Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 novembre 2006 6 04 /11 /novembre /2006 19:22

Introduction

 L’idée de faire l'Afrique du Sud vient de Françoise et Ernst des amis Parisiens.

C'est en parcourant le catalogue de « Chemins des sables » que ce choix s'est fait. Ernst nous en a parlé et nous en avons parlé à d'autres amis Bab,Chantal et Monique qui se sont jointes au groupe.

Le circuit :  21 nuits en bivouac en traversant l'Afrique du sud, la Namibie, le Botswana et la Zambie avec au bout de cette longue route " Victoria Falls ", une merveille de la nature.

 

Samedi 4 et 5 Novembre 2006.

Nous embarquons à l’heure dans un Airbus A 340-200 de la SAA ( South African Airway), pour Johannesburg avec un changement de vol pour notre destination Cap Town.

Nous sommes attendus pour notre transfert à l’hôtel, mais il manque une place dans le mini bus et je ferais le voyage assis sur le coffre du moteur à l'avant du bus. Sur le trajet d' immenses bidonvilles entourés de barbelés et puis la ville plus accueillante avec son architecture coloniale et ses quartiers résidentiels .

Notre hôtel de Breakwater Front Hôtel est une ancienne prison reconvertie en hôtel et université. Il est très bien placé à une centaine de mètres du « Waterfront » qui est l’ancien port transformé en zone touristique devenu le point central du shopping et de la restauration de la ville. 

 

Hôtel de Breakwater . 

Avant : la prison.

 

 

DSC00208.JPG

 

Aujourd'hui : l'hotel.

 

hotel-a-cap-Town.jpg

 

La journée est ensoleillée et nous avons une superbe vue du port où l'on peut voir  " Table mountain ". Principale attraction de la ville.

Waterfront. 

 DSC00210.JPG 

En fin de journée débriefing avec notre guide David qui est également notre chauffeur et occasionnellement notre cuisinier. Présentation du groupe composé 2 canadiennes, 1 américain, une Tchèque, 1 parisienne, un couple de Toulon, un autre  d'Orléans et de Ibou stagiaire africain  francophone et notre petit groupe (Francoise&Ernst, Bab&Chantal, Monique, et nous deux Jo&Helene).

Le soir dîner au Waterfront  et retour dans notre prison pour y passer une douce nuit.

 

Lundi 6 Novembre 2006.

Déjeuner copieux, prise de connaissance du véhicule un vieux Mercedes de 20 places. Equipé à l’arrière de 2 congélateurs et d'un espace aménagé pour y entreposer les toiles de tentes et nos bagages.

L’ensemble est surélevé et sous le plancher se trouve des compartiments pour la nourriture et la batterie de cuisine.

 

Le-mercedes.JPG

 

Notre première visite est réservée à Table Mountain avec sa vue imprenable sur la ville. Nous traversons la ville et ses faubourgs superbement bien agencés par de petites maisons de style hollandais aux frontons peints de différentes couleurs pastels.Cette architecture est l'oeuvre de la compagnie hollandaise des indes orientales arrivée à Cap Town  en 1652 . Plus rien à voir avec les bidonvilles qui mènent à l'aéroport.

L'ascension se fait par téléphérique ou à pied, là  haut la vue est superbe et imprenable sur Cap Town, on aperçoit même Robbin Island ou se trouvait la prison de Nelson Mandela. L'immense plateau offre aux marcheurs 3km²  de sentiers de randonnée balisés. On peut y voir des cavernes et des grottes qui permettent de s’adonner à la spéléologie, dans un cadre exceptionnel car contrairement à la plupart des grottes, celles de " la Montagne de la table" sont creusées dans le grès et non dans le calcaire.

DSC00215 DSC00231

Nous quittons Cap Town, le voyage en direction du cap de Bonne Espérance, trés beau. Sous le soleil la mer est d'un bleu azur indescriptible et si l'on a de bons yeux on peut apercevoir au loin des baleines.

Nous roulons en direction du Nord c'est vraiment le début de notre "grand trek", en bord de route nous rencontrons des babouins, des autruches sans compter la flore qui est magnifique "Kin protea" plante unique en Afrique du Sud, des champs de blé en pleine moisson et non loin des montagnes escarpées.

 

king-protea.jpg

DSC00233.JPG

Au bout de 3 heures de route nous nous arrêtons en Camp William pour installer notre premier bivouac, David nous apprend à monter une tente igloo. Le principe est astucieux, rapide et finalement simple, contrairement au pliage qui nécessite plus d'attention pour les remettre dans leurs sacs d'origine aprés chaque bivouac. 

DSC00238 DSC00235.JPG
DSC00234.JPG DSC00236.JPG

 

Le soir excellent diner et première nuit sous la tente et nous avons un peu de mal à trouver le sommeil car la route qui  passe à proximité est bruyante.

 Mardi 7 novembre 2006 

Levé matinal à 5 h du matin, nous avons une longue  route à faire  650 à 700 km. La route est monotone, bordée par de grandes terres arides protégées de barbelés. Déjeuner en route d'une bonne salade cuisiné par Komaillo notre cuisinier aidé par Ibou et David, sous les eucaliptus décorés de nids d'oiseaux suspendus aux branches comme des boules de Noêl.

Vers 15 h nous passon le fleuve Orange et la frontière entre l'Afrique du Sud et la Namibie.

 

DSC00240.JPG

et une dizaine de kilomètres plus loin, notre campement "Felix Unité" bien agencé avec de jolies pelouses en escaliers qui descendent vers les rives du  fleuve "Orange". Dès notre sortie du bus, nous sommes surpris par un vent très chaud. Nous pouvons laver notre linge qui sèche en 10 mn !

 

DSC00241.JPG

Monique et Chantal ont amené une bouteille de champagne que nous buvons avant le diner.

Diner BBQ, la viande semble être une spécialité en Afrique Australe.

Pour finir la soirée nous allons avec Françoise et Ernst, prendre pot dans un bar ou de jeunes anglaises et des Sud Africains ingurgitent pas mal de vin blanc et de bières ce qui les rend bien joyeux.Fin de soirée sympatique. 

 Mercredi 8 novembre 2006

Nous partons pour un petit trajet jusqu'à Aï-Aïs station thermale à la sortie de Fisher Canyon, ici la chaleur est élevée, sans vent à cause des montagnes désertiques qui l'entourent .

Impossible de venir jusqu'ici, sans profiter des bains. A l'intérieur nous revivons l'atmosphère, l'eau et l'architecture conjugués donnent un grand moment de bien être dans ce désert.           

Nous nous baignons dans des jacuzis aux eaux très chaudes.Baignade également à l'extérieur dans une grande piscine ou l'eau est toujours aussi chaude.

 

DSC00247 DSC00248.JPG
DSC00244.JPG DSC00246

 

Déjeuner sur place, sous une tente puis route jusqu'au camping "Road House". 

En cours de route, nous nous arrêtons pour une leçon de botanique, David nous montre un kokerboom qui tient son surnom d' arbre carquois du fait que les indiens bushmen utilisaient ses branches légères pour en faire des carquois et y ranger leurs flêches empoisonnées.Tout autour des buissons de branches vertes d'un mètre de haut. Quand on casse les rameaux s'écoule un suc blanchâtre qui servait à empoisonner la pointe des flêches.

DSC00255.JPG

 

 

DSC00253.JPG

Dans l'après-midi la baignade à la piscine s'impose dans ce désert chaud et sec.

En fin de journée nous partons voir le coucher de soeil sur "Fisch River Canyon" qui serait le plus grand canyon après celui du Colorado. C'est vrai, c'est impressionnant surtout avec cette lumière du soir. Nous faisons une promenade de 3 km en suivant la ligne de crête du canyon avec beaucoup de prudence, ici le vent violent balaye trés fortement en direction du ravin.

 

DSC00267.JPG DSC00269.JPG
DSC00268.JPG DSC00263.JPG

 

A l'arrivée au camp, apéritif en attendant le coucher du soleil. Au cours du dîner David nous recommande de porter dans ce camp des chaussures fermées à cause des scorpions trés dangereux. A peine a-t-il dit cela que deux spécimens traversent l’espace où nous sommes assis, un gros jaune et un plus petit noir. Notre guide nous explique que la dangerosité de ces bêbettes, proportionnelle à la taille des pinces : plus les pinces sont grandes plus il peut se défendre et donc utilise moins de poison pour neutraliser. Dans un cas ou un autre, vaut mieux les éviter.   

Camping Road House .

DSC00277-copie-1.JPG DSC00278.JPG
DSC00276.JPG DSC00275.JPG

 

Jeudi 9 novembre 2006

Départ très tôt pour 600 km en route nous voyons des Konw, des Spring Bock, des autruches et d'immenses nids d'oiseaux, qu'ils construisent continuellement jusqu'à l'écroulement. 

DSC00280.JPG

Pour le déjeuner nous nous arrêtons dans une petit village avec trois maisons réparties autour d’une station service et un enclos à vaches. Notre consommation d'eau est de plus en plus importante et nous passons de la bouteille de 1litre ½  à la bombonne de 5 litres.

DSC00286.JPG DSC00287.JPG

 

A 15 h nous arrivons au campement de Sesriem, pas terrible, la piscine est a sec, dommage car il fait très chaud. Nous découvrons à côte de nous des allemands qui voyagent avec un car et un wagon contenant de petits caissons qui servent de lits aux voyageurs, c’est étonnant il ne faut pas être clostrophobe ! Un vent violent se lève tout d’un coup emportant une tente et en renversant d'autres. Pour la première fois nous devons fixer les tentes sur un sol très dur où les piquets ont du mal à s'enfoncer sans se tordre.

Diner d'un BBQ et nuit.

Vendredi 10 novembre 2006

Nuit très courte, levée à 4 h 50, départ très rapide à 5 h 10 pour le levé du soleil sur les dunes du Namib "Sossusvlei" et "Deadvlei". Pour cela nous faisons une heure de route dans un paysage grandiose qui s’illumine lentement avec le lever du jour, au fil des kilometres les collines rocheuses font places aux dunes de sables reposantes aux couleurs orce et orange à la fois..

Nous partons pour une promenade de 5 km à pied dans ces dunes aux couleurs changeantes. Nous voyons la flore du désert "concombre du désert", nécessaire à l'alimentation des animaux vivant dans ce milieu, ils les cassent pour s'abreuver. Nous voyons un oryx magnifique, des bibiches, des autruches ..... 

 

 

DSC00358.JPG

 

DSC00302.JPG

 

 

DSC00315.JPG DSC00297.JPG
DSC00312.JPG DSC00289

 

Passage dans le lit d'une ancienne rivière assèchée sur laquelle apparaissent les empreintes de pattes d’oiseaux.

Nous escaladons une dune, après bien des efforts sous la chaleur, mais au sommet une vue grandiose !! une dune courbe encercle un lac asséché blanc où se dressent des arbres morts : sossusvlei. 

Notre guide ne veut pas que nous refassions les 5Km à pieds car il est déjà 11h et le soleil tape vraiment très fort.

 

 

DSC00310.JPG DSC00321.JPG
DSC00295.JPG DSC00300.JPG
DSC00325.JPG DSC00326.JPG

Après-midi repos au bord de la piscine sous un soleil de plomb.

17 h départ pour une promenade au fond d'un petit canyon de "Sesriem".  

DSC00329.JPG

Samedi 11 novembre 2006

Départ très tôt la route va être longue. Nous faisons une halte dans un endroit appelé Solitaire qui porte bien son nom car à part la station-service-hôtel-restaurant-boutique il n'y a rien d'autre à des kilomètres à la ronde.

DSC00332.JPG DSC00333.JPG

Nous y dégustons un café accompagné d'un "appel-pie réputé comme le meilleur de Namibie. Nous reprenons la route et traversons le parc du Namib-Naukluft et de ses montagnes qui porte le nom, Kuiseb pass et Kuiseb canyon. Sur la route nous avons droit à un cours de botanique. David arrète son Mercedes pour nous montrer des " Welwitchia Mirabilis ", plantes millénaires qui vivent sans eau.

 

DSC00344-copie-1.JPG

 

 

DSC00345.JPG

La vallée de la lune au paysage aride et aux roches  vieilles de 450 millions d'années.

DSC00355.JPG

 

 

DSC00340.JPG

Encore un peu plus de 200 km et nous verrons la mer le port de Walis Bay, stratégique pour le commerce maritime car il s'agit du seul lieu pouvant accueillir un port en eau profonde le long de la côte Atlantique de la Namibie. Plus loin, arrêt dans un canyon, un panneau rappelant qu'ici passe le Tropique du Capricorne.

 

DSC00359.JPG

Nous longeons la côte sur 30 km pour arriver à Swokapumd, nous nous arrêtons dans une agence de tourisme pour une réunion d'information sur les différentes activités et curiosités de la ville. Demain sera pour le groupe et nos accompagnateurs journée libre.

Déjeuner sur le parking du centre commercial, puis petit tour de ville et ravitaillement avant de reprendre la route pour rejoindre un campement sauvage en plein désert. L'endroit est sympathique et très bien aménagé pour accueillir des campeurs. Inconvénient  majeur il n'y a pas de douche. Chacun profite des derniers rayons de soleil pour faire une petite grimpette sur les collines avoisinantes et admirer le paysage et la flore sauvage, une multitude de toute petites plantes avec de belles fleurs violettes, jaunes et blanches duveteuses.

 

 

DSC00350.JPG

 

DSC00352.JPG

Au dîner, un  excellent  barbecue de boeuf préparé par notre cuisinier, accompagné de pain à l'ail, des pommes de terre à la diable et d'un vin blanc. Après le repas, David fait son debriefing et nous recommande pour cette nuit la plus grande prudence,<<  évitez de sortir de vos tentes cette nuit, l'endroit n'est pas très sur des guépards en quête de nourriture peuvent s'en rapprocher >>.

 

Chantal consigné à domicile.

DSC00361.JPG

 

Dimanche 12 novembre 2006. 

Retour à Swakopmund, cette ancienne colonie allemande au bord d'une mer  sans âme et un désert inhospitalier. En 1884, la canonnière allemande " Wolf ", hisse le drapeau du Reich, en août 1892 la ville est officiellement fondée. Les premiers colons, qui s'y installent ne sont pas nombreux,120 soldats allemands et une quarantaine de civils. Pas étonnant aujourd'hui d' y trouver leurs empreintes à travers l'architecture des demeures splendides en colombages et le développement d'une infrastructure économique nécessaire au développement de la ville. Ce bout du monde semble totalement enfermé sur lui même, rien ne semble avoir bougé depuis plus d'un siècle. Nous garderons un souvenir extraordinaire d'un repas pris dans l'un de ces restaurants chics de la ville (l'atmosphère à l'intérieur, les objets, l'ameublement , les serveurs noirs qui parlent en allemand aux tenues vestimentaires d'une autre époque), presque indescriptible. Et puis à l'instar de ce restaurant , des boutiques que nous découvrons à travers rues.

 

DSC00376.JPG

 

DSC00366.JPG

 

 

DSC00372.JPG

DSC00378.JPG

Il y a bien sur au port une vie beaucoup plus moderne qui s'est installée avec une ambiance jeune et une architecture new look , mais......., à chacun ses émotions.

Lundi 13 novembre 2006. 

Nous longeons la côte vers le nord pour atteindre " Cap Cross ".  Symbolisé d'une croix de pierre érigée par des marins portugais arrivés là, en 1486. Pour ces navigateurs , c'est le point le plus au sud jamais atteint  par des occidentaux.

Cap Cross est surtout une formidable opportunité d'observer des dizaines de milliers d'otaries sur les rochers et dans l'eau. Pour ma part, je n'ai pas pu supporté l'odeur épouvantable  de ces mammifères et loin de la réjouissance du spectacle. Aussi j'ai pris de loin quelques photos avant de revenir me mettre au chaud dans le mercedes.

 Voilà tous nos phoques heureux qui reviennent au bus, nous pouvons reprendre la route. On quitte la mer, quelques parcelles de désert et nous voila rentré dans une zone semi-aride (savane). Nous avons la chance d' apercevoir quelques animaux (lions, girafes et impalas).

 DSC00419.JPG

 

 En cours de route nous nous arrêtons pour voir des gravures rupestres de Twyfelfontein. C'est une concentration importante de pétroglyphes avec plus de 2 000 figures répertoriées  sur ce site et sur ceux d'Organ Pipe, Petrified Forest, Vingerklip et Burnt Mountain. Prèt de 6000 ans.

DSC00398.JPG DSC00399.JPG
DSC00400.JPG DSC00405-copie-1.JPG

 

 Arrêt plus loin la forêt pétrifiée ou des troncs d’arbres de plus de 30 m ont été complètement minéralisés, le tout avec une précision stupéfiante il est possible de voir les nœuds de branches et même les cercles de croissance.

 

DSC00426-copie-1

 

Mardi 14 novembre 2006 

Arrivée au parc national d' Etosha grande réserve naturelle de Namibie en pleine nature pour y passer la nuit. Sur le parcours nous croissons des zèbres, des springboks etc.... Montage des tentes. Le campement est bien structuré dans un grand lodge qui comprend des bungalows, un hôtel avec piscine, bar, restaurant …

Visite du camps et de la tour d'observation d’où l'on peut voir avec un peu de chance quelques animaux. D'ici la vue est imprenable sur le  lodge et les environs. Un peu de piscine et départ à 17 h pour un safari, il fait encore très chaud, la faune est quasiment nulle les rares animaux que l'on peut voir sont trop loin. Retour au campement deçu de n'avoir rien vu. Il faut savoir que sur les 22 275 km² de superficie qu'occupe le parc, les visiteurs n'ont droit qu'à un 1/3. Super pour la faune qui peut ainsi s'éloigner au moindre bruit d'un 4X4.

Sur le retour un personnage pour le moins surprenant.

 

DSC00432

 

DSC00439

 

En fin d’après midi nous faisons une « game drive ».

Le camp est envahi de petits écureuils pas vraiment farouches.

 

DSC00493.JPG

DSC00498.JPG

Au menu du soir, poulet Grillé et mise au point pour le safari de demain.

Mercredi 15 Novembre 2006

Levé très tôt pour un safari de 4 heures. C'est une faune impressionnante que l'on peut observer de près, lions, girafes, springboks, zèbres, hyènes, éléphants, rhinocéros, impalas, etc.......

Les premières lueurs du jour.

DSC00459.JPG

 

DSC00476 DSC00447.JPG
DSC00442.JPG DSC00515.JPG

Retour au campement, repos jusqu'à 16  heure avant de repartir vers un nouveau safari.

Après le dîner, il est temps  de nous rendre au point d'eau (grosse marre) éclairé la nuit pour permettre aux visiteurs de voir les animaux s'abreuver. Nous ne sortons pas du campement, nous sommes bien protégé de ce refuge animalier, derrière de véritables faussés d'observation sécurisés . La nuit est tombée, les tours d'observation adaptées aux visiteurs sont bien centrées face à la réserve d'eau . Le silence  est total et le flash interdit, le moindre bruit pourrait mettre en fuite, ces magnifiques prédateurs. Le spectacle est saisissant, d'abord les plus forts, les autres attendent plus haut sur les buttes pour descendre. C'est un véritable balai d'observation qui s'engage, chacun est prêt à détaler à la moindre alerte. Nous  ressentons cette même peur et cette angoisse.

etocha-la-nuit-copie-1.jpg

 Pas terrible la photo,mais j'ai que çà.

 DSC00513.JPG

Jeudi 16 Novembre 2006

Départ pour un nouveau campement à l'est de la réserve d’Etosha. On ne voit pas grand chose, parfois une autruche qui passe au loin, et puis une maigre récompense, au bord de la route des lionceaux et leur mèrepas effrayés par l’arrêt de notre véhicule à moins de 3 m d’eux. Ils s’amusent , se roulent dessus. Quelques minutes  plus tard  à l’approche royale du lion le comportement de nos félins change complètement et c’est un autre spectacle qui nous est offert. La route est encore longue avant d’atteindre notre nouveau campement situé autour d’une ancienne fortification allemande réaménagé en hôtel.

Nous sommes envahis des mangoutes qui galopent derrière les scarabées. Baignade avant de repartir pour un safari. 

Le soir nous repartons vers un point d'observation "water hole". Rien d'extraordinaire, mais nous sommes dehors, le ciel est magnifique et la bière excellente. Ce n'est pas le Kenya, pour les safaris mais les panoramas sont grandioses.

Vendredi 17 Novembre 2006.

Nous traversons la ville de Grootfontein, région d’otjozondjupa, nous n’y resterons pas longtemps, il est vrai que la route est encore longue(700 kms), avant d’arriver à destination. Quelques achats rapides avant d' embarquer, dommage nous ne verrons pas la météorite de Hoba. Le paysage change radicalement au fil des kilomètres, nous voyons des villages de cases aux murs en torchis, protégés par des arbustes, des buissons à aiguilles et des carcasses de voitures c'est un peu différent.

Notre campement est au bord du Zambèze. L’aménagement est fait avec humour : la salle de bain avec sa vieille  baignoire à sabots est en plein air derrière une haie de canisses et les toilettes du Paradis, une cuvette de WC installée sur un sous bassement de plusieurs marches le tout dans une végétation luxuriante.

DSC00528 DSC00526
DSC00524 DSC00525

Sur les bords du delta de l' Okacango, le fleuve qui ne trouva jamais la mer se perd dans le désert de Kalahari, il y a dans le campement un coin appelé " le bain des crocodiles ", c'est une cage posé dans l’eau  qui permet de se baigner à l'abris de ces sauriens. J’en ferai l’expérience. Oui OK, mais sans plus, on est a l'étroit et on se sent mal à l'aise.

DSC00521.JPG

Le bar est aussi, trés sympathique. Il y a en décoration des objets venant de plusieurs pays et celui qui attire avec beaucoup d'intérêt et d'envie Ernst c'est une superbe tapette à mouches faite avec un goût exceptionnel. Faut dire qu'il est collectionneur et qu'il doit en avoir chez lui plus de 200. Dommage Ernesto!!! elle ne se vend pas celle-là!!!.

Samedi 18 Novembre 2006.

Le jour se lève sur le fleuve, c’est très beau. Après le petit déjeuner, quelques pas pour prendre nos dernières photos et avoir le plaisir d’apercevoir des hippopotames qui se baignent, dommage de ne pas pouvoir les approcher.

En route vers le Botswana pour arriver à  Maun le campement Audi .

David  nous signale que Maun est réputé pour les voleurs noctambules, la nuit ils s’approchent des tentes, découpent la toile et volent les objets qui traînent. Il nous propose de déposer nos affaires de valeur dans le camion. Il dormira dans le Mercedes et  Komaillot notre cuisinier sur le toit. La nuit a était dure, il n’a fait que pleuvoir, de plus un bruit de musique boum boum juste à côté (mariage) et bien sur la peur du voleur. 

Dimanche 19 Novembre 2006.  

Changement de véhicule pour  2 jours pour nous rendre à la réserve de Moremi à 130 Km de Maun. Les routes qui mènent à la réserve sont très accidentées et les véhicules que nous prenons sont plus adaptés à ce type de parcours. Les deux camions tout terrain sont rapidement mis à rude épreuve, dès que nous pénétrons dans la réserve, le chemin est impraticable, des ornières remplies de boue de plus en plus grandes et profondes , entre ces marécages la route n’est plus qu’un bourbier. Difficile d'y échapper, nous nous embourbons plusieurs fois et malgré les grands courageux qui tentent de pousser le véhicule rien ne bouge d'un centimètre. Aprés plus de 2 heures dans ce "merdier", un 4X4 avec à son bord un vrai chauffeur a pris intelligemment les directives  pour nous dégager de ce pétrin. Nous mettons 7 h pour arriver au campement à 16 h. Quelle joie de monter les tentes sous la pluie. Pas de game drive car il est trop tard, nous allons au bord de la rivière ou hippopotames et éléphants se rafraîchissent. Diner et dodo à 21 h dans notre campement de brousse "Moremi" au confort rudimentaire....

 

Lundi 20 novembre 2006

Départ pour le game drive à 6h30. Les chauffeurs essaient de nous trouver des animaux mais comme il a plu nous apercevons des hippopotames, des bambis, des crocodiles, des impalas, des kodoux et beaucoup d'oiseaux. Encore un enlisement, mais on s'en sort. Retour au camp à 11 h pour le brunch qui est très léger. Nous voyons un troupeau d'hippopotames sortir de la rivière. Ensuite repos, à 15h30  visite d'un petit village d'artisanat avant de repartir pour notre safari et rechercher inlassablement des animaux mais il ne sont pas au rendez-vous. Retour à 19 h bredouille.

Très bon dîner, BBQ de mouton, légumes et riz. Je ne serai hélas pas de la fête, dés la tombée du jour je suis pris d'une forte fièvre, j'ai froid et rien ne peut me réchauffer. La montagne de vêtements qui me recouvre totalement dans ma tente est insuffisante, même si la température à l'extérieur avoisine les 30 degrés. La nuit sera longue mais je finirai par m'endormir. J’ai une petite pensée pour Bab qui s'est occupée de moi, sa présence m'a fait beaucoup de bien.

 

Mardi 21 novembre 2006

Lever à 5h30, déjeuner avec le spectacle des singes voleurs de nourriture puis retour à Audi Camp. Arrivée à 10 h 30, montage des tentes, toilette, nettoyage et piscine. 

Nous allons à 15 h 30 à la ville Maun, internet, courses puis départ pour le survol du delta.

Nous sommes 5 personnes par avion pour un survol d'une durée d'une heure du Delta de l'Okacango. Première partie steppe, puis nous arrivons sur le delta grand marécage avec des hippopotames, des troupeaux d'éléphants, girafes .... Le delta est immense encore peu noyé par les eaux, car nous sommes au début de la saison des pluies. 

 

Bab aux commandes, enfin presque!!!.

DSC00540.JPG

Le delta de l'Okacango .

DSC00546.JPG DSC00547.JPG
DSC00553.JPG DSC00559.JPG

 

Retour dîner et apéritif au bord de la piscine. 

 

Mercredi 22 novembre 2006

Lever très tôt pour une longue route de 670 km. Arrêt au Baobab lodge. Nous voyons un baobab de 4000 ans d'âge. Déjeuner en route. Continuation vers Nata et arrivée au camping "Chobe lodge" .

DSC00567.JPG

 

 

DSC00571.JPG

 

Sur la route de Chobe se sont des champs de sorgho et de tournesol que nous apercevons à perte de vue. David pour la première fois nous fait ses éloges sur l’endroit ou nous allons passer les deux prochaines nuits avec piscine, bar et vue sur le Zambèze. Quand nous arrivons les emplacements qui nous sont réservés sont dans une zone, sans ombre, en pente avec un sol pas très catholique, le bouquet  l’endroit  est en pleine rénovation (projet d’un futur espace réservé à des bungalows). Une forte animosité s’installe avant qu’on est le courage de monter nos tentes.

L’attention retombe et après le montage des tentes nous nous retrouvons tous autour de la piscine donnant sur le fleuve. Pendant le montage les filles s’amusent avec deux petits chatons un blanc et un noir, le lendemain nous apprendrons que l’un des deux a été mangé par un serpent.

Diner au bord de la rivière, Ernst et Françoise ont eu la bonne idée d'aller diner au restaurant du lodge. 

 

Jeudi 23 novembre 2006

Aujourd'hui grasse matinée, levée à 7 h. puis départ en ville pour changer de l'argent et achat d'un tapis de table pour Anne et des portes clefs, il n'y a pas grand chose à voir en ville. Retour au campement ou des sangliers se promènent en liberté sur les pelouses du lodge. Une partie de scrable avec Ernst et Françoise au bord de la piscine, puis déjeuner et à 15 h nous embarquons pour un safari en  bateau sur la rivière Zambeze.

 

DSC00592.JPG

D'un côté le Zimbawe et de l'autre la Namibie, très belle promenade au travers des îlots, nous voyons de nombreux animaux des hippopotames qui broutent l'herbe des berges, ils sont repus et nous avons la chance de pouvoir les photographier entrain de bailler, des crocodiles, vautours en train de dépecer un cadavre d'un hippopotame mort, la famille éléphants, des oiseaux de toutes les couleurs et surtout des ibis plus ou moins grands,  retour au bout de 3 heures au moment ou le soleil décline et les abords du fleuve prennent de très belles couleurs de fin de journée.

DSC00599.JPG DSC00610.JPG
DSC00616.JPG DSC00624.JPG

J'en profite pour vous présenter Kamayo(d) et notre cuisinier(g). 

DSC00622.JPG DSC00625.JPG

 

Soirée calme à boire quelques bière et à jouer au scrabble, nuit au camping "Chobe Lodge".  

 

Vendredi 24 novembre 2006

Ce matin départ très tôt car nous devons traverser la frontière entre le Botswana et la Zambie, ces deux pays sont séparés par le Zambèze.  Une longue file de camions nous annonce l'arrivée de la frontière, mais David arrive à se faufiler jusqu'au poste de douane. Nous rejoignons le bac, le formalités sont rapides et nous traversons au bout d'une demie heure. 

De l'autre côté, c'est un autre paysage qui s'offre à nous, c'est vraiment l'Afrique pauvre. Nous traversons la ville de Livingstone, des immeubles un peu délabrés, sans grand intérêt. Arrivée au très beau lodge "Natufront Livingstone Lodge". Après installation des tentes nous allons à la réunion d'information sur les différentes activités possibles aux chutes Victoria. 

En début d'après-midi, nous partons avec David voir les chutes qui sont la frontière naturelle entre la Zambie et le Zimbabwe. Nous longeons le chemin aménagé sur les falaises qui surplombe les chutes, la vue est magnifique du fond de la faille remonte un gigantesque brouillard c'est la partie la plus impressionnante. Nous faisons le tour des différents points de vue. Au retour nous nous arrêtons devant la statue de l'explorateur Livingstone qui a découvert les chutes il y a 110 ans et au petit musée qui explique la formation de cette faille. 

 

DSC00648.JPG DSC00655
DSC00660.JPG DSC00661.JPG

 

Au retour Arrêt devant la statue de Livingstone, l'explorateur qui est à l' origine de la découvre de ces chutes le 17 novembre 1855, surnommes « victoria falls » en l’honneur de la reine.

DSC00647

A la sortie du parc, visite du petit musée et du marché artisanal en attendant notre taxi (tapisseries, masques, œufs d’autruche finement décorés,….).

 Soirée tranquille a boire quelques bières et faire des parties de scrabble. 

 

 

Samedi 25 novembre 2006.

 

Départ 7h pour l'hôtel " Royal Livingstone ", le cadre de l'hôtel mérite le détour. Le luxe qui s'en dégage est  à l'instar de la beauté du site.

D'une architecture et d'un style British, les grooms sont en short, chaussettes montantes, et casques colonaux. La tenue que porte le personnel de l'établissement varie selon le poste occupé.

 

Nous traversons l’hôtel pour embarquer sur un petit bateau 4 places, Françoise et Ernst sont avec nous. Nous naviguons entre des rochers polis par l’eau, pour débarquer plus loin sur une petite île excentrée des chutes. Nous sommes invités à prendre le verre de bienvenu, puis balade jusqu’au bord des chutes et là vraiment nous sommes à quelques centimètre du vide. Un arc en ciel nous souhaite la bienvenue, c’est géant. Le bruit des chutes recouvre totalement nos voix, il n’y a pas de rampe de protection, le risque de glisser est permanent.

 

Plus tard un petit déjeuner nous est servi sous une tonnelle gentiment décoré et une jeune noire nous raconte l’histoire de la découverte de ce lieu, retour à l'hôtel Royal où nous en profitons le visiter. 

 

Ernst et Françoise nous quittent pour partir faire le survol des chutes en hélicoptère, et nous regagnons la ville de Livingstone à pied et en stop, la ville est pauvre, quelques boutiques et la petite église à voir avant de revenir au Lodge(en taxi).

 

Le soir diner au restaurant du Lodge "Water front" dans une chaude ambiance, devant un  match de rugby entre les Springboks et les All Blacks. Ce soir là, David est accroché au bar avec des compatriotes, les débats accompagnés de bière sont musclés.

 

Dimanche 26 novembre 2006

 

Départ à 7 h route pour Nata. Passage de la frontière Zambie vers le Botswana. Un service d’hygiène nous oblige à nettoyer nos chaussures  "sanitaire" et les roues du camion. Déjeuner en route. Arrivée vers 16 h à "Nata Lodge". Piscine et farniente. Admiration du dîner des lémuriens nourris par le personnel du Lodge à la tombée de la nuit.

 

DSC00679.JPG  DSC00681.JPG

 

 Nous prenons un verre au bar. Diner BBQ et dodo. 

 

Lundi 27 novembre

Comme la vieille la route est  longue pour arriver à la frontière  de l’Afrique du Sud..

Nous nous arrêtons à Francistown grande ville du Botswana, avec un incident fâcheux, Huguette (notre Canadienne) se faire attaquer pour son sa pochette. Elle a suffisamment de ressource pour y faire face et son haussement de voix attire rapidement David et d’autres personnes du groupe.

Encore un bon bout de route et nous arrivons à notre dernier campement sur le bord du Limpopo. A cet endroit  la frontière entre le Botswana et l’Afrique du Sud est bien matérialisé.

Sur la rive opposée passent des impalas.

Mardi 28 novembre

Dernière journée lever  5 heures.

C’est avec beaucoup de nostalgie, que les tentes sont démontées pour la dernière fois après 21 nuits de bivouacs.Après le petit déjeuner, chargement des bagages, passage de la frontière entre le Botswana et l’Afrique du Sud. La route est encore longue pour arrivée à Johannesburg

A l’approche de la capitale, la circulation automobile s’accroit de plus en plus, et nous retrouvons peu à peu la civilisation que nous connaissons que trop bien. Les adieux à l’aéroport à nos compagnons de route et préparation vestimentaire pour affronter le froid Parisien.

 Mercredi 29 novembre 2006

Roissy, C’est fini ! et dire ………….. qu’il faut reprendre le travail.

Ce voyage restera indélébile dans nos mémoires, nous ne pouvons oublier, les chutes Victoria, les déserts, Swakopmund, la faune et  tous ces moments passés ensemble.

 «  Immortalis manet » 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Ernesto 16/01/2011 23:36


Super ! ca me rappelle plein de souvenirs !Ernst