traverse l’île du nord au sud.

Après 4 h de bus, nous sommes à la frontière Péruvienne formalité de sortie du pays, puis passage à pied jusqu’à la frontière Bolivienne ou notre bus nous attend pour nous amener à Copacabana au bord du lac Titicaca qui est à quelques minutes. Nous trouvons facilement un hôtel pour la nuit le PARADISIO, puis visite de la Cathédrale avant de monter au Calvaire perché très très haut sur la colline qui domine la ville. La vue sur la ville et le lac est d’ici imprenable. Soirée cool.

Le passage à la frontière. La Cathédrale et la plage et vue du Calvaire perché si haut.
Le passage à la frontière. La Cathédrale et la plage et vue du Calvaire perché si haut.
Le passage à la frontière. La Cathédrale et la plage et vue du Calvaire perché si haut.
Le passage à la frontière. La Cathédrale et la plage et vue du Calvaire perché si haut.

Le passage à la frontière. La Cathédrale et la plage et vue du Calvaire perché si haut.

J25 - Samedi 22 Novembre 2014 : COPACABANA => LILE DU SOLEIL

2h de bateau pour atteindre la partie nord de l’île du Soleil pour rejoindre à pied la partie sud. C’est d’ici au sud que les bateaux repartent le soir pour Copacabana. Nous sommes nombreux à avoir choisi ce trek de 3h à 4h de marche qui se fait en traversant les plateaux et crêtes de la montagne qui domine le lac. C’est vraiment super, les panoramas sont grandioses et de toute beauté. Nous croisons beaucoup de monde avec à chaque fois des échanges de mots sympathiques, mais nous croisons aussi beaucoup d’animaux domestiques et des habitants de l’île. De retour à 16h, nous changeons d’hôtel, nous allons à l’hôtel « La copula », perché et dominant le village et les plages. Une adresse incontournable pour dormir et manger, tout est vraiment au-dessus des autres prestations hôtelières du village. Le restaurant est plein à l’heure ou nous arrivons, nous devons partager notre table avec un couple de jeunes Suisses agréables et convivials.

L'île del sol au passage des restes préinca et inca
L'île del sol au passage des restes préinca et inca
L'île del sol au passage des restes préinca et inca
L'île del sol au passage des restes préinca et inca

L'île del sol au passage des restes préinca et inca

En chemin, 2 jeunes Parisiennes dans le monde du cinéma et de la TV, adorables. Plus loin des enfants avec un Alpaga..
En chemin, 2 jeunes Parisiennes dans le monde du cinéma et de la TV, adorables. Plus loin des enfants avec un Alpaga..

En chemin, 2 jeunes Parisiennes dans le monde du cinéma et de la TV, adorables. Plus loin des enfants avec un Alpaga..

Septembre 2016; Lucie vient de reprendre contact avec nous, elle nous a envoyé son film retraçant ce voyage avec son amie Elodie. C'est sublime.

Merci Lucie, t'es une fille formidable.

Et eux, bien sur.
Et eux, bien sur.
Et eux, bien sur.
Et eux, bien sur.

Et eux, bien sur.

J26 - Dimanche 23 Novembre 2014 : COPACABANA => LA PAZ

Nous partons à La Paz en bus local, les seuls qui partent vers la capitale le matin. Au passage devant la Cathédrale de Copacabana et comme chaque WE des dizaines de voitures fleuries sont alignées pour y être bâtisses. Après 3h30 de route, la sordide banlieue de la Capitale perché à 4000m et puis enfin plus bas à 3400m la gare centrale des autobus. Incroyable capitale, nous sommes dans une cuvette entourée de collines chargées de constructions hétéroclites aux composites formés de béton, et de brique ou vient se mêler un réseau électrique à ciel ouvert, formant des guirlandes d’une laideur indescriptible. A cela vient s’ajouter la cacophonie des voitures ou chacune tente comme elle peut de se frayer un passage usant de klaxon et de l’habilité des chauffeurs. Nous espérons simplement que le centre colonial ou vivent les familles les plus aisées nous fasse oublier tout ça. Nous avons rapidement un taxi pour nous conduire à notre hôtel. C’est dimanche, les musées et les bâtiments religions sont fermés, nous passons devant la place San Francisco avant de remonter vers la place Murillo avec autour le palais du gouvernement, la Cathédrale et le palais législatif. Nous sommes agréablement surpris par le centre colonial et ses petites ruelles ou se cachent des tas de petites boutiques et cafés originaux et relaxants. Nous finirons la soirée dans un petit restaurant tout proche de notre hôtel.

Notre première balade dans la capitale de La Paz et son réseau électrique
Notre première balade dans la capitale de La Paz et son réseau électrique
Notre première balade dans la capitale de La Paz et son réseau électrique
Notre première balade dans la capitale de La Paz et son réseau électrique

Notre première balade dans la capitale de La Paz et son réseau électrique

J27 - Lundi 24 Novembre 2014 : LA PAZ => TUPIZA

Nous devons quitter la PAZ à 13h en bus pour rejoindre TUPIZA (env. 15h de transport). Nous n’avons pas trouvé une meilleure solution, sinon (avion&bus). Nous profitons de cette matinée pour passer à la banque BNB pour tenter de retirer avec nos CB, de Bolivianos, les distributeurs en ville donnent un maximum de 1500 B, ce qui est peu, mais problème malgré la gentillesse de la jeune fille au guichet, nos banques n’acceptent pas l’opération, nous aurions du les prévenir d’augmenter nos plafonds pour ce pays. Au guichet voisin la caissière nous a entendu parler Français et vient nous glisser un petit mot gentil, j’ai l’arme à l’œil et la gorge serrée.

Un petit tour à l’église San Francisco qui est très belle de l’extérieur, puis à l’agence XTREME pour planifier et organiser à notre retour de la Paz, la descente en VTT de la route de la mort. Voilà, il est l’heure de passer à l’hôtel de récupérer nos affaires et de rejoindre le terminal central des autobus. Grosse déception, nous ne sommes plus au Pérou, les bus ici sont moins confortables, fini le service d’accueil par une charmante hôtesse, les collations à bord, les coussins et couvertures pour la nuit et un service vidéo hors norme. Les paysages que nous traversons sont toujours aussi beaux, la nuit tombe un arrêt dans une gargote pour manger, ce détendre les jambes et les toilettes bien sur, le bus n’est pas équipé pour çà. Nous pensions arriver à 6h du matin, il est 4h 30 la ville de Tupiza comme la gare est dans un coma profond, seuls quelques chiens errent sur les trottoirs et des gens couchés sur les banquettes du hall de la gare, chargés de paquets enveloppés dans des toiles raillées aux couleurs locales, on dirait qu’ils emportent tout avec eux dans leurs déplacements. Nous prenons un taxi pour l’hôtel, mais ici aussi pas l’ombre d’une lumière, notre taxiteur sonne trois fois avant de voir la tête endormie de veilleur de nuit. On explique notre arrivée matinale, notre réservation pour la nuit suivante et la permission d’occuper le salon jusqu’à l’ouverture de la réception, en lui suggérant ensuite de retourner à ses rêves. Il ne se fait pas prier. Helene s’endort sur le canapé et moi je tape notre récit de la journée .

Le quartier de l'église San Francisco
Le quartier de l'église San Francisco
Le quartier de l'église San Francisco
Le quartier de l'église San Francisco
Le quartier de l'église San Francisco

Le quartier de l'église San Francisco

Notre magnifique bus et le paysage qui s'ouvre à nos yeux.
Notre magnifique bus et le paysage qui s'ouvre à nos yeux.
Notre magnifique bus et le paysage qui s'ouvre à nos yeux.
Notre magnifique bus et le paysage qui s'ouvre à nos yeux.

Notre magnifique bus et le paysage qui s'ouvre à nos yeux.

Au guichet de la banque BNB, avant de repartir l'employée nous glisse se petit papier. Merci du fond du cœur .  " Si tous les enfants du monde pouvaient se donner la main".

Au guichet de la banque BNB, avant de repartir l'employée nous glisse se petit papier. Merci du fond du cœur . " Si tous les enfants du monde pouvaient se donner la main".

J28 - Mardi 25 Novembre 2014 : TUPIZA

Déjeuner et une bonne douche avant de reprendre contact avec l’agence Tupiza Tour pour le trek de quatre jours que nous avons organisé avec eux, « LE SALAR ». Mais cette fois c’est en 4X4 avec deux autres personnes, que nous verrons demain au départ.

Maintenant quartier libre, nous achetons de l’eau et des fruits pour un trek de 4h, dans les canyons, à moins de 3km d’ici. Nous traversons la place centrale et toujours des discours politique par haut parleurs avec sur les côtés du beau jardin des femmes qui préparent de délicieux petits plats à consommer sur place. Nous y goûtons c’est excellent, puis nous nous faisons indiquer la rue qui mène vers les canyons, les deux premiers kilomètres sont désolant, mais très vite la puerta del diablo, puis la vallée de los Machos, appelé comme çà, à cause des roches en forme de stalagmites si particulières, et encore plus loin El Canyon de l’Inca. Nous sommes totalement heureux de notre choix, c’est simplement grandiose, la forme et la couleure ocre des roches qui s’élève vers le ciel avec pour décor des cactus géants, dommage que les photos écrasent les perspectives, c’est vraiment géant. Au retour douche et piscine. Un peu de repos, que diable !!!.

Potosi petit village calme au fond d 'une vallée
Potosi petit village calme au fond d 'une vallée
Potosi petit village calme au fond d 'une vallée
Potosi petit village calme au fond d 'une vallée

Potosi petit village calme au fond d 'une vallée

Le canyon
Le canyon
Le canyon
Le canyon
Le canyon

Le canyon

J29 - Mercredi 26 Novembre 2014 : TUPIZA => circuit de 4 jours vers le SALAR.

Bien reposés après une vrai nuit, dans un bon lit, nous protégeons nos gros sacs à dos et mettons les affaires utiles pour la journée dans les petits avant de les descendre et les confier à notre chauffeur du 4X4 Toyota Luxus, RONALD et à notre guide SANTO. Nous partons pour 4 jours et 3 nuits à travers les hauts plateaux avec des variations d’altitude allant jusqu’à 4855 m, nous sommes accompagnés de Yoan et Malika, tout deux bretons. Nous traversons de magnifiques paysages lunaires avec Palala et Sillar, puis visite d’un village de mineurs Espagnols abandonné depuis 1980. Autrefois les Inca y exploités, le cuivre, l’argent et un peu d’or, les conquistadors Espagnols, reprirent à leurs compte l’exploitation minière, faisant des Inca des esclaves ou venait s’ajouter des noirs africains. Une légende Inca raconte, qu’un jour de cérémonie à l’église le diable aurait intégré le corps du pauvre curé, qui aurait crié des mots diaboliques. Très peu de temps après une femme du nom de Maria serait venu au village et rependu une épidémie dévastatrice. Les Espagnols auraient fui, laissant derrière eux, mines, bétails et foyers. Les mineurs eurent vite fait de récupérer tous le bois des charpantes, les portes, fenêtres et autres. Aujourd’hui, après 35 ans, il ne reste que ruines, plus personne n’habite ce village maudit en référence à la légende. C’est un jeune mineur de 23 ans, qui nous a raconté cette histoire, il avait du mal à respirer, il avait très certainement des problèmes pulmonaires par le travail dur des mines. Nous étions tous les quatre mal à l’aise, je lui ai posé quelques questions, j’ai vu ses larmes, trop dur nous l’avons salué et repris notre chemin. A nouveau sur la route, des paysages extraordinaires, puis ce long plateau à 4855m dominant la lagune Mojeron, nous y apercevons des flamencos (flamants roses). Nous avons droit à une crevaison et nous arriverons au village Quetena Chico avec la nuit. Nous avons une chambre pour 4 avec les toilettes dans le couloir et pendant que nous prenons un thé chaud servi avant le repas les enfants du village viennent chanter. Un moment particulier au beau milieu de ces terres arides et très loin de tout. Encore une journée inoubliable.

Sur la route , dés les premiers kilomètres .c'est beau.
Sur la route , dés les premiers kilomètres .c'est beau.
Sur la route , dés les premiers kilomètres .c'est beau.
Sur la route , dés les premiers kilomètres .c'est beau.

Sur la route , dés les premiers kilomètres .c'est beau.

Déjà, plus haut que le Mont Blanc- Notre première crevaison- Le village de mineurs Espagnol abandonné.
Déjà, plus haut que le Mont Blanc- Notre première crevaison- Le village de mineurs Espagnol abandonné.
Déjà, plus haut que le Mont Blanc- Notre première crevaison- Le village de mineurs Espagnol abandonné.
Déjà, plus haut que le Mont Blanc- Notre première crevaison- Le village de mineurs Espagnol abandonné.
Déjà, plus haut que le Mont Blanc- Notre première crevaison- Le village de mineurs Espagnol abandonné.
Déjà, plus haut que le Mont Blanc- Notre première crevaison- Le village de mineurs Espagnol abandonné.

Déjà, plus haut que le Mont Blanc- Notre première crevaison- Le village de mineurs Espagnol abandonné.

J30 - Jeudi 27 Novembre 2014 : Vers le SALAR

Ce matin pas de douche, un peu d’eau sur le visage et la brosse à dent c’est tout. Hier avant d’arriver à notre logement nous sommes rentrés dans la Réserve Nationale de FAUNA ANDINA Edouardo Avaroa, sur le ticket de droit d’entrée remis à chacun, on peut lire en Espagnol « Un lieu privilégié du monde dont le fantastique est réel », çà promet. Un petit tour dans le village le temps nécessaire au chauffeur de charger le 4X4. C’est vraiment extraordinaire, nous nous arrêtons devant plusieurs lagons, plus beaux les uns que les autres, Quelena Grande, Hedionda Sur, Kollpa et le salar de Chalviri et les eaux chaudes ou nous nous baignons (35°), puis le déjeuner. L’après midi toujours aussi beau, la merveilleuse lagune verte avec juste en face l’impressionnant volcan Licancabur, que se partage le Chili juste en face, très prés le lac blanc, plus loin les geysers sur un grand plateau à plus de 5000 m de hauteur et pour finir la lagune colorée convoitée par d’innombrables flamants roses. Un parc extraordinaire, magique et impressionnant.

Notre village d'hébergement au levé du jour, se réveille doucement.
Notre village d'hébergement au levé du jour, se réveille doucement.
Notre village d'hébergement au levé du jour, se réveille doucement.
Notre village d'hébergement au levé du jour, se réveille doucement.
Notre village d'hébergement au levé du jour, se réveille doucement.
Notre village d'hébergement au levé du jour, se réveille doucement.

Notre village d'hébergement au levé du jour, se réveille doucement.

Des lagons multicolores, incroyable vision.
Des lagons multicolores, incroyable vision.
Des lagons multicolores, incroyable vision.
Des lagons multicolores, incroyable vision.
Des lagons multicolores, incroyable vision.
Des lagons multicolores, incroyable vision.
Des lagons multicolores, incroyable vision.
Des lagons multicolores, incroyable vision.
Des lagons multicolores, incroyable vision.
Des lagons multicolores, incroyable vision.
Des lagons multicolores, incroyable vision.
Des lagons multicolores, incroyable vision.

Des lagons multicolores, incroyable vision.

La faune s'intègre aux couleurs de la nature , au point de ne faire qu'un.
La faune s'intègre aux couleurs de la nature , au point de ne faire qu'un.
La faune s'intègre aux couleurs de la nature , au point de ne faire qu'un.

La faune s'intègre aux couleurs de la nature , au point de ne faire qu'un.

J31 - Vendredi 28 Novembre 2014 : Vers le SALAR

Ce matin, nous repartons voir la lagune colorée avec des lumières différentes et d’un autre angle, quelques photos supplémentaires et nous repartons pour le fameux arbre de pierre. Nouvelle série de lagunes, nous en verrons 2, la laguna Ramadilas et Hedionda, avant de repartir plus loin voir la lugana négra avec ses rochers aux formes variées. Nous déjeunons sur place, c’est trop beau, de plus nous sommes le seul 4X4 dans le coin. Il faudra pourtant repartir, nous avons encore beaucoup de route à faire avant d’arriver à Atulcha notre lieu d’hébergement, l’hôtel de sel Marith, à moins d'heure du SALAR. Nous aurons un dernier arrêt pour admirer le volcan IRUPUTUNCU avec des fumerolles.

L'ivresse de la nature à ciel ouvert.Mon canon fait ce qu'il peut pour capter au maximum la beauté lumière.
L'ivresse de la nature à ciel ouvert.Mon canon fait ce qu'il peut pour capter au maximum la beauté lumière.
L'ivresse de la nature à ciel ouvert.Mon canon fait ce qu'il peut pour capter au maximum la beauté lumière.
L'ivresse de la nature à ciel ouvert.Mon canon fait ce qu'il peut pour capter au maximum la beauté lumière.
L'ivresse de la nature à ciel ouvert.Mon canon fait ce qu'il peut pour capter au maximum la beauté lumière.
L'ivresse de la nature à ciel ouvert.Mon canon fait ce qu'il peut pour capter au maximum la beauté lumière.
L'ivresse de la nature à ciel ouvert.Mon canon fait ce qu'il peut pour capter au maximum la beauté lumière.

L'ivresse de la nature à ciel ouvert.Mon canon fait ce qu'il peut pour capter au maximum la beauté lumière.

A la beauté des lagons, ces formes rocheuses, surprenantes semblent jaillir du sable blanc des collines.
A la beauté des lagons, ces formes rocheuses, surprenantes semblent jaillir du sable blanc des collines.
A la beauté des lagons, ces formes rocheuses, surprenantes semblent jaillir du sable blanc des collines.
A la beauté des lagons, ces formes rocheuses, surprenantes semblent jaillir du sable blanc des collines.
A la beauté des lagons, ces formes rocheuses, surprenantes semblent jaillir du sable blanc des collines.
A la beauté des lagons, ces formes rocheuses, surprenantes semblent jaillir du sable blanc des collines.
A la beauté des lagons, ces formes rocheuses, surprenantes semblent jaillir du sable blanc des collines.
A la beauté des lagons, ces formes rocheuses, surprenantes semblent jaillir du sable blanc des collines.
A la beauté des lagons, ces formes rocheuses, surprenantes semblent jaillir du sable blanc des collines.

A la beauté des lagons, ces formes rocheuses, surprenantes semblent jaillir du sable blanc des collines.

Et une faune diversifiée. , qui ne semble pas s'inquiéter de notre présence.
Et une faune diversifiée. , qui ne semble pas s'inquiéter de notre présence.
Et une faune diversifiée. , qui ne semble pas s'inquiéter de notre présence.
Et une faune diversifiée. , qui ne semble pas s'inquiéter de notre présence.
Et une faune diversifiée. , qui ne semble pas s'inquiéter de notre présence.
Et une faune diversifiée. , qui ne semble pas s'inquiéter de notre présence.

Et une faune diversifiée. , qui ne semble pas s'inquiéter de notre présence.

J32 - Samedi 29 Novembre 2014 : Le SALAR

Nuit très courte dans notre hôtel de sel, il faut se lever il est 4h du matin et nous devons atteindre ISLA INCAHUASI, un lieu unique et magique pour observer le lever du soleil sur le Salar. C’est une île de cactus au beau milieu de cet océan de sel. Nous arrivons juste à temps le soleil commence à prendre des couleurs rouges orangées à peine voilé par un blanc et un bleu azur très clair sur ce vaste tapis blanc. C’est vraiment unique, les dizaines de touristes équipés d’appareils photos sophistiqués mitraillent en respectant un silence total. Nous passons un bon moment sur le Salar avant de nous diriger vers la petite ville sans intérêt de UYUNI, perdu au beau milieu désert. Visite du musée à ciel ouvert des vieilles locomotives avant de nous conduire et nous quitter à la gare centrale des autobus, nous partons pour Potosi la ville la plus haute du monde avec ses 4090m.

Ces 4 jours de peur bonheur visuel s’achèvent, nous saluons notre guide, son chauffeur et les 2 jeunes bretons avec qui nous avons partagé tous ces bons moments.

Notre hôtel de sel.
Notre hôtel de sel.
Notre hôtel de sel.
Notre hôtel de sel.

Notre hôtel de sel.

LE SALAR ou va passer le prochain Dakar 2014
LE SALAR ou va passer le prochain Dakar 2014
LE SALAR ou va passer le prochain Dakar 2014
LE SALAR ou va passer le prochain Dakar 2014
LE SALAR ou va passer le prochain Dakar 2014
LE SALAR ou va passer le prochain Dakar 2014
LE SALAR ou va passer le prochain Dakar 2014
LE SALAR ou va passer le prochain Dakar 2014
LE SALAR ou va passer le prochain Dakar 2014

LE SALAR ou va passer le prochain Dakar 2014

Et le plaisir de pauser.
Et le plaisir de pauser.
Et le plaisir de pauser.
Et le plaisir de pauser.
Et le plaisir de pauser.
Et le plaisir de pauser.
Et le plaisir de pauser.

Et le plaisir de pauser.

Le cimetière des éléphants à UYUNI
Le cimetière des éléphants à UYUNI
Le cimetière des éléphants à UYUNI
Le cimetière des éléphants à UYUNI
Le cimetière des éléphants à UYUNI

Le cimetière des éléphants à UYUNI

J33 - Dimanche 30 Novembre 2014 : POTOSI

Potosi est une ville agréable et calme. La richesse de ses façades colorées, ses portes cochères sculptées, ses patios avec pour la plupart des fontaines et l’exubérance du baroque, témoignent d’un passé fructueux pour les Espagnol grâce aux mines d’argent de Cerro Rico. L’essentiel de cette richesse coloniale se trouve dans le quartier historique, au tour de la place du 10 Novembre. Nous avons évidemment vu le portail de San Lorenzo proche du marché central, l’une des plus fascinantes façades qui soient, de style indigène. Visite de la Casa national de la Moneda, le plus grand et le plus important bâtiment civil colonial des Amériques. C’est ici qu’on y frappait la monnaie, mais aussi les esclaves indiens et africain, puis en début d’après-midi le convento-museo Santa Teresa. Comme c’est dimanche les rues sont vides, nous consacrons le reste de la journée à la visite de la ville.

Il commence à faire nuit avant de rentrer, nous rentrons dans une belle église et assistons au début de la messe du soir, tout proche de notre hôtel Hostal La Casona ( que nous conseillons). L’office vient juste de commencer, beaucoup de paroissiens et quelques musiciens, qui interviennent régulièrement avec passion. Nous sommes là, assis et nous écoutons et regardons ces gens dont la foie religieuse est encore intacte. Nous nous étions arrêtés avant dans une pâtisserie pour goûter à leurs spécialités et y boire un cappuccino, ce soir c’est pour nous le couvre feu, on ne va pas ressortir dîner.

POTOSI, loin de son époque glorieuse ou l'argent sortait, sans fin des mines du Cerro Rico.
POTOSI, loin de son époque glorieuse ou l'argent sortait, sans fin des mines du Cerro Rico.
POTOSI, loin de son époque glorieuse ou l'argent sortait, sans fin des mines du Cerro Rico.
POTOSI, loin de son époque glorieuse ou l'argent sortait, sans fin des mines du Cerro Rico.
POTOSI, loin de son époque glorieuse ou l'argent sortait, sans fin des mines du Cerro Rico.
POTOSI, loin de son époque glorieuse ou l'argent sortait, sans fin des mines du Cerro Rico.
POTOSI, loin de son époque glorieuse ou l'argent sortait, sans fin des mines du Cerro Rico.
POTOSI, loin de son époque glorieuse ou l'argent sortait, sans fin des mines du Cerro Rico.
POTOSI, loin de son époque glorieuse ou l'argent sortait, sans fin des mines du Cerro Rico.
POTOSI, loin de son époque glorieuse ou l'argent sortait, sans fin des mines du Cerro Rico.

POTOSI, loin de son époque glorieuse ou l'argent sortait, sans fin des mines du Cerro Rico.

la Casa national de la Moneda et ses esclaves.
la Casa national de la Moneda et ses esclaves.
la Casa national de la Moneda et ses esclaves.
la Casa national de la Moneda et ses esclaves.
la Casa national de la Moneda et ses esclaves.
la Casa national de la Moneda et ses esclaves.
la Casa national de la Moneda et ses esclaves.
la Casa national de la Moneda et ses esclaves.

la Casa national de la Moneda et ses esclaves.

Le convento-museo Santa Teresa et son pommier 3 fois centenaire.
Le convento-museo Santa Teresa et son pommier 3 fois centenaire.
Le convento-museo Santa Teresa et son pommier 3 fois centenaire.
Le convento-museo Santa Teresa et son pommier 3 fois centenaire.
Le convento-museo Santa Teresa et son pommier 3 fois centenaire.
Le convento-museo Santa Teresa et son pommier 3 fois centenaire.
Le convento-museo Santa Teresa et son pommier 3 fois centenaire.

Le convento-museo Santa Teresa et son pommier 3 fois centenaire.

J34 - Lundi 1 Décembre 2014 : POTOSI

Nous sommes restés un jour de plus à POTOSI pour la visite des mines d’argent du Cerro Rico. Déconseillé aux claustrophobes et aux autres de laisser leurs angoisses au vestiaire. La balade dure environ 2h dans les mines avec des passages ou il faut ramper sous des galeries pas plus grandes qu’un trou à renard, de plus j’ai retrouvé un couple d’Espagnols qui l’on fait la veille, ils ne sont pas prêts de recommencer, la peur de leurs vies, de plus on leur a donné des pelles pour déposer quelques minéraux dans un wagonnet et la copine à reçu une pierre sur la tête, heureusement qu’elle portait un casque. Ok, c’est bon nous restons en ville, on en profite d’acheter nos billets de bus pour demain matin 2 décembre direction SUCRE et un aller simple en avion pour le 10 décembre Sucre/La Paz. Nous sommes lundi, beaucoup de monde et d’autobus dans les ruelles étroites, ce n’est pas vraiment agréable. Vers 14h, un petit repos à l’hôtel avant de ressortir et finir la soirée au restaurant le « potosi4060 »(du nom de sa situation en altitude 4060m).Excellent, nous le conseillons.

J35 Mardi 2 Décembre 2014 : POTOSI => SUCRE

Nouvelle journée de bus, jusqu’à SUCRE, nous arrivons vers 14h à notre hôtel COLONAL plein centre ville, nous avons un balcon qui donne directement sur la plus belle place de la ville. Nous déposons nos affaires, déjeuner au GERMEN avant de chercher une agence pour un trek de 3 jours dans la cordillère de los Frailes dominée par l’étonnant cratère de Maragua et nous approcher des minorités des villages JALQU’A. Dans les trois agences de voyages ou nous nous rendons nous ne sommes que 2 pour un départ jeudi, nous leurs laissons nos coordonnées, espérant que d’ici jeudi, l’une de ces agences nous rappelle, pour un départ au moins à 4 personnes, c’est plus sympa. SUCRE est une ville agréable, probablement la plus Européenne que nous ayons vu jusqu’à présent. On se sent bien a flâner dans ses longues rues aux murs blancs et aux façades coloniales.

L'HOTEL COLONIAL
L'HOTEL COLONIAL
L'HOTEL COLONIAL

L'HOTEL COLONIAL

Première vue de SUCRE
Première vue de SUCRE

Première vue de SUCRE

J36 Mercredi 3 Décembre 2014 : SUCRE

Nous devons trouver, une agence sérieuse pour faire notre trek, de 3 jours pour l’instant les agences que nous avons approché ne nous inspirent pas confiance. Non loin de la Cathédrale l’agence CONDOR TREKER, coïncide beaucoup mieux avec nos inspirations. Nous partons demain matin à 8h30 avec eux, nous allons encore une fois laisser à l’hôtel une grosse partie de nos affaires et préparer nos sacs à dos, pour ces 3 jours, sachant qu’il n’y aura pas forcément de l'électricité et de douche dans les hébergements prévus pour ces 2 nuits.

Nous partons flâner le long des rues aux églises et édifices coloniaux immaculés de blanc aveuglant par le soleil et le bleu du ciel, plus bas le pompeux palais de justice fait face au très agréable parc Bolivar et ses maisons bourgeoises, au centre du pack une mini tour Eiffel et son petit escalier métallique qui permet d’admirer du haut tout cet ensemble, un autre parc pour enfants avec d’innombrables aires de jeux. C’est vraiment une cité douce et élégante, ici enfin, la circulation des véhicules ne présente aucun problème, bien orchestré par les feux rouges des carrefours. Lorsque les mines d’argent de Potosi s’épuisent, les espagnols immigrent vers Sucre, ici l’altitude est de 2650m, il y fait bon vivre et même si la ville n’est pas sur un sol plat, nous sommes loin des montagnes « Russe » de Potosi. On peut alors comprendre toute la richesse coloniale que l’on y voit, si Sucre est une ville de métis, bien plus qu’ailleurs la vieille bourgeoisie Espagnole y est bien présente, installée dans les beaux quartiers.

Le blanc de SUCRE
Le blanc de SUCRE
Le blanc de SUCRE
Le blanc de SUCRE
Le blanc de SUCRE
Le blanc de SUCRE

Le blanc de SUCRE

Son parc et sa tour Eiffel, non loin un marché au fruits.
Son parc et sa tour Eiffel, non loin un marché au fruits.
Son parc et sa tour Eiffel, non loin un marché au fruits.
Son parc et sa tour Eiffel, non loin un marché au fruits.
Son parc et sa tour Eiffel, non loin un marché au fruits.

Son parc et sa tour Eiffel, non loin un marché au fruits.

J37 Jeudi 4 Décembre 2014 : Les villages JALQ’A

8h du matin, devant l’agence CONDOR nous attendons le minibus privé qui doit nous conduire à 45km de Sucré, c’est de là-bas que notre trek de 3 jours démarre, pour nous approcher des villages JALQ’A, qui se nichent au fond de profondes vallées, enveloppées par l’imposante cordillera de los Frailes. Petit déjeuner avec notre guide Zuma, Séverine très sympathique Alsacienne, Jenny une jeune Américaine et Michel du sud de Paris. Nous sommes assis sur le parvis de la petite chapelle Chataquilla, qui évidemment a elle aussi son histoire de miracle.

Comme prévu à l’agence nous devons emporter dans nos sacs à dos, la nourriture pour ces 3 jours. Mon sac pèse une tonne et dés le début le chemin des Incas que nous empruntons n’est pas de tout repos. Descente, côtes et faux plats à répétition sous un soleil épuisant. Impossible d’admirer les chaînes de montagnes striées aux couleurs ocre et verte qui s’alignent face à l’imposant cratère de Maragua. Nous devons regarder nos pieds, la moindre erreur, lourd comme nous sommes c’est la dégringolade assurée. Dure journée avant d’atteindre avant la nuit Maragua situé en plein centre du cratère. Nous avons horriblement manqué d’eau, nos 2 litres, n’ont pas suffi. Notre logement est parfait, construit exclusivement pour les touristes nous y sommes à l’aise. Nous nous retrouvons avec le groupe d’Américain partis la veille pour 4 jours, nous finirons ce trek avec eux.

Le départ, les coups de pompe, la délivrance trop soif et notre beau logement . sans douche, hélas.
Le départ, les coups de pompe, la délivrance trop soif et notre beau logement . sans douche, hélas.
Le départ, les coups de pompe, la délivrance trop soif et notre beau logement . sans douche, hélas.
Le départ, les coups de pompe, la délivrance trop soif et notre beau logement . sans douche, hélas.
Le départ, les coups de pompe, la délivrance trop soif et notre beau logement . sans douche, hélas.
Le départ, les coups de pompe, la délivrance trop soif et notre beau logement . sans douche, hélas.
Le départ, les coups de pompe, la délivrance trop soif et notre beau logement . sans douche, hélas.
Le départ, les coups de pompe, la délivrance trop soif et notre beau logement . sans douche, hélas.
Le départ, les coups de pompe, la délivrance trop soif et notre beau logement . sans douche, hélas.

Le départ, les coups de pompe, la délivrance trop soif et notre beau logement . sans douche, hélas.

J38 Vendredi 5 Décembre 2014 : Les villages JALQ’A

Cette deuxième journée est plus cool, moins de dénivelés et moins de poids dans les sacs à dos. Un arrêt très sympa pour voir des traces de dinosaures et autres mammifères de l’époque préhistorique. Déjeuner à l’ombre dans une petite communauté JALQ’A, mais comme la veille nous sommes déçus, nous pensions trouver des populations très différentes, nous y avons trouvé des paysans et bergers attachés à leurs terres sans signe particulier les distinguant des autres. Coup de pub, mais bon les paysages sont agréables et nous sommes là, pour marcher et admirer cette nature totalement volcanique de ces hauts plateaux. Les logements pour cette 2ième nuit sont exactement identiques aux précédents, c’est super, car nous pouvons prendre une douche . Nos américains mélangent vin médiocre et bière pour finir la soirée et fêter la fin de ce trek , le levé à 7h est plutôt difficile pour eux.

Le 2ème jour, plus relax
Le 2ème jour, plus relax
Le 2ème jour, plus relax
Le 2ème jour, plus relax
Le 2ème jour, plus relax
Le 2ème jour, plus relax
Le 2ème jour, plus relax

Le 2ème jour, plus relax

Traces de dinosaure préhistorique
Traces de dinosaure préhistorique
Traces de dinosaure préhistorique

Traces de dinosaure préhistorique

POTOLO notre dernier village JALQ'A
POTOLO notre dernier village JALQ'A
POTOLO notre dernier village JALQ'A
POTOLO notre dernier village JALQ'A

POTOLO notre dernier village JALQ'A

J39 Samedi 6 Décembre 2014 : Retour a SUCRE.

Un bus nous attend pour ramener les 2 groupes à Sucre, vers 12h nous prenons un dernier repas végétarien tous ensemble à l'agence Condor Treker avant de nous quitter. Nous retournons à l’hôtel Colonial puis visite de la maison de la liberté (ou maison de l’indépendance) pour finir dans un glacier loin du bruit au fond d’un jardin.

Nous ne nous sommes pas trop attardés sur la faune, la flore et les grands paysages que nous avons vu durant ces 3 jours. Difficile après le canyon de Colca, le Machu Picchu et le Salar, mais tout de même beau.

Un dernier coup d'yeux avant de revenir sur SUCRE
Un dernier coup d'yeux avant de revenir sur SUCRE
Un dernier coup d'yeux avant de revenir sur SUCRE

Un dernier coup d'yeux avant de revenir sur SUCRE

J40 Dimanche 7 Décembre 2014 : SUCRE => Le marché de TARABUCO à 60 km

8h du matin, nous avons rendez-vous avec Michel devant la Cathédrale nous partons en minibus pour le marché de TARABUCO très connu. C’est un peu loin, mais nous avons la même motivation. Sur place le marché s’étale de la place centrale aux rues proches, ce n’est pas Chichicastennango (Guatemala) avec ses couleurs et la diversité des produits et articles, mais un marché exclusivement fait pour les paysans de la région, c’est dimanche c’est aussi l’occasion pour eux de se retrouver. Vers midi, Michel nous a trouvé un petit restaurant non loin de la place centrale, très agréable et sympathique que nous recommandons vivement. Tout y est, la gentillesse du patron, le cadre et le repas excellent pour moins de 4 €. Le PUKARA WASI.

Retour vers 14h à SUCRE et après avoir souhaité une bonne continuation à Michel, nous finissons l’après midi devant un cappuccino.

Le marché de TARABUCO
Le marché de TARABUCO
Le marché de TARABUCO
Le marché de TARABUCO
Le marché de TARABUCO
Le marché de TARABUCO

Le marché de TARABUCO

C'est aujourd'hui dimanche, ils sont venus, ils sont tous là, après avoir attaché leurs ânes à l'entrée du village.
C'est aujourd'hui dimanche, ils sont venus, ils sont tous là, après avoir attaché leurs ânes à l'entrée du village.
C'est aujourd'hui dimanche, ils sont venus, ils sont tous là, après avoir attaché leurs ânes à l'entrée du village.
C'est aujourd'hui dimanche, ils sont venus, ils sont tous là, après avoir attaché leurs ânes à l'entrée du village.
C'est aujourd'hui dimanche, ils sont venus, ils sont tous là, après avoir attaché leurs ânes à l'entrée du village.
C'est aujourd'hui dimanche, ils sont venus, ils sont tous là, après avoir attaché leurs ânes à l'entrée du village.
C'est aujourd'hui dimanche, ils sont venus, ils sont tous là, après avoir attaché leurs ânes à l'entrée du village.
C'est aujourd'hui dimanche, ils sont venus, ils sont tous là, après avoir attaché leurs ânes à l'entrée du village.
C'est aujourd'hui dimanche, ils sont venus, ils sont tous là, après avoir attaché leurs ânes à l'entrée du village.
C'est aujourd'hui dimanche, ils sont venus, ils sont tous là, après avoir attaché leurs ânes à l'entrée du village.

C'est aujourd'hui dimanche, ils sont venus, ils sont tous là, après avoir attaché leurs ânes à l'entrée du village.

Le parking des ânes, sous le regard indifférent d'un cochon noir qui passe.
Le parking des ânes, sous le regard indifférent d'un cochon noir qui passe.
Le parking des ânes, sous le regard indifférent d'un cochon noir qui passe.

Le parking des ânes, sous le regard indifférent d'un cochon noir qui passe.

Notre coup de cœur le restaurant LE PUKARA WASI
Notre coup de cœur le restaurant LE PUKARA WASI
Notre coup de cœur le restaurant LE PUKARA WASI
Notre coup de cœur le restaurant LE PUKARA WASI

Notre coup de cœur le restaurant LE PUKARA WASI

J41 Lundi 8 Décembre 2014 : SUCRE

Visite du musée CHARCAS, malheureusement des problèmes de toiture interdisent l’accès à la partie coloniale, il ne nous reste plus que le rez-de-chaussée avec quelques toiles intéressantes et le 1er étage avec l’anthropologie. A la sortie Hélène propose de prendre la première rue à l’angle du musée pour monter jusqu’au mirador, çà monte vraiment et sous un soleil de plomb, l’idée est finalement excellente car à notre arrivée, une grande et jolie place ou vient s’appuyer le couvent et l’église de la RECOLETA, à l’autre extrémité de longues arcades blanches habillent le mirador qui donne le plus beau panorama de la ville, en contrebas dans un petit jardin le très reposant Café Gourmet Mirador. Nous avons amené nos livres, nous y restons plus d’une heure avec en face de nous en surplomb de la ville. Ce n’est pas notre jour de chance avec les musées, celui des peuples indiens à deux pas de la place ouvre à 14h 30. Il ne nous reste plus qu’à redescendre pour déjeuner à la ‘’ Posada’' un petit restaurant bien caché dans une petite cour coloniale à ciel ouvert.

musée CHARCAS la partie anthropologique
musée CHARCAS la partie anthropologique
musée CHARCAS la partie anthropologique
musée CHARCAS la partie anthropologique
musée CHARCAS la partie anthropologique

musée CHARCAS la partie anthropologique

LE MIRADOR de SUCRE
LE MIRADOR de SUCRE
LE MIRADOR de SUCRE

LE MIRADOR de SUCRE

J42 Mardi 9 Décembre 2014 : SUCRE

Notre dernier jour à SUCRE, direction le cimetière, beaucoup de personnages importants de la révolution et de l’indépendance du pays y ont leurs mausolés. C’est un très beau cimetière bien organisé avec des allées de cyprès et arbustes taillés à merveille. La dimension de certains édifices est vraiment impressionnante. A la sortie nous avons le plaisir de retrouver un couple Suisse, que nous avions croisé à Potosi et ensuite sur les pistes qui mènent au SALAR. Un vrai plaisir de parler avec eux. Hier nous n’avions pas pu voir le musée des arts Indigènes, alors même s’il nous faut regrimper au Mirador avec la chaleur, nous n’hésitons pas, il est vraiment beau.

C’est un musée effectivement très intéressant, un peu d’anthropologie, des costumes, des instruments de musique utilisés pour leurs fêtes religieuses, une cartographie des différentes populations indigènes, comme les Jalqu’as, les Peagnas, les Tarabucos, les ch’utas, les Katus et les Llameros, mais c’est surtout le savoir faire en matière de tissage, de pures merveilles. Voilà, direction maintenant le Café Gourmet Mirador tenu par un Italien pour y déguster des pâtes faites maison, un régal. Et comme hier juste après un peu de repos sur des chaises longues face au panorama grandiose de la ville de SUCRE. Retour vers la place centrale pour y boire un vrai café au café le Métro et promenade au grand parc qui fait face au palais de justice avec au passage un petit regard sur le jardin de jeux réservé aux enfants. Nous aimerions avoir les mêmes en France, le paradis des gosses grandeur nature.

Cimetière de Sucré
Cimetière de Sucré
Cimetière de Sucré

Cimetière de Sucré

Musée des arts Indigènes
Musée des arts Indigènes
Musée des arts Indigènes

Musée des arts Indigènes

le paradis des enfants sous l'yeux vigilant de la tour Eiffel.
le paradis des enfants sous l'yeux vigilant de la tour Eiffel.
le paradis des enfants sous l'yeux vigilant de la tour Eiffel.
le paradis des enfants sous l'yeux vigilant de la tour Eiffel.

le paradis des enfants sous l'yeux vigilant de la tour Eiffel.

J43 Mercredi 10 Décembre 2014 : SUCRE => LA PAZ

Direction l’aéroport de SUCRE, nous avons un vol pour LA PAZ à 10h du matin. Un taxi pour l’hôtel Golden Palace, puis nous filons vers les Musées Municipaux proche de la place Murillo, dans la rue étroite de JAEN bordée de maisons coloniales, toutes restaurées aux façades, ocre, bleu, jaune et blanche où se nichent quatre petits musées, celui des costumes, du littoral Bolivien, de la maison de Murillo (héros national) et celui des métaux précieux que nous ne pourrons voir pour cause de travaux. Un coin de la ville à voir. Nous revenons sur la place Murillo, juste en face du Palais présidentiel un grand arbre de Noel enchante les enfants. Nous ne tardons pas à revenir vers la place San Francisco, nous devons réserver à l’agence Barro biking pour demain un tour Au site TIWANAkU, bien connu dans TINTIN et le temple du soleil et mettre une option pour la descente du chemin de la mort en VTT pour après demain.

L'aéroport de SUCRE et la ville vu de haut
L'aéroport de SUCRE et la ville vu de haut
L'aéroport de SUCRE et la ville vu de haut
L'aéroport de SUCRE et la ville vu de haut

L'aéroport de SUCRE et la ville vu de haut

J44 Jeudi 11 Décembre 2014 : LA PAZ => TIWANAKU

Vers le temple du soleil, un minibus vient nous chercher à l’hôtel, puis le balai infernal dans la ville déjà en effervescence pour récupérer les autres passagers. Le site archéologique de Tiwanaku se trouve à 73km de La Paz avec les difficultés pour quitter la ville et l’état des routes, il nous a fallu 3h pour arriver. Nous commençons par la visite des 2 musées mal éclairés relatant les différentes civilisations à travers les monolithes sculptés de plus de 6 m de haut et autres objets avant de nous rendre sur le site. Nous sommes un peu déçus, nous nous attendions à un site mieux conservé, de plus le ciel est nuageux et il n’y a pas beaucoup de lumière pour les photos. Vers 15h nous sommes de retour.

En fin de soirée, nous remontons vers la place Morillo, pour l’illumination de l’arbre de noël. Nous trouvons surprenant qu’on est installé une immense scène qui s’adosse au palais présidentiel, la place est pleine, sur scène des chants et danses de Noel, interprétés par de très jeunes enfants, puis un chorale et des artistes connus vu l’ambiance qui règne. On distribue des cadeaux, il y a beaucoup de policiers en civil et militaires, le président Evo Morales est attendu, il ne tarde pas à faire son apparition, saluant la foule et serrant quelques mains, il se dirige vers l’arbre de Noel, et donne le Go du feu d’artifice en appuyant sur l’interrupteur qui illumine le sapin.

En redescendant vers la place Sant Francisco, nous sommes invités à voir en direct des danses folkloriques au Ministère de la culture et du Tourisme, sous les yeux de la TV Nationale. Nous y passons un peu de temps, mais il nous faut rentrer demain levé de bonne heure pour la descente en VTT du chemin de la mort.

TIWANAKU
TIWANAKU
TIWANAKU
TIWANAKU
TIWANAKU

TIWANAKU

On fête déjà Noel en Bolivie
On fête déjà Noel en Bolivie
On fête déjà Noel en Bolivie
On fête déjà Noel en Bolivie
On fête déjà Noel en Bolivie

On fête déjà Noel en Bolivie

La fête est partout
La fête est partout

La fête est partout

J45 Vendredi 12 Décembre 2014 : LA PAZ => La chemin de la mort en VTT

7h du matin, notre premier geste regarder le temps qu’il fait c’est important, nous montons à 4700m, pour une longue journée de VTT. Nous avons rendez-vous devant l’agence, nous y retrouvons Michel avec qui nous avions fait les villages JALQ’A et le marché de TARABUCO, un Parisien et 3 jeunes Portugais. Notre minibus est à l’heure avec un photographe (nous ne sommes pas autorisés à prendre nous même des photos sur les VTT, trop dangereux, une jeune américaine y a laissé la vie) et notre guide.

Le départ se fait à 4700m, il fait froid nous sommes sur un long plateau autour des montagnes enneigées c’est magnifique, équipement obligatoire (casque, tenue de protection, gants) et test des VTT avant de commencer une très longue descente, qui nous mène à un premier arrêt de contrôle de police anti narcotique avant de continuer cette descente chargée dans les deux sens de camions. En bas la vallée il commence à faire très chaud, un petit encart, les VTT sont remontés sur le minibus, nous remontons très haut avant d’être déposé sur un chemin rocailleux et accidenté, le chemin de la mort.

La descente est directe, impossibles d’éviter les cailloux, mais les VTT loués avec suspensions avant et arrière amoindries les chocs, beaucoup de virages avec une végétation importante sur les parois rocheuses, les falaises regorgent d’eau. A plusieurs reprise une cascade inonde le chemin nous devons anticiper. Nous croisons quelques croix avec parfois une explication du guide. Nous devons rester concentrés sur nos vélos, la moindre glissade peut entrainer une chute, le ravin est si proche. Nous arrivons tous sans incident fâcheux et heureux de l’avoir fait. Nous rendons les VTT et nos équipements avant de rejoindre un véritable oasis avec piscine et restaurant. Le luxe pendant le repas, on nous remet une serviette pour la baignade. Retour à La Paz avec une arrivée tardive, la nuit a déjà pris place sur la ville.

LE CHEMIN DE LA MORT
LE CHEMIN DE LA MORT
LE CHEMIN DE LA MORT
LE CHEMIN DE LA MORT
LE CHEMIN DE LA MORT
LE CHEMIN DE LA MORT
LE CHEMIN DE LA MORT
LE CHEMIN DE LA MORT
LE CHEMIN DE LA MORT
LE CHEMIN DE LA MORT
LE CHEMIN DE LA MORT

LE CHEMIN DE LA MORT

J46 Samedi 13 Décembre 2014 : LA PAZ => LIMA

Grosse matinée en ville avant de prendre l’avion pour LIMA, quelques photos pour décrire cette matinée, vers midi nous croisons Michel sur le marché ce n’est pas vraiment étonnant les couleurs des fruits et des fleurs l’on surement attiré enquête de quelques bonnes prises de photos. Il a une bonne adresse pour manger les meilleurs Ampanadas de la ville, nous finirons avec lui, ces derniers moments à La Paz avant d’aller de rejoindre en taxi l’aéroport International.

Pas loin des musées municipaux, cette statue vient désormais orner la petit place Wenceslao Monrroy
Pas loin des musées municipaux, cette statue vient désormais orner la petit place Wenceslao Monrroy

Pas loin des musées municipaux, cette statue vient désormais orner la petit place Wenceslao Monrroy

Aujourd'hui c'est samedi, plusieurs mariages sont célébrés
Aujourd'hui c'est samedi, plusieurs mariages sont célébrés
Aujourd'hui c'est samedi, plusieurs mariages sont célébrés
Aujourd'hui c'est samedi, plusieurs mariages sont célébrés
Aujourd'hui c'est samedi, plusieurs mariages sont célébrés
Aujourd'hui c'est samedi, plusieurs mariages sont célébrés

Aujourd'hui c'est samedi, plusieurs mariages sont célébrés

Et puis là, un rémouleur

Et puis là, un rémouleur

Et là, des jeunes qui manifestent contre la violence des femmes dans le pays.

Et là, des jeunes qui manifestent contre la violence des femmes dans le pays.

Sur le même trottoir cette alléchante pâtisserie on y résiste pas.
Sur le même trottoir cette alléchante pâtisserie on y résiste pas.

Sur le même trottoir cette alléchante pâtisserie on y résiste pas.

Le marché des couleurs
Le marché des couleurs
Le marché des couleurs
Le marché des couleurs
Le marché des couleurs

Le marché des couleurs

J47 Dimanche 14 Décembre 2014 : LIMA => Quartier Miraflores

Ce matin, nous prenons le Métropolitain pour nous rendre dans le quartier de Miraflores sur les bords de l’Océan Pacifique. Nous faisons une longue marche pour rejoindre et suivre le littoral. C’est dimanche, beaucoup de sportifs, coureurs, marcheurs, cyclistes, tennismans et gonflettes sont là, y a même les chiens pisseurs. Sérieusement, la ville a bien fait les choses, il y a vraiment tout pour se refaire une santé. Par curiosité nous traversons ensuite les beaux quartiers, c’est froid, morbide et sans vie, la majeure partie de ces bâtiments sont protégés par de hauts murs ou grilles électrifiées. Nous avons ici toute la bourgeoisie citadine. Vers 13h30 retour en ville pour finir la journée.

MIRAFLORES sous les nuages
MIRAFLORES sous les nuages
MIRAFLORES sous les nuages
MIRAFLORES sous les nuages

MIRAFLORES sous les nuages

MIRAFLORES et ses barbelés. NOEL dans la rue.
MIRAFLORES et ses barbelés. NOEL dans la rue.
MIRAFLORES et ses barbelés. NOEL dans la rue.

MIRAFLORES et ses barbelés. NOEL dans la rue.

Voilà, nos dernières lignes sur ce beau voyage de 7 semaines. Nous avons rencontré beaucoup de monde et essentiellement des jeunes venant des quatre coins de la planète. Des jeunes formidables plein de vie. Nous avons aussi beaucoup parlé avec les locaux souvent très pauvres mais tellement attachants, que nous nous attardions parfois pour échanger avec eux quelques mots et lorsque ils souriaient montrant leurs dents noires en nous serrant de leurs deux mains, la notre, nous savions que nous leurs avions donné un peu de dignité et de chaleur. Nous avons vu aussi, la pauvreté profonde dans cette ville, la descente aux enfers pour certains. Nous ne pourrons jamais oublier cette femme qui vivait dans la rue avec deux petites filles, 5 ans et 2 ans(l' age de mes deux amour Charlotte et Camille) et ce mendiant très sale dans un restaurant qui venait récupérer dans un sac en plastique les restes laissés dans les assiettes des clients qui avaient quitté leur table sous la totale ignorance es nombreuses tables occupées. .

Deux très beaux pays, attachants et inoubliables, que nous quittons avec regret.

QUELQUES INFORMATIONS PRATIQUES DE LA BOLIVIE

HOTELS

COPACABANA

Hôtel Paradaiso : Hôtel tout neuf, froid, pas d’accueil. Seul avantage chambre double pas chère : 15 €

Hôtel la Cupulla : très bel hôtel tenu par un allemand, très belle vue sur la baie. Prix chambre double, environ 30 dollars. Très bon restaurant (l'un des meilleurs de la ville).

A côté voir l’hôtel la OLA, construction architecturale un peu folle, mais vraiment superbe mais un peu plus cher (même propriétaire).

LA PAZ

Hôtel Posada de la Abuela : Central, pas terrible, prix chambre double avec PD : 44 dollars

Golden Palace : Bon accueil, confortable, mais sans âme. Chambre double prix 36 Dollars avec PD. (N.B : Attention Réserver une seule nuit, car risque d’avoir une chambre avec une fenêtre sur le couloir et sombre. Donc possibilté de changer).

TUPIZA :

Hôtel Mitru avec piscine très agréable : chambre double : prix environ 25 € avec P.D

POTOSI :

Hôtel « Casona Posada » : Près du centre, très bon accueil, Posada agréable. Demander une chambre à l'étage elles sont superbes. Prix : 25 € avec P.D simple et dans le patio sur de grandes tables.

Restaurant « 4060 » : Bien très bonne viande d’Argentine, très chaleureux. Prix environ 10 € par personne

SUCRE :

Hôte « Colonial » : très bien situé sur la place principale, belle chambre (demander une chambre avec vue sur la place) Prix environ 32 € avec PD.

Restaurant « German » : très bien bonne cuisine végétarienne, le midi menu à environ 3 €.

Restaurant « La Taverne » : restaurant de l’alliance française, très bon (prix environ 10 € par personne) – très bonne viande.

Voir les commentaires

Publié le par lemondedhelene
Publié dans : #AMERIQUE CENTRALE

Il y a bien longtemps que nous n'étions pas parti en vacances avec des sacs à dos, équipés pour le froid et le chaud. En choisissant le Pérou et la Bolivie, nous n'avons pas fait le choix Club Med aux Antilles, mais sur 2 magnifiques pays d'Amérique du Sud, qui accrochés aux Andes à une altitude ≥ 3500 m, nous invitent au trekking à travers le chemin INCA et nous laisser découvrir les ruines de civilisations anciennes avec en toile de fond des panoramas uniques. Sans oublier les fastueuses fêtes religieuses, la faune des grands parcs, la vie rurale à la campagne et les villes coloniales ou les plus belles demeures relookées pour accueillir le tourisme, sont pleines de charme.

Voilà, déjà plus de 3 mois qu'Hélène travaille sur l'organisation de ce voyage, analysant les circuits, les hôtels et agences approuvés par les internautes sans oublier les multiples Emails pour des choix (nous l'espérons), décisifs. Le programme si nous le tenons est chargé avec des moments palpitants, complexes pour ne pas dire difficiles avec la descente en VTT (50 KM) de la route de la mort en Bolivie, interdite aujourd'hui aux camions et les treks aux ingrédients poivrés, Altitude,Climat,Distance,Confort.

J0 – Mardi 28 Octobre 2014 : Voyage PARIS =>MADRID =>LIMA

Nous quittons Paris pour Orly W en voiture, Ernst nous a gentiment proposé de nous y conduire, nous évitons la galère avec nos sacs à dos dans les transports. Il ne sera pas des nôtres, il repart pour la Birmanie dans quelques jours.

J1 – Mercredi 29 Octobre 2014 : LIMA

Arrivée à l'aéroport Jorge Chàvez de Lima à 6 h 10 du matin (heure locale) et direction en taxi le centre historique de Lima, nous avons réservé une nuit à l’hôtel Bolivar. Dans ce vieux palace construit en 1924, des personnalités comme Hemingway, Orson Welles et les Rolling Stones ou encore Robert Kennedy y ont séjourné. Aujourd’hui on voyage dans le passé, rien ou presque n’a changé de cette époque.

Le brouillard a laissé sa place au soleil, nous pouvons visiter avec plaisir le centre historique avec la Plazza Martin, Plazza Mayor, la Cathédrale et la basilique/couvent de San Francisco (visite guidée obligatoire). Hélas la stupidité « photo interdite » existe ici, aussi.

Il ne nous reste plus qu’à acheter pour demain nos billets de bus pour Paracas et échanger quelques dollars.

Il n’y aura pas de LIMA by night, nous tombons de fatigue.

L’hôtel BOLIVAR. Le hall belle époque coiffé d'une jolie coupole. Une authentique Fort T de 1930. Chambres et couloir
L’hôtel BOLIVAR. Le hall belle époque coiffé d'une jolie coupole. Une authentique Fort T de 1930. Chambres et couloir
L’hôtel BOLIVAR. Le hall belle époque coiffé d'une jolie coupole. Une authentique Fort T de 1930. Chambres et couloir
L’hôtel BOLIVAR. Le hall belle époque coiffé d'une jolie coupole. Une authentique Fort T de 1930. Chambres et couloir
L’hôtel BOLIVAR. Le hall belle époque coiffé d'une jolie coupole. Une authentique Fort T de 1930. Chambres et couloir
L’hôtel BOLIVAR. Le hall belle époque coiffé d'une jolie coupole. Une authentique Fort T de 1930. Chambres et couloir

L’hôtel BOLIVAR. Le hall belle époque coiffé d'une jolie coupole. Une authentique Fort T de 1930. Chambres et couloir

Place Mayor avec le palais du gouvernement, la Cathédrale , la maison de la litérature et la Basilique.
Place Mayor avec le palais du gouvernement, la Cathédrale , la maison de la litérature et la Basilique.
Place Mayor avec le palais du gouvernement, la Cathédrale , la maison de la litérature et la Basilique.
Place Mayor avec le palais du gouvernement, la Cathédrale , la maison de la litérature et la Basilique.
Place Mayor avec le palais du gouvernement, la Cathédrale , la maison de la litérature et la Basilique.

Place Mayor avec le palais du gouvernement, la Cathédrale , la maison de la litérature et la Basilique.

J2 -Jeudi 30 Octobre 2014 : LIMA =>PARACAS

Matinée plutôt cool, nous avons un bus à 13H30, pour Paracas (235 km), par la Panaméricaine. Retour à la place Mayor, dans l’une des deux rues étroites qui longent le palais du gouvernement, la « maison Aliaga », l’une des plus anciennes maisons coloniales du XVI siècle encore présente, elle a résisté, aux séismes, à l’expansion de la ville et à l’humidité permanente qui a fait avec le temps beaucoup de dégâts, puis nous n’hésitons pas à rentrer dans les nombreuses églises que nous découvrons proche du centre historique, elles sont très belles richement décorées et pleines de charme. Les façades de palais abritant des édifices publics et les petites placettes agrémentent et rendent ces quartiers plus agréables.

Voilà, c’est l’heure de partir en taxi, pour rejoindre la gare routière. Nous retrouvons un couple venu de Tours, Daniel et Solange avec qui nous avions échangé quelques mots la veille au centre d’information. Ils prennent le même bus que nous pour Paracas, et comme ils n’ont pas réservé d’hôtel le notre « Los Frayles » leur convient.

La route est longue 3h30 de voyage en suivant l’océan Pacifique, le paysage n’est malheureusement pas très beau, des constructions de très mauvaise qualité, sans âmes et sans règle d’urbanisme se suivent sur plus de 100 km le long de la côte.

Paracas, est loin d’être un beau village balnéaire, mais nous sommes là, pour les iles Ballestas et la réserve du parc National.

1 La maison ALIAGA- 2 Façade d'un ancien palais 3 Une église parmi les 21 de la ville.
1 La maison ALIAGA- 2 Façade d'un ancien palais 3 Une église parmi les 21 de la ville.
1 La maison ALIAGA- 2 Façade d'un ancien palais 3 Une église parmi les 21 de la ville.

1 La maison ALIAGA- 2 Façade d'un ancien palais 3 Une église parmi les 21 de la ville.

J3 -Vendredi 31 Octobre 2014 : Paracas : Les îles Ballestas et la réserve du parc National.

Nous commençons par la réserve marine des îles Ballestas, hélas le temps est brumeux nous ne pourrons pas faire de belles photos. Au passage notre bateau s’arrête devant « le candelabre », un géoglyphe de grande dimension, dont l’origine et la signification est un mystère. Plus loin des milliers d’espèces marines côtières vivent ici, le spectacle est fabuleux, des otaries, manchots, fou variés, cormorans et bien d’autres occupent les rochers il y en a vraiment partout, dans ce décor marin. Au retour nous avons la chance de voir des dauphins et la malchance de ne pas pouvoir les prendre en photo.

Nous quittons notre bateau, pour un bus et direction le parc National de Paracas, immense désert de la cote péruvienne, beaucoup de faucilles marin, mais le centre d’intérêt c’est la cathédrale, une imposante formation rocheuse façonnée par l’éruption marine. Sa forme concave rappelait les coupoles de cathédrales. En aout 2007, la structure s’effondre suite à un tremblement de terre de magnitude 7.9 sur l’échelle de Richter. Déjeuner dans un petit village de pécheur et retour en ville.

Nos amis d’un jour, reprennent le bus de nuit, nous les accompagnons à la gare routière.

La réserve marine des îles Ballestas,-  Sur cette face montagneuse " le Candelabre ";
La réserve marine des îles Ballestas,-  Sur cette face montagneuse " le Candelabre ";
La réserve marine des îles Ballestas,-  Sur cette face montagneuse " le Candelabre ";
La réserve marine des îles Ballestas,-  Sur cette face montagneuse " le Candelabre ";
La réserve marine des îles Ballestas,-  Sur cette face montagneuse " le Candelabre ";
La réserve marine des îles Ballestas,-  Sur cette face montagneuse " le Candelabre ";

La réserve marine des îles Ballestas,- Sur cette face montagneuse " le Candelabre ";

La Cathédrale après le tremblement de terre  et   avant.
La Cathédrale après le tremblement de terre  et   avant.

La Cathédrale après le tremblement de terre et avant.

Plage du désert - Solange et Daniel. - Restaurant chinois au milieu de nulle par.
Plage du désert - Solange et Daniel. - Restaurant chinois au milieu de nulle par.
Plage du désert - Solange et Daniel. - Restaurant chinois au milieu de nulle par.

Plage du désert - Solange et Daniel. - Restaurant chinois au milieu de nulle par.

J4  -Samedi 1 Novembre 2014 : PARACAS => ICA=>HUACACHINA

Nouvelle journée de transit, nous quittons Paracas en bus pour Ica, puis un taxi pour HUACACHINA (5 km), surprenant oasis au cœur du désert, petit village bâti autour d’un lac naturel. Nous sommes là, comme beaucoup de jeunes venus se faire plaisir dans les dunes de sable. L’attraction c’est évidemment les balades de 2h en buggies dans les dunes, sensations assurées avec en prime de la luge sur des planches de surf. On en sera plus demain, en attendant repos sur un transat face à la piscine de notre hôtel. AH !!  J’oubliai nous avons un nouveau copain, un petit chaton, qui nous lâche plus.

HUACACHINA
HUACACHINA
HUACACHINA
HUACACHINA

HUACACHINA

Il est beau, il est couleur locale. Soirée Pisco et ceviche au bord du lac
Il est beau, il est couleur locale. Soirée Pisco et ceviche au bord du lac

Il est beau, il est couleur locale. Soirée Pisco et ceviche au bord du lac

J5 -Dimanche 2 Novembre 2014 : HUACACHINA

Notre choix parmi les nombreuses activités proposées, le circuit en « areneros » (buggies des sables), C’est déjà impressionnant de les voir passer dans les rues, mais lorsqu’on est dedans, ceinturé et que le rodéo commence dans les dunes, on s’agrippe où on peut, le cœur bien accroche si possible. Les paysages sont magnifiques, du haut des dunes la lagune de Huacachina aux eaux pourpres entourée de palmiers disgracieux et de fleurs exotiques. Quelques beaux bâtiments rappellent la belle époque des péruviens fortunés. Aujourd’hui c’est plutôt routards fauchés. Après quelques frayeurs, notre chauffeur nous laisse souffler un peu pour prendre quelques photos. Nous avons droit, maintenant à descendre plusieurs dunes en sandboard, la première allongée et la suivante debout, malheureusement la chute d’un jeune espagnol qui s’est déboité une épaule nous a un peu refroidie. Le chauffeur le ramène en urgence au village, nous restons là, avec un polonais et 2 israéliennes au soleil avec quelques descentes sans prendre trop de risques cette fois. Au retour nouveau rodéo, mais vraiment un moment inoubliable. Voilà, c’est midi, nous avons passé deux heures de pur plaisir, Douche ou dessablage à l’hôtel, bagages en consigne et bronzage au bord de la piscine pour Hélène, moi je suis devant mon pc.

Nous quittons Huacachina ce soir à 20 h, pour un bus de nuit qui part à 20h55 de Ica à Arequipa (9h)..Malheureusement nous ne nous arrêterons pas a Nazca, nous nous sommes "planté" sur notre billet de bus

HUACACHINA et ses dunes de sable.
HUACACHINA et ses dunes de sable.
HUACACHINA et ses dunes de sable.
HUACACHINA et ses dunes de sable.
HUACACHINA et ses dunes de sable.
HUACACHINA et ses dunes de sable.

HUACACHINA et ses dunes de sable.

J6 - Lundi 3 Novembre 2014 : HUACACHINA=> AREQUIPA

Le voyage a duré 12 heures, confortablement installés avec en prime une charmante hôtesse, le plus, grand luxe tv et diner à bord. A l’arrivée notre hôtel à Arequipa la «Posada Nueva Espagna », est seulement à 10 mn à pied du centre historique. Le propriétaire ne manque pas de nous donner quelques bonnes adresses de restaurants typiques et locaux, comme La Capitana à deux blocs de la posada, nous irons c'est sympathique et pas cher.

Proche de la place des armes, dans le centre historique, nous passons à l’agence Pablo tours, pour notre trek de 3 jours dans le canyon de Colca, puis visite du monastère Santa Catalina fondé en 1579 par une riche veuve, est un immense couvent dominicain, composé de cellules et cloitres, habités durant 4 siècles, par des nonnes issu des grandes familles espagnoles et leurs servantes ou esclaves. La visite dure environ 2h à travers ruelles, placettes, cellules et cloitres, protégés par d’immenses murs (de très loin le plus couvent que l'on ai eu l'occasion de visiter). Retour vers les quartiers de la place des armes, une pause dans le grand jardin public, face à la cathédrale, puis un petit coup d’yeux à l’église la Compania pour sa richesse d’ornementation baroque. Nous ne rentrerons pas trop tard, après 22h Il n’est pas recommandé de rentrer à pied à la Posada, qui est tout de même un peu à l’ écart et mal éclairé la nuit, ni de prendre un taxi non recommandé par un agent. Nous prenons ces recommandations au sérieux.

Posada Nueva Espagna
Posada Nueva Espagna
Posada Nueva Espagna

Posada Nueva Espagna

Le restaurant La Capitana, au menu Américana ( énorme!!!) servi avec une grand verre de chicha( jus de mais)
Le restaurant La Capitana, au menu Américana ( énorme!!!) servi avec une grand verre de chicha( jus de mais)
Le restaurant La Capitana, au menu Américana ( énorme!!!) servi avec une grand verre de chicha( jus de mais)

Le restaurant La Capitana, au menu Américana ( énorme!!!) servi avec une grand verre de chicha( jus de mais)

AREQUIPA et notre drapeau national qui déploie fièrement ses couleurs tricolores. Qu'il est beau!!!.
AREQUIPA et notre drapeau national qui déploie fièrement ses couleurs tricolores. Qu'il est beau!!!.
AREQUIPA et notre drapeau national qui déploie fièrement ses couleurs tricolores. Qu'il est beau!!!.
AREQUIPA et notre drapeau national qui déploie fièrement ses couleurs tricolores. Qu'il est beau!!!.
AREQUIPA et notre drapeau national qui déploie fièrement ses couleurs tricolores. Qu'il est beau!!!.
AREQUIPA et notre drapeau national qui déploie fièrement ses couleurs tricolores. Qu'il est beau!!!.
AREQUIPA et notre drapeau national qui déploie fièrement ses couleurs tricolores. Qu'il est beau!!!.
AREQUIPA et notre drapeau national qui déploie fièrement ses couleurs tricolores. Qu'il est beau!!!.
AREQUIPA et notre drapeau national qui déploie fièrement ses couleurs tricolores. Qu'il est beau!!!.

AREQUIPA et notre drapeau national qui déploie fièrement ses couleurs tricolores. Qu'il est beau!!!.

Le monastère de Santa Catalina
Le monastère de Santa Catalina
Le monastère de Santa Catalina
Le monastère de Santa Catalina
Le monastère de Santa Catalina
Le monastère de Santa Catalina
Le monastère de Santa Catalina

Le monastère de Santa Catalina

Photos pour le plaisir  du couvent Santa Catalina
Photos pour le plaisir  du couvent Santa Catalina
Photos pour le plaisir  du couvent Santa Catalina
Photos pour le plaisir  du couvent Santa Catalina

Photos pour le plaisir du couvent Santa Catalina

J7 - Mardi 4 Novembre 2014 : AREQUIPA

La matinée commence bien, le petit déjeuner est servi sur la terrasse de la Posada sous un beau ciel bleu, c’est le meilleur depuis notre arrivée dans le pays. Au programme ce matin une petite marche jusqu’au mirador perché sur la colline du quartier Yanahuara, d’ici la vue est imprenable sur la ville avec dans le fond le volcan Misti qui culmine à 5825 m. Nous avons de la chance c’est la fête, les écoles exclusivement des quartiers de Yanahuara défilent avec fanfare, discours militaires et personnalités du coin. Nous redescendons vers le centre nous tenons absolument à voir le musée Santuarios Andinos et voir la momie de Juanita « princesse des glaces », offerte en sacrifice aux dieux Inca. Sa découverte en 1995 en haut du volcan Ampato (6300m), est un mystère pour les archéologues, comment les Incas ont il pu monter aussi haut sans équipement avec le froid, la glace et la neige pour accomplir ce rituel. Après midi cool en ville. Arequipa est incontestablement plus agréable, plus belle et plus culturelle que Lima. L’architecture coloniale et l’animation de jour comme de nuit autour de la place des armes complète nos impressions. Nous consacrons la soirée à la visite de la cathédrale, puis un Pisco dans une étroite ruelle derrière la cathédrale et pour finir la crêperie de l’alliance Française juste à deux pas, que nous recommandons. Demain 4 jours consacrés au trek du canyon de Colca et 4 jours sans wifi.

Fête scolaire du quartier Yanahuara
Fête scolaire du quartier Yanahuara
Fête scolaire du quartier Yanahuara

Fête scolaire du quartier Yanahuara

Vu sur la ville du mirador avec en fond de toile le volcan MISTI

Vu sur la ville du mirador avec en fond de toile le volcan MISTI

Rues d'AREQUIPA
Rues d'AREQUIPA

Rues d'AREQUIPA

La Cathédrale
La Cathédrale
La Cathédrale
La Cathédrale

La Cathédrale

J8 - Mercredi 5 Novembre 2014 : AREQUIPA =>CABANACONDE

Notre trek démarre de Cabanaconde, à environ 7 heures de bus d’Arequipa. Le bus de 8h est parfait pour arriver avant la nuit, hélas ce bus est annulé sans préavis, nous avons 4h d’attente avant le prochain et dernier de la journée. A notre arrivée à Cabanaconde, il fait nuit noire, pas d’éclairage dans les rues, notre hébergement est spartiate, mais propre avec de l’eau chaude. Le repas proposé, nous est servi à la chandelle, dans de gros et vieux canapés en cuir mous, nous avons le menton au niveau des assiettes. Nous tentons une sortie dans le village avant de nous coucher, mais seuls les chiens errants sont là, pour nous accompagner.

La longue route qui mène à Cabanaconde et notre repas du soir si particulier
La longue route qui mène à Cabanaconde et notre repas du soir si particulier
La longue route qui mène à Cabanaconde et notre repas du soir si particulier
La longue route qui mène à Cabanaconde et notre repas du soir si particulier

La longue route qui mène à Cabanaconde et notre repas du soir si particulier

J9/J10/J11  - Jeudi 6 au 8 Novembre 2014 : LE CANYON de COLCA

Pour faire se trek, nous avons trouvé des informations utiles et interressante  sur le site hvalledelfuego.com/pablotour.com.

1ier jour. Cabanaconde/ San juan de Chuccho.

Nous laissons chez Aymil une grande partie de nos affaires et nous partons avec deux sacs à dos remplis pour trois jours. La descente dans les entrailles des gorges profondes du Colca se fait à partir du stade de football perché à 30 minutes de marche au dessus du village. Le chemin qui permet de descendre Jusqu’à la rivière Colca est poussiéreux et roulant par les nombreux cailloux. La fin est annoncée par un pont suspendu avant de remonter un peu pour atteindre la posada Gloria à San juan de Chuccho, un petit oasis perdu dans la vallée. Nous allons y passer la nuit et tenter de reposer un peu nos jambes éprouvées par ces 7 kms non stop. Les bungalows sont équipés d’un lit  et d’une bougie pour la nuit. Douche et toilette collectives à l’extérieur. L’endroit est calme et reposant avec en face de nous cette masse rocheuse habillée par de maigres cactus, yucca et vipérines qui ont perdues leurs belles fleurs.     

Chez Aymil et son restaurant musee
Chez Aymil et son restaurant musee
Chez Aymil et son restaurant musee

Chez Aymil et son restaurant musee

Vu sur le hameau de Oasis - La piste et à l'arrivée la posada Gloria de. San Juan
Vu sur le hameau de Oasis - La piste et à l'arrivée la posada Gloria de. San Juan
Vu sur le hameau de Oasis - La piste et à l'arrivée la posada Gloria de. San Juan
Vu sur le hameau de Oasis - La piste et à l'arrivée la posada Gloria de. San Juan
Vu sur le hameau de Oasis - La piste et à l'arrivée la posada Gloria de. San Juan
Vu sur le hameau de Oasis - La piste et à l'arrivée la posada Gloria de. San Juan

Vu sur le hameau de Oasis - La piste et à l'arrivée la posada Gloria de. San Juan

2iem jour. San juan de Chuccho/ Oasis.

Après le petit déjeuner, café et pancake, nous quittons Gloria et les 4 jeunes allemands arrivés la veille comme nous. Dés le départ le sentier est tout de suite raide, puis un long faux plat avant d’atteindre le village de Cosnirhua. C’est l’heure pour les enfants d’aller à l’école, nous en croisons quelque uns, nous leurs posons quelques questions sur l’école et nous reprenons notre route jusqu’au village de Malata, c’est d’ici que le sentier redescend sur de longs kilomètres dans le canyon avant d’atteindre le très joli hameau Oasis Sangalle. L’endroit est très beau, grâce à de puissantes pompes à eau, des jardins suspendus et pas moins de 5 piscines sont alimentées par l’eau du Colca. Les canaux déversent cette eau en cascade, d’un muret à l’autre, arrosant au passage des manguiers, figuiers, avocatiers et fleurs semées intelligemment au abords de ces longues murailles. Si notre bungalow est très simple l’environnement le compense largement. L’eau de la piscine est très agréable à 21 degrés, bain et bronzage avant d’aller voir une cascade non loin de notre Posada Paradaiso.

Sur la route du 2eme jour et au bout OASIS et notre posada Paradaiso
Sur la route du 2eme jour et au bout OASIS et notre posada Paradaiso
Sur la route du 2eme jour et au bout OASIS et notre posada Paradaiso
Sur la route du 2eme jour et au bout OASIS et notre posada Paradaiso
Sur la route du 2eme jour et au bout OASIS et notre posada Paradaiso
Sur la route du 2eme jour et au bout OASIS et notre posada Paradaiso
Sur la route du 2eme jour et au bout OASIS et notre posada Paradaiso
Sur la route du 2eme jour et au bout OASIS et notre posada Paradaiso

Sur la route du 2eme jour et au bout OASIS et notre posada Paradaiso

3iem jour. Oasis/Cabanaconde.

3H50 du matin, il fait nuit noire, nous quittons équipés de nos lampes frontales notre hébergement, nous devons remonter le canyon avec ses 1100 mètres de dénivelé pour Cabanaconde. Il faut compter environ 3h30 à 4h pour arriver au village, prendre une douche et déjeuner chez Yamil avant de monter dans le seul bus qui part pour Araquipa à 9 h. Nous ne devons pas le rater car nous avons un autre bus de nuit pour Cuzco. Malgré nos torches, nous devons comme les aborigènes d’Australie chercher les traces de pas pour prendre le bon sentier, puis le passage se dessine parfaitement bien au fur et à mesure que nous montons. Nous avons de la chance c’est la « full Moon », la lune apporte sa contribution. Quelques passages pas faciles à passer dans l’obscurité et vers 4h30 la lumière commence à arriver. La montée est dure pour nos jambes, malgré nos entrainements. 6h15 nous sommes heureux d’atteindre le plateau, de voir Cabanaconde à l’horizon et le soleil qui nous a beaucoup manqué. Le retour vers Arequipa est long le bus s’arrête dans tous les villages et charge et décharge des locaux qui vont au marché de Chivay, comme toujours c'est le folklore. Notre bus de nuit est heureusement super confortable, les sièges s’affaissent à plus de 65°, nous sommes vraiment en 1ère classe avec choix de films, repas, couvertures et de plus nous sommes au 2ème étage sur les sièges de devant avec vu panoramique. Voilà cette journée se termine, nous avons à peine eu le temps de manger que nous tombons de sommeil

4h du matin, dure montée jusqu'à Cabanaconde
4h du matin, dure montée jusqu'à Cabanaconde
4h du matin, dure montée jusqu'à Cabanaconde
4h du matin, dure montée jusqu'à Cabanaconde
4h du matin, dure montée jusqu'à Cabanaconde
4h du matin, dure montée jusqu'à Cabanaconde
4h du matin, dure montée jusqu'à Cabanaconde

4h du matin, dure montée jusqu'à Cabanaconde

J12 - Dimanche 10 Novembre 2014 : CUZCO

7h du matin arrivée à Cuzco, nous nous dirigeons directement en taxi à notre hôtel Tika Wasi, recommandé par nos amies Françoise et Laurène. Aucun regret il est super, de plus la chambre 22 à une vue imprenable sur le centre historique. 2h pour refaire surface avant de rejoindre le centre ville et comme c’est dimanche sur la place des armes, des défilés fait d’un mélange de militaire, d’écoles et de minorités régionales. Nous consacrerons le reste de la journée à déambuler dans les rues et à jouer les curieux. Nous sommes à 3400 m, le moindre escalier ou rue grimpante, nous coupe le souffle. Cuzco inscrite au patrimoine de l’humanité de l’UNESCO le mérite bien, cette ville coloniale se dresse sur les vestiges de bâtiments INCA, la plupart des constructions, s’adossent ou intègrent les bases des édifices précolombiens. Les murs des maisons, dans chaque rue et ruelle que nous empruntons témoignent de ce passé. La richesse architecturale des maisons coloniales avec leurs balcons sculptés et chimères façonnées dans la pierre mérite une pause de curiosité.

Notre hôtel à Cuzco avec vu sur le centre historique
Notre hôtel à Cuzco avec vu sur le centre historique

Notre hôtel à Cuzco avec vu sur le centre historique

Dimanche la place des armes est animée
Dimanche la place des armes est animée
Dimanche la place des armes est animée
Dimanche la place des armes est animée
Dimanche la place des armes est animée

Dimanche la place des armes est animée

Les vendeuses de jus de fruit à l'entrée du marché et un peu de Cuzco la nuit
Les vendeuses de jus de fruit à l'entrée du marché et un peu de Cuzco la nuit
Les vendeuses de jus de fruit à l'entrée du marché et un peu de Cuzco la nuit
Les vendeuses de jus de fruit à l'entrée du marché et un peu de Cuzco la nuit
Les vendeuses de jus de fruit à l'entrée du marché et un peu de Cuzco la nuit
Les vendeuses de jus de fruit à l'entrée du marché et un peu de Cuzco la nuit
Les vendeuses de jus de fruit à l'entrée du marché et un peu de Cuzco la nuit
Les vendeuses de jus de fruit à l'entrée du marché et un peu de Cuzco la nuit

Les vendeuses de jus de fruit à l'entrée du marché et un peu de Cuzco la nuit

Cette grosse pierre taillée par les INCAS  est très photographié à cause de ses 12 angles.Mais savez vous les compter?

Cette grosse pierre taillée par les INCAS est très photographié à cause de ses 12 angles.Mais savez vous les compter?

J13 - Lundi 11 Novembre 2014 : CUSCO et URUBAMBA.

Cette deuxième journée est réservée à la région d’Urubamba à environ 1h de bus. Nous allons à Moray voir l’ingénieux système de terrasses Incas en amphithéâtre creusées dans trois petits cirques naturel et ensuite à Las Salinas (avant l’époque Inca), un site extraordinaire ou prêt de 4000 bassins taillés sur le flanc d’une vallée reçoivent l’eau salé qui jaillit de la colline.

Comme nous l’organisons par notre propre moyen, il nous faut trouver un minibus qui passe à Maras, puis trouver sur place un taxi pour la visite de Moray et Los Salinas.

Retour en ville en début d’après midi, nous ne pourrons pas faire grand-chose, le temps se couvre suivi d’une pluie froide. Retour à l’hôtel avant de ressortir ce soir.

MORAY terrasses Incas en amphithéâtre
MORAY terrasses Incas en amphithéâtre
MORAY terrasses Incas en amphithéâtre

MORAY terrasses Incas en amphithéâtre

Las Salinas, en général la colline est immaculée de blanc, la pluie de la veille donne des couleurs ocres qui s'estompent en moins de 48h.
Las Salinas, en général la colline est immaculée de blanc, la pluie de la veille donne des couleurs ocres qui s'estompent en moins de 48h.
Las Salinas, en général la colline est immaculée de blanc, la pluie de la veille donne des couleurs ocres qui s'estompent en moins de 48h.
Las Salinas, en général la colline est immaculée de blanc, la pluie de la veille donne des couleurs ocres qui s'estompent en moins de 48h.

Las Salinas, en général la colline est immaculée de blanc, la pluie de la veille donne des couleurs ocres qui s'estompent en moins de 48h.

 J14  - Mardi 12 Novembre 2014 : CUSCO et PISAC

Journée consacrée au site archéologique de Pisac, à 32 km au nord de Cusco, bus local, puis taxi pour parcourir les 13km de côte qui conduisent directement au site Inka. Nous ne sommes pas déçus par la qualité et l’état des édifices, nous y consacrerons une large partie de la matinée avant de redescendre à pied par un ancien chemin Inca au village connu pour son  marché très coloré, puis retour vers Cusco, nous voulons visiter avant la nuit l’impressionnante forteresse Inca de Sacsayhuaman, posée sur un promontoire naturel dominant Cusco. Impressionnant par ses blocs de pierre colossaux pouvant dépasser les 10 tonnes. Encore un endroit magique avec sa vu imprenable sur la ville et son Christ blanc comparable un peu à celui de Rio, mais de  taille bien plus modeste. Hélas, nous n’en profitons pas vraiment  le ciel est devenu noir, laissant place à de violant coup de tonnerre. Soirée agréable, nous croisons un couple de Toulousain, que nous avions rencontré plusieurs fois depuis le Canyon du Colca et nous finirons la soirée ensemble dans un des petit restaurant qui surplombent la place des armes.     

 Site archéologique de Pisac. Terre agricole, tombeaux, bains liturgiques et un système de fermeture de porte de la site.
 Site archéologique de Pisac. Terre agricole, tombeaux, bains liturgiques et un système de fermeture de porte de la site.
 Site archéologique de Pisac. Terre agricole, tombeaux, bains liturgiques et un système de fermeture de porte de la site.
 Site archéologique de Pisac. Terre agricole, tombeaux, bains liturgiques et un système de fermeture de porte de la site.
 Site archéologique de Pisac. Terre agricole, tombeaux, bains liturgiques et un système de fermeture de porte de la site.
 Site archéologique de Pisac. Terre agricole, tombeaux, bains liturgiques et un système de fermeture de porte de la site.

Site archéologique de Pisac. Terre agricole, tombeaux, bains liturgiques et un système de fermeture de porte de la site.

Le Christ implorant le ciel et plus bas Cuzco et la place d'arme.
Le Christ implorant le ciel et plus bas Cuzco et la place d'arme.
Le Christ implorant le ciel et plus bas Cuzco et la place d'arme.

Le Christ implorant le ciel et plus bas Cuzco et la place d'arme.

La forteresse Inca de Sacsayhuaman
La forteresse Inca de Sacsayhuaman
La forteresse Inca de Sacsayhuaman
La forteresse Inca de Sacsayhuaman

La forteresse Inca de Sacsayhuaman

J15/J16/J17/J18 - Mercredi 13 au 15 Novembre 2014 : INKA Jungle Cordillère URUBAMBA TREK

Levée 6h, l’aventure Inca dans la jungle que nous avons réservée de Paris est une combinaison de VTT et de trekking qui nous mènera de la ville impériale de Cusco au sanctuaire du Machu Picchu en passant par des sites archéologiques incas.

Nous laissons une grosse partie de nos affaires à l’hôtel, nos sacs à dos contiennent le strict minimum d’affaires de rechange, objets et produits préconisés par l’agence XTREME. Nous ne sommes que 2 pour ce trek avec Maicol Pegna notre guide.

Tout commence au col de ABRA MALAGA (4350 m), après plus de 2h30 de taxi qui a traversé les collines qui bordent Cusco, le village de Chinchero (plateforme importante Inca) et Ollantaytambo (forteresse Inca de Manco Capac, qui a servi dés 1535 contre les Espagnol). Il fait très frais, pendant que nous nous équipons en tenue de CRS, casque, genouillères, coudières de protection et gants notre guide et le chauffeur préparent les 3 VTT, qui vont nous permettre de descendre la piste à travers des paysages fabuleux jusqu’aux chaudes vallées du bassin de l’Amazone à 1500 m d’altitude. Non seulement il ne fait pas très chaud, mais nous avons en plus un ruisseau très large qui s’amuse à traverser plusieurs fois la route sinueuse que nous descendons. On en prend plein la figure !!. Finalement c’est 50 km se sont bien passés. Changement de décor et de tenue, c’est maintenant aux chaussures de prendre le relai. A partir d’ici nous traversons des régions particulièrement riches, faites d’un mélange de fleurs et de fruits exotiques, au beau milieu d’une forêt dense, luxuriante et humide attirant hélas les moustiques. Le paradis des insectes et des oiseaux. Nous nous arrêtons à la Casa Del Mono (maison du singe), pour boire et y faire une pause avant de passer notre première nuit en pleine jungle tropicale avec des hôtes très accueillants, le diner et le petit déjeuner particulièrement excellents, produits maison. Le chemin de l’Inca que nous prenons le lendemain, qui mène à Santa Térésa ne manque pas de piments, on traverse plusieurs fois le rio sur des ponts suspendus instables, sur la fameuse Oroya (assis dans un caisson en bois accroché à un filin, que l’on tire vers soi pour avancer). Nous avons pu voir les superbes et impressionnantes cascades formées par les eaux de la centrale hydroélectrique avant d’arriver aux fabuleuses sources d’eaux chaudes de Colcamayu, proche de Santa Teresa. 2h de pur plaisir dans ces eaux chaudes en pleine nature. Santa Teresa n’a pas de charme, mais nous sommes bien heureux d’y être pour cette deuxième nuit. Notre dernière journée de trekking qui nous mène à Aguas Calientes est bien moins fatigante que le jour précédent, nous retrouvons des ponts suspendus et la fameuse Oroya avant de faire de longs kilomètres à suivre le chemin de fer qui passe dans la vallée sacrée, surplombant le Machu Picchu et le Waynapicchu. Amusant car c’est aussi la seule voie pour les habitants de Aguas Calientes qui remontent à pied la vallée. Voilà, nous y sommes !!!, la description du village serait trop longue, alors disons qu’il y a des hôtels et restaurants qui se touchent sur 2 longues rues montantes et parallèles et tout le long de la voie ferrée. Un vrai Bazard couvert.

Le MACHU PICCHU, enfin. Malgré nos prières le mauvais temps qui est arrivée en fin de journée, ne va pas s’améliorer, le sommet est bouché. Levé à 4h du matin, petit déjeuner et en route pour faire la queue devant les bus qui remontent et dépose devant l’entrée de la cité. Nous sommes quasiment les premiers à présenter nos tickets et passeports. Nous y restons 5 h, les 2 premières avec notre guide Maicol , qui doit nous quitter et les 3 autres à refaire la cité Inca et la montée au Waynapicchu. Vraiment incroyable que l’on puisse laisser monter tout le monde sur ce piton rocheux, trempé. Il faut être un peu andinisme, équilibriste et inconscient pour s’y attaquer. Beaucoup rebroussent chemin rapidement ou n’arrivent pas au sommet. Seuls les fous comme nous y parviennent. Là haut impossible de faire de belles photos. Nous descendons un peu déçu jusqu’à Aguas Calientas à pied, finir l’après midi, puis le train (le plus cher du monde) et notre taxi qui nous attend à l’arrivée de la gare ferroviaire de Ollantaytambo, pour encore 2h de taxi pour arriver enfin à Cuzco à 23 heures mort de fatigue.

Descente du col de ABRA MALAGA (4350 m)
Descente du col de ABRA MALAGA (4350 m)
Descente du col de ABRA MALAGA (4350 m)
Descente du col de ABRA MALAGA (4350 m)
Descente du col de ABRA MALAGA (4350 m)
Descente du col de ABRA MALAGA (4350 m)

Descente du col de ABRA MALAGA (4350 m)

Notre premier hébergement
Notre premier hébergement
Notre premier hébergement

Notre premier hébergement

2iem jour. Un drôle d animal, les traversées du rio et les eaux chaudes de Colcamayu,
2iem jour. Un drôle d animal, les traversées du rio et les eaux chaudes de Colcamayu,
2iem jour. Un drôle d animal, les traversées du rio et les eaux chaudes de Colcamayu,
2iem jour. Un drôle d animal, les traversées du rio et les eaux chaudes de Colcamayu,
2iem jour. Un drôle d animal, les traversées du rio et les eaux chaudes de Colcamayu,
2iem jour. Un drôle d animal, les traversées du rio et les eaux chaudes de Colcamayu,
2iem jour. Un drôle d animal, les traversées du rio et les eaux chaudes de Colcamayu,

2iem jour. Un drôle d animal, les traversées du rio et les eaux chaudes de Colcamayu,

Un paradis végétal
Un paradis végétal
Un paradis végétal
Un paradis végétal
Un paradis végétal
Un paradis végétal

Un paradis végétal

3eme jour. Indiana Jones - les cascades - la voie ferrée et le train le plus cher du monde
3eme jour. Indiana Jones - les cascades - la voie ferrée et le train le plus cher du monde
3eme jour. Indiana Jones - les cascades - la voie ferrée et le train le plus cher du monde
3eme jour. Indiana Jones - les cascades - la voie ferrée et le train le plus cher du monde

3eme jour. Indiana Jones - les cascades - la voie ferrée et le train le plus cher du monde

Une autre façon de voir le MACHU PICCHU et AGUAS CALIENTAS
Une autre façon de voir le MACHU PICCHU et AGUAS CALIENTAS
Une autre façon de voir le MACHU PICCHU et AGUAS CALIENTAS
Une autre façon de voir le MACHU PICCHU et AGUAS CALIENTAS
Une autre façon de voir le MACHU PICCHU et AGUAS CALIENTAS
Une autre façon de voir le MACHU PICCHU et AGUAS CALIENTAS
Une autre façon de voir le MACHU PICCHU et AGUAS CALIENTAS
Une autre façon de voir le MACHU PICCHU et AGUAS CALIENTAS

Une autre façon de voir le MACHU PICCHU et AGUAS CALIENTAS

J19 - Dimanche 16 Novembre 2014 : Un dimanche tranquille à Cusco

Nous sommes désolés, de ne pas pouvoir visiter Le couvent de la Merced et le musée Inca, fermés le dimanche, nous nous retranchons sur le musée National Inca, que nous considérons très moyen. Plus loin sur la place des armes, la cathédrale que nous avions un peu oubliée, l’office n’est pas encore terminé, les chants liturgiques chrétiens animés par la chorale, la fumée de l’encens et les fidèles venus nombreux donne à cet édifice architectural remarquable de la grandeur. La messe est dite, les paroissiens sortent, c’est le moment comme chaque dimanche de commencer le défilé militaire avec la fanfare et les honneurs du drapeau. Nous n’en sommes pas friands, nous préférons prendre le bus touristique qui présente les principaux monuments de la ville avant de rentrer à l’hôtel nous reposer un peu dans le jardin de fleurs.

Sur la place San Antonio, tous les dimanches plusieurs stands présentent des spécialités culinaires régionale, que l'on peut consommer sur place. Le cochon d'inde grillé est à l'honneur; Je n'y goûterai pas, je tiens à préserver intact mon amitié avec mon jeune ami Arnaud.

La cathédrale de Cusco et ses paroissiens. Dehors les militaires attendre la fin de l'office pour démarrer à leur tour le levé du drapeau comme tous les dimanches
La cathédrale de Cusco et ses paroissiens. Dehors les militaires attendre la fin de l'office pour démarrer à leur tour le levé du drapeau comme tous les dimanches
La cathédrale de Cusco et ses paroissiens. Dehors les militaires attendre la fin de l'office pour démarrer à leur tour le levé du drapeau comme tous les dimanches
La cathédrale de Cusco et ses paroissiens. Dehors les militaires attendre la fin de l'office pour démarrer à leur tour le levé du drapeau comme tous les dimanches
La cathédrale de Cusco et ses paroissiens. Dehors les militaires attendre la fin de l'office pour démarrer à leur tour le levé du drapeau comme tous les dimanches
La cathédrale de Cusco et ses paroissiens. Dehors les militaires attendre la fin de l'office pour démarrer à leur tour le levé du drapeau comme tous les dimanches

La cathédrale de Cusco et ses paroissiens. Dehors les militaires attendre la fin de l'office pour démarrer à leur tour le levé du drapeau comme tous les dimanches

Le cochon d'inde rôti spécialité Péruvienne.
Le cochon d'inde rôti spécialité Péruvienne.
Le cochon d'inde rôti spécialité Péruvienne.

Le cochon d'inde rôti spécialité Péruvienne.

J20 - Lundi 17 Novembre 2014 : CUSCO => PUNO

Nous quittons ce matin notre charmant et reposant hôtel le TIKA WASI, qui nous a servi de base durant ces 8 jours. Direction la gare centrale de Cusco, nous partons pour Puno, nous avons 7h de bus non stop à faire. Nous en avons pris l’habitude, nous sommes au premier étage devant avec la vue panoramique. Les paysages que nous traversons sont magnifiques, de terres agricoles des hauts plateaux andins (Altiplano) sur d’interminables kilomètres, mêlées de terres arides et sauvages au cœur d’une vallée profonde entourée de massifs rocailleux. La vie y est partout, sur des parcelles de terrains bien séparés des petits troupeaux de vaches, de moutons et alpagas gardés par des femmes qui tricotent la laine, d’autres qui lavent le linge dans les innombrables petits ruisseaux ou encore dans les champs collées à la terre, armées de l’indispensable et indécrottable pioche remuant et remuant une terre profondément grasse et noire par endroits.

Puno perché à 3830m est une grande ville sur la rive ouest du lac Titicaca, nous arrivons en fin d’après midi, il bruine un peu et la température commence à baisser. Nous nous pressons de déposer nos sacs à l’hôtel et direction la place des armes (et oui ici aussi) qui est à 5mn à pied. La ville n’est pas très belle, seule la Cathédrale qui trône au bout de la place des armes lui donne un peu d’âme. Nous nous mettons au chaud dans un café branché, nous avons rendez-vous à 19h à l’hôtel avec Olga une habitante des îles que nous avons rencontré sur internet et avec qui nous allons passer 2 jours sur les îles flottantes et les environs.

Puno à notre arrivée
Puno à notre arrivée
Puno à notre arrivée
Puno à notre arrivée

Puno à notre arrivée

J21. Mardi 18 Novembre 2014 : PUNO => SILLUSTANI

A 35 km de Puno, dominant les magnifiques eaux bleues du lac d’Umayao, les Chullpas (tours funéraires), de Sillustani bâties pour les dignitaires Collas (époque préInca), puis par les Inca qui en construisirent des plus hautes et plus belles en pierres polies.

Le minibus collectif qui va à Juliaca nous laisse à un croisement, nous prenons un autre bus collectif, qui emprunte un chemin fléché qui parcourt la péninsule jusqu’au premières tombes. Nous découvrons une route extraordinaire et indescriptible par la beauté qui l’entoure, les maisons de Campagne faites de torchis et de murailles décorées avec goût s’alignent et toujours ces troupeaux d’élevage qui rendent cette campagne aride encore plus vivante. L’émerveillement est au bout du chemin, nous sommes les premiers sur le site, il fait très beau, les Chullpas se détachent nettement sur ce fond bleu. Au sommet la vue est imprenable, que c’est beau tout çà !!!. J’arrive à attirer l’attention d’un garde qui finit par me servir de guide, j’ai le droit à pénétrer à l’intérieur d’une Chullpas, mais très vite j’en ressors par manque d’air, puis j’insiste sur la beauté d’un plante grasse aux fleurs rouges, qui donne un fruit au gout très proche du kiwi. Il parvient à en trouver une avec ses fruits, c’est vraiment bon. Plus loin Hélène fait la cosette avec une bergère gardant moutons et alpagas. Un bon moment, mais nous devons repartir.

Repos dans un petit restaurant du centre ville avant de repartir pour la visite du bateau Yavari, canonnière Anglaise de 1862, démontée et transportée en pièces détachées à Puno, par bateau, train, puis à travers les landes à dos de mules, 6 ans fut nécessaire pour parvenir à PUNO.

Les tombes de SILLUSTANI
Les tombes de SILLUSTANI
Les tombes de SILLUSTANI
Les tombes de SILLUSTANI
Les tombes de SILLUSTANI
Les tombes de SILLUSTANI
Les tombes de SILLUSTANI
Les tombes de SILLUSTANI
Les tombes de SILLUSTANI
Les tombes de SILLUSTANI
Les tombes de SILLUSTANI

Les tombes de SILLUSTANI

Fruit du cactus au coût du Kiwi
Fruit du cactus au coût du Kiwi

Fruit du cactus au coût du Kiwi

Notre bergère et son troupeau d' alpagas
Notre bergère et son troupeau d' alpagas
Notre bergère et son troupeau d' alpagas

Notre bergère et son troupeau d' alpagas

J22 & J23 - Mercredi 19 & Jeudi 20 Novembre 2014 : PUNO => LE LAC TITICACA

Le lac Titicaca, le lac navigable le plus haut du monde et l’un des plus grands avec ses 200 km de long.

Ce matin nous quittons Puno pour 2 jours, nous partons visiter sur le lac l’île Amantani, l’île de Taquile et les îles flottantes Uros, les 3 sites les plus importants. Nous récupérons notre guide OLGA à la réception de notre hôtel et en route pour le port.

Nous ne sommes pas seul sur le bateau, un autre groupe plus important est du voyage. Premier arrêt sur une île Uros ( îles flottantes constituées d’une couche compacte de roseaux (totora). C’est amusant de marcher dessus, nous avons droit à un cours technique de fabrication et de la vie courante sur un Uros. Maintenant pour rejoindre l’île Amantani, nous avons prêt de 3h de navigation. L’île est très agréable, nous quittons le groupe et nous nous dirigeons avec Olga dans la maison familiale qui est dans la communauté de Colquecachi, l’île en compte 10. C’est ici que nous allons passer la nuit. Notre hébergement est correct, mais sans électricité et salle de bain, les toilettes sont à l’extérieur dans le jardin. L’essentiel pour nous est d’avoir une chambre avec des draps et couvertures propres. Repas végétarien dans la cuisine avec sa maman et départ pour une longue balade sur l’île avec une longue grimpette pour atteindre le temple de la terre (Pachamama). Olga fait ses dévotions avec 3 feuilles de coca, puis nous invite à en faire de même. D’ici la vue est exceptionnelle, nous avons sur l’autre colline le temple du soleil (Pachatata) et à l’ouest imprenable la péninsule de Capa Chica. Assis sur un rocher nous attendons le coucher du soleil avant de redescendre au village avec nos torches. Le dîner est servi simplement avec au surprise en fin de repas une friture de poissons. Olga nous explique qu’il n’y pas beaucoup de poissons dans le lac à cause du manque de profondeur et de la difficulté d’en pêcher. Nous comprenons très vite qu’elles ont du mettre la main au portemonnaie pour nous faire plaisir. Nous n’y toucherons pas, simulant des ventres pleins. Avant la tasse de thé, l’assiette de friture est vidée, elles ont mangé ces poissons avec beaucoup de gourmandise.

A 7h du matin, brosse à dent et savonnette dans la cour pour un minimum sanitaire, petit déjeuner et retour au port ou nous retrouvons le groupe de la veille pour la balade en bateau de l’île Taquile. Encore de belles images avec de très beaux panoramas et avant de quitter Taquile, nous déjeunons tous sur une agréable terrasse qui surplombe le lac.

C’est notre dernière soirée au Pérou, demain nous prenons un bus pour Copacabana en Bolivie.

île Uros (île flottante)
île Uros (île flottante)
île Uros (île flottante)
île Uros (île flottante)
île Uros (île flottante)
île Uros (île flottante)

île Uros (île flottante)

l’île Amantani,, Olga devant sa maison , notre balade jusqu'au temple de la terre, et notre chambre
l’île Amantani,, Olga devant sa maison , notre balade jusqu'au temple de la terre, et notre chambre
l’île Amantani,, Olga devant sa maison , notre balade jusqu'au temple de la terre, et notre chambre
l’île Amantani,, Olga devant sa maison , notre balade jusqu'au temple de la terre, et notre chambre
l’île Amantani,, Olga devant sa maison , notre balade jusqu'au temple de la terre, et notre chambre
l’île Amantani,, Olga devant sa maison , notre balade jusqu'au temple de la terre, et notre chambre
l’île Amantani,, Olga devant sa maison , notre balade jusqu'au temple de la terre, et notre chambre
l’île Amantani,, Olga devant sa maison , notre balade jusqu'au temple de la terre, et notre chambre

l’île Amantani,, Olga devant sa maison , notre balade jusqu'au temple de la terre, et notre chambre

Rochers pétrifiés. une légende raconte, que les gens du village voulant retrouver le soleil seraient montés au temple du soleil, mais arrivés à cette hauteur le soleil serait sorti et les aurait pétrifiés.

Rochers pétrifiés. une légende raconte, que les gens du village voulant retrouver le soleil seraient montés au temple du soleil, mais arrivés à cette hauteur le soleil serait sorti et les aurait pétrifiés.

L'île de TAQUILE
L'île de TAQUILE
L'île de TAQUILE
L'île de TAQUILE

L'île de TAQUILE

DVoilà, c'est fini, nous quittons le PÉROU, nous garderons un souvenir particulier de ce pays d'une gentillesse incroyable, toujours le sourire, sans agressivité, prêt à vous rendre service à tout moment. Inutile d'en dire plus, sinon je repars pour 3 pages a positiver sur ce beau pays.

Le voyage n'est pas fini, nous rentrons en Bolivie, nous allons ouvrir une nouvelle page.

QUELQUES INFORMATIONS PRATIQUES.

PEROU

HOTELS et RESTAURANTS

LIMA :

Hôtel BOLIVAR : le plus vieux hôtel de la ville « encore dans son jus » un peu désuet se qui fait son charme : Prix chambre double en promotion : 37 € la nuit avec PD

PARACAS :

Hôtel Los Frayles : Très bon accueil, bien situé, confort moyen – Prix chambre double : 32 € la nuit avec PD réservé sur internet (possibilité de négocier le prix hors saison sur place) –

A côté l’Hôtel Las Palmas : très bien

HUCACACHINA :

Casa Arena : Prix 18 € la nuit chambre double – Bon rapport Qualité/prix avec piscine. Très simple, mais pas évident de trouver mieux à ce prix.Hôtel jeune : attention très bruyant le soir (boîte de nuit)

AREQUIPA :

Hôtel « Posada Nueva Espagna »: Prix 30 € chambre double / bon PD. Bon accueil. Bien avec patio à l’intérieur pour farnienter sur la terrasse. 10 mn à pied du centre ville.

Site : www.nuespana.com Email : nuespana gmail.com

Restaurant « L’Alliance Française (près de la place Mayor) » : Pour les nostalgiques très bon restaurant de crêpes, prix environ 15 € pour 2 personnes, agréable et reposant.

CANYON DE COLCA :

CABANACONDE

Hôtel Valle del Fuego : Très bon accueil, très spartiate mais douche chaude- PD et repas du soir très bon et copieux. Donne de très bon renseignements pour le trek du canyon de Colca en individuel. Prix : chambres doubles avec PD : 20 €

Logements dans le canyon de Colca : Chez Gloria : chambre rudimentaire mais propre, douche chaude et WC à l’extérieur (Prix PD et Diner : environ 22 € pour 2 personnes)

OASIS DE SANGALLE :

Paraidiso Hôtel : Lieu magique avec piscine : Habitation sommaire avec douche chaude et WC : Prix chambre double : soit environ 15 €.

CUSCO :

Hôtel « TIKA WASI » dans le quartier de San Blas( haut perché). Beaucoup de charme, avec une belle vue. Accueil sympathique : Prix 66 dollars US chambre double avec PD.

Restaurant « Cuscachina »: Au bas de l’Avenue del Sol, il faut y aller vers 15 heures pour déjeuner. Plats très copieux avec spectacle de danses. Prix environ 10 € (prendre un plat pour 2, c’est énorme)

Cafe Jack : Tenu par des australiens. Dans le quartier San Blas bons petits restaurants menu à 6 €.

PUNO :

Résidential Cricarlet : Maison d’hôte simple, très bon accueil, chambre double : Prix 90 Soles soit environ 25 € avec P.D

BUS

Cruz del Sur : Compagnie très sécurisée et bus très confortables (les mieux cotés)

Lima – Paracas : 4 heures de bus

Paracas – Ica : Bus 1 heure : puis taxi jusqu’à HUACACACHINA

Ica – Arequipa : 1 nuit de bus en fauteuil couchette avec diner.

Arequipa – Cabanaconde : plusieurs compagnies de bus locales : 6 heures de bus (Attention il peut arriver que sans préavis un bus ne parte pas – bien se renseigner).

Arequipa – Cuzco : 1 nuit de bus fauteuil couchette VIP – super allongé (prix un peu cher : 50 dollars par personne) avec diner à bord.

Cuzco – Puno : 7 heures de bus pendant la journée : voyage agréable avec de beaux paysages

N.B : prendre les billets quelques jours avant le départ pour choisir ces places. Vue panoramique à l’avant dans les bus à 2 étages.

TREK

Canyon de colca : Possibilité de faire ce trek sans guide, l’hôtel los Frayles donne de très bon renseignements. Assez physique. De préférence pour bien en profiter opter pour 3 jours et 2 nuits dans le canyon.

Trek de l’Inka (Agence Xtreme turbulence) : Premier jour descente vélo et deux jours de marche soit 4 jours et 3 nuits. Très intéressant. Prix 360 dollars US par personne tout compris (repas, logement, bus et entrée pour le Macchu Picchu, ainsi que le Wayna Picchu et retour à Cusco en train et taxi). Très bonne organisation, à recommander.

Les Iles Uros, Amantanu et Taquile : 2 jours soit 1 Nuit : Prix : 32 € par personnes tout compris soit : un déjeuner, un diner, et un Petit déjeuner. organisé par Olga (Ema

, logement chez sa mère. Sommaire pas de salle de bain (WC extérieur dans le jardin). Repas et gentillesse extraordinaire.

Voir les commentaires

Publié le par lemondedhelene
Publié dans : #EUROPE

Quelques jours en Ecosse.

L’Ecosse est bien plus que le pays des légendes, du bon whisky et des fantômes. On a toujours rêvé de ces immenses lacs noirs, profonds et mystérieux, ou collés à la roche volcanique des landes, les restes de châteaux forts.

J.1 : Mercredi 10 septembre : Béziers à Edimbourg

Nous avons un vol direct avec la compagnie Ryanair Béziers/Edimbourg. Dès l’atterrissage nous nous hâtons de rejoindre l’hôtel Ibis qui n’est qu’à 10 mn en bus de l’aéroport pour y déposer nos affaires et rejoindre rapidement le centre ville de la capitale. Il fait très chaud, dans le parc Prince Street Garden au pied de Old Town il y a beaucoup de monde, difficile de trouver une place sur les bancs de la grande allée centrale. D’ici la vue sur le château d’Edimbourg est imprenable. Posé très haut sur un ancien volcan sa silhouette s’impose à tous, aux quatre points cardinaux de la ville. A l’instar de Carcassonne, le voir de loin et de préférence du parc avec en toile de fond, un beau ciel bleu, c’est simplement ma..gni.. fique !!!. Puis visite de la très belle et agréable église Saint John avant de monter dans la vieille ville et arpenter ruelles et vieux quartiers qui ont su préserver le caractère médiéval. De nombreux bâtiments qui datent de la réforme protestante (XVI siècle), s’y confondent agréablement, donnant à l’ensemble une architecture de cathédrale. Au bout et en haut le château, qui fut au fil du temps, résidence royale, forteresse, caserne et prison. Quelques photos de l’entrée avant de redescendre dans new town, pour admirer les belles demeures et boutiques de luxes, de ces nouveaux quartiers de la cité.

EDIMBOURG
EDIMBOURGEDIMBOURG
EDIMBOURGEDIMBOURG

EDIMBOURG

J.2 : Jeudi 11 Septembre 2014 : Edimbourg à Oban (195 km)

Ce matin nous nous levons tôt nous devons récupérer à l’aéroport Françoise et Laurene qui vont être des notre pour ce séjour. Nous avons loué une voiture à l’aéroport pour 3 jours de circuit. Nous quittons donc l’aéroport dans une magnifique Ford noire à travers la vallée des Trossachs avec un premier arrêt à Sterling. Nous grimpons au château dominant la ville, l’un des plus imposants châteaux d’Ecosse, entouré de son immense cimetière de stèles. Quelques photos de ces immenses murailles, avant de repartir. Nous continuons notre route en longeant le Loch Lemond, ensuite la route touristique qui traverse le parc de la forêt d’Argyll, pour arriver à Inveraray au bord du Loch Fyne. Un petit arrêt dans le parc du château, avant de déjeuner dans un charmant village au bord du Loch Lomond avec un très bon fisch and ships.

La route est encore longue avant d’arriver à Oban, recherche de notre Guest House « GROVE », mais surprise pour la première fois notre gîte se trouve à 8 km de la ville, et l’accueil n’est pas très chaleureux. Dépôt des affaires et retour en ville pour dîner

Le joli port de OBAN et dans la campagne un petit resto qui sert un excellent Fisch and chips en terrasse.
Le joli port de OBAN et dans la campagne un petit resto qui sert un excellent Fisch and chips en terrasse. Le joli port de OBAN et dans la campagne un petit resto qui sert un excellent Fisch and chips en terrasse.
Le joli port de OBAN et dans la campagne un petit resto qui sert un excellent Fisch and chips en terrasse.

Le joli port de OBAN et dans la campagne un petit resto qui sert un excellent Fisch and chips en terrasse.

J.3 : Vendredi 12 septembre : Oban -Fort William - Loch Ness - Inverness (186 km)

Départ pour la visite de la ville d’Oban, nous montons à la tour Mc Caigs « réplique du colisée de Rome » pas très esthétique, voir même kitch, elle surplombe la ville, d’ici la vue est magnifique avec cette plongée sur le petit port de cette immense baie. Arrêt à Fort William au pied du mont Ben Nevis, le point culminant d’Ecosse. La ville est petite et plein de charme avec ses boutiques décorées avec goût. Proche de la ville, le téléphérique « Anoch Mor Gondola »,que nous prenons à l’exception de Jo qui préfère le plancher des vaches pour regarder les VTT, qui descendent du sommet. Le temps brumeux et bouchée, ne permet pas de faire des photos. Nous continuons par la vallée du Great en longeant le canal calédonien qui relie Fort William à Inverness, au bord des rives du Loch Ness. Malgré une vue superbe sur le lac impossible d’apercevoir Nessie ….. Arrêt aux ruines du château d’Urquhart, situe sur un rocher surplombant le lac du Loch Ness. Long arrêt sur ce lieu rempli de mystères et de fantômes, avant de devoir repartir pour Inverness et rejoindre notre nouveau Guest House.

Diner au « Castle Taverne ». L’illumination de nuit, du grand pont et du château, donne à la ville l’illusion d’immensité.

Le LOCH NESS - L'appel de Laurene à Nessie, qui ne veut même pas montrer le bout de son nez- Notre Guest House- La sortie de resto.
Le LOCH NESS - L'appel de Laurene à Nessie, qui ne veut même pas montrer le bout de son nez- Notre Guest House- La sortie de resto.Le LOCH NESS - L'appel de Laurene à Nessie, qui ne veut même pas montrer le bout de son nez- Notre Guest House- La sortie de resto.
Le LOCH NESS - L'appel de Laurene à Nessie, qui ne veut même pas montrer le bout de son nez- Notre Guest House- La sortie de resto.

Le LOCH NESS - L'appel de Laurene à Nessie, qui ne veut même pas montrer le bout de son nez- Notre Guest House- La sortie de resto.

J.4 : Samedi 13 septembre : Inverness - Royal Deeside -Perth -Edimbourg (280 km)

Avant de reprendre la route, nous revenons au centre ville, ou les partisantes du YES pour l’indépendance de l’Ecosse sont la, très motivés. Nous échangeons un peu de nos euros, puis un petit clin d’œil au château et retour sur la route touristique qui longe le site de la dernière bataille de Colloden Moore(1746). Nous sommes aux portes du Speyside, région du Whisky. La route des landes de bruyère est très sinueuse nous passons de colline à colline sur des routes étroites avant de pouvoir arriver enfin à la distillerie « Clenlivet ». Pas beaucoup d’intérêt´ même si nous avons droit à la dégustation. Nous verrons les alambics qu’à travers de grandes fenêtres, face au parking. Nouveau départ et les montagnes russes qui ne nous quittent pas, nous passons devant la station de ski « Beinn a Chruinnich », 792 m, tout de même !!, avant de redescendre sur Perth, puis le pont de Dunfermline sur le Firth of Forth pour arriver enfin à l’aéroport d’Edimbourg et rendre la voiture. Nous devons maintenant reprendre contact avec notre locataire à Edimbourg et là, c’est la galère, il commence à faire nuit et nous allons passer 3h avec l’incertitude de récupérer les clés de l’appartement réservé par Airbnb. Finalement, les clés arrivent, l’appartement et beau et très bien placé. Nous pouvons maintenant nous décompresser dans un restaurant du centre ville.

INVERNESS son château, le YES, le kilt en guise de soutien. La distillerie. Les moutons des landes et notre appartement à Edembourg. INVERNESS son château, le YES, le kilt en guise de soutien. La distillerie. Les moutons des landes et notre appartement à Edembourg. INVERNESS son château, le YES, le kilt en guise de soutien. La distillerie. Les moutons des landes et notre appartement à Edembourg.
INVERNESS son château, le YES, le kilt en guise de soutien. La distillerie. Les moutons des landes et notre appartement à Edembourg. INVERNESS son château, le YES, le kilt en guise de soutien. La distillerie. Les moutons des landes et notre appartement à Edembourg.
INVERNESS son château, le YES, le kilt en guise de soutien. La distillerie. Les moutons des landes et notre appartement à Edembourg. INVERNESS son château, le YES, le kilt en guise de soutien. La distillerie. Les moutons des landes et notre appartement à Edembourg.
INVERNESS son château, le YES, le kilt en guise de soutien. La distillerie. Les moutons des landes et notre appartement à Edembourg. INVERNESS son château, le YES, le kilt en guise de soutien. La distillerie. Les moutons des landes et notre appartement à Edembourg.

INVERNESS son château, le YES, le kilt en guise de soutien. La distillerie. Les moutons des landes et notre appartement à Edembourg.

J.5-J.6-J.7 : Dimanche 14 au mardi 16 septembre : Edimbourg

Nous avons passé ces trois derniers jours à Édimbourg, alternant à la visite des principales curiosités, balades et shopping.

Le château, le parlement Écossé, le palais d’Holyroodouse, la résidence de la reine d’Ecosse, la cathédrale Saint Gilles,le Scottish National Gallery Of Modern Art One, le National Museum of Scotland, le Royal Britania et le Scotch Whiqky Experience.

Et pour finir, cette touchante histoire de BOBBY, chien policier. Au XIXe siècle le quartier de Greyfriars fut le théâtre d'une touchante histoire de fidélité. John Grey, policier de son état, mourut ici en 1858 et fut enterré au cimetière de Gryfriars. Or, son terrier nommé Bobby, resta 14 ans près de la tombe tout en continuant à mordre les mollets des poivrots comme on le lui avait appris. Il fut à son tour enterré près de John Grey. Aujourd'hui, la sépulture de ce chien célèbre fait l'objet d'une véritable dévotion et est toujours fleurie. Les habitants du quartier lui ont érigé une statue en haut de Candlemaker row. C'est d'ailleurs la statue la plus photographiée d'Ecosse.

Visite du château d’Édimbourg, ancienne forteresse et prison. Les cours et pièces de vie, sont aussi froides que les  murailles qui les protègent.Visite du château d’Édimbourg, ancienne forteresse et prison. Les cours et pièces de vie, sont aussi froides que les  murailles qui les protègent.Visite du château d’Édimbourg, ancienne forteresse et prison. Les cours et pièces de vie, sont aussi froides que les  murailles qui les protègent.
Visite du château d’Édimbourg, ancienne forteresse et prison. Les cours et pièces de vie, sont aussi froides que les  murailles qui les protègent.Visite du château d’Édimbourg, ancienne forteresse et prison. Les cours et pièces de vie, sont aussi froides que les  murailles qui les protègent.

Visite du château d’Édimbourg, ancienne forteresse et prison. Les cours et pièces de vie, sont aussi froides que les murailles qui les protègent.

Le parlement tout récent (inauguré en 2004),  il témoigne de la renaissance de le nation écossaise car il accueille  le Parlement qui a été concédé aux Écossais après le référendum de 1997.
Le parlement tout récent (inauguré en 2004),  il témoigne de la renaissance de le nation écossaise car il accueille  le Parlement qui a été concédé aux Écossais après le référendum de 1997.

Le parlement tout récent (inauguré en 2004), il témoigne de la renaissance de le nation écossaise car il accueille le Parlement qui a été concédé aux Écossais après le référendum de 1997.

Scottish National Gallery Of Modern Art One le Scotch Whiqky Experience : ce musée retrace avec une présentation ludique la fabrication du whisky, et se termine par une dégustation

Scottish National Gallery Of Modern Art One le Scotch Whiqky Experience : ce musée retrace avec une présentation ludique la fabrication du whisky, et se termine par une dégustation

Edimbourg la nuit
Edimbourg la nuit
Edimbourg la nuit
Edimbourg la nuit

Edimbourg la nuit

La statue de  BOBBY. sa tombe et celle de John Grey dans le quartier de greyfriars.
La statue de  BOBBY. sa tombe et celle de John Grey dans le quartier de greyfriars.
La statue de  BOBBY. sa tombe et celle de John Grey dans le quartier de greyfriars.

La statue de BOBBY. sa tombe et celle de John Grey dans le quartier de greyfriars.

Voir les commentaires

Publié le par lemondedhelene
Publié dans : #VELO VTC

Nous venons tous juste de terminer nos 3 jours de VTC en Aveyron et nous voilà à nouveau prêts pour une escapade de 4 jours en Catalogne. Nous repartons avec d'autres amis Parisiens Nelly et Christian sportifs et bien équipés pour cette randonnée qui doit nous amener de Vic (Espagne) à Barcelone en passant par Moia, Manresa,Terrassa avec en point de mire Montserrat. Nous sommes sur des bases de 75km/ jour en suivant si possible, le chemin de St Jacques. Nous disposons d'une carte au 1/150.000, nous n'avons pas trouvé sur Montpellier, du 1/300.000, nous verrons sur place. Pour les hébergements, le parking voitures et le retour de Vic à Barcelone, nous avons réglé se problème après avoir tracé sur la carte notre plan de route.

Lundi 28 Juillet 2014 : Clermont l'Hérault →Vic

C'est le départ, nous voilà prêts, les voitures sont chargées pour ces 4 heures de route avec une météo idéale pour rouler. Vic est une ville qui semble vivre autour de la place à arcades (place du marché) ou vient s'y coller la cathédrale, puis légèrement à l'écart le palais épiscopal et le temple romain étouffé par d'étroites ruelles et de vieilles demeures d'une autre époque. Nous prenons le déjeuner sur une petit place très agréable après avoir déposé nos voitures au parking du « Séminari Allotjaments » pour 4 jours (6 euros par jour) et avoir récupéré nos chambres. L'endroit est sans équivoque religieux mais c'est l’un des très rares endroits où la qualité hôtelière, la beauté du cite,le prix et la proximité (centre ville) est exceptionnel. Soirée en ville avant le grand départ, demain.

Le groupe sur la place du marché.le temple romain et  quelques vieilles demeures d'un autre âge.
Le groupe sur la place du marché.le temple romain et  quelques vieilles demeures d'un autre âge.
Le groupe sur la place du marché.le temple romain et  quelques vieilles demeures d'un autre âge.
Le groupe sur la place du marché.le temple romain et  quelques vieilles demeures d'un autre âge.

Le groupe sur la place du marché.le temple romain et quelques vieilles demeures d'un autre âge.

Le parc du Séminari Allotjaments et notre chambre.
Le parc du Séminari Allotjaments et notre chambre.
Le parc du Séminari Allotjaments et notre chambre.

Le parc du Séminari Allotjaments et notre chambre.

Mardi 29 Juillet 2014 : Vic →Collsuspina→Moià→Estany→Artés→San Bernet de Bages→Manresa

Bien installés sur nos vélos, c'est parti. A la sortie de la ville nous empruntons l'ancienne route de Malla pour récupérer une route secondaire qui mène à Collsuspina, après le 7eme kilomètre, la route ne cesse de grimper, en douceur certes, mais nous passons tout de même le col de La Pullosa (917m) avec un dénivelé de 450 m. Au sommet le panorama est magnifique, nous passons devant les grottes d'El Toll avant de redescendre jusqu'à Moià. Très joli village.Nous nous installons à la terrasse d'un café sur la petite place qui fait face à une très belle église. 4 cafés crème, petits croissants délicieux offerts, pour seulement 4,20 euros !!, le tout. Quel plaisir d'être là, à l'ombre d'un tilleul et de ces hautes façades. Nous remplissons nos gourdes, tartinade de crème pour Christian et Nelly et retour sur la route. Le paysage jusqu'à L'Estany est reposant, un stop obligatoire dans le village pour admirer et visiter l'église romane. Dés la sortie du village, la rigolade est fini, le long chemin qui mène à Sta Maria d'Olo est totalement dédié aux VTT, les rudes pentes et descentes sont très caillouteuses et dangereuses, nous n'avons pas beaucoup de temps pour admirer le paysage pourtant saisissant par endroit. Christian et Nelly équipés de VTT prennent beaucoup de plaisir, pour nous un peu difficile, nous songeons à ramener nos vélos et nos têtes intactes jusqu'à Barcelone. Et puis enfin, un très agréable sous bois avec devant nous un énorme tracteur qui vient dans notre direction en injectant à grosse pression de sa citerne un liquide. Le tractoriste, nous voit est coupe les robinets tout en continuant d'avancer. Un petit merci au passage, mais au malheur !!!!, c'est du purin de cochons qui inonde gracieusement le chemin de terre. Nos vélos sont noirs et nos fesses aussi. A la sortie du bois une immense porcherie en haut sur le plateau. Nous n'irons pas voir Sta Maria d'Olo, nous avons hâte d'arriver à Arlés pour trouver une fontaine et nous nettoyer un peu avant de chercher un endroit pour déjeuner. Arrivée vers 17H30 à Manresa, la ville n'est pas exceptionnelle, nous avons loué plein centre ville un appartement refait avec beaucoup de goût dans un ancien quartier en bordure des flans de la colline qui domine la vieille ville et la basilique Santa Maria. Balade en ville, apéro sur la rambla avant de partir à la recherche d'un restaurant pour dîner, nous finirons la soirée dans une bonne pizzeria. Nous n'avons rien trouvé d'autre.

Petite pause à la terrasse d'un café à Moià. Ces géantes statues ornent l'entrée de l'hôtel de ville.
Petite pause à la terrasse d'un café à Moià. Ces géantes statues ornent l'entrée de l'hôtel de ville.
Petite pause à la terrasse d'un café à Moià. Ces géantes statues ornent l'entrée de l'hôtel de ville.

Petite pause à la terrasse d'un café à Moià. Ces géantes statues ornent l'entrée de l'hôtel de ville.

L'Estany et son église romane.
L'Estany et son église romane.
L'Estany et son église romane.

L'Estany et son église romane.

Manresa de nuit.
Manresa de nuit.

Manresa de nuit.

Mercredi 30 Juillet 2014 : Montserrat →Terrassa

Côté positif, notre direction est juste en bas de la colline, nous n'avons qu'à descendre et aller tout droit. Malheureusement la C-55 que nous souhaitions emprunter jusqu'au pied de Montserrat est très étroite et dangereuse, beaucoup trop de voitures et camions qui filent à vive allure vers Barcelone.

Nous devons la quitter avant Castellgali et trouver rapidement le chemin de St Jacques. Nous interrogeons les gents du pays et c'est pas moins de 5 directions différentes qui nous sont proposées. Finalement nous optons pour la solution d'un groupe de cycliste en VTT et c'est l'erreur fatale. Nous les suivons un moment sur des chemins de cailloux et très accidentés, arrivée à un croisement de 2 chemins ou le groupe nous abandonne, nous avons droit à un cour topographique pour atteindre Montserrat. Nous grimpons sur les collines qui dominent Castelgali, très beau, mais très dur et nous ne trouverons jamais ce fameux chemin. Nous avons perdu beaucoup trop de temps et d'énergie, un coup d'oeil à la montre et à le carte et direction Castellbeli i el Vilar pour faire la vallée Occidentale qui traverse le pack national de Sant Llorenc Del Munt de la Serra D'Obac, qui mène à Terrassa. La vallée est magnifique un vrai plaisir de faire du vélo. A 14 h, petite fringale nous nous arrêtons pour manger sur la terrasse d' un café-restaurant, petit moment sympa avec une serveuse plutôt dynamique et mignonne. Nous reprenons la vallée qui ne cesse de grimper et de grimper.Les quelques sapins qui viennent donner un peu d'ombre à la route ne suffisent pas, l'arrivée au sommet est presque une bénédiction. Nous arrivons en fin de journée à Terrassa le soleil est encore très fort, nous avons hâte de nous tremper dans la piscine de l'hôtel le « Double Tree by Hilton Conference Center La Mola ». Nous mettrons plus d'une heure à le trouver, totalement excentré de la ville, nous devons avoir recours à une station service pour avoir une indication correcte et précise pour nous y rendre. Nous y voilà enfin, fatigués, mais heureux de plonger dans une très grande piscine au beau milieu d'un immense parc. Loin de la ville au milieu des bois, des champs et d'un terrain de golf, le silence est presque un enchantement..

Nous quittons Manresa avec cette superbe vue sur la ville.Notre hôtel à Terrassa avec sa piscine
Nous quittons Manresa avec cette superbe vue sur la ville.Notre hôtel à Terrassa avec sa piscine
Nous quittons Manresa avec cette superbe vue sur la ville.Notre hôtel à Terrassa avec sa piscine
Nous quittons Manresa avec cette superbe vue sur la ville.Notre hôtel à Terrassa avec sa piscine

Nous quittons Manresa avec cette superbe vue sur la ville.Notre hôtel à Terrassa avec sa piscine

Jeudi 31 Juillet 2014 : Terrassa→Barcelone

Notre dernière et véritable journée de vélo. Nous voulons profiter un maximum de Barcelone, nous évitons pour cela, la visite du siège épiscopal d'Egara, dont l'architecture est unique en Europe. Nous reviendrons. Direction Sant Cugat, puis Cerdanyola de V aux portes du parc naturel de Collserolla, c'est notre dernière ascension avec au sommet une vue spectaculaire sur Barcelone avec en arrière plan le bleu de la Méditerranée et du ciel qui se confondent. C'est magnifique !!!. Une longue descente et nous voilà, sans peine à l'entrée de la ville. Nous nous arrêtons dans un quartier calme pour nous restaurer à deux pas de la Sacrada Familia, puis nous passons devant cette oeuvre de Gaudi, avec toujours autant de monde pour venir l'admirer, et puis, c'est notre hôtel, à quelques pas de la Rambla. Pratique pour nos sorties diurnes et nocturnes, l'hôtel Auto Hogar est idéal, pour visiter la ville et y laisser nos vélos dans le parking privé.

Après la douche, nous nous rendons directement à la place Catalogua nous renseigner pour remonter à sur VIC avec la compagnie de train RENFE. Tout est clair, nous avons un train le lendemain à 15H08, que nous pouvons prendre ici même et sans problème avec nos vélos. Nous avons également repéré l'entrée spéciale pour nos VTC et VTT et les passages, couloirs et marches à descendre.

C'est parfait à nous maintenant Barcelone, pour 24h.

Vendredi 1er Aout 2014 : Barcelone →Vic →Clermont l'Hérault

Nos dernières heures à Barcelone, puis le train pour Vic. Sur le retour en France, un petit arrêt à Girona pour y faire quelques courses avant de reprendre l'autoroute sous de violents orages qui nous quitterons à Narbonne.

Voilà, la boucle est bouclée !!.

En conclusion ; difficile pour les VTC, plus agréable pour les VTT, rien n'est véritablement aménagé pour parcourir cette région en vélo. Nous avions projeté, d'en parler à nos amis les Templier, pour une escapade en 2015, mais nous y renonçons.

Nous garderons un excellent souvenir, de ce passage en terre Catalane. La gentillesse des gens, toujours prêts à nous renseigner, les beaux paysages et villages que nous avons traversé, les hôtels de très bonnes prestations et la très agréable arrivée sur Barcelone.

A la sortie de Terrassa cette splendide flèche semble nous indiquer notre route, pour Barcelone.

A la sortie de Terrassa cette splendide flèche semble nous indiquer notre route, pour Barcelone.

Photo du groupe au complet juste avant de redescendre sur Barcelone. La Sacrada Familia toujours en travaux.
Photo du groupe au complet juste avant de redescendre sur Barcelone. La Sacrada Familia toujours en travaux.

Photo du groupe au complet juste avant de redescendre sur Barcelone. La Sacrada Familia toujours en travaux.

Ces cyclistes en VTT, nous expliquent comment se rendre à Montserrat par les collines de Manresa.

La dure réalité, pour Montserra

Et puis c'est Barcelone, juste au pied de cette belle descente après la traversée du magnifique parc naturel de Collserolla

C'est la fin de ces 3 jours de vélos, nous rentrons sur Barcelone après avoir traversé, la magnifique vallée de Collserolla

A bientôt.

A bientôt.

Voir les commentaires

Publié le par lemondedhelene
Publié dans : #VELO VTC

Notre première expérience en groupe, La transverse du canal du midi à la montagne noire en vélo en 2013 a satisfait l'ensemble des participants. Nous devions cette année trouver un nouveau circuit et si possible avec un objectif. Ma première idée l'Aude et ses châteaux cathares, mais s'il y a beaucoup de circuits pour les VTT, il y a quasiment rien pour les VTC.

C'est donc, vers l'Aveyron que je me suis tourné. C'est un pays contrasté, fait de calcaire, de schiste et de granit. L'Aveyron se dévoile à chaque virage, sur des routes parfois tourmentées, rugueuses et pentues qui traversent de grandes prairies et rivières dans une campagne où la vie semble s’être retirée et où l'architecture médiévale se devine au regard d'un pigeonnier, d'une tour, d'une façade fortifiée ou d'une cité bâtie par de riches seigneurs.Viennent ensuite les hospitaliers et templiers, nous sommes en pleine folie des croisades en terre sainte. Aujourd'hui beaucoup de ces villages font partis des plus beaux villages de France.

C'est donc, dans les causses de Saint Afrique, que nous avons choisi de faire notre boucle en 3 étapes.

J1- Mardi 15 juillet 2014: journée de préparation et de mise en condition.

La famille Templier et Bourdin, nous ont rejoint à Clermont l’Hérault, la veille. Nous devons aujourd'hui, contrôler et tester les VTC et le matériel emporté par chacun.Jean Marie n'étant pas volontaire pour pédaler, nous aurons la chance d'avoir avec nous, une assistance voiture et l'encombrement en moins des sacs à dos sur nos épaules.

Départ pour une petite virée d'environ 25 km, sur le lac du Salagou et débriefing convivial en soirée au bord de la piscine.

Le village de Salasc et nos derniers échanges au bord de la piscine avant l'assaut des vallons Aveyronnais.
Le village de Salasc et nos derniers échanges au bord de la piscine avant l'assaut des vallons Aveyronnais.

Le village de Salasc et nos derniers échanges au bord de la piscine avant l'assaut des vallons Aveyronnais.

J2- Mercredi 16 juillet 2014: 1ere étape

Départ de Clermont l'Hérault à 7h du matin pour rejoindre en voiture le petit village de Viala-du-Pas-de-Jaux (Aveyron), qui sera à la fois notre point de départ pour cette première boucle de 70 km et notre gite pour la nuit (prise en charge par le gite, du dîner, petit déjeuner et repas froid pour le lendemain midi).

Notre gite collé à la tour médiévale et sur notre route de nombreux abreuvoirs pour les moutons et malgré un sol appauvri par la rudesse des sols de magnifiques fleurs sauvages,.   Notre gite collé à la tour médiévale et sur notre route de nombreux abreuvoirs pour les moutons et malgré un sol appauvri par la rudesse des sols de magnifiques fleurs sauvages,.
Notre gite collé à la tour médiévale et sur notre route de nombreux abreuvoirs pour les moutons et malgré un sol appauvri par la rudesse des sols de magnifiques fleurs sauvages,.   Notre gite collé à la tour médiévale et sur notre route de nombreux abreuvoirs pour les moutons et malgré un sol appauvri par la rudesse des sols de magnifiques fleurs sauvages,.

Notre gite collé à la tour médiévale et sur notre route de nombreux abreuvoirs pour les moutons et malgré un sol appauvri par la rudesse des sols de magnifiques fleurs sauvages,.

Un premier arrêt à Sainte EULALIE de CERNON qui compte parmi les plus beaux villages de France.
Un premier arrêt à Sainte EULALIE de CERNON qui compte parmi les plus beaux villages de France.
Un premier arrêt à Sainte EULALIE de CERNON qui compte parmi les plus beaux villages de France.
Un premier arrêt à Sainte EULALIE de CERNON qui compte parmi les plus beaux villages de France.

Un premier arrêt à Sainte EULALIE de CERNON qui compte parmi les plus beaux villages de France.

Nous reprenons la route, les vélos collés au bitume nous commençons notre longue ascension vers la Cavalerie, puis un long faux plat jusqu'au village de l'Hospitalet du Larzac avant d'arriver enfin dans le village médiéval et fortifié de la Couvertoirade, cité classée et protégée recelant des trésors ; église et cimetière des Templiers, remparts du XIIème siècle et un dédale de rues aux façades rudes d'époque.

La Couvertoirade, face à la porte principale notre première pose.La Couvertoirade, face à la porte principale notre première pose.
La Couvertoirade, face à la porte principale notre première pose.

La Couvertoirade, face à la porte principale notre première pose.

La Couvertoirade est à mi-parcourt pour rejoindre Viala du Pas de Jaux. Nous terminons cette première étape, sans difficulté majeure et après l'attribution des chambres un peu rustiques sous les toits, douche et pétanque dans l'arrière cours de la tour. Le dîner nous attend dans l'un des deux frigidaires de la cuisine, il ne nous reste plus qu'à faire réchauffer la saucisse et l'aligot. Malgré la présence sur le gite de deux petits groupes de marcheurs, l’ambiance est plutôt conviviale. Promenade nocturne dans le village avant de rejoindre nos chambres.

Oh nuit, qu'il est profond ton silence. VIALA s'endort
Oh nuit, qu'il est profond ton silence. VIALA s'endort

Oh nuit, qu'il est profond ton silence. VIALA s'endort

J3- Jeudi 17 juillet 2014: 2e étape de 44 Km.

Nous quittons notre gite après le petit déjeuner en voiture pour rejoindre le parking du syndicat d'initiative du village de Roquefort, ou nous laissons les voitures. Le circuit est moins long que la veille, mais une jolie côte nous attend à Mascourbe. Départ pour Tiergues, pour récupérer la D993 qui descend jusqu'à Saint Afrique. Un petit arrêt dans la vielle ville et visite de la cathédrale et du pont vieux, construit en 1368, classé au titre des monuments historiques. Ensuite nous nous dirigeons vers la très agréable vallée de la Sorgues, sur la D7, jusqu'à St Félix de Sorgues, puis la D516 qui nous ramène vers Roquefort avec sa longue et épuisante montée jusqu'à Mascourbe. Au sommet à l'ombre d'une haie qui couvre un chemin champètre, Jean Marie nous attend pour le déjeuner. Comme hier le temps est très agréable, malgré la chaleur, nous profitons d'un petit vent. Que c'est bon, d'être là, au beau milieu de nulle part. Nous repartons pour le village médiéval de Saint Jean d'Alcas. C'est un arrêt obligatoire pour les amateurs de vieilles pierres, parfaitement bien restauré il a retrouvé son harmonie d'antan. Hélas!!, je ne serai pas des leurs pour la visite. Dans la descente, Arnaud vient percuter mon vélo à un moment ou je ralentissais pour arranger mon casque, nous avons eu très peur tous les deux, son vélo s'est bloqué et a fait un tour complet sur le bitume très chaud de la route. Chance ou réflexe inouïe, il est retombé sur ses jambes avec l’agilité d'un chat. Il s'en sort avec presque rien. Pour mon vélo c'est une autre affaire la roue arrière est complètement voilée, je vais devoir finir la descente sans le frein arrière pour permettre à la roue de danser librement. Je laisse donc l'équipe à Saint Jean d' Alcas, pour tenter avec Jean Marie de trouver un garage de réparation vélo et c'est à l'entrée de Saint Afrique que Jean Marie a trouvé un garage ouvert.Voilà, j'ai maintenant une belle roue neuve sur mon vieux vélo. A notre retour sur Roquefort nous retrouvons l'équipe, pour la visite des très belles caves d'affinage de Roquefort dans un froid glacial. Retour au parking pour récupérer nos voitures et descente vers Millau où nous avons loué pour la nuit, deux chalets dans le gîte Hericlea (hericlea@millau-larzac.com) avec piscine et Petit Déjeuner. Départ au centre ville de Millau à pied pour dîner et clôturer cette belle journée.

Départ du parking de Roquefort et au passage cette remarquable représentation pastorale. Départ du parking de Roquefort et au passage cette remarquable représentation pastorale.

Départ du parking de Roquefort et au passage cette remarquable représentation pastorale.

Le vieux pont et nous bien sur. Mais ou suis-je?
Le vieux pont et nous bien sur. Mais ou suis-je?

Le vieux pont et nous bien sur. Mais ou suis-je?

Beau village sur la Sorgue et Saint Jean d' Alcas Beau village sur la Sorgue et Saint Jean d' Alcas
Beau village sur la Sorgue et Saint Jean d' Alcas

Beau village sur la Sorgue et Saint Jean d' Alcas

Les caves de Roquefort
Les caves de Roquefort

Les caves de Roquefort

Nos chalets face au viaduc de Millau

Nos chalets face au viaduc de Millau

J4- Vendredi 18 juillet 2014 : 3e et dernière étape d'environ 70 Km

Notre dernière étape nous ramène à Saint Afrique, nous ne pouvons pas laisser la région sans nous être rendu à Brousse le Chateau, village classé plus beaux villages de France, mais avant d'y arriver Saint Izaire construit en amphithéâtre autour de son château de grès rouge.

Un long arrêt à Saint-Izaire après avoir longé la vallée de Dourdouet visite des lieux, ou chacun grippe à son rythme et à pieds la colline qui mène au château . Puis une jolie colline à franchir avant de redescendre vers la vallée du Tarn où Brousse le château y baigne ses pieds. C'est ici au bord du Tarn, que nous que nous nous installons pour le déjeuner.

Visite du château qui domine le village, bien restauré surtout l'intérieur et retour à Saint Afrique par la même route, nous évitons de faire la boucle par les collines avec plusieurs dénivelés importants. Cette partie est sans intérêt sauf peut-être pour les grands sportifs.

Saint Izaire et la visite du château perché au dessus du village.
Saint Izaire et la visite du château perché au dessus du village.
Saint Izaire et la visite du château perché au dessus du village.

Saint Izaire et la visite du château perché au dessus du village.

Brousse le château. Les enfants s'amusent
Brousse le château. Les enfants s'amusent
Brousse le château. Les enfants s'amusent
Brousse le château. Les enfants s'amusent
Brousse le château. Les enfants s'amusent

Brousse le château. Les enfants s'amusent

Et voilà, nous rendrons à Clermont-l'Hérault, avec plein d'images et de souvenirs personnels, demain Jocelyne et Jean Marie nous quitteront pour d'autres exploits (repeindre les volets de leur maison de campagne), et pour la famille Templier encore deux jours de repos ou presque sur Clermont car une randonnée de 3 h 30 est programmée à Saint Guilhem le Désert, avec en beaucoup plus relax la visite des très belles grottes de la Clamouse, qui fête son cinquantième anniversaire d'ouverture au grand public.

Encore et encore bravo à Arnaud et Vincent, à leur âge très peu de jeunes l'auraient fait avec le même enthousiasme, bravo à Jocelyne que nous n'avons pas épargné, malgré cette première expérience avec le soleil, les longues pentes et faux plats qui ne se terminaient jamais. Sans oublier Bernadette, Hélène et Patrick, qui n'ont pas fini de remonter sur leur vélo.

J'aurai pu m'étendre d'avantage sur la montagne et les petits oiseaux, mais à chacun son imagination à travers textes et photos de tous ceux x qui partagent notre passion.

Voir les commentaires

Publié le par lemondedhelene
Publié dans : #EUROPE

Du jeudi 17 au 22 Avril 2014

L’arrivée.

Stockholm, quatre jours pleins dans la capitale suédoise, pour goûter à la douceur de vivre scandinave, à s’imprégner de l’irrésistible design Suédois et à naviguer dans l’archipel des îles baltiques.

Nous avons fait le bon choix pour nous y rendre pendant les fêtes de Pâques, la ville est quasi déserte, les citadins sont à la campagne.

Nous y allons avec nos amies Cannoises, chacun son vol, Françoise part de Nice avec une escale à Riga en Lettonie, Laurène quitte son hôpital de Genève pour un vol direct sur Stockholm et nous Paris (CDG) avec aussi une escale à Riga. Nous y retrouvons une heure plus tard Françoise et c’est ensemble que nous prenons le vol pour l’aéroport d’Arlanda à Stockholm. Le passage des douanes est très cool et rejoindre le centre ville en navettes ( bus Flybussama), ne présente aucune difficulté. Des bornes tickets proches de l’arrêt des bus sont disponibles dans plusieurs langues dont le Français, prix 120 Krs/Pax (carte bancaire ou monnaie Suédoise). Il y a des départs toutes les 15 minutes et il faut compter environ 45 minutes pour atteindre le terminus à la gare centrale (T.Centralen). (Voilà, pour le transport aéroport, le plus économique et de + agréable).

De la gare centrale, il nous faut compter 25 minutes à pieds, pour rejoindre le grand appartement que nous avons loué par Airbnb au métro Radmansgatan. Il n’est que 20 heures et Laurène arrive à minuit. Nous avons tout le temps pour récupérer les clés, nous installer et revenir à la gare. Minuit, nous sommes enfin tous réunis, nous crevons de faim, nous sautons sur le seul McDonald’s encore ouvert, face à la place Adolf Fredriks Kyrka.

Notre appartement

LONG WEEK-END A STOCKHOLM LONG WEEK-END A STOCKHOLM 
LONG WEEK-END A STOCKHOLM LONG WEEK-END A STOCKHOLM 
LONG WEEK-END A STOCKHOLM LONG WEEK-END A STOCKHOLM 

Mais, comment se déplacer, pour visiter Stockholm.

Se déplacer dans Stockholm, ne présente aucun problème, que ce soit à pied, en métro ou en vélo pour passer d’un quartier à un autre de la ville. Nous choisissons, le vélo et nous avons fait le bon choix. Achat de nos cartes « City Cyk Lar », (17 euro pour 3 jours), à l’office de tourisme situé sur la grande place Kulturhuset Stadsteatern, et hop!! Libre comme l’air nous partons à la découverte de la ville. Les pistes cyclables sont nombreuses et la circulation automobile quasi nulle(c'est le WE).

Il fait pas vraiment beau aujourd'hui, malgré de timides tentatives d'apparition du soleil. Il fait pas vraiment beau aujourd'hui, malgré de timides tentatives d'apparition du soleil.
Il fait pas vraiment beau aujourd'hui, malgré de timides tentatives d'apparition du soleil.

Il fait pas vraiment beau aujourd'hui, malgré de timides tentatives d'apparition du soleil.

Journée consacrée aux musées de la ville.

Nous commençons par le musée Vasa (le plus visité), très intéressant, puis le Moderma Museet (un peu fade à mon goût) et le musée de la musique ABA. Le reste de la journée, on se laisse séduire par le charme de cette ville, qui s’accommode si bien de la modernité cosmopolite. Les terrasses de café sont bondées, tournées vers le soleil comme les tournesols, les Suédois profitent de cette journée d’exception.

A midi, non loin du musée Vasa, nous avons goûté à la cuisine Suédoise, saumon cru servi avec des pommes de terre à la crème parfumée à l’aneth et bien sur, les fameuses boulettes de bœuf à l’oignon avec une salade assaisonnée à la crème de raifort. Un régal !!!. Vers 19 H, petit break dans notre appartement et préparation de la soirée. A 20 H , après la douche, nous reprenons les vélos pour nous rendre dans le quartier Sodermalm sur l’une des îles qui s’accrochent à la ville, il y a un petit restaurant sympathique, bien coté sur le routard, alors nous allons voir. La balade de nuit sur nos 2 roues est amusante et plaisante, nous passons le pont de Riksgatan qui traverse l’île de Gamlastan avec sur notre gauche le palais Royal, plus loin, Sodermalm avec le franchissement d’un autre pont. La ville entourée par les eaux de la mer Baltique et du lac Malar, se sentait autrefois, protégée de l’envahisseur par ces douves naturelles. Soirée réussi dans un cadre chaud et convivial et retour en métro, après 22 H, les vélos ne sont plus accessibles.

Le VASA, mis à l'eau le 10 Août 1628, coule à pic, après avoir parcouru seulement 1300 m. Il est renfloué en avril 1961.
Le VASA, mis à l'eau le 10 Août 1628, coule à pic, après avoir parcouru seulement 1300 m. Il est renfloué en avril 1961.
Le VASA, mis à l'eau le 10 Août 1628, coule à pic, après avoir parcouru seulement 1300 m. Il est renfloué en avril 1961.
Le VASA, mis à l'eau le 10 Août 1628, coule à pic, après avoir parcouru seulement 1300 m. Il est renfloué en avril 1961.
Le VASA, mis à l'eau le 10 Août 1628, coule à pic, après avoir parcouru seulement 1300 m. Il est renfloué en avril 1961.

Le VASA, mis à l'eau le 10 Août 1628, coule à pic, après avoir parcouru seulement 1300 m. Il est renfloué en avril 1961.

Au cœur de la vieille ville.

Ce matin visite du Palais Royal, résidence officielle des monarques de Suède. Le château actuel, fut construit après l’incendie du château Tre Kronor le 7 mai 1697. Durant la visite, il est possible de descendre dans les sous sols et observer les fortifications datant du moyen âge. Le palais un petit Versailles sans sa grandeur, on passe de pièce en pièce, malheureusement à la lumière artificielle, les rideaux sont tirés, la peur des rayons solaire destructeurs. Côté sympathique, se sont les Pâques, alors chaque gamin se voit attribué un plan du château sur un porte croquis et un crayon, ils doivent cocher sur le plan des différentes pièces visitées, les œufs de Pâques cachés, sur une armoire du XVIII ou encore sur une cheminée, ou encore à l’intérieur d’une bibliothèque. Je vois mal cette belle idée envahir la France, pour la visite de nos châteaux à Pâque. A la sortie du palais visite de la cathédrale ou plutôt de l’église protestante Luthérienne depuis 1527. Les rois de Suède y ont été couronnés jusqu’en 1907. De style baroque, elle abrite, parmi d’autres œuvres une sculpture en bois de saint Georges terrassant le dragon, ainsi que la plus vieille peinture de Stockholm, datant de 1520. Bon voilà pour le côté historique. Autour de la cathédrale, le quartier ancien a conservé sa trame médiévale de ruelles, fontaines, venelles et placettes, aussi discret que riche, il offre un pur moment de plaisir. C’est d’ailleurs sur l’une de ces placettes que nous choisissons de déjeuner, au soleil évidemment (pas vrai !! BB). Après avoir lézardé et apprécié, ce moment de repos, nous reprenons des vélos, pour nous rendre à l’extrémité sud de la ville, le Globen impose son énorme dôme métallique, cette méga salle de spectacles et le temple des concerts. Vu de l’extérieur il ressemble à une balle de golf géante. Depuis, le SkyView (ascenseur, en forme de bulle, qui se déplace sur un rail et fait le tour de cette sphère géante), la vue panoramique sur Stockholm y est, parait- il magnifique, malheureusement nous n’avions pas réservé nos places, nous n’y monterons pas. De retour en ville, nous nous arrêtons au HIMLEN, gratte ciel avec au sommet un café panoramique, la vue sur la ville est à 360 degré, nous l’avons enfin notre vue, panoramique de la ville !!!.

Soirée au PELIKAN dans le quartier Soderlmam, encore un resto recommandé par le guide du Routard style vieille brasserie avec une cuisine typique suédoise (beaucoup de monde).

Le palais royal et la cathédrale sa voisine .
Le palais royal et la cathédrale sa voisine .
Le palais royal et la cathédrale sa voisine .
Le palais royal et la cathédrale sa voisine .
Le palais royal et la cathédrale sa voisine .

Le palais royal et la cathédrale sa voisine .

Le quartier ancien a conservé sa trame médiévale de ruelles, fontaines, venelles et placettes
Le quartier ancien a conservé sa trame médiévale de ruelles, fontaines, venelles et placettes
Le quartier ancien a conservé sa trame médiévale de ruelles, fontaines, venelles et placettes
Le quartier ancien a conservé sa trame médiévale de ruelles, fontaines, venelles et placettes

Le quartier ancien a conservé sa trame médiévale de ruelles, fontaines, venelles et placettes

A travers les ruelles de la vieille ville, ces devantures de magasins, ont un charme irrésistible.
A travers les ruelles de la vieille ville, ces devantures de magasins, ont un charme irrésistible.
A travers les ruelles de la vieille ville, ces devantures de magasins, ont un charme irrésistible.
A travers les ruelles de la vieille ville, ces devantures de magasins, ont un charme irrésistible.

A travers les ruelles de la vieille ville, ces devantures de magasins, ont un charme irrésistible.

Le Globen et la terrasse du café , le SkyViewLe Globen et la terrasse du café , le SkyView
Le Globen et la terrasse du café , le SkyView

Le Globen et la terrasse du café , le SkyView

Un Jour dans l’archipel.

Ce matin, nous partons, en vélo, rejoindre le port (en face du palais Royal), nous prenons le premier ferry, qui part pour l’île de Vaxholm (ticket à bord).

Vaxholm, fait parti de 65 îles dont 16 seulement sont habitées, elle tient son nom de la forteresse construit en 1548 à la demande du roi Gustav Vasa, contre les envahisseurs Russes et Danois qui tentaient à cette époque d’envahir et d’assiéger Stockholm. L’endroit est très connu des Suédois, c’est l’une des destinations les plus visités par les citadins et touristes, ils y viennent nombreux, passer la journée ou le week-end. Une fois sur place, il n’y a plus qu’à se laisser guider à travers les ruelles et longer la côte, tout semble si calme et paisible ici. La forteresse solidement accrochée sur un îlot, ne se visite qu’en juin et septembre. Après cette petite balade, nous achetons de quoi faire un pique-nique et direction l’embarcadère, pour rejoindre en ferry l’île de Grinda (environ 1h). L’île est également l’une des destinations touristique les plus populaires de l’archipel. Elle est vallonnée avec des forêts rocheuses, qui nous s’apparente un peu à Fontainebleau. Essentiellement agricole on y vient pour y faire de longues balades en forêt, se baigner sur l’une de ces petites plages et pique-niquer sur l’herbe. Nous avons passé, une très agréable journée à regarder ces paysages sauvages et ces demeures très particulières pour nous et admirablement bien entretenues.

Retour à Stockholm, petite balade à pied dans la vieille ville et dîner « au Pot».

LONG WEEK-END A STOCKHOLM 
LONG WEEK-END A STOCKHOLM 
LONG WEEK-END A STOCKHOLM 
LONG WEEK-END A STOCKHOLM 
LONG WEEK-END A STOCKHOLM 
LONG WEEK-END A STOCKHOLM 
LONG WEEK-END A STOCKHOLM 
LONG WEEK-END A STOCKHOLM 
LONG WEEK-END A STOCKHOLM 

UNDER THE BRIDGES STOCKHOLM.

Nous consacrons cette nouvelle matinée sous un grand soleil à la visite guidée en bateau mouche de la cité. Tout en navigant sur les eaux encore très fraîches de la mer Baltique et du lac Malar, nous apprenons beaucoup de choses; l’histoire de la ville, ces ancêtres les vikings et surtout, les moments important de son histoire architecturale et économique. Visite instructive et intéressante.

Tout çà, nous a donné faim, nous prenons la direction du musée Skansen pour déjeuner sur la plateforme d’un restaurant flottant, reposant et agréable, avec une très belle vue, sur les façades des maisons bourgeoises de la rue Strandvagen.

Maintenant, le musée Skansen, perché sur une colline, c’est toute la culture populaire traditionnelle et rurale Suédoise. C’est dans un décor réaliste et vivant que l’on se promène à travers des rues d’une autre époque, école, éclipse, ferme ,ateliers, poste et plus encore, avec des personnages vivants en costumes traditionnels qui jouent le jeu. C’est un voyage dans le passé, aux bonnes odeurs des maisons, du bois et des produits de fabrication d’époque. Toutes ces constructions datant du XVI et XX siècle, ont été amenés des différentes régions, dès 1891 par Arthur Hazelius. Tout en haut de la colline un zoo, construit dans un espace naturel, parmi la flore et faune, ours polaires, loups, rennes, otaries, et bien d’autres se partagent le décor.

Il fait encore jour, nous enfourchons nos bicyclettes et direction de l’hôtel de ville, inspiré de la renaissance Italienne, la partie extérieure du bâtiment, faisant face à la mer est majestueuse avec son jardin, dommage, nous n’aurons pas l’occasion de la visiter (fermé le lundi).

C’est notre dernière soirée, nos cartes « City Cyk Lar », ne sont plus utilisables, et c’est en métro (hélas) que nous la terminerons dans un petit restaurant de la vieille ville.

Demain, levé 6H30 pour Françoise et Laurène, qui ont un avion à prendre et pour nous deux grasse matinée jusqu’à 10H, pour la remise des clés à la propriétaire et comme notre avion n’est prévu qu’à 15H40, nous déposons en consigne nos bagages à la gare routière pour finir ce séjour, dans le vieux Stockholm.

Au fil de l'eau.
Au fil de l'eau.Au fil de l'eau.
Au fil de l'eau.

Au fil de l'eau.

Le musée vivant de Skansen
Le musée vivant de Skansen
Le musée vivant de Skansen
Le musée vivant de Skansen
Le musée vivant de Skansen
Le musée vivant de Skansen
Le musée vivant de Skansen
Le musée vivant de Skansen
Le musée vivant de Skansen

Le musée vivant de Skansen

C'est le printemps, sous un beau soleil. Demain les Suédois reprennent le travail. Alors aujourd'hui relax
C'est le printemps, sous un beau soleil. Demain les Suédois reprennent le travail. Alors aujourd'hui relax

C'est le printemps, sous un beau soleil. Demain les Suédois reprennent le travail. Alors aujourd'hui relax

Les Français de Stockholm
Les Français de Stockholm

Les Français de Stockholm

Un dernier regard sur la ville. Nous en garderons un excellent souvenir.

Un dernier regard sur la ville. Nous en garderons un excellent souvenir.

Voir les commentaires

Publié le par lemondedhelene
Publié dans : #Nos peintures
Adorable Charlotte.  Juillet 2013
Adorable Charlotte.  Juillet 2013

Adorable Charlotte. Juillet 2013

Le blanc et noir avec parfois une pointe de rouge.
Le blanc et noir avec parfois une pointe de rouge.
Le blanc et noir avec parfois une pointe de rouge.
Le blanc et noir avec parfois une pointe de rouge.

Le blanc et noir avec parfois une pointe de rouge.

Nature
Nature
Nature
Nature
Nature
Nature
Nature
Nature
Nature
Nature
Nature
Nature
Nature
Nature
Nature
Nature
Nature
Nature

Nature

Les joueurs de billes, toute mon enfance. Dans la cour de mon école primaire, un petit mur ou vient s'accoler l’escalier qui mène à la classe des tout-petits. C’est là, ou nous étions les plus sérieux, gagner des billes et tenter de rester le plus adroit des joueurs.

Les joueurs de billes, toute mon enfance. Dans la cour de mon école primaire, un petit mur ou vient s'accoler l’escalier qui mène à la classe des tout-petits. C’est là, ou nous étions les plus sérieux, gagner des billes et tenter de rester le plus adroit des joueurs.

Et des visages
Et des visages
Et des visages
Et des visages
Et des visages
Et des visages
Et des visages
Et des visages
Et des visages
Et des visages
Et des visages
Et des visages
Et des visages
Et des visages
Et des visages
Et des visages
Et des visages

Et des visages

Sur les toits de Paris. Août  1969 (peinture réaliste)

Sur les toits de Paris. Août 1969 (peinture réaliste)

Paris, nos débuts, notre première chambre de bonne sous les toits, au coeur de la ville .

A l'aide de l'échelle des ramoneurs, le vasistas perché à plus de 3 m de haut de ce long couloir sombre et cafardeux, qui sert d'archive à ma société, nous permet d'atteindre les toits, dominant l église de la Trinité et la rue de la chaussée d'antin. C'est l'été, il fait très chaud dans les deux minuscules pièces que nous occupons. La toiture en zinc, qui recouvre l'immeuble est à moins de 2 m de nos têtes, accentuant l'inconfortable lourdeur de l'air devenu irrespirable sur la Capitale après plusieurs jours de grosse chaleur.

Alors, d'ici perchés et dominateurs, nous devenons pour un court moment des privilégiés.

En face et au loin, la Défense et plus loin encore, les plages de Normandie. Alors nous parlons du prochain WE, comme tous les vendredis soirs, nous quitterons sans perdre une minute nos bureaux, nous chargerons dans le minuscule coffre de notre vieille Morris Cooper, notre sac de voyage, la toile de tente et notre cantine pour rejoindre au plus vite les plages de Villers sur mer au Sud de Deauville.

Voir les commentaires

Publié le par lemondedhelene
Publié dans : #ASIE

Notre itinéraire prévisionnel.

Bangkok, inévitable avant de partir sur les îles du golfe de Thaïlande.Nous connaissons bien la ville, sans hésitation nous retournons à Khaosan Road, c'est le quartier universel des jeunes et moins jeunes touristes qui arrivent avec leurs sacs dans la capitale. De nombreuses maisons d'hôte et hôtels à des prix intéressants, l'animation diurne et nocturne, sa proximité du Grand Palais au centre-nord de la ville et un grand nombres d'agences qui sont là, pour vous organiser vos déplacements dans le pays et dans Bangkok, font de ce lieu une base pratique. Nous y restons 2 nuits, avant de partir pour l’île de Koh Tao(train de nuit jusqu'à Chumphon + ferry). L' île de Koh Pha Nga est toute proche nous y passerons quelques jours(nous n'y serons pas pour la full moon party), plus loin l'île de Ko Samui, c'est le passage obligatoire en bateau pour rejoindre le continent. Nous n'y resterons pas, nous connaissons l'île, elle ne mérite pas qu'on s'y attarde trop. Revenus sur terre, nous traversons le pays pour rejoindre l´océan Indien,et la ville de Khao lake,sur place les îles Suliman et les îles Surin, puis une nuit à Phuket avant de rejoindre Ao Nang, les très belles plages et îles de Krabi. Pour finir retour a Bangkok, pour nos 3 dernières nuits.Pourquoi la Thaïlande, que nous connaissons portant par cœur.C'est le pays du sourire, de la simplicité et de la gentillesse.

11 et 12 Fev 2014. Il est 16h, nous venons de fermer la porte de notre appartement Parisien. Notre avion ne décolle qu’à 21h30 de CDG, mais la crève de taxis à Paris, nous angoisse un peu et prendre les transports en commun après 17h, heure de la sortie des bureaux, n’allègerait pas la mayonnaise. Ce sera donc, métro + RER B avant la foule. Nous voilà, sur Air India, Boeing 787-8 pour une escale à New Delhi de 4h avant notre prochain vol pour Bangkok. Repas et confort correct, chaque siège dispose d’un écran avec de nombreux films au choix pour cette soirée qui s’annonce, très longue. A New Delhi l’attente pour Bangkok de 4h tient ses promesses, ce n’est qu’enfin installé dans l’avion qu’on peut enfin arriver à dormir un peu. A Bangkok, en moins d’une heure, nous avons passé, le contrôle, récupéré nos bagages et pris un taxi. Ce soir programme simple, douche, balade rapide dans le quartier bruyant de Khoasan Road, un repas léger avec une Tiger, repérage des agences de voyages et dodo. A notre arrivée rien n’a changé, c’est toujours aussi bruyant et plein de vie. Dans les trois rues les plus animees il n’y a pas un centimètre inoccupé par un vendeur ambulant, boutiques et restaurants dont certains avec orchestre. Une vraie cacophonie de foire.

L'animation des rues de Khoasan Road, proche d'un temple Bouddiste qui semble être bien loin de tous çà.
L'animation des rues de Khoasan Road, proche d'un temple Bouddiste qui semble être bien loin de tous çà.
L'animation des rues de Khoasan Road, proche d'un temple Bouddiste qui semble être bien loin de tous çà.

L'animation des rues de Khoasan Road, proche d'un temple Bouddiste qui semble être bien loin de tous çà.

13 Fev 2014. Petit déjeuner très agréable à la terrasse d’un café, les rues sont redevenues calmes, quelques illuminés terminent leur soirée, sans voie, ramollis, la tête lourde. Première action, nos billets pour Koh Tao, puis nous allons prendre un bateau sur le Chao Phraya River, jusqu’au palais Royal et circuit à pieds de la vieille ville (6 kms environ). Nous passons devant le QG du mouvement contestataire, non loin du palais. C’est incroyable ils se sont octroyés un bâtiment administration et se protègent de barbelés, le côté amusant,les hauts parleurs ne sont pas en chômage, çà hurle, alors qu’à 200 mètres dans le parc qui fait face au palais des militaires en tenue officielle de cérémonie(sans armes), se prennent des photos, en attendant probablement le début d'un réunion festive dans le parc.

Fin d’après midi, sur le toit de notre hôtel, piscine et lecture.

L'un des pacs qui entoure le Palais Royal très calme, alors que plus loin les barbelés sur plusieurs dizaines de mètres. L'un des pacs qui entoure le Palais Royal très calme, alors que plus loin les barbelés sur plusieurs dizaines de mètres.

L'un des pacs qui entoure le Palais Royal très calme, alors que plus loin les barbelés sur plusieurs dizaines de mètres.

14 Février 2014 : Bangkok – Koh Tao .

Nous partons ce soir en bus de nuit jusqu’à l’embarcadère de Chumphon, pour l’île de Koh Tao, nous avons toute la journée pour flâner dans Bangkok. Nous prenons le bateau express sur le Chao Phraya River, jusqu’à la station « L’Oriantal », quartier des ambassades et des grands hôtels. Nous passons devant le State Tower, nous y reviendrons à notre retour sur Bangkok, pour aller boire un verre sur la terrasse hollywoodienne de ce gratte-ciel au « Sirocco Sky Bar », avec une petite pensée pour Ernesto qui aime bien l’endroit. Et puis nous ne sommes qu’à 300 m du restaurant « L’Armonie » , vieille demeure coloniale chinoise, alors c’est en curieux, que nous nous y arrêtons. Ici non plus rien n’a changé, les vieux propriétaires sans âge, les toutes jeunes serveuses, les petites tables sous le patio et la décoration d’une autre époque des petites salles à manger et des couloirs. Nous remontons et descendons toute la rue de Silon, puis nous passons devant la grande poste centrale, la gare Ferroviaire et plus loin, le Chinatown de Bangkok. Nous n’avons pas le temps de visiter le grand marché de jouets et c’est bien dommage, c’est incroyable tout ce que l’on peut y trouver. Nous devons rejoindre le bateau express pour rentrer. Repos jusqu’à 20h au bord de la piscine avant de repartir pour une longue nuit de bus (8h).

Chinatown de Bangkok
Chinatown de Bangkok
Chinatown de Bangkok

Chinatown de Bangkok

De la terrasse de notre hôtel.Le Kaosan Palace
De la terrasse de notre hôtel.Le Kaosan Palace
De la terrasse de notre hôtel.Le Kaosan Palace

De la terrasse de notre hôtel.Le Kaosan Palace

Le transport en bus de nuit avec une halte restauration immense à 2h du matin..
Le transport en bus de nuit avec une halte restauration immense à 2h du matin..
Le transport en bus de nuit avec une halte restauration immense à 2h du matin..

Le transport en bus de nuit avec une halte restauration immense à 2h du matin..

15 Fev 2014. Koh Tao.

Le ferry nous dépose sur l’île vers 9h du matin, il y a beaucoup de monde sur le ponton principal et à l’embarcadère. Tranquillement nous nous dirigeons vers notre hôtel, Le InTouch Ressort, laissant derrière nous le bruit des taxis et des loueurs de bungalows. Programme simple pour cette journée. Plage, lecture et petite balade de repérage.

KOH TAO et notre petit Bungalow
KOH TAO et notre petit BungalowKOH TAO et notre petit Bungalow

KOH TAO et notre petit Bungalow

16 Fev 2014. Koh Tao.

Journée croisière au tour de l’île de Koh Tao, plusieurs arrêts, photos, baignade et snorkeling. Soirée sympa et très animée, le long de la seule allée qui longe la plage de Sairée. Beaucoup de bars, restaurants, boutiques et clubs de plongées.

LA croisière sur l'île de Koh Tao
LA croisière sur l'île de Koh TaoLA croisière sur l'île de Koh Tao

LA croisière sur l'île de Koh Tao

La plage de Sairée. On est prié de laisser ses chaussures dehors, merci.
La plage de Sairée. On est prié de laisser ses chaussures dehors, merci.
La plage de Sairée. On est prié de laisser ses chaussures dehors, merci.

La plage de Sairée. On est prié de laisser ses chaussures dehors, merci.

17 Fev 2014. Koh Tao.

Notre première journée totalement plage, à l’ombre de jeunes palmiers pas vraiment étanche aux rayons de soleil. Notre premier coup de soleil malgré nous. Et puis oh surprise !!!, une grande copine de l’école primaire de notre fille Anne, nous a reconnu. Nous sommes vraiment très heureux de revoir Kena, que nous n’avions plus revu, depuis plus de 20 ans. Nous Passerons la journée à lézarder et à nous baigner, sans quitter la plage de Sairée. Que c’est bon.

La rencontre surprise avec KENA. Les oignons frits plus délicieux qu'à Bocca del Torro au Panama.Notre nouvelle chambre notre bungalow était réservé, pour 7 euros de plus le grand luxe.La rencontre surprise avec KENA. Les oignons frits plus délicieux qu'à Bocca del Torro au Panama.Notre nouvelle chambre notre bungalow était réservé, pour 7 euros de plus le grand luxe.
La rencontre surprise avec KENA. Les oignons frits plus délicieux qu'à Bocca del Torro au Panama.Notre nouvelle chambre notre bungalow était réservé, pour 7 euros de plus le grand luxe.La rencontre surprise avec KENA. Les oignons frits plus délicieux qu'à Bocca del Torro au Panama.Notre nouvelle chambre notre bungalow était réservé, pour 7 euros de plus le grand luxe.

La rencontre surprise avec KENA. Les oignons frits plus délicieux qu'à Bocca del Torro au Panama.Notre nouvelle chambre notre bungalow était réservé, pour 7 euros de plus le grand luxe.

18 Fev 2014. Koh Tao.

Location d’un scooter, pour faire le tour de l’ile, mais malgré çà, nous marchons plus d’une heure dans la forêt pour atteindre une plage à l’ouest de Koh tao. L’endroit n’est pas désert, un vieux ressort est squatté par des jeunes, nous y restons que le temps d’une baignade. De retour, nous allons jusqu’à un resort de rêve le « Dursit Bencha Resort » véritable Labyrinthe dans les rochers, pour atteindre les bungalows. Le point de vue en face sur l’île de koh Nang Yuan, valait le détour.

Partage du petit déjeuner; le ressort Dursit Buncha. Notre Harley et un superbe Snapper grillé pour finir la soirée.
Partage du petit déjeuner; le ressort Dursit Buncha. Notre Harley et un superbe Snapper grillé pour finir la soirée.
Partage du petit déjeuner; le ressort Dursit Buncha. Notre Harley et un superbe Snapper grillé pour finir la soirée.
Partage du petit déjeuner; le ressort Dursit Buncha. Notre Harley et un superbe Snapper grillé pour finir la soirée.

Partage du petit déjeuner; le ressort Dursit Buncha. Notre Harley et un superbe Snapper grillé pour finir la soirée.

19 Février 2014 : Koh Tao

Ce matin, nous allons en scooter à la pointe Chalook, au sud de l’ile. Nous laissons le 2 roues devant un très beau Ressort qui surplombe la mer, nous longeons à pieds la plage sur un petit chemin de côte qui s’entrelace avec les rochers et abouti sur une plage discrète ou les quelques touristes sont venus pour son calme et sa beauté. Nous n’en profiterons pas longtemps, il nous faut revenir pour rendre le scooter, demain nous quittons l’ile avec beaucoup de regret, l’endroit est un véritable petit paradis pour ce reposer. Fin d’après midi à Sairée.

Petit coin de plage à Chalook.

Petit coin de plage à Chalook.

20 Février 2014 : Koh Phangan

Nous quittons avec regret notre Resort, sa baie et son restaurant de plage. Nous avons environ 1 heure trente de bateau pour atteindre l’île de Koh Phangan, puis 10 mn en taxi pour le Milky Bay Ressort. Malgré le beau jardin de bambous et la mer à moins de 50 mètres, notre bungalow est loin d’être à l’instar de celui que nous venons de quitter. Nous avons réservé 2 nuits, les 2 autres nous irons voir ailleurs. Location d’un scooter et visite de la partie Ouest de l’île avec au passage des arrêts et visite des resorts bien installés sur de belles plages. La route qui longe la mer est magnifique, très vallonnée avec cocotiers à perte de vue. Une pause repas vers 16h et comme nous en mourions d’envi et de curiosité, cap sur le sud jusqu’à HAAD RIN, lieu très convoité pour sa Full Moon Party sur la plage.

Embarquement pour Koh Phangan
Embarquement pour Koh Phangan

Embarquement pour Koh Phangan

Notre bungalow sous les bambous et lavage des pieds avant d'entrer.
Notre bungalow sous les bambous et lavage des pieds avant d'entrer.

Notre bungalow sous les bambous et lavage des pieds avant d'entrer.

HAAD RIN mythique. Sa plage des nuits blanches comme la lune. Les vitamines " jusqu'au bout de la nuit ".
HAAD RIN mythique. Sa plage des nuits blanches comme la lune. Les vitamines " jusqu'au bout de la nuit ".HAAD RIN mythique. Sa plage des nuits blanches comme la lune. Les vitamines " jusqu'au bout de la nuit ".

HAAD RIN mythique. Sa plage des nuits blanches comme la lune. Les vitamines " jusqu'au bout de la nuit ".

21 Février 2014 : Koh Phangan

Au nord de l’île le petit village de pêcheurs CHALOK LAM, reste authentique malgré la mondialisation avec ses cabanes et huttes de pêcheurs en teck. Fermée au large du littoral par un récif corallien, ce lagon est l’endroit idéal pour les bateaux et les touristes qui viennent se baigner.

Nous y passons une grande partie de la journée avec la visite d’un beau temple bouddhiste. Retour avant la nuit en longeant la route côtière, qui ne s’arrête pas de monter et de descendre avec de longs virages. La vue est magnifique. L’île de Koh Phangan est vraiment très agréable et belle. Elle mérite d'être connu.

Le temple bouddhiste
Le temple bouddhiste

Le temple bouddhiste

Le lagon et notre halte repas.
Le lagon et notre halte repas.

Le lagon et notre halte repas.

Petit arrêt au marché du centre ville. Ici on choisit son repas sur les étalages et on va le déguster sur les tables mises à notre disposition.    Petit arrêt au marché du centre ville. Ici on choisit son repas sur les étalages et on va le déguster sur les tables mises à notre disposition.

Petit arrêt au marché du centre ville. Ici on choisit son repas sur les étalages et on va le déguster sur les tables mises à notre disposition.

22 Fev 2014. Koh Phangan

Taxi ce matin, pour le « high Life », notre nouveau resort pour les deux prochaines nuits. A notre arrivée la vue de la terrasse du restaurant avec sa piscine à débordement, qui semble vouloir se fondre avec la mer est unique. Nous n’avons rien perdu au change, les bungalows spacieux sont perchés sur une colline cachés par une végétation dense dominant la mer. Pour rejoindre la grande plage de sable blanc aux eaux cristallines, un escalier descend en douceur à travers les rochers. Aujourd’hui pas de moto, mais du repos sur le sable à l’ombre d’un tamarin millénaire.

Le high Life

Le high Life

23 Fevrier 2014 : Koh Phangan - Haad Yao

Ce matin, jogging de 50 mn le long de la plage de HAAD YAO, au bas de notre resort, puis baignade. L’occasion de bavarder un peu avec un couple de français à la retraite. Lui dentiste à Gange et installé à la Grande Motte, entre gens du même coin la conversation a durée longtemps au point de se retrouver au même restaurant de plage le midi. Nous devions faire un peu de bronzage et lecture sur la plage, mais un gros orage a changé notre destin, massage pour l’un et lecture sur le hamac pour l’autre. Demain levé 5h30 pour rejoindre l’embarcadère en taxi.Nous quittons cette île qui est a notre avis, la plus belle que l'on connaisse, pour ses plages, ses petits restaurants les pieds dans l'eau, ses très beaux ressorts ou le prix ne dépasse pas les 40 euros.Les amateurs d'architecture Thaï seront déçu.

Le hamac royal s'il n'y avait pas les moustiques. Vue sur la baie du restaurant
Le hamac royal s'il n'y avait pas les moustiques. Vue sur la baie du restaurant

Le hamac royal s'il n'y avait pas les moustiques. Vue sur la baie du restaurant

24 Fevrier 2014 : Khao Lak

Il fait encore nuit dans le hall du high Life, notre taxi est là, nous montons à l’arrière du pick-up avec nos bagages, direction le port. Nous allons passer les deux prochaines nuits à Khao Lak, sur l océan Indien, puis les îles Siliman. Il nous faut presque la journée pour atteindre Khao. Un arrêt sur l’île de Kosamui, avant de débarquer 1h plus tard à Don Saik, un bus nous y attend et nouveau bus à Surathani pour cette fois Khao Lak. Il est 16h30, lorsque enfin nous arrivons, hôtel, douche et repérage.

journée bus

journée bus

25 Fevrier 2014 : Khao Lak

Les souvenirs horribles du Tsunami du 26 décembre 2004, qui a touché l’Indonésie, la Malaisie, la Thaïlande, le Sri-lankais et l’Inde, reste fortement ancré dans nos mémoires, nous connaissions quelques endroits fortement touchés. Nous étions ce jour-là avec nos bagages au Arcs, prêt à reprendre la route pour Paris, lorsque les écrans de télé, situés au dessus du bar du club, ont diffusé l’information montrant des images fortes sur Phuket et Khao Lak. Aujourd’hui, notre première visite, nous la consacrons au mémorial, situé à 2km de la ville. Puis, juste en face, nous nous rendre à la très belle plage paradisiaque de Khao Lak. Fin d’après midi le parc National de Lam Ru, et son très agréable et délicieux petit restaurant sur une terrasse surplombant la mer.

Le bateau de la police retrouvé à l'intérieur des terres(a l'endroit ou il se trouve en ce moment).aujourd'hui le mémorial.
Le bateau de la police retrouvé à l'intérieur des terres(a l'endroit ou il se trouve en ce moment).aujourd'hui le mémorial.
Le bateau de la police retrouvé à l'intérieur des terres(a l'endroit ou il se trouve en ce moment).aujourd'hui le mémorial.

Le bateau de la police retrouvé à l'intérieur des terres(a l'endroit ou il se trouve en ce moment).aujourd'hui le mémorial.

La plage d Khao Lak, un petit paradis.
La plage d Khao Lak, un petit paradis.

La plage d Khao Lak, un petit paradis.

Le parc et ses drôles de lézards. Une plage au bout du chemin
Le parc et ses drôles de lézards. Une plage au bout du cheminLe parc et ses drôles de lézards. Une plage au bout du cheminLe parc et ses drôles de lézards. Une plage au bout du chemin

Le parc et ses drôles de lézards. Une plage au bout du chemin

26 & 27 Fevrier 2014 : Les îles Similan

Deux jours sur les îles Similan,nous avons acheté un package( taxi,bateau,hébergement repas et balade en bateau sur les plus beaux endroits). Sur le port nous embarquons sur un bateau hyper rapide, 3 moteurs Honda de 225cc chacun. Consommation en carburant 450 litres, pour faire les 60 kms qui vont nous séparer de la côte. Dés le départ nous sommes collés au siège, impossible de se lever.

Le parc National maritime des îles Similan est entouré de récifs coralliens, couvert de forêts tropicales et de plages au sable blanc.

Notre formule1 et plus cool le bateau de croisière.
Notre formule1 et plus cool le bateau de croisière.

Notre formule1 et plus cool le bateau de croisière.

La sortie de secours en cas de Stunami et nos bumgalows dortoir
La sortie de secours en cas de Stunami et nos bumgalows dortoir

La sortie de secours en cas de Stunami et nos bumgalows dortoir

Un couple très sympa d'italien, encore un dentiste et une pharmacienne. Nous avons passé ces deux jours ensemble.

Un couple très sympa d'italien, encore un dentiste et une pharmacienne. Nous avons passé ces deux jours ensemble.

Et bien sur la vérittable raison de nous trouver là. Le rocher de granit avec une vue superbe d en haut.
Et bien sur la vérittable raison de nous trouver là. Le rocher de granit avec une vue superbe d en haut.
Et bien sur la vérittable raison de nous trouver là. Le rocher de granit avec une vue superbe d en haut.
Et bien sur la vérittable raison de nous trouver là. Le rocher de granit avec une vue superbe d en haut.

Et bien sur la vérittable raison de nous trouver là. Le rocher de granit avec une vue superbe d en haut.

Retour à Khao Lak, en fin de journée, nous retournons à l’hôtel le JERUNG, que nous avions trouvé très sympatique et pratique pour sortir le soir.

28 Fevrier 2014 : Khao Lak

Aujourd’hui location d’un scooter, et direction de la belle plage de Khuk Khak Beach pour un long footing sur la plage, mais très vite nous bifurquons vers l’intérieur, c’est à l’ombre, et c’est très beau avec tous les palmiers, les sapins, les tamarins et fougères. Retour en ville douche et déjeuner au restaurant du parc National. A Khao Lak il y dans les environs quatre cascades, nous en choisissons une pendant le repas. Dés que nous quittons la route principale, le paysage change totalement, ici c’est de la culture, des kilomètres d’hévéas et des palmiers pour l’huile de palme et plus nous nous approchons des chutes et plus la route devient de plus en plus difficile. Il faut être cascadeur pour aller voir ces cascades. En attendant celle-là, ce n’est pas les chutes d’Iguaçu !!!. Bon une photo et direction la plage pour finir la journée. L’eau est tellement chaude et le coin paradisiaque, nous rentrerons seulement qu’à la tombée de la nuit.

Elles sont ou ces chutes? Ah c'est çà!!! il est beau le soleil.Elles sont ou ces chutes? Ah c'est çà!!! il est beau le soleil.
Elles sont ou ces chutes? Ah c'est çà!!! il est beau le soleil.

Elles sont ou ces chutes? Ah c'est çà!!! il est beau le soleil.

01 Mars 2014 : Phuket-Patong

Ce matin, un Van vient nous chercher à l’hôtel pour Phuket Patong, nous avons droit à 3 russes, un couple de Suédois et un autre couple muet. La conversation va être complexe. Phuket le chauffeur dépose au fur et à mesure, sa cargaison, nous sommes les derniers à descendre à notre Resort Sairougn qui se trouve en hauteur et un peu excentré. Il est très agréable au calme avec une piscine et de plus la réceptionniste parle français.

Balade en ville et le long de la plage. Maintenant nous pouvons chanter ;

Phuket c’est fini et dire que c’était la ville de mes premiers souvenirs

Phuket c’est fini, je ne crois pas que j’y remettrais jamais plus les pieds, un jour.

Incroyable changement de cette ville de Patong, envahi par le tourisme Russe, qui est là, pour s’amuser, les plages sont encombrées de jet skys, de parachutes ascensionnels et de parasols à perte de vue. La ville un véritable cauchemar, boutiques, bars, restaurants, boîtes de nuit,compressés comme un citron …….. Demain, nous louons une moto pour des endroits plus authentiques, dans le sud.

La plage de Patong, autrefois quasi déserte.
La plage de Patong, autrefois quasi déserte.
La plage de Patong, autrefois quasi déserte.

La plage de Patong, autrefois quasi déserte.

02 Mars 2014 : Phuket-Patong

Hier soir, nous sommes restés à l’hôtel, cuisine Française et Thaïlande au bord de la piscine et le calme absolu.

Ce matin après le petit déjeuner location d’un scooter à la réception et nous nous rendons au grand Bouddha construit en marbre de Birmanie. En cours de construction au sommet d’une colline, il domine la baie de Kata, la côte de Karon et le port de Chalong. En redescendant arrêt au temple de Chalong, beaucoup de touristes et de Thaïlandais. Il fait très chaud, notre scooter nous amène directement jusqu’à la baie de Rawai pour déjeuner. Amusant on achète son poisson sur le marché et en face des restaurants sont prêts à vous faire cuire votre achat et à le consommer sur place (100 baths par kg pour le cuisiner). C’est ce que nous faisons. Bon maintenant la baie de Kata, baignade et lecture à l’ombre d’un parasol.

Le Bouddha. Des cloches, comme le disait un copain Australien(mais dans le bon sens du terme)  c'est pas les cloches qui manquent c'est la place pour les mettre.Le Bouddha. Des cloches, comme le disait un copain Australien(mais dans le bon sens du terme)  c'est pas les cloches qui manquent c'est la place pour les mettre.
Le Bouddha. Des cloches, comme le disait un copain Australien(mais dans le bon sens du terme)  c'est pas les cloches qui manquent c'est la place pour les mettre.

Le Bouddha. Des cloches, comme le disait un copain Australien(mais dans le bon sens du terme) c'est pas les cloches qui manquent c'est la place pour les mettre.

Le temple Chalong
Le temple Chalong

Le temple Chalong

Curieux, dans le temple Chalong cette cheminée qui sert à faire exploser des kilos de pétards, achetés en offrandes.Un artificier est là, pour çà.Il s'arrête pas. Le bruit est puissant. La preuve ce petit garçon qui ne décolle pas ses mains des oreilles.Curieux, dans le temple Chalong cette cheminée qui sert à faire exploser des kilos de pétards, achetés en offrandes.Un artificier est là, pour çà.Il s'arrête pas. Le bruit est puissant. La preuve ce petit garçon qui ne décolle pas ses mains des oreilles.
Curieux, dans le temple Chalong cette cheminée qui sert à faire exploser des kilos de pétards, achetés en offrandes.Un artificier est là, pour çà.Il s'arrête pas. Le bruit est puissant. La preuve ce petit garçon qui ne décolle pas ses mains des oreilles.Curieux, dans le temple Chalong cette cheminée qui sert à faire exploser des kilos de pétards, achetés en offrandes.Un artificier est là, pour çà.Il s'arrête pas. Le bruit est puissant. La preuve ce petit garçon qui ne décolle pas ses mains des oreilles.

Curieux, dans le temple Chalong cette cheminée qui sert à faire exploser des kilos de pétards, achetés en offrandes.Un artificier est là, pour çà.Il s'arrête pas. Le bruit est puissant. La preuve ce petit garçon qui ne décolle pas ses mains des oreilles.

Insolite.

Insolite.

Et le repas aux poissons!!!, bien sur.
Et le repas aux poissons!!!, bien sur.

Et le repas aux poissons!!!, bien sur.

03 Mars 2014 : Phuket-Patong

Hier soir, nous avons mangé comme beaucoup d’autres sur le marché Malin Plazza, avec un choix impressionnant de produits grillés que l’on déguste sur des tables mises à notre disposition (consommation obligatoire). Et puis catastrophe mon canon, fait un vol en l’air avant de retomber lourdement sur le zoom. C’est fini, pour lui, nous allons devoir faire nos dernières photos sur le Iphone.

Ce matin grande balade en moto, vers les plages plus au nord, nous passons devant le Novotel, qui n’est pas sans nous rappeler un voyage très lointain avec le laboratoire Roussel. Difficile de trouver une plage sans nous heurter à des centaines de parasols. Et puis à force de chercher, nous trouvons un endroit presque acceptable. Grande marche sur le sable et vers 13h arrêt à l’ombre d’un petit restaurant face à la mer. Nos journées se déroulent au rythme des vagues.

Notre hotel et une plage
Notre hotel et une plage

Notre hotel et une plage

04 Mars 2014 : Phuket-Patong

Notre dernière journée dans la baie de Phuket, nous choisissons un endroit sympa et pas trop peuplé pour passer la journée, 2 transats, un parasol, un petit resto à l’ombre des tamarins, 2 bons bouquins, de l’eau et une plage aux eaux chaudes et cristallines. Voilà, à demain.

La plage les pieds dans l eau
La plage les pieds dans l eau

La plage les pieds dans l eau

C’est le départ nous quittons Patong avec moins d’amertume qu’à notre arrivée. Finalement nous faisons abstraction du négatif de Patong. A, environ 15 km au Nord comme au Sud de la ville et malgré le gigantisme des hôtels de luxe nous avons trouvé des endroits très agréables pas encore trop envahis.

Comme toujours notre voyage est bien orchestré pick-up de ramassage dans les hôtels, puis grand bus pour nous conduit à l’embarcadère de Phuket ville et bateau rapide et direct pour AO NANG (sans passer par Koh Phi Phi), à notre arrivée un pick-up nous conduit à notre Hôtel le Haleeva Sunshine. Après avoir déposé nos affaires nous marchons jusqu’à la plage des singes. Quelques palmiers font de l’ombre sur le sable, c’est parfait pour nos serviettes de plage. En fin de journée les singes arrivent et tournent autour des serviettes pour essayer de trouver à manger et même des bouteilles d’eau pour boire. C’est un vrai spectacle. Ici rien n’a changé, depuis notre dernier passage.

Notre première approche
Notre première approche

Notre première approche

La baie de Phranang

La baie de Phranang

Les grottes de calcaire et celle des phallus des pêcheurs.
Les grottes de calcaire et celle des phallus des pêcheurs.
Les grottes de calcaire et celle des phallus des pêcheurs.

Les grottes de calcaire et celle des phallus des pêcheurs.

La planète des singes
La planète des singes

La planète des singes

06 Mars 2014 : Ao Nang

Ce matin réveil à 5h, notre hôtel n’est qu’à 100m de la grande mosquée, nous avons droit à la prière du muezzin, du haut de son minaret le haut parleur débite. C’est bon, on ne tardera pas à se lever pour un jogging le long de la plage en direction du port. Au retour, douche et petit déjeuner. Vers 11h nous prenons au guichet, deux tickets pour rejoindre en longtail (bateau de bois Thaïlandais), la très belle plage de Phra Nang. Les plus belles photos de longtail, vu dans le monde sont prises de cette plage où se dressent des promontoires de calcaire massif, sur terre comme sur mer, donnant une approche à la baie d’ Halong(Vietnam). Nous allons voir évidemment, les grottes de calcaire et celle où les marins viennent y déposer des phallus divers et variés entourés d’offrandes et de bougies pour que leur pêche soit fructueuse. Sur la plage des Longtails, véritables cuisines ambulantes proposent grillades, plats thaïlandais et boissons, pour notre compte une cuisse de poulet, des brochettes, des frites et en désert un shake au café vont nous satisfaire pour notre déjeuner. Retour en fin de journée pour aller voir les singes sur leur plage avant de rentrer et faire un plongeon dans la piscine.

7 mars 2014 : Ao Nang

Nous avons repris un longtail pour nous rendre sur la plage de Tonsai, voisine de Phranang. L’endroit n’est pas fréquenté par le tourisme de masse. Enfin une baie bien conservé. Un long banc de sable blanc sépare les hautes falaises de granit noir et de calcaire de l’océan Indien. C’est ici le Rendez vous des grimpeurs mordus de la varappe. Les falaises sont idéales mais il y a aussi des grottes profondes ou nos grimpeurs se font plaisir. A l’arrière du bord de mer sous une végétation luxuriante essentiellement abrité par des cocotiers des bungalows d’hébergement, des restaurants des bars et quelques échoppes. Un vrai paradis. Attention pour le retour il faut remplir le longtail (8 pers), ce n’est pas évident.

Les grimpeurs de grottes
Les grimpeurs de grottes

Les grimpeurs de grottes

Les iles de la Thaïlande février 2014.
Les iles de la Thaïlande février 2014.

8 mars 2014 : Ao Nang-Bangkok

Dernier jour de plage avant de retrouver la capitale Thaïlandaise. Nous prenons un thé et jogging jusqu’au port, puis douche et dernier plongeon dans l’océan indien. 15h retour à l’hôtel, un plouf dans la piscine et douche avant de rejoindre l’aéroport de Krabi, pour Bangkok.

Quel drôle d'oiseau nous allons prendre!!!

Quel drôle d'oiseau nous allons prendre!!!

9 et 10 mars 2014 : Bangkok

C’est la fin de ce voyage, nous allons passer ces dernières 48h à Bankgog avec quelques objectifs, le « Sirocco Sky Bar », tout en haut du State Tower, la vue de nuit sur la ville avec sa terrasse hollywoodienne vaut le détour (Attention consommation obligatoire et tenue correcte, ne pas venir en short), les grands magasins MBK et Central World , encore des endroits aux mille curiosités(même sans intention d’achat), le marché flottant, le marché aux fleurs, un repas à l’Harmonie, de longues marches dans la ville, etc…

Retour à Kaosan pour cette fois l Hôtel D&D et remise en forme avant le départ
Retour à Kaosan pour cette fois l Hôtel D&D et remise en forme avant le départ

Retour à Kaosan pour cette fois l Hôtel D&D et remise en forme avant le départ

C'est aujourd'hui dimanche, alors balades vers les grands magasins. Le MBK et ses drôles de glaces.
C'est aujourd'hui dimanche, alors balades vers les grands magasins. Le MBK et ses drôles de glaces.

C'est aujourd'hui dimanche, alors balades vers les grands magasins. Le MBK et ses drôles de glaces.

Le marché aux fleurs
Le marché aux fleurs

Le marché aux fleurs

  le «  Sirocco Sky Bar » et l'Armonie
  le «  Sirocco Sky Bar » et l'Armonie

le « Sirocco Sky Bar » et l'Armonie

Quelques infos

  • Les prix ci-dessous ont été calculé avec un cours du Bath de :44 Baths = 1 Euro

HOTELS

  • BANGKOK :

KAOSAN PALACE HOTEL : Hôtel vieillissant pas terrible : Nous sommes déçus

. chambre double : Prix : 1200 Baths (soit €)

Pour notre passage de retour à Bangkok nous avons choisi juste en face à Kaosan Road le DD Hôtel

. chambre double avec Petit Déjeuner : Prix : 1080 Baths (soit €)

Attention ! toutes les chambres ne sont pas identiques, certaines très bruyantes et petites.

KHO TAO :

HOTEL IN TOUCH : Très bien situé sur la plage. Très bon accueil :

. bungalow grand et ancien, très bien avec clim+ TV : Prix : 1400 Baths double (soit en €)

Ou nouvelles chambres, superbes, décoration moderne, terrasse, climatisation TV etc….

. chambre double Prix : 1800 Baths (soit en €)

Le restaurant sur la plage et sympa à prix correct.

KHO PHANGAN :

HIGH LIFE RESORT : sur la plage de HAD YAOO , Très beau Ressort avec piscine à débordement et une vue impressionnante sur la mer et la plage. Très bon accueil, restaurant correct

. Bungalow double vue jardin très bien - Prix : 1400 Baths (soit en €)

. Bungalow double vue mer beaucoup plus grand, belle décoration - Prix : 2000 Baths (soit en €)

KHAO LAKE :

HOTEL JUNG : En plein centre ville intéressant au niveau Qualité/Prix pour les itinérants propre et bon acceuil

. chambre double avec PD : Prix promotionnel internet : 900 Baths (soit en €)

PHUKET « PATONG » :

Résidence RAI ROUGN : un peu excentré en hauteur, très bon accueil , résidence très francophone

. la grande chambre double avec balcon avec PD - Prix : 1550 Baths (soit en €)

Très belle piscine. Le plus, une navette gratuite pour le centre ville.

Restaurant de bonne qualité : cuisine Thai mais surtout française (bonne viande, fondue ….) on est pas trop dépaysé….Un peu loin à pieds pour la balade du soir.

AO NANG :

Hôtel Haleeva Sunshine : Grandes chambres très correctes avec balcon , mais les parties communes et la piscine sont un peu vieillissantes, il a du avoir son heure de gloire l accueil pas très sympathique.

. Chambre double : Prix 1300 Baths (soit en € )

TRANSPORTS :

Pour se rendre d’un point à un autre, les agences proposent généralement un package de porte à porte, l’organisation est parfaite et le prix est le même dans toutes les agences.

1.BANGKOK a KOH TAO :

Nous avons choisi le bus de nuit VIP confortable avec sièges inclinables qui part de Kaosan Road.

Départ à 20 Heures et arrivé à Chumpton à 5 h 00 du matin, nous attendons au port pour prendre le ferry de 7 heures en direction de Koh Tao, arrivée au port de Koh Tao vers 10 heures.

Prix total du voyage : 1150 Baths (soit €) .

2.KOH TAO à KOH PHANGAN :

Taxi jusqu’au port de Koh Tao ensuite bateau après 2 heures de voyage arrivé à Koh Phangan taxi collectif jusqu’au notre Ressort. Prix total : 450 Baths (soit €),

3.KOH PHANGAN à KHAO LAKE

Départ du Ressort à Had Yaoo à 6 heures du matin, taxi jusqu’au port. Embarquement à 7 heures sur un bateau arrivé au port de Donsak, bus jusqu’à Khao Lake. Nous arrivons à 16 heures.

Prix total de ce voyage : taxi + bateau + bus : 500 Baths (soit €)

4.KHAO LAKE à PHUKET :

Départ en minibus à 10 h 30 jusqu’à Phuket prix (350 baths) arrivé sur l’île de Phuket, notre chauffeur nous propose de nous déposer à notre Resort moyennant un suplément de 150 baths, soit arrivé à Patong vers 14 Heures. Prix total du voyage 500 Baths (soit €)

5.PHUKET à AO NANG :

Départ en mini bus de notre hôtel à 7 heures du matin , puis bus plus important jusqu’à Phuket ville ou nous prenons un gros catamaran pour AO NANG. Arrivée au port de Ao Nang, un taxi collectif nous amène à notre Resort, arrivée vers 12 heures. Prix du voyage 600 Baths (soit €) .

6.AO NANG à BANGKOK :

Départ de AO NANG en bus collectif (150 baths), 1 heure de trajet jusqu’à l’aéroport de KRABI, ensuite envol sur une compagnie Low Cost NOK AIR (1550 Baths) soit un Prix total de € .

Attention les vols « low cost » ne peuvent pas être achetés sur internet, seulement dans des agences locales.

LOCATION DE SCOOTER : Un moyen simple pour visiter les îles dans notre voyage le prix à varié de

200 Baths à 300 Baths (soit environ 5 à 7,00 €/J)

ARNAQUE : ATTENTION A BANGKOK :

Les Tuk Tuk et parfois les taxis : demandent un prix excessif pour une course, demander de mettre le « taxi meter » ou bien négocier le prix.

De plus, certains Tuk Tuk demandent un prix dérisoire de 20 Baths pour vous amener sur le fleuve au quai du marché flottant et ensuite arrivé au bateau on vous propose un prix excessif de 650 baths par personne pour la navigation dans le marché flottant. Il est préférable d’acheter un tour organisé directement dans une agence, bien moins cher (départ à 7 heures du matin et retour à 13 heures).

CROISIERE DES LES ILES SILIMAN :

De préférence choisir 2 jours (avec une nuit sur place dans un bungalow), une journée c'est trop rapide, il faut 1 h 30 Aller et 1 h 30 retour et de plus, on se retrouve avec des hordes de touristes qui arrivent en même temps.

Inconvénient : le prix est élevé 5 300 Baths par personne (soit €), le prospectus de vente est « alléchant », repas « fantastique, barbecue etc : "Ne vous laissez pas séduire " repas local très très simple et pas vraiment bon.

Ces îles sont belles sans plus, de beaux spots de snorkeling et beaucoup trop de touristes. Nous ne les conseillons pas.

Difficile de visiter ces îles en individuel.

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 > >>