Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LE PETIT MONDE D' HELENE

LE PETIT MONDE D' HELENE

Partager nos voyages avec ceux qui comme nous ont cette passion.

Publié le par lemondedhelene
Publié dans : #AMERIQUE CENTRALE
Y Notre itinéraire Perou-Equateur-Colombie

Y Notre itinéraire Perou-Equateur-Colombie

J.35 Lundi 16 Novembre : Otavalo départ pour la frontière de la Colombie

Nous avons quitté l'Equateur ce matin. Nous sommes à l'extrême sud de la Colombie. Hier soir nous avons étalé la carte du pays sur le lit de notre chambre d'hôtel. C'est vaste, malgré une longue préparation des lieux et du parcours que nous souhaitons faire, nous ne sommes pas sur de suivre le programme à la lettre et certain de repartir en laissant derrière nous de très beaux endroits que nous n'aurons pas le temps de voir sur ce voyage.

Ce matin, grosse chaleur sur la ville, le taxi nous dépose au bord de la route, c’est la que passent les bus pour Tulcan à la frontière de l’Equateur. Jet des sacs dans le coffre et nous embarquons sans place assise. On nous signale qu’a une vingtaine de kilomètres beaucoup descendent. À chaque arrêt se sont des marchands d’eau, de fruits, de gâteaux qui montent à bord pour vendre leurs produits et redescend ensuite très rapidement, puis c’est le tour du vendeur de produit cosmétique ou de porte bonheur qui prend le relais, nous en avons à chaque fois, pour un déballage de bêtises qui dure 1 h. Ce manege est quasi quotidien en Equateur, nous en avons pris l’habitude au point de ne plus y faire attention.
Arrivée à la gare centrale de Tulcan, il faut prendre un taxi jusqu’au poste de frontière, puis une petite marche à pieds avec la traversée d’un pont pour arriver à la douane Colombienne et encore un taxi pour rejoindre notre première ville Ipiales.
Voila, nous y sommes, la ville n’a aucun charme, mais c’est à 8km d’ici que se trouve le Sanctuaire « Nostra Senoria de Las Lajas », Lourdes en France. Nous prenons un taxi pour nous y rendre. C’est étonnant le sanctuaire est collé à la parois d’un énorme rocher et soutenu par un pont, qui se jette dans le ravin. Une œuvre remarquable. Retour en ville, demain matin nous repartons.

Sanctuaire « Nostra Senoria de Las Lajas
Sanctuaire « Nostra Senoria de Las Lajas
Sanctuaire « Nostra Senoria de Las Lajas

Sanctuaire « Nostra Senoria de Las Lajas

J.36 Mardi 17 Novembre : Popayan la longue route


Nous quittons sans regret Ipiales pour Popayan à environ 300 km vers le nord. Le voyage est très long en bus, la route passe entre la cordillère occidentale et centrale. Virages à gogo, montées, descentes sur des routes accidentées, difficile pour les dépassements. Nous mettons plus de 8h30 pour enfin arriver à la ville blanche de Popayan. Elle est très belle, dommage qu’il fasse presque nuit. Demain nous repartons pour x heures de bus, nous avons 2 sites archéologiques a visiter, une boucle de trois jours qui nous ramène à Popayan pour se reposer et visiter la ville.
Pas bien loin de notre hotel, un pizzéria qui fait des pâtes exceptionnelles.

De notre balcon, la rue de notre hotel  colonial, et dans le fond une église.
De notre balcon, la rue de notre hotel  colonial, et dans le fond une église.

De notre balcon, la rue de notre hotel colonial, et dans le fond une église.

JJ.37 Mercredi 18 Novembre : Popayan vers les sites archéologiques

Déjeuner à 6h45, nous devons prendre à 8h un bus pour le site archéologique de « Tierradentro ». Le bus a l’heure, mais quel bus !!, un vieux tacot des années 60, les sièges sont droits non inclinables. A peine sortie de la ville arrêt devant un garage de pneus, pour un changement de roue et vient s’ajouter la mauvaise odeur du carburant. Ça promet, pour la suite. Nous dépassons un karting qui circule sur la route.... Le bus fait de nombreux arrêts, pour prendre des villageois, qui ne font parfois que quelques centaines de mètres avant de redescendre avec leurs sacs chargés de légumes. Sur les hauts plateaux arrosés trop souvent par la pluie, des terres noires, grasses et fertiles sont une aubaine pour les nombreux maraîchers. C’est aussi des élevages de chevaux, de bétail. Et puis, fIni la route presque agréable, nous quittons le bitume pour des chemins défoncés, à ceci vient s’ajouter la pluie et la boue, les éboulements de terrains aussi bien au dessus de nos têtes qu’au dessous de la route, par endroits c’est très impressionnant. Nous sommes au cœur de la Cordillère Centrale et aux portes de l’Amazonie. Enfin, nous arrivons après plus de 4h de route au croisement(la Cruz), nous récupérons nos affaires, nous avons 2 kilomètres à pieds pour arriver à l’hotel El Refugio, dans le petit village de San Andres, conseillé la veille par notre hôtelier à Popayan , il est parfait et très proche du site.

Après midi, consacré à la première partie du site archéologique de Tierradentro avec les fameuses tombes hypogees de Segovi et celles d’El Duente. Datant de -600 à -900 av-JC, elles sont creusées dans la roche a plus de 4m du sol sur des collines entourées de montagnes dominant la plaine. Des marches en colimaçons permettent d’y accéder. Certaines de ces tombes sont ornées sur des parois sculptees, de peintures, ocre rouge, noire et jaune, stimulant l,intérieur d'une maison faite de paille et de bois.

Ici tout ferme à 16h, nous n’avons pas le temps de voir le musée. Demain, il fera jour

L'état des routes et notre Hotel à Tierradentro
L'état des routes et notre Hotel à Tierradentro
L'état des routes et notre Hotel à Tierradentro

L'état des routes et notre Hotel à Tierradentro

Les tombes creusées à plus de 4 m du sol , dans la roche dure.
Les tombes creusées à plus de 4 m du sol , dans la roche dure.
Les tombes creusées à plus de 4 m du sol , dans la roche dure.
Les tombes creusées à plus de 4 m du sol , dans la roche dure.

Les tombes creusées à plus de 4 m du sol , dans la roche dure.

J.38 Jeudi 19 Novembre : Tierradentro et ses sites archéologiques

Déjeuner très agréable au bord de la piscine et nous repartons pour le site « El Tablon », où sont présentées 9 statues monolithiques, datant de la même époque que les tombes vues la veille. Une bonne ½ h de marché, toujours en montant pour les atteindre, mais d’ici là vue est magnifique. Direction le musée, il faut redescendre au village par la même route où passer par les collines, nous choisissons les collines et Ernst reprend le chemin de l’aller. Le passage par les collines est très agréable, le végétation luxuriante donne aux plantes des faussés l’allure d’un jardin botanique , nous dominons les 2 sites vus la veille, puis longue descente à travers des champs de cafe et de bananiers. Au passage, le site « El Duende », puis « Segovia » avant d’arriver au musée Archéologique et anthropologique où nous attend Ernst pour la visite. Voila, nous avons vu l’essentiel des nombreux points d’intérêts de Tierradentro. Retour à l’hotel, nous libérons les chambres et attendons le bus pour repartir. Nous avons apprécié notre hotel « Albergue El Refugio ». INCONTOURNABLE, n'attendez pas mieux à San Andres.

Nous avons une longue route encore aujourd’hui, pour arriver à San Agustin.Notre premier transport du jour, une camionnette, qui nous récupère devant l’hotel. Par chance, nous sommes installés à l’intérieur et non sur les banquettes arrières.On nous dépose au village de La Plata, après 1h30. C’est d’ici que nous prenons un 4x4 flambant neuf pour Pitalito(4h env). La route est très belle, nous traversons des champs de cafe, puis le plus long pont de Colombie qui traverse El Rio Magdelena. A Pitalito, dernier transport en camionnette(40 mn), pour enfin arriver à San Augustin.

Préparation avec une agence de notre journée de demain.

La végétation luxuriante donne aux plantes des faussés l’allure d’un jardin botaniquea
La végétation luxuriante donne aux plantes des faussés l’allure d’un jardin botaniquea

La végétation luxuriante donne aux plantes des faussés l’allure d’un jardin botaniquea

Statues prises sur le site El Tablon et au musée Anthropologique
Statues prises sur le site El Tablon et au musée Anthropologique
Statues prises sur le site El Tablon et au musée Anthropologique
Statues prises sur le site El Tablon et au musée Anthropologique
Statues prises sur le site El Tablon et au musée Anthropologique
Statues prises sur le site El Tablon et au musée Anthropologique

Statues prises sur le site El Tablon et au musée Anthropologique

Nos transports du jour.
Nos transports du jour.

Nos transports du jour.

J.39 Vendredi 20 Novembre : San Agustin et ses sites archéologiques

Pour pouvoir faire tous le site archéologiques de San Agustin avec son musée et les nombreux autres sites dans un rayon de 40 km, nous sommes obligés de prendre un 4x4 particulier.

Il fait beau et chaud, nous avons de la chance, à 7h10 nous sommes en route. Visite de 2 cascades dans des décors de rêves avant de pouvoir entrer dans les sites qui n’ouvrent qu’a 8h. Le site archéologique de Alto de Las Piedras est magnifique , situé au sommet d’une colline, les herbes grasses et rasées comme une pelouse lui donne l’aspect d’un terrain de golf ou chaque structure funéraire composé d’un temple formé d'un dolmen, de statues de pierre et d'une tombe enrichie parfois d’ un sarcophage jaillissent du sol. C’est vraiment un plaisir. Nouveau départ pour le site de Altos de Los Idolas, remarquable, puis celui de Obando qui ne présente aucun intérêt. Descente en ville pour un déjeuner délicieux végétarien dans un petit restaurant tenu par un Allemand.

Apres midi réservé au musée archéologique de San Agustin, construit a l'entrée d'un grand site archéologique de tombes funéraires. Encore de belles choses avec un parcours dans les bois semé de statues récupérées sur ce lieu. Plus bas, une riviere magnifique, sur les roches un ou plusieurs serpents sculptés, symbolisent probablement un lieu sacré.

Toute ces sites funéraires visités aujourd'hui ne sont pas très anciens, on les situe de 0 à 800 de notre ère.

Nous pouvons repartir demain, nous avons vu les plus belles curiosités archéologiques de cette vaste région à travers de très beaux paysages.

Temples funéraires et la riviere sacrée.
Temples funéraires et la riviere sacrée.
Temples funéraires et la riviere sacrée.
Temples funéraires et la riviere sacrée.
Temples funéraires et la riviere sacrée.
Temples funéraires et la riviere sacrée.
Temples funéraires et la riviere sacrée.
Temples funéraires et la riviere sacrée.
Temples funéraires et la riviere sacrée.
Temples funéraires et la riviere sacrée.
Temples funéraires et la riviere sacrée.
Temples funéraires et la riviere sacrée.

Temples funéraires et la riviere sacrée.

J.40 Samedi 21 Novembre : Retour a Popayan

De San Agustin à Popayan, la route est cabossée laissant peu de place aux maigres plaques de bitume qui datent d'une autre époque. Heureusement le trajet n'est que de 4h, la pilule ne sera pas trop longue à avaler. A Popayan, samedi gris, il pleut nous passons une partie de l'après- midi dans un marché couvert, puis au cafe Juan Valdez dans un patio agréable avant de rejoindre notre Hotel.

Popayan est l'une des plus belles ville coloniale de Colombie avec ses rues pavées et ses maisons blanches. Nous espérons avoir un peu de soleil demain, pour prendre quelques photos.

J.41 Dimanche 22 Novembre : Popayan


C’est aujourd'hui dimanche à Popayan, les rues sont calmes et le temps pas vraiment terrible pour prendre des photos. La partie centrale de la ville occupe l’essentiel des bâtiments coloniaux, de forme quadrilatère convexe les rues se croisent parfaitement bien facilitant la visite, quartier par quartier. C’est ce que nous faisons avec au passage toujours une église ou un musée à visiter. Nous allons voir La Casa Museo Mosquera, Le Musée National Guillermo Valencia et pour finir La Casa Museo Negret y Arte Moderno. Une pause midi au restaurant La Vina Parrillada, excellent. Il est 15h, nous rentrons faire une petite pause a l’hotel. On a bien marché c’était vraiment agréable de passer de rue en rue avec ces magnifiques maisons aux murs blancs peints à la chaux, aux balcons de fer forgés et aux rues pavées. L'Andalousie à ne pas s'y tromper.

Popayan
Popayan
Popayan
Popayan
Popayan
Popayan
Popayan

Popayan

J.42  Lundi 23 Novembre : Salento vers la route du cafe.

Nouvelle journée de transport, nous remontons vers le nord, jusqu'à Armenia, puis un autre bus pour arriver en début  d'apres-midi au petit village de Salento au cœur de la vallée du cafe.
Le village est particulièrement beau, sa rue principale aux maisons atypiques, lui donne un charme particulier avec ses façades aux couleurs multicolores d'où ressortent les boisures de fenêtres et de portes ornées de frises. Chaque maison est occupé par une boutique souvenirs, par des une galerie d'objets et de tissus artisanaux et quelques cafés restaurants. Au bout de la rue un escalier monte très haut, jusqu'au mirador qui surplombe la ville.
Nous passons de boutique en boutique chaque intérieur est joliment décoré, de même les restaurants ou chaqu'un d'eux y a mis sa touche personnelle, pour attirer la clientelle.

Retour sur la grande place, puis à l'hôtel, préparer la journée de demain avant de ressortir finir la soirée.


 

Sur la place les Willys utilisées chaque jour pour le tourisme de la route du cafe. Une rue de la ville colorée.
Sur la place les Willys utilisées chaque jour pour le tourisme de la route du cafe. Une rue de la ville colorée.

Sur la place les Willys utilisées chaque jour pour le tourisme de la route du cafe. Une rue de la ville colorée.

J.43 Mardi 24 Novembre : Salento le parc Cocoa et ses colibris


Ce matin gros soleil, nous partons sur la place du village prendre une jeep Willys qui nous amène directement au départ d'un longue randonnée de 3h, dans la vallée de Cocoa, jusqu'au refuge des colibris a environ 9 km sur un dénivelé de plus de 600m. Au départ très agréable nous passons à travers de verts pâturages entourées de collines aux fameux palmiers de cire, droits et très hauts, (emblème national depuis 1955), ou broutent de belles et grasses vaches. Plus loin nous nous enfonçons dans un sous-bois très ombragées, puis le long d'un cours d'eau, toujours en montant progressivement. Les paysages sont très beaux, nous passons pas moins de 5 ponts suspendus très instables tenus par des câbles ou sont accrochées des planches de bois. Plus nous montons et plus le terrain devient accidenté par la boue qui vient de faire son apparition. Il faut passer les obstacles comme on peut. Ernst commence à perdre patience, jusqu'au moment son pied dérapage, et la c'est un gros juron dont je terrais le mot, pour des oreilles chastes. On aurait dit le capitaine Haddock " mille milliards de mille sabords de tonnerre de Brest !!!. Et puis, plus rien il a repris courage et continue à grimper. Là haut, quelques colibris dans une petite ferme tenu par 2 sœurs. Quelques photos avant de redescendre par un autre chemin beaucoup mois accidenté, mais dur car il nous faut encore grimper au moins 200m de dénivelé en plus à travers bois. La descente aurait pu être très décontracté avec des paysages extraordinaires, mais la pluie a fait son apparition, nous devons poursuivre jusqu'au petit hameau où se trouve les Willys.
Retour au village, première chose rentrer à l'hôtel se changer et ressortir pour déjeuner.

En route vers le parc Cocoa
En route vers le parc Cocoa
En route vers le parc Cocoa

En route vers le parc Cocoa

C'est parti en douceur!!!
C'est parti en douceur!!!
C'est parti en douceur!!!

C'est parti en douceur!!!

Moins drôle, plus haut.
Moins drôle, plus haut.
Moins drôle, plus haut.

Moins drôle, plus haut.

La recompence

La recompence

J.44 Mercredi 25 Novembre. Salento vers manizales.


Étape à Manizales pour la nuit avant de repartir pour Santa Fe de Antioqua demain. Nous n'avons que 3h de bus, mais personne ne s'en plaindra, nous avons dépassé les deux cents heures de bus à travers toute les Andes depuis Lima. Notre arrivée à Manizales est unique, la station des bus est située au pied de la ville et contrairement à nos habitudes, nous ne prenons pas un taxi pour rejoindre le centre ville, mais un téléphérique. Le centre est tout en haut d'une colline et arrive au pied de la rue 23, la plus importante de la ville et la plus animée.
Notre première impression est plutôt positive, et puis nos avis changent vite, elle n'a rien d'attachante, elle ne donne aucune envie d'y séjourner plus longtemps.
Après avoir fait quelques pas dans les quartiers les plus importants et lécher quelques vitrines nous revenons à l'hôtel (l.attraction de cette ville est l'ascension d'un superbe glacier le Nevado que nous n'avons pas prévu de faire).

Manizales sont téléphérique , ses églises et sa rue 23
Manizales sont téléphérique , ses églises et sa rue 23
Manizales sont téléphérique , ses églises et sa rue 23

Manizales sont téléphérique , ses églises et sa rue 23

J.45 Jeudi 26 Novembre. manizales en route pour Santa Fe de Antioqua

Jour de galère

Nous survolons et descendons en téléphérique les maisons accrochées aux collines encerclant le centre ville, l'ensemble donne de haut l'aspect d'un grand bidonville à cause de ses toitures aux tôles ondulées et de fibrociment ou vient s'ajoute quelques maisons et toitures mal entretenues. Vu de haut, les ruelles en pentes sont bien structurées et les façades de maisons coquettes et avenantes.
Nous voila à nouveau à la station de bus, pour Santa Fe de Antioqua avec un changement à Medellin. La route est agréable sous le soleil, mais plus loin bouchon, un camion de bière vient de percuter une bordure en ciment et c'est la catastrophe. Couché en travers de la route avec sa cargaison de bière qui s'écoule sur la route. Nous ne sommes pas prêt de repartir!!, les autorités représentées semblent totalement débordées par l'événement.
Curieux, le mystère du déjà vu, c'est la deuxième fois sur ce voyage, qu'on voit un camion de boissons explosé sur le bitume. Il fait chaud, nous aurions bien bu une bière en attendant que cela se passe. Voila, il est 11h55, le camion a été remis debout et un remorqueur l'a calé sur le bord de la route ouvrant un passage. Ouf!, nous n'avons perdu que 2h. Notre chauffeur, maintenant se prend pour un champion d'automobile, virage à gauche, dépassement sans limite et sans visibilité, franchissement de lignes continus à gogo, et tous ça, pour rien, car 30 mn plus loin, nouveau stop. Tout est bloqué pendant un gros 1/4 d'heure avant de repartir en suivant une longue caravane de camions et de voitures qui se s'est formé. Et puis c'est une grosse averse qui fait son apparition.
Medellin, nous voila après plus de 5 h, nous débarquons à la station de bus sud, nous devons maintenant traverser la ville pour rejoindre en taxi la station nord d'où partent les bus pour Santa Fe De Antioqua . Non-stop nous trouvons un minibus qui part dans 5mn.
Notre Hotel a Santa Fe est sur la grande place, nos chambres donnent sur la piscine et malgré l'orage qui vient de faire son apparition, nous sommes en 5 mn dans l'eau, nous avons besoin d'évacuer cette longue journée.
Demain journée cool, c'est super.

Accident heureusement sans gravité pour le chauffeur.
Accident heureusement sans gravité pour le chauffeur.
Accident heureusement sans gravité pour le chauffeur.

Accident heureusement sans gravité pour le chauffeur.

Soirée E-mails

Soirée E-mails

J.46 Vendredi 27 Novembre. Santa Fe de Antioqua

Petit déjeuner au bord de la piscine, puis achat sur Internet d'un vol de Bucaramanga a Santa Marta avant de partir faire un tour de ville à pied.Le centre de Santa Fe n'est pas bien grand et très agréable. D'étroites ruelles pavées de galets, aux maisons basses et aux jolies églises collées à de petites placettes, donne à l'ensemble avec leurs murs peints à la chaux blanche, un petit goût de l' Andalousie. Les hôtels aménagés en hacienda et finca à la fois, sont légion ici, nous en comptons un nombre impressionnant, tous plus beaux les un que les autres. Le notre est un ancien palais présidentiel du XVII siècle. Sur la grande place qui lui fait face, beaucoup de commences cafés, bars et pâtisseries ont installés des tables et parasols, c'est bien là toute première fois depuis le début du voyage, que nous pouvons nous installer en terrasse sur une place agréable et reposante pour faire une halte.
Retour à l'hôtel qui est juste en face pour profiter un peu de la piscine et du soleil.
Santa Fe n'est qu'à 1 h 30 de Medellin, l'endroit calme et reposant accueille de nombreux hôtels, maisons de vacances et clubs, beaucoup équipés de piscines et de jeux d'attractions pour les enfants. Le we est inaccessible, les prix doubles, c'est un coin de villégiature très prisé des citadins.
Il est 15h, nous cherchons de quoi caler notre estomac avant de repartir en Tuc-tuc voir le pont de l'Occident, suspendu c'est le plus long du pays. Il est magnifique avec son plancher de bois maintenu par câbles, sa forme et l'ingéniosité du montage rappelle les jeux mécanos. Nous avons traversé ses 300 m avec beaucoup de plaisir.

Santa Fe De Antioqua
Santa Fe De Antioqua
Santa Fe De Antioqua
Santa Fe De Antioqua

Santa Fe De Antioqua

La place centrale
La place centrale

La place centrale

Le pont suspendu de Santa Fe, le plus long du pays avec ses 300m.k
Le pont suspendu de Santa Fe, le plus long du pays avec ses 300m.k

Le pont suspendu de Santa Fe, le plus long du pays avec ses 300m.k

FyJ.47 Samedi 28 Novembre. WE a Medellin


Nous avons quitté très tôt Santa Fe en minibus pour rejoindre notre hotel Florencia Plaza a Medellin. Dépôt des affaires avant de repartir en taxi pour le centre ville, qui nous dépose en face de la place Botero avec 23 de ses sculptures connues dans le monde entier. Un grand moment. Puis sur cette même place, le musée de Antioquia avec des œuvres des maîtres Colombiens les plus populaires et bien sur l'oeuvre de Botero, c'est le premier musée au monde qui rassemble autant de chef d'œuvre d'un même artiste. Botero est née ici à Medellin, ça peu se comprendre.
Nous prenons un déjeuner rapide dans un grand centre commercial avant de repartir à travers des rues bruyantes et difficile à circuler tant la folle est grande. Nous nous dirigeons vers la place Bolivar et la Cathédrale qui est malheureusement fermée. Nous nous renseignons pour les bus City pour demain avant de reprendre un taxi pour l'hôtel. Inutile de rester ici, on se croirait au puces de Saint-Ouen, le coin n'inspire aucune confiance pour les touristes que nous sommes.

Nous avons choisi l'hôtel boutique Florencia Plaza et bien situé dans un quartier calme et agréable, un peu de sport sur les appareils en terrasse sur le toit avant de sortir dîner dans un restaurant typique.

La place BOTERO avec  26 sculptes de l`artiste.
La place BOTERO avec  26 sculptes de l`artiste.
La place BOTERO avec  26 sculptes de l`artiste.
La place BOTERO avec  26 sculptes de l`artiste.
La place BOTERO avec  26 sculptes de l`artiste.
La place BOTERO avec  26 sculptes de l`artiste.
La place BOTERO avec  26 sculptes de l`artiste.
La place BOTERO avec  26 sculptes de l`artiste.
La place BOTERO avec  26 sculptes de l`artiste.

La place BOTERO avec 26 sculptes de l`artiste.

BOTERO
BOTERO
BOTERO

BOTERO

BOTERO a peint " Visite de Marie Antoine et Louis XVI en Colombie"', en1990.

BOTERO a peint " Visite de Marie Antoine et Louis XVI en Colombie"', en1990.



J.48 Dimanche 29 Novembre. WE a Medellin


Comme prévu, nous récupérons ce matin, le City Bus à moins de 300 m de notre hôtel au petit parc De El Poplado. A l'arrêt Plaza Botero, nous quittons le bus pour le métro, nous nous rendons au parc régional Écho Tourisme ARVI a plus de 1000m au dessus de la ville. Pour nous y rendre , nous prenons le métro rail, puis le métro cable(des télécabines) et pour finir une autre télécabine réservée exclusivement au parc. La vue panoramique est unique sous le soleil. Le parc ARVI fait plusieurs hectares, le rendez-vous des marcheurs avec un parcours de 3h. Nous y passons un peu de temps, le coin est animé par des échoppes souvenirs et des petites cantines aux spécialités régionales. Nous devons maintenant redescendre pour terminer notre tour City Bus. En dehors de l'arrêt Pueblito Paisa qui mérite vraiment d'y passer un peu de temps, le reste n'a vraiment rien de fracassant. A Puenlito Paisa, la vue panoramique est unique, de plus on peut y manger dans un cadre très sympa et reposant au dessous de sa petite place et son églises. Voila, nous terminons ce tour à la station de départ de ce matin et retour à l'hôtel, préparer la journée de demain et la soirée.

La montée vers le Parc National Écho Touristique ARVI
La montée vers le Parc National Écho Touristique ARVI
La montée vers le Parc National Écho Touristique ARVI
La montée vers le Parc National Écho Touristique ARVI

La montée vers le Parc National Écho Touristique ARVI

Ernesto. Le face à fac

Ernesto. Le face à fac

À ma fille. Fauteuil  de torture, des années 50.
À ma fille. Fauteuil  de torture, des années 50.

À ma fille. Fauteuil de torture, des années 50.

Soirée, sur une place très animée pour les jeunes dans le quartier Poblado.

Soirée, sur une place très animée pour les jeunes dans le quartier Poblado.

J.49 Lundi 30 Novembre. Bogota


Taxi pour l'aéroport de Medellin, nous avons un avion en début d'après-midi pour Bogota. Sur le trajet de l'aéroport un gros accident de camion, heureusement pour nous, dans l'autre sens de la circulation. Cette fois-ci on ne pense pas que le chauffeur s'en soit sorti, l'avant de la cabine s'est écrasé sur la roche.Cette superbe quatre voies bien entretenue, qui va vers l'aéroport International de Medellin passe par les beaux quartiers de la ville. "Las Palmas", qui jouit d'un environnement exceptionnel sur les collines qui dominent de très haut le centre historique. Tout le long de la route, de très belles résidences plantées la, dans un décor d'arbres et de plantes mûrement choisi. Nous sommes ici, loin des constructions de bric et de broc, que nous avons pu voir s'entasser les unes au dessus des autres, sur d'autres collines de la ville. Cette inégalité est malheureusement fréquente sur les Amériques et quand je pense que beaucoup boudent en France nos HLM. Le centre ville de Medellin sans son musée de Antioquia,sa place BOTERO et son parc ARVI, serait un grand point d'interrogation pour le tourisme accro d'architecture et d'histoire. Un jour suffit pour voir l'essentiel.
Bogota, 1/2 h de vol, nous avons évité 10h de bus. De notre taxi, a l'entrée de la ville, il y a de nombreux murs avec de larges et longs graffitis, pas vraiment beau et décoratif. Loin de la finesse et du bon goût des bandes dessinées des murs de Bruxelles, car ici aussi, ça se visite. C'est une 1ère impression, on verra mieux demain. Comme à chaque arrivée, dépôt des sacs à l'hôtel avant de ressortir et s'imprégner du quartier. La place Mayor est toute proche nous y allons. Ce soir, dîner tôt, tout proche de notre hotel, la ville après 21h n'est pas vraiment recommandée pour les touristes noctambules. Ces recommandations agaçantes de notre hotelier et d'une amie de Ernst, originaire de Bogota sont à prendre au sérieux.

Sur la grande Plaza Mayor la Cathédrale et un orchestre  philharmonique. Dommage de ne pas pouvoir l'écouter un moment sans cette pression.
Sur la grande Plaza Mayor la Cathédrale et un orchestre  philharmonique. Dommage de ne pas pouvoir l'écouter un moment sans cette pression.
Sur la grande Plaza Mayor la Cathédrale et un orchestre  philharmonique. Dommage de ne pas pouvoir l'écouter un moment sans cette pression.

Sur la grande Plaza Mayor la Cathédrale et un orchestre philharmonique. Dommage de ne pas pouvoir l'écouter un moment sans cette pression.



J.50 Mardi 1 Décembre. Bogota


9h du matin, nous sommes les premiers à faire à la queue devant le musée de l'or la plus grande collection d'orfèvrerie des civilisations pré-hispanique du monde, provenants essentiellement de la Cordillère des Andes, Caraïbes et Sierra Nevada de Santa Marta. C'est aussi, de très belles poteries funérailles, des momies et autres objets provenant des tombes. C'est un grand moment. Puis direction le musée Botero , hélas fermé. Le mardi c'est jour de relâche pour la plus part des musées. Il ne nous reste plus qu'à faire le centre histoire avec sa Cathédrale qui n'a aucun charme, le tour des bâtiments du palais du gouvernement et les très belles ruelles qui s'alignent autour de la grande place Mayor.
11h30, nous devons revenir à l'hôtel, déposer quelques affaires et repartir en taxi, nous avons rendez-vous avec l'amie de Ernst, une Canadienne, originaire de Bogota. Le taxi met plus d'une 1/2 h de route avant de nous déposer dans l'un des plus beaux quartier nord de la capitale. Magasin et bijouteries de luxe font recette ici. Les petites ruelles ont beaucoup de charme, ont y trouve des échoppes, des magasins de vêtements de marques connues et des restaurants classés. C'est d'ailleurs dans l'un d'eux a la "Casa Vieja", que nous avons rendez-vous. Ernst est très content de retrouver son amie Marta. Nous passons un bon moment ensemble, d'autant que le repas est du niveau attendu et grâce aussi aux conseils précieux de Marta.
15h les adieux, nous prenons un taxi pour le téléphérique qui monte à Montserrat. Encore une vue imprenable sur la ville.
Retour à pied vers le centre historique, la place Mayor et plus loin 2 petites églises ouvertes, très belles. Soirée au même restaurant que la veille, La Romana.

Poteries funéraires du musée de l'or
Poteries funéraires du musée de l'or
Poteries funéraires du musée de l'or
Poteries funéraires du musée de l'or
Poteries funéraires du musée de l'or
Poteries funéraires du musée de l'or
Poteries funéraires du musée de l'or

Poteries funéraires du musée de l'or

Musée de l'or
Musée de l'or
Musée de l'or
Musée de l'or
Musée de l'or
Musée de l'or

Musée de l'or

L'amitié c'est des petits moments de vie que l'on aime partager.

L'amitié c'est des petits moments de vie que l'on aime partager.

Autour de la place Mayor, de très belles ruelles et maisons coloniales.
Autour de la place Mayor, de très belles ruelles et maisons coloniales.
Autour de la place Mayor, de très belles ruelles et maisons coloniales.
Autour de la place Mayor, de très belles ruelles et maisons coloniales.
Autour de la place Mayor, de très belles ruelles et maisons coloniales.
Autour de la place Mayor, de très belles ruelles et maisons coloniales.

Autour de la place Mayor, de très belles ruelles et maisons coloniales.

J.51 Mercredi 2 Décembre. La Cathédrale de sel - Villa de Leive


Nous quittons notre hotel de Bogota en taxi, direction l'extrême nord de la capitale ou partent les bus pour la petite ville de Zipaquira, nous nous y rendons pour visiter la Cathédrale de sel. Le taxi nous dépose au bord de la route, très rapidement nous avons un bus chargé à bloc, mais pas de choix nous montons, nous restons longtemps debout avant de pouvoir récupérer 3 places. Arrivée à Zipaquira, on reprend nos sacs et direction à pied la cathédrale qui n'est paraît-il pas très loin, " Parole de Colombien! ", nous marchons un bon moment sur des trottoirs défoncés avec nos sacs à roulettes avant d'affronter une colline et c'est là-haut que se trouve, l'entrée de la Cathédrale de sel. Nous ne sommes pas déçu, la Cathédrale un long tunnel qui rentre très profondément (180 m) dans les entrailles d'une mine de sel, au passage un chemin de croix bien éclairé avant d'arriver au cœur de le Cathédrale. C'est géant !
Retour au centre ville, mais cette fois en taxi, pour reprendre un bus qui va en direction de Villa de Leiva notre destination pour les 2 prochaines nuits. Pour y arriver, nous avons pris 3 bus différents. Le village de Villa de Leiva avec sa place centrale aux multiples colonnes, ses rues pavées, ses maisons basses peintes à la chaux, ses fenêtres et balcons de bois sont une pure merveille. Dans le bus nous avons parlé avec un couple de français de Bourg-Saint Maurice, nous les avons revu dans le village et fini la soirée tous ensemble dans un petit restaurant sur la place.

Le téléphérique de Montserrat.

Le téléphérique de Montserrat.

La Cathedrale de sel
La Cathedrale de sel
La Cathedrale de sel
La Cathedrale de sel
La Cathedrale de sel
La Cathedrale de sel

La Cathedrale de sel

J.52 Jeudi 3 Décembre. Villa de Leyva


Ce matin location de VTT, nous avons un itinéraire dans la campagne environnante, tracé par notre charmante loueuse de vélo. Une première halte pour voir des eaux bleues formées dans de petites lacs en contrebas d'une pinède. Le ciel est plutôt gris, alors pour l'éclat du bleu il faudra revenir et payer pour aller voir ça, c'est pousser le bouchon. Nous nous arrêtons ensuite au musée " El Fosil " pour y voir un Brontosaure animal préhistorique marin, ici non plus pas de chance le musée est en travaux. Toujours sur nos VTT en route maintenant pour l'observatoire du soleil Muisca datant de plus de 20 siècles avant JC, avec son calendrier solaire fait de menhirs bien droits formant plusieurs rangs, capable à l'époque de déterminer avec beaucoup de précision les saisons, les équinoxes,etc... nécessaire entre autre pour les semences. Tout prêt un dolmen, dont la tombe ressemble fortement à celles vues à San Agustin et à Tierradentro, et bien sûr un nombre important de phallus très hauts, symbole de la fertilité masculine. Il ne nous reste plus qu'a voir sur le chemin du retour, la maison d'un architecte au goût très proche de l'architecture Gaudi à Barcelone. Retour en ville et déjeuner sur la grande place Mayor. L'après midi, balade dans les ruelles de la ville et visite de la maison natale du Capitaine Antonio Ricaurdo héros National. Nous croisons nos Jurassiens qui reviennent d'une longue balade en vélo. Nous avions déniché et réservé un petit restaurant pour déguster une épaule d'agneau confite pour nous 3 et finalement nous sommes 5, Elisabeth et Bernard nous ont rejoint pour partager 2 excellentes épaules cuites au four. Soirée très sympa, Bernard a aussi beaucoup voyagé, alors avec Ernst les moments particuliers et rares de voyages autour d'un vin local, qui m'a rappelé nos piquettes d'autrefois, mais personne ne s'en plaintc'est pas au programme.

La petite ville de Villa De Leyva
La petite ville de Villa De Leyva
La petite ville de Villa De Leyva
La petite ville de Villa De Leyva

La petite ville de Villa De Leyva

Location des VTT - l'observatoire solaire - la maison au style Gaudi
Location des VTT - l'observatoire solaire - la maison au style Gaudi
Location des VTT - l'observatoire solaire - la maison au style Gaudi
Location des VTT - l'observatoire solaire - la maison au style Gaudi

Location des VTT - l'observatoire solaire - la maison au style Gaudi

Remise des diplômes dans le village pour les futurs universitaires. Tout le monde est sur son 31.

Remise des diplômes dans le village pour les futurs universitaires. Tout le monde est sur son 31.

Soirée avec Elisabeth et Bernard
Soirée avec Elisabeth et Bernard
Soirée avec Elisabeth et Bernard

Soirée avec Elisabeth et Bernard

J.53 Vendredi 4 Décembre. Barachira

Ce matin, nous avions prévu quelques prises de photos dans le village sous le soleil évidemment, hélas il bruine, alors direction la station de bus de Villa De Leyva pour Tunja(1h), puis San Gil (3h30), et enfin notre terminus Barachira. La ville est vraiment particulière et très belle avec ses rues pavées très en pentes, mais il ne fait pas beau le temps est orageux et l'obscurité est présente, alors on sera plus l'apprécier demain. On dépose nos affaires à l'hôtel et nous repartons faire nos premiers pas. Apéro sur la terrasse d'un café , dîner dans une pizzeria et dodo, nous ne sommes pas très en forme, la journée de bus nous a cassé.

Nuit noire sur Barachira

Nuit noire sur Barachira

J.54 Samedi 5 Décembre. Barichara et le chemin Royal.


Petit déjeuner en ville et départ pour une petite randonnée de 2h, sur un ancien chemin pavée construit par les indiens qui relie Barichara à Guane. Ça ne fait que descendre sur un dénivelé de 200m entre les deux villages, mais vu l'état du chemin la durée n'est pas usurpée, il faut regarder à tout instant ses pieds. C'est une belle balade, des vaches et des chèvres sur un chemin bordé d'arbres, de cantus et de champs. Arrivée à Guane en face de la grande place la petite église est très belle. C'est le grand calme, les hommes sont assis à l'ombre des maisons, une bouteille de bière à la main, ici rien ne bouge, ceux sont les chiens du village qui font le spectacle autour de la place et du grand jardin public. Nous avons à peine eu le temps de nous arrêter sur la terrasse d'un hôtel pour boire nous aussi une bière, que l'un des rares bus qui fait la navette arrive. Retour en ville. Barichara vie à son rythme dans un silence presque religieux, le village est très beau, mais nous préférons Villa De Leyva, plus dynamique à notre goût. Nous retournons à l'hôtel nous reposer un peu.

Apero à la terrasse d'un café et pour accompagner nos bières des fourmis à gros culs spécialité régionale. Alors comme nous ne voulons pas mourir idiots.......nous y goûtons et c'est vraiment bon.

Diner, sur la place restaurant " El Fogolar ", dans le prolongement de la Cathedrale. Viande de chevreau cuit au four à basse température et pour Ernsto côtelettes de bœuf au gril. Excellent. On le recommande.

Le jolie petit village de Barachira
Le jolie petit village de Barachira
Le jolie petit village de Barachira
Le jolie petit village de Barachira
Le jolie petit village de Barachira
Le jolie petit village de Barachira
Le jolie petit village de Barachira

Le jolie petit village de Barachira

A l'apéro des fourmis à gros culs. Spécialisé régionale et c'est très bon!!
A l'apéro des fourmis à gros culs. Spécialisé régionale et c'est très bon!!

A l'apéro des fourmis à gros culs. Spécialisé régionale et c'est très bon!!

J.55 Dimanche 6 Décembre. Barichara et le Canyon de Chicamocha


Ce matin, bus pour San Gil, nous allons passer ce dimanche au canyon de Chicamocha. Il nous faut tout de même presque 3h de minibus avec un changement pour y arriver, mais il est vrai, qu'arrivée sur place le coin est beau. Beaucoup de locaux viennent y passer la journée. A l'arrivée il faut prendre un" passe ", qui englobe le téléphérique du canyon et le parc d'attraction, d'autres options sont possibles avec un Parc style Aqualand.
Nous commençons par le canyon en téléphérique, qui descend au niveau de la rivière et remonte sur l'autre versant, 28 mn de parcours au-dessus d'innombrables cactus.Il fait beau et même très chaud, c'est la campagne et l'horizon est immense, nous n'allons pas nous extasier d'avantage a regarder la vallée, quelques photos sur les plus beaux points de vu et retour dans le parc, très finement décoré et attractif. Nous y restons une petite heure avant de reprendre la direction de Barichara. Soirée sur la grande place bien animée grâce à nos touristes locaux encore bien nombreux. Vers 21h, nous finissions à peine de boire notre café en terrasse, qu'un gros orage a rompu le charme. Retour à l'hôtel en rasant les murs. Au niveau de la Cathedrale la rue descendante s'est transformée en gros ruisseau, dommage pour les chaussures, mais nous devons passer, ces 3 mètres qui nous sépare, du trottoir d'en face.

Le canyon de Chicamocha
Le canyon de Chicamocha
Le canyon de Chicamocha
Le canyon de Chicamocha

Le canyon de Chicamocha

Attaque du loup du Gevaudan. Mais je vous rassure je m'en suis sorti.

Attaque du loup du Gevaudan. Mais je vous rassure je m'en suis sorti.

Il pleut sur la ville, le charme est rompu.

Il pleut sur la ville, le charme est rompu.



J.56 Lundi 7 Décembre. En route pour Bucaramanga.


Notre dernier jour à l'intérieur des terres, demain nous prenons l'avion pour Santa Marta, nous allons finir notre séjour en Colombie sur la mer des Caraïbes avec des températures voisinants les 32°. En attendant, minibus avec un changement à San Gil pour Bucaramanga.
Nous y arrivons en fin de matinée, taxi pour le centre ville, Helene avait trouvé un hotel sur le petit futé qui finalement nous convient. Petit tour en ville, mais après avoir rapidement mangé dans une restauration rapide, vu la maison de Simon Bolivar et le grand marché, nous revenons à l'hôtel. C'est une ville bruyante et sans intérêt. Helene en profite pour faire un tour chez le coiffeur du coin.

Petit tour apres le Diner sur la place de la Cathedrale, les locaux font brûler des bougies sur le sol et nous invitent à prendre un petit gobelet d'apéritif (une sorte de quinquina) pour fêter le 7 décembre qui représente la fête de la vierge en Colombie.

La Cathedrale est bien éclairée.. C'est la fête de la vierge ce soir 7 décembre, alors des cierges sont allumés dans le parc .
La Cathedrale est bien éclairée.. C'est la fête de la vierge ce soir 7 décembre, alors des cierges sont allumés dans le parc .

La Cathedrale est bien éclairée.. C'est la fête de la vierge ce soir 7 décembre, alors des cierges sont allumés dans le parc .



J.57 Mardi 8 Décembre. Aéroport de Bucaramanga transit Bogota for Santa Marta.


Pour Santa Marta, nous avons un transit à Bogota 357km),c'est le prix à payer pour éviter 10h(env.) de bus. Santa Marta, nous arrivons avec la grosse chaleur dans l'après midi. Un taxi pour Taganga qui est à quelques kilomètres de Santa Marta après le passage d'une colline. C'est vraiment les Caraïbes!!. La jungle en quelque sorte, des rues défoncées, des habitants plutôt bronzés, des constructions anarchiques, de la musique a faite trembler les tympans et au milieu de tout ça notre oasis avec piscine. La patronne très sympa, nous indique les rues à ne pas prendre à la tombée de la nuit, celles où il y a des gardiens, etc.. Mais à part cela, tout va bien, madame la marquise. Nous allons jusqu'à la plage prendre la température et faire la connaissance des lieux. L'hôtel est rempli de jeune touristes affalés au bord de la piscine qui non pas l'air de s'en faire. Demain, il fera jour et nous pourrons prendre notre premier bain, dans la mer des Caraïbes.
Diner sur la terrasse de poissons au son de la musique Créole.

Notre oasis, l'hôtel Divanga.

Notre oasis, l'hôtel Divanga.

J.58 Mercredi 9 Décembre. Taganga

Nous prenons l'un des nombreux bateaux (lancha) pour nous rendre sur l'une des plus belles baies du coin "playa Blanca". Beaucoup de touristes locaux. nous louons trois chaises longues, baignade dans une eau chaude, et repos complet jusqu'à 16h.

Retour vers 16h, fin d'après-midi à la piscine et réservation du bus de demain, pour le parc Tayrona ou nous devons y passer deux jours.

Journée de plein repos.
Journée de plein repos.

Journée de plein repos.

J.59 Jeudi 10 Décembre. Taganga et le parc Indien de TAYRONA .


Un minibus, vient nous chercher à 8h devant l'hôtel, nous avons 1h de trajet pour arriver à l'entrée du parc, puis 2h à pied pour atteindre Cabo San Juan. Quelques recommandations par un gardien du parc, billets d'entrée et c'est parti. Nous pénétrons dans une large forêt de cocotiers, d'arbres très hauts où se suspendent de fines lianes encombrées par une végétation luxuriante. Des rochers imposants semblables à ceux de Fontainebleau, sur un chemin sablonneux et accidenté par endroits, mais bien aménagé sur de longs passages de planches de bois soutenues sur pilotis par des rondins de bois. Un décor hollywoodien pour Tarzan. Nous ne voyons pas grand-chose sur la faune, seul un jeune singe sur son arbre, qui ne semble pas se soucier de notre arrivée.
Il fait chaud, le sentier monte et descend, il y a des racines qui traversent la piste, Ernesto ne tarde pas à pousser un juron expressif. Un premier arrêt réparateur dans un très joli hotel-restaurant sous les cocotiers pour une boisson fraîche et nouveau départ pour déboucher 1h plus tard dans une magnifique baie aménagée pour accueillir de nombreux marcheurs, avec un restaurant, des toiles de tentes, hamacs et cabanes. Nous sommes arrivés. Nous déposons nos sacs à dos et plongeon dans une eau très agréable à l'exception d'Ernesto Sudoku et casquette bien calé à l'ombre. A 14h, nous allons louer une tente pour la nuit, mais Ernst ne sera pas des nôtres, il rentre en bateau à Taganga, la nature c'est pas son fort. Beaucoup de jeunes sont là pour la nuit, on n'est même pas certain que tous aient pu trouver à se loger.
Cette baie est un petit paradis sauvage, accessible en bateau à pied et à cheval.
La nuit tombe sur les Caraïbes, notre premier diner de se long voyage, sur la plage face aux roches blanches de Cabo San Juan ou viennent s'écraser de lourdes vagues.

Cabo San Juan
Cabo San Juan
Cabo San Juan
Cabo San Juan
Cabo San Juan

Cabo San Juan

J.60 Vendredi 11 Décembre. Le parc Indien de TAYRONA .


Le jour se lève, nous allons prendre quelques photos sur la baie, nous ne sommes pas les premiers, beaucoup sont déjà là assis face à la baie sous les cocotiers, immobiles et silencieux. A quoi peuvent-ils penser?.
Nous avons récupéré nos affaires, mis nos sacs sur le dos pour rejoindre une plage vers la pointe. Celle-ci est très belle, mais un panneau signale les dangers de baignade, nous y restons un moment avant de revenir pour nous diriger vers la baie appelée ' la piscine ', protégée par une barrière de corail. Nous y passons une grosse partie de la journée.Retour, nous avons plus d'1h30 à pieds pour revenir à l'entrée du parc et récupérer un bus pour Taganga.
Nous arrivons très tard à l'hôtel, Ernst était sur le point d'alerter la direction. Double Douche est diner excellent sur la terrasse, puis café devant la piscine. Ca retape.

Retour à pieds  par les plages
Retour à pieds  par les plages
Retour à pieds  par les plages

Retour à pieds par les plages

La piste aménagée qui permet d'atteindre les plages et l'entrée du parc.
La piste aménagée qui permet d'atteindre les plages et l'entrée du parc.

La piste aménagée qui permet d'atteindre les plages et l'entrée du parc.

J.61 Samedi 12 Décembre. En route pour Cartagena

Minibus à 9h30 devant notre hôtel pour Cartagena. 5h30 nous y arrivons.Nous prenons possession de nos chambres et premiers pas dans la vieille ville. Nous la trouvons très belle avec ses petites places, ses ruelles et ses maisons coloniales richement décorées. Retour à l'hôtel et plongeon dans la piscine plein ciel sur la terrasse de l'hôtel dans une eau bien chaude. Soirée dans le vieille ville, c'est très animé et très beau, Eclairée par des guirlandes de noël, plantées sous des formes différentes au milieu des places, accrochées jusqu'au haut des clochers d' églises, des arbres, ou encore des arcades des maison coloniales. C'est beau!!, Mais, Cartagena, c'est surtout les hôtels et restaurants chics que l'on peut voir dans de nombreuses rues de la ville. Les prix sont multipliés par 2 voir 3. L'animation est partout au zénith, les terrasses sont bondées de monde au rythme de la musique Jamaïcaine. C'est de très loin, en 2 mois la ville la plus animée et agréable qu'on ait vu. Nous prenons une bière en terrasse tout en regardant passer les calèches ensuite dodo, nous avons perdu l'habitude de veiller tard.

La nuit tombe sur Cartegena, retour à l'hôtel et piscine.
La nuit tombe sur Cartegena, retour à l'hôtel et piscine.

La nuit tombe sur Cartegena, retour à l'hôtel et piscine.

Les décorations de Noël, illuminent la vieille ville.ov
Les décorations de Noël, illuminent la vieille ville.ov
Les décorations de Noël, illuminent la vieille ville.ov

Les décorations de Noël, illuminent la vieille ville.ov

J.62 Dimanche 13 Décembre. La ville de Cartagena.


Apres le petit déjeuner, départ pour le port, nous allons aux renseignements pour la visite des îles en bateau lundi matin. Plusieurs caisses et plusieurs choix, nous relevons l'essentiel et visite de la ville. Nous commençons pas le monastère et l'église San Pedro Claver, puis plus loin le musée de l'or, qui n'a rien à voir avec celui de Bogota, mais intéressant. Une église aussi, qui d'après une histoire de navire de guerre, aurait reçu en plein office religieux un boulet de canon, et oh miracle n'aurait atteint personne.Ce boulet est exposé dans un des murs de cette église et visible à travers une vitre.
Nous passons de longues heures à flâner dans les rues et placettes fleuries, toutes aussi belles les uns que les autres, avant de faire enfin une pause café, puis une pause salade et enfin une pause piscine de l'hôtel.
Cartagena est inévitablement la ville la plus touristique du pays, on peut comprendre la réticence des amoureux de la nature sauvage a l'écarter, dans ce cas inutile d'avoir un jugement exhaustif sur ce pays.
Apéro, sur les remparts de la ville où trône encore de vieux canons et diner dans un restaurant Espagnol.

Musee de l'or de Cartagena
Musee de l'or de Cartagena
Musee de l'or de Cartagena
Musee de l'or de Cartagena
Musee de l'or de Cartagena
Musee de l'or de Cartagena
Musee de l'or de Cartagena

Musee de l'or de Cartagena

Monastère de San Pedro Clavet.
Monastère de San Pedro Clavet.
Monastère de San Pedro Clavet.

Monastère de San Pedro Clavet.

Cartagena la vieille ville, protegee par les remparts.
Cartagena la vieille ville, protegee par les remparts.
Cartagena la vieille ville, protegee par les remparts.
Cartagena la vieille ville, protegee par les remparts.

Cartagena la vieille ville, protegee par les remparts.



J.63 Lundi 14 Décembre. La ville de Cartagena.


Le temps n'est pas idéal pour faire la balade en bateau aujourd'hui. Longue marche pour nous rendre dans la partie de la ville moderne ou poussent des buildings, face à la plage de " Bocagrande". Beaux buildings et de grandes galeries marchandes. Nous n'avons ni aimé, les plages, ni le reste d'ailleurs. Nous avons fait le bon choix en nous installant dans le quartier Gersemani, mais il y avait mieux pour beaucoup plus cher dans la vieille ville. Après midi piscine et centre ville pour finir la soirée, dans un autre restaurant Espagnol très agréable devant une excellente Caipirina.

Un rapace un peu encombrant, au bord de la piscine.

Un rapace un peu encombrant, au bord de la piscine.

Vue des remparts de Cartagena de nuit.
Vue des remparts de Cartagena de nuit.

Vue des remparts de Cartagena de nuit.

Université Dentaire, dans une petite rue de la ville. Plus d'une trentaine de fauteuils opérationnels sont en vitrine face à la rue.
Université Dentaire, dans une petite rue de la ville. Plus d'une trentaine de fauteuils opérationnels sont en vitrine face à la rue.
Université Dentaire, dans une petite rue de la ville. Plus d'une trentaine de fauteuils opérationnels sont en vitrine face à la rue.

Université Dentaire, dans une petite rue de la ville. Plus d'une trentaine de fauteuils opérationnels sont en vitrine face à la rue.

J.64 Mardi 15 Décembre. Cartagena.


Comme hier, le temps se montre menaçant, nous évitons de faire cette journée de bateau, et comme hier le temps change rapidement après 8h( départ des bateaux). Visite de l'impressionnant fort de San Felipe de Barajas avec une très belle vue sur la vieille ville et retour en ville. Nous prenons une boisson fraîche à la terrasse d'un café, mais des travaux dans là parc juste en face, poussière et bruit ont bien raison de notre résistance. Il est midi avec la grosse chaleur et la lourdeur de ce temps orageux, nous décidons d'aller faire une pause à l'hôtel et profiter de la piscine car demain retour au froid.
Voila, demain matin c'est le départ pour l'aéroport de Cartagena via Bogota, puis Bogota -Madrid et pour finir Madrid- Paris Sud.


Ce long voyage se termine, nous avons fait beaucoup de chemins depuis Lima avec plus de plus 250h de bus à travers les Andes. Le Pérou du nord, l'Equateur et la Colombie jusqu'à Cartagena. Nous avons vu beaucoup de choses intéressantes, de beaux paysages, croisé des gens souriants, sympathiques et avenants. Le temps n'a pas toujours était favorable pour prendre de belles photos et profiter un maximum des endroits où nous nous trouvions. Les villes coloniales moins attirantes qu'en Amérique du Nord , mais c'est un beau voyage et une nouvelle expérience avant d'organiser d'autre itinéraires sur les pays d'Amérique du sud que nous n'avons pas encore visite, comme l'Argentine et le Chili.


F I N

Le fort San Filipe de Barajaes XVI siècle.
Le fort San Filipe de Barajaes XVI siècle.
Le fort San Filipe de Barajaes XVI siècle.
Le fort San Filipe de Barajaes XVI siècle.
Le fort San Filipe de Barajaes XVI siècle.

Le fort San Filipe de Barajaes XVI siècle.

Nous finirons d'enrichir se voyage en y ajoutant des informations utiles à Paris.


Commenter cet article